03/03/11 (B593-B) Guelleh opte pour la répression … féroce ! Selon LOI

Selon des informations publiées par LOI, le régime tyranique de Djibouti, aprés avoir plutôt penché pour autoriser la manifestation de vendredi 4 mars, a finalement choisi de l’interdire purement et simplement.

Cela n’empêchera pas les organisateurs UMD et UAD, de maintenir leur appel à la manifestation, mais cela permettra (dans l’esprit des dirigeants djiboutiens) de légitimer des actions de provocation puis de répression d’une grande violence, comme on peut le craindre. S’en suivront de nombreuses arrestations, des tortures et des lourdes condamnations totalement illégales et injustifiées.

LOI signale que les forces de Police auraient (opportunément ?) découvert des caches d’armes qu’ils attribuent aux partis d’opposition et au mouvement de résistance. Tout laissant supposer que c’est l’application, une nouvelle fois d’une stratégie bien rodée.

Qui a mis ces armes ou ces munitions dans des cachettes ? Il ne serait pas surprenant d’apprendre que ce sont les mêmes que ceux qui ont les découvertes (par hasard ?) quelques jours plus tard …

En tout cas pour les observateurs, cette nervosité et ce désir de provoquer un bain de sang à Djibouti, ne peut que traduire l’impasse vers laquelle s’est dirigée le régime depuis plusieurs années, accaparant toutes les ressources publiques et interdisant toutes les libertés fondamentales … et les autres.

Véritablement, les Djiboutiens qui manifesteront vendredi, savent pourquoi ils le feront et ils savent les risques. Ils auront le courage de le faire et ils doivent donc gagner la partie en obtenant le licenciement de celui qui les a mis en esclavage.

Nous disons aux officiers de Police, de Gendarmerie, de la garde républicaine et de l’AND de faire bien attention. Chaque vie est précieuse et ils doivent s’interdire d’utiliser leurs armes à feu pour “tirer” leurs soeurs ou leurs frères comme des cibles à l’entraînement. Si cet appel au civisme n’était pas suffisant, nous leur rappelons que la justice les attendra en cas de dérapage … car ils sont connus et que contrairement à leur grand chef, ils ne pourront pas s’enfuir au cas où la situation tournerait au désavantage de celui-ci.

On peut anticiper que l’avion de Guelleh est déjà entièrement réservé par sa famille, ses proches et les plus hauts dirigeants. Les gradés n’auront pas de billets … et pourtant ce sont eux qui devront répondre devant le peuple, pour tous les crimes commis !