28/10/2011 (B627) Vérité – > LA DIALOGUE CONTINUE ENTRE LES BOYS RÉSIDANTS DANS LE CERCLE

L’ensemble des communautés qui composent les citoyens Djiboutiens ont été déroutées, déstabilisées. A force d’ignorer, d’humilier, d’éliminer, de massacrer les citoyens honnêtes devant leurs enfants, leurs familles, leurs proches.

Le fils de l’oued et son clan ont détruit la terre, la richesse et les hommes politiques nés sur cette terre.

Depuis notre indépendance jusqu’à nos jours, le tyran a utilisé des méthodes machiavéliques pour détruire les gens honnêtes, les héros, les étoiles montantes, les politiciens chevronnés, les hommes murs et aptes a diriger,

Tous, ils sont au paradis car ils sont morts sur ordre d’IOG et cela tout le monde l’a bien compris désormais et le sait.

HOUMED DE TADJOURAH :
Cher frère Abdi, dans notre pays, il y a le blocus total ! Rien ne fonctionne et le régime aveuglé par le clanisme n’emploie pas les bonnes méthodes pour redresser l’économie et éviter de nous précipiter dans le gouffre financier

Dans l’administration du chamelier, les proches, les familles du clan et les fils instables et drogués s’entre-déchirent pour obtenir les plus gros morceaux des fonds détournés, les contrats biaisés, les aides de l’extérieur, pendant que les citoyens vivent dans la misère absolue, et que les enfants meurent sans soin dans les bidons villes, loin de la civilisation. Voila le système du fils du rail qui se dit président de notre pays.

Ca c’est trop ! Peuple agissez avec fermeté, le temps est précieux, récoltez votre liberté, accompagnez vos enfants vers l’objectif de sauver le pays. C’est vous la force, allez jusqu’au bout, car le régime ne représente plus rien. Il est animé par des figurants qui n’attendent que la fin pour prendre le large avec le produit de leurs vols qui dort sur des comptes bancaires à l’étranger.

Abdi d’ALI-SABIEH :
Le gros est malade, il n’est plus en état physique et psychologique de diriger un état de droit. Il se méfie de la compétence des gens qualifiés qui pourraient orientés le gouvernment vers la transparence. Il refuse l’égalité des personnes. Il aime souvent classer les citoyens dans différents catégories (les riches et les pauvres). Il refuse toutes les formes d ’opposition politique. Il dit souvent que le pays appartient a son clan (M). Pour les autres “passez votre chemin, il n’y a rien à espérer pour vous”

Il est né au bord l’oued. Il est âgé et malade mais il aime danser avec les jeunes warabas.

IOG a perdu toute crédibilité envers le peuple et envers le monde civilisé. Car il ment souvent ! Car il oublie immédiatement les promesses qu’il vient de faire, qu’il ne prend pas les mesures nécessaires, face aux enjeux politiques et économiques que traverse notre pays.

Sous la protection du dictateur le clan, les familles ont détruit la prestigieuse image de Djibouti car les pays donateurs, les banques de développements, les pays riches ont pointé du doigt les vols, les détournements, la corruption à tous les niveaux, l’enrichissement du régime, pendant que la population vit sous le seuil de pauvreté, ce qui hypothèque jusqu’à notre survie.

Houmed de Tadjourah :
Nos leaders d’opposition, nos citoyens, nos jeunes, nos étudiants, nos chômeurs, nos parents, sont-ils conscients ? Ont-ils mesurés le mal, la mauvaise gestion, le racisme, l’injustice, la menace quotidienne, l’appauvrissement contraint, la destruction de la vie communautaire, l’inexistence du droit à la vie, à la santé, à l’éducation , à l’emploi.

He, mes frères, réveillez- vous, le monde est avec vous ! Exigez le départ du tyran. C ’est le moment, car c’est un dictateur affaiblit par ses propres idées et comportements pervers et tribaliste pour fragiliser un peuple pacifique.

Cher peuple, la tolérance zéro est mieux pour sauver le pays de la tyrannie et remettre le pouvoir a nos leaders compétents, et consciencieux de la situation que travers notre pays, alors soyez fière de regagner la liberté.

Abdi d’Ali-Sabieh :
Chers frères et sœurs, chers citoyens, cette terre vous appartient a vous qui y êtes nés, à vous qui avaient subi l’oppression durant toute ces années, à tous ceux qui ont été ligotés par la force aveugle dirigée par les fils du clan au pouvoir, bref le pays est pour le peuple Djiboutien.

Les réfugiés “importés” des pays voisins, qui terrorisent les citoyens, finiront par perdre et ils abandonneront leurs biens, leurs belles villas, leurs grands immeubles, les richesses qu’ils ont détournées et ils seront jugés sur place, pour les crimes et les délits qu’ils ont commis.

IOG a du mal à régler ou à résoudre les problèmes. La haine que lui-même a créée, est à l’origine d’un profonde déchirure sociale. La population vit dans un étrange univers, la souffrance est palpable au sein de la communauté.

Chers frères, c’est à vous de prendre les mesures nécessaires, pour vous libérer des attaches invisibles mais solides qui vous enchaînent et pour atteindre les objectifs : la liberté et une vie descente pour tous, et surtout une vie en harmonie avec toutes les communautés.

Parmi les actions à mener :

1- les leaders de l ’opposition et leurs rôles (informations, diriger, orienter la masse,)
2- réaliser des actes et des actions précises
3- la répartition des taches
4- sensibilisation des jeunes, des étudiants, des chômeurs
5- avertissement aux mécréants qui soutiennent le clan au pouvoir
6- designer les objectifs
7- descendre dans la rue pour demander le départ du tyran
8- agir en tant que citoyen qui veut regagner sa liberté vitale
9- la révolution exige la force des hommes décidés et courageux
10- la victoire, le pouvoir, la force, sont à vous, le peuple et non à ceux s’en sont apparés par le mensonge et la fraude,