24/11/2011 (B631) Ordre des Brosses à Reluire. Une première mondiale. Nomination du premier commandeur dans l’ordre prestigieux.(ARDHD)

Sur invitation du Président de l’Ordre prestigieux des Brosses à Reluire, tous les membres étaient conviés à une session extraordinaire pour se prononcer sur la demande d’avancement déposée par Ali Mohamed Abdou.

Entourés des deux vice-présidents Djama Haid et Ali Guelleh, nommés le 29 juillet de cette année, après l’exclusion du bureau pour raisons disciplinaires de Yacin Elmi Bouh (lire l’article), le Président Dileita a pris la parole pour ouvrir la réunion.

Après avoir rappelé les informations courantes, il a exposé la demande de Monsieur Ali Mohamed Abdou, pour obtenir la reconnaissance du grade de commandeur dans l’ordre. Dileita a rappelé que l’impétrant avait été nommé “Chevalier” le 13 décembre 2008 au grade de ‘Baratineur intarissable” (article). Un an plus tard, le 11 décembre 2009 il était promu “Officier” avec le grade de “commandeur des négationnistes de la détresse humaine” (article).

Aujourd’hui, deux ans plus tard, il sollicite l’élévation à la qualité de “Commandeur”, ce qui est une première dans l’histoire de l’Ordre. Dileita a conclu rapidement en disant que si les membres votaient favorablement, Ali Mohamed Abdou serait le premier commandeur élu de l’Ordre prestigieux et que sa peine et son dévouement total au régime sanguinaire, justifiaient largement une telle récompense.

Avant d’annoncer qu’il était contraint de partir rapidement pour aller cueillir ses fraises préférées au PK20, Dileita, qui commençait déjà à somnoler, a passé le micro à Djama Haid qui a été chargé d’expliquer les motivations de cette demande.

Djama Haid a été rapide. Il a simplement cité deux phrases de la nouvelle déclaration d’Ali Mohamed Abdou, reprise par l’ADI :

“La République de Djibouti est une nation qui respecte scrupuleusement les droits de ses citoyens et son gouvernement œuvre toujours dans ce sens”,

Avant de pouvoir citer la seconde phrase, Djama Haid, saisi d’un énorme fou rire communicatif, a du attendre le retour au calme dans les rangs des membres, qui ont tous reconnu à la sortie, n’avoir jamais tant rigolé de leur vie.

L’un d’entre eux, qui a souhaité garder l’anonymat, a confié “Off the record”, qu’Ali Mohamed Abdou ne manquait ni de culot ni d’audace et qu’il fallait oser faire ce genre de déclaration. Même IOG n’aurait jamais osé aller si loin dans le mensonge, a-t-il ajouté …

Dans la seconde phrase, Ali Mohamed Abdou a fustigé “ce qu’il considère comme “des allégations sans fondement mettant en cause l’action et les engagements du gouvernement djiboutien sur la question des Droits de l’Homme”.

L’un des membres saisi par le rire, lui aussi, n’a pas pu s’empêcher de demander si quelqu’un avait sollicité, sur ce point les avis de MM Farah Abadid, Houssein Robleh et Mohamed Cheick Souleiman. Mais Ali Guelleh l’a vite rappelé à l’ordre en le menaçant d’exclusion s’il se livrait encore à ce genre de plaisanteries grossières…

Mise au voix, c’est à l’unanimité que l’élévation de Mohamed Abdou à la dignité de Commandeur a été adoptée. Djama Haid a proposé qu’il soit reconnu désormais sous l’appellation flatteuse de “Grand couillon de service”.