30/12/2011 (B637) Quand le Grand Zozo s’exprime dans La Nation, c’est le festival du “mensonge alimentaire”. (ARDHD)

_______________________________ Note de l’ARDHD

Plusieurs lecteurs nous ont demandé de mettre en ligne le communiqué de la CNDH, repris par le journal La Nation du 26 décembre, afin de montrer la mauvaise foi de cette pseudo commission des Droits de l’Homme.

Nous le faisons bien volontiers, d’autant plus que cela permettra de mieux comprendre le sens et les motivations des différents articles que nous avons publiés sur le sujet : réactions de la LDDH, articles et humours de l’ARDHD.

Qui, à part le Grand Zozo, alias Ali Mohamed Abdou, ancien procureur “abusif” et commandeur dans l’ordre prestigieux des Brosses à reluire, avec le titre de “Grand couillon de service”, aurait pu oser écrire tant de contre-vérités ? Même pas les plus proches fidèles de Guelleh ne se risqueraient à débiter de telles absurdités ….

Le Grand Zozo mérite bien les honneurs de notre site !!!

____________________________ Extrait de La Nation du 26/12/11

La situation des DH
à Djibouti, selon le
Grand ZOZO

Avertissement:
Toute ressemblance avec la réalité ne pourrait être imputée qu’à une pure coïncidence…

La CNDH dénonce vigoureusement les allégations mensongères

Dans un communiqué rendu public hier, dimanche 26 décembre 2011, la commission Nationale des Droits de l’Homme dénonce vigoureusement les allégations mensongères publiées sur des sites internet et faisant état de violations des droits de l’homme à Djibouti.

Le CNDH déplore que “certaines organisations internationales prêtent le flanc à des campagnes fantaisistes de désinformation sur la situation des droits de l’homme à Djibouti…”. Dans son communiqué, la CNDH rappelle que “contrairement aux affirmations publiées sur la toile, le comité contre la torture a, en Novembre dernier, félicité Djibouti pour la franchise de son rapport et le courage dont elle a fait preuve pour assurer le respect des droits individuels et collectifs des Djiboutiens, ainsi que sa coopération parfaite avec le Système des Nations Unies en matière des droits de l’Homme” Voici reproduit ci-dessous l’intégralité du communiqué de la CNDH.

____________________________________________

« La commission nationale des Droits de l’Homme déplore que certaines organisations internationales prêtent le flanc à des campagnes fantaisistes de désinformation sur la situation des Droits de l’Homme à Djibouti, relayées en cela par des pseudos officines locales en mal de sensation politique.

La FIDH se méprend gravement en reprenant à son compte des allégations selon lesquelles des violations massives des Droits de l’Homme se dérouleraient à Djibouti sur la foi d’informations colportées sans aucune justification ni corroborées par aucun fait matériel probant.

Une simple vérification des sources d’informations et du bien-fondé de ces allégations aurait sans doute permis à tout un chacun de se rendre compte du caractère grossier et fantaisiste de ces contre vérités sans rapport avec la réalité djiboutienne.

Si Djibouti a encore du chemin à parcourir pour être en conformité avec l’ensemble des conventions internationales en matière des Droits de l’Homme, il n’en demeure pas moins qu’elle a fait des efforts et des progrès considérables en la matière saluée à juste titre par les organes des traités et le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies.

Contrairement aux affirmations publiées sur la toile, le comité contre la torture a en novembre dernier félicité Djibouti pour la franchise de son rapport et le courage dont elle a fait preuve pour assurer le respect des Droits de l’Homme. (Cela prouve seulement que le Grand Zozo sait répondre aux questions, mais n’apporte aucune garantie sur le fond !!!! – Note de l’ARDHD)

La commission nationale des Droits de l’Homme regrette que la défense des Droits de l’Homme soit détournée de son noble objectif et utilisée à des fins inavouées de règlement de compte politique par des prétendus défenseurs des Droits de l’Homme sans aucune crédibilité ni base légale ou attache quelconque avec la promotion et la protection des Droits de l’Homme à Djibouti.

Est-il besoin de rappeler que pour la première fois en Afrique, le président de la République, M. Ismail Omar Guelleh, a clairement affirmé sa ferme volonté politique en la matière en honorant de sa présence la célébration de la journée internationale des Droits de l’Homme aux côtés des étudiants de l’université de Djibouti.

Il a ce faisant mis en évidence son attachement aux valeurs et principes des Droits de l’Homme et fait à cette occasion une analyse objective de la situation des Droits de l’Homme a Djibouti sans jamais verser dans l’autosatisfaction en la matière.

La cause des Droits de l’Homme est une affaire trop sérieuse pour être l’apanage d’individus qui prêchent le faux et dénaturent les faits dans l’intention maligne de porter en vain le discrédit sur leur pays, à des fins politiques partisanes, sans se soucier le moins du monde des citoyens prétendument victimes des violations supposées des Droits de l’Homme.

Djibouti est un Etat de droit où la liberté d’expression et d’opinion existe à condition de ne pas porter atteinte aux droits d’autrui et de s’exprimer dans le cadre des dispositions légales en vigueur.”


Je vois à Djibouti :


Une prison “pilote” ultra-moderne,
où les prisonniers
sont respectés et bien traités.


La liberté de la presse
et d’opinion pour tous


Des élections démocratiques,
libres et transparentes.

Une justice libre et indépendante
du pouvoir politique

Un enseignement de qualité
où les chances sont les mêmes pour tous

Des forces de police, d’abord au service de la population
et non soumises aux seuls intérêts et aux ordres d’un dictateur et de sa famille.
Et j’ajoute :

Que ceux qui ne partageraient pas ma vision, soient immédiatement arrêtés pour complôt contre l’Etat, torturés et incarcérés sans soins médicaux.