01/05/2012 (B654) Courrier des lecteurs. Mohamed Djamma, était sous ma responsabilité militaire en 1992 alors qu’il était policier … Il sait parfaitement que tôt ou tard, il sera jugé et qu’il devra payer pour les crimes qu’il a commis … (Par Mohamed Alhoumekani)

Mohamed Djamma, était sous ma responsabilité militaire en 1992 alors qu’il était policier. Il avait alors le grade de sergent et il servait dans la zone du lac Assal/ Karta, pendant la crise avec le FRUD.

Le général Yassin Yabeh Galab avait confié la responsabilité du dispositif de la police au Capitaine Daher. Selon le réglement militaire en cas de crise majeur (au cas où le Président de la république déclencherait la mobilisation générale) il devait se placer sous nos ordres. C’était des instructions prises sous le Président Hassan Gouled Aptidon.

A cette époque, je commandais le Bataillon Rapide d’intervention qui est devenu par la suite le F.A.R.

Mohamed Djamma Doualeh était un sous-officier illettré. Né à l’étranger, il a porté l’uniforme de notre pays, non pas par principe et honneur, mais par haine et par besoin d’avoir une couverture sociale et surtout la protection familiale.

Il en s’en cachait pas, car il avait les promesses qui lui avaient été faites par IOG. Mohamed Djama fut nommé dans le courant de cette même année au grade d’adjudant-chef.

Etait-ce pour le récompenser d’un acte inqualifiable qu’il avait commis sur une femme de la région ?

L’état major militaire et policier avait été informé de cet acte.

Pourtant
quelques mois plus tard, il fut nommé au premier échelon d’officier.

Et ce, en dépit du fait qu’il ne parlait aucune des langues officielles de notre pays (Français ou Arabe). Puis, il a continué à gravir tous les échelons, comme il l’avait si bien annoncé à Karta, en s’appuyant à l’époque sur les promesse qui lui avaient été faites par IOG.

Actuellement il se fait seconder à la G.R par notre ancien secretaire, le commandant Houssein et le Commandant Coca “surnom”.

Je tiens à déclarer que le Colonel Mohamed Ali Obsieh, d’origine Issak, est digne de porter son grade. Il a suivi les cours de lla prestigieuse école inter-armes de Saint-Cyr et il est Djiboutien par excellence.

A ma connaissance, il n’ a jamais commis d’actes de barbarie envers nos citoyens.

Mohamed Djamma Douhaleh sait parfaitement tout cela et surtout il sait que tôt ou tard il sera jugé et qu’il devra payer pour les crimes qu’il a commis.