30/09/2013 (Brève 260) ALERTE ROUGE. Toujours pas de libération pour Mohamed Alhoumékani … Sa tribu lance un ultimatum (source : Yemen ToDay)

Le point sur la situation
La semaine dernière a été marquée par des évennements forts. L’ordre de libération de Mohamed Alhoumékani avait été signé conjointement par le Président Mansour Hadi, le ministre de l’intérieur et le représentant régional d’Interpol et Mohamed aurait dû être libéré mardi dernier.

– Que vaut la parole du Président du Yémen ?(note de l’ARDHD

Pas grand chose ? Dès lors que Djibouti délègue :
1°)
un corbeau repenti, avocat félon de nature, Mohamed Aref (soupçonné par plusieurs média français, d’affaires troubles en Libye et de remise de 500.000 € à Claude Guéant, quand il était le conseiller de Nicolas Sarkozy ???)
2°) grandes oreilles, procureur de nature abusive, en la personne de Djama Souleiman
3°) son collègue le procureur Maki, qui avait vainement tenté d’embrouiller l’instruction pour l’assassinat du Juge Borrel,

4°) probablement des promesses de dons généreux et des propositions de chantage sur des établissements bancaires et commerciaux, installés à Djibouti … (l’avenir nous permettra certainement d’obtenir des confirmations et des détails, sur les menaces et les offres djiboutiennes, en échange de l’extradition de Mohamed Alhoumékani)
__________________________

Dimanche, le Procureur yéménite, qui aurait dû accorder la libération (au moins conditionnelle), ne s’est pas présenté à l’audience, comme il a coutume de le faire depuis un mois. Il avait peut-être connu une nouvelle panne … d’oreiller !

L’ARDHD a fait remettre à la Présidence yéménite, une lettre ouverte en arabe pour demander la libération de Mohamed Alhoumékani en rappellant les principes du droit, qui interdisent d’incarcérer une personne, si aucune inculpation ne lui a été signifiée : ce qui est le cas, puisque la justice yéménite n’a rien à reprocher à Mohamed.
================

Le journal Yémen Today publie un article (voir photo) et des observateurs nous ont envoyé une traduction que nous proposons ci-dessous avec les réserves d’usage (seul le texte original en arabe ferait foi en cas de divergence)

Yémen Today

___________________ Traduction / Adaptation en français

La tribu  Bedani de Mohamed Alhoumékani lance un avertissement et exige la libération immédaite d’Alhoumékani sous peine de réponses très graves :

La Triubu d’Al Homaiqani “nous devrons utiliser d’autres méthodes s’ils ne libèrent pas le père de notre héros

Une source au sein de la tribu Homaiqani confirme que la tribu sera obligée de recourir à d’autres moyens pour faire appliquer les lois au cas où le Gouvernement yéménite  continuerait à détenir illégalement Mohamed Alhoumekani. Elle  accuse  le ministère de l’Intérieur de prologer la détention de l’un de ses membres, qui est le père du champion du  World Boxing Hero Moncef Mohammad Homaiqani..

La source a laissé entendre dans une déclaration à « Yémen Journée du sport » que la tribu d’Homaiqani  peut agir  en marge de la loi pour la faire respecter et libérer par tous les moyens son fils Mohammed Homaiqani qui est détenu illégalement depuis Août dernier sans aucune accusation, aucun délit, aucun motif, et cela malgré les injonctions des plus hautes autorités yéménites. 

Les services de sécurité ont arrêté Mohammed Homaiqani, le père du champion du monde (résidant en Belgique), le 23 Août alors qu’il était venu au Yémen pour soutenir son fils  et participer aux préparatifs du championnat  du monde de boxe arabe, qui a eu lieu le 9 Septembre. Dans sa catégorie, le titre a été remporté  par son fils.

Le père du champion du monde est toujours détenu  à la prison centrale de Sanaa, en dépit des directives de libération  du procureur général. Alhoumekani est le principal temoin dans l’instruction pour l’assassinat d’un juge français à Djibouti. Les autorités djiboutiennes réclament son extradition à tout prix. 

Notre source  a déclaré que le ministre de l’intérieur avait d’abord  accepté de liberer  Mohammed Alhoumékani avant de revenir sur sa décision, après avoir rencontré dernièrement  les membres d’une délégation djiboutienne. En outre le ministre de l’intérieur avait accepté ensuite la libération d’Alhoumékani, incarcéré sans inculpation, à la condition qu’il reste au Yémen et qu’il lui remette ses passeports belge et yéménite. Il a radicalement changé après cette rencontre avec les envoyés de djibouti et il a déclaré ensuite qu’Alhoumékani devrait rester en prison 

La tribu d’Alhoumékani est une tribu importante au Yémen et la source prévient le ministre de l’interieur et l’averti des conséquences très fâcheuses qui risquent de se produire si Alhoumékani n’est pas liberé rapidement. La tribu signale entre autre que c’est le president yéménite en personne qui a ordonné la libération d’Aloumékani en soulignant qu’il semble ignorer totalement les actes de son ministre de l’intérieur ….

La tribu se demande et se pose  cette question : « Est-ce que le ministre de l’intérieur du Yémen est au service du Yémen ou de Djibouti ? “. Ses représentants ont demandé de consulter le dossier et exige que le parquet prenne des mesures légales.

 “la tribu Homaiqani «peut recourir à tous types d’actions pour libérer Alhoumékani afin de faire appliquer la loi que notre gouvernement prétend garantir et d’obliger le ministre de l’intérieur à travailler à son application et non d’agir à tort et de façon calomnieuse “.