13/02/2016 (Brève 667) UDJ / Communiqué sous la signature du député Saïd Houssein Robleh ” L’UDJ n’est pas à vendre”

UDJ
RÉPUBLIQUE DE DJIBOUTI
                                             
Union pour la Démocratie et la Justice ( U.D.J)
*** *** ***
                    Paix-Liberté-Justice

                                                               Bruxelles, le 12 février 2016
Communiqué de presse :

L’UDJ n’est pas à vendre

Chers militants et militantes de l’UDJ,
Chers militants et militantes de l’USN,
Chers compatriotes,

Je vous écris depuis Belgique, capitale de la résistance des opposants au dictateur de Guelleh, pour vous rappeler que notre parti Union pour la Démocratie et la Justice (UDJ) ne sera pas cloné et dévié de sa ligne politique tracée par ses fondateurs pour l’avènement de la démocratie et de l’Etat de droit en République de Djibouti.

En effet, après le décès du Feu Ismail Guedi Hared, ancien Président de l’UDJ, le régime dictatorial d’Ismail Omar Guelleh tente de cloner le parti politique d’opposition UDJ comme il en a l’habile habitude de cloner tous les partis politiques ou syndicats qui s’opposent à son règne dictatorial en ordonnant à son ministre de l’intérieur de donner le récépissé d’un parti politique à telle personne ou en retirant la légalité à un tel parti politique selon son bon vouloir.

L’USN dont l’UDJ constitue la cheville ouvrière, avait signé un accord-cadre avec le gouvernement le 30 décembre 2014 en renonçant à ses 52 sièges pour 10 sièges et en mettant fin à l’Assemblée Nationale Légitime (ANL) issue de la victoire écrasante de l’USN aux élections législatives du 22 février 2013, pour des réformes démocratiques à savoir la mise en place d’une Commission électorale nationale indépendante paritaire et un statut de l’opposition.

Cependant, les quelques députés de l’opposition USN qui sont rentrés à l’Assemblée, les premiers depuis l’indépendance nationale, sont soient frappés violemment sur la place publique, soient arrêtés, soient blessés par balles réelles par la Police dans une réunion ou soient expulsés du parlement par la gendarmerie… etc.

Pire, les réformes démocratiques signées de commun accord et en présence de la communauté internationale, n’ont pas été mises en œuvre et le dictateur de Guelleh fait passer tantôt des lois vide de substance à l’Assemblée acquise à sa cause et tantot fait diffuser sur la télévision et radio nationales un communiqué de presse sous la signature de la fille du regretté Ismail Guedi Hared qui approuve ces soit-disantes concrétisations des points de l’accord politique par le régime et qui dénonce en même temps les autres partis membres de l’USN.

Triste, le ridicule ne tue pas le dictateur Guelleh qui veut jouer sur le bon sens des djiboutiens tout en se maintenant par la fraude et la force, en massacrant des pauvres civils sans défense, en torturant et en emprisonnant ses opposants politiques, les défenseurs des droits de l’homme et les journalistes, en poussant la jeunesse djiboutienne aux affres de l’exil… ect.

Qu’il soit clair, en tant que Député et dépositaire de la légitimité du parti UDJ, je réaffirme solennellement l’attachement du parti UDJ aux principes fondateurs et aux démarches de l’Union pour le Salut National pour le changement et l’alternance démocratique à Djibouti.

De même, je rappelle que l’UDJ ne cautionne et ne cautionnera jamais la mascarade électorale de la présidentielle d’avril 2016 dont se lance le candidat malheureux. Mohamed Daoud Chehem , Président du PDD qui s’autoproclame comme étant « seul et unique candidat de l’USN » pour légitimer le 4ème mandat d’Ismail Omar Guelleh, mandat présidentiel que le Peuple djiboutien ne lui a jamais donné.

Vive l’UDJ
Vive l’USN
Vive la République de Djibouti
La lutte continue. Le Peuple vaincra.

Le Député de l’U.D.J :
Said Houssein Robleh