25/10/2019 (Brève 1500) LDDH : nouvelle vague de harcèlement et d’arrestations à l’encontre des blogueurs et des enseignants

Dans un communiqué de ce jour, sous la signature de son Président Omar Ali Ewado, la LDDH dénonce de nouvelles arrestations et de nouvelles condamnations arbitraires de blogueurs et d’enseignants.

Fidèle à lui même, le régime en place à Djibouti, continue sa campagne d’arrestations et d’incarcérations à l’encontre des internautes.

Il y a quelques mois l’enseignante Oumalkaire Robleh Farah, professeur de philosophie et formatrice au CEFEF avait écopé 3 mois de sursis pour avoir soutenu les professeurs injustement incarcérés à la prison de GABODE.

Et, ce mardi 22 octobre, une nouvelle sanction vient de lui être infligée : il s’agit de sa mise à l’écart de ses fonctions et de sa traduction prochaine, dans la foulée, devant le Conseil de Discipline de la Fonction Publique.

Aujourd’hui c’est au tour d’un activiste dénommé Osman Yonis Bogore d’être arrêté par la Police pour, rapporte -t-on, avoir aimé -“liké”-, la publication de Fathia Boukao, blogueuse critique du régime…

L’équipe de l’ARDHD soutient l’appel de la LDDH :
“La lddh dénonce et condamne énergiquement les violations répétées des activistes qui usent de leurs droits constitutionnelles. Enfin la lddh demande la libération inconditionnelle de Osman Yonis Bogoreh.”