01/12/2020 (Brève 1705) FLASH INFO N°10 – La chambre d’instruction de la Cour d’appel de Paris annule la mise en examen de Mohamed Kadamy, mais la bataille judiciaire continue …

Texte du message envoyé par Me Bérenger.

La Chambre de l’instruction de la Cour d’Appel de Paris a rendu le 26 novembre 2020 un arrêt prononçant la nullité de l’interrogatoire de première comparution de Mohamed Kadamy du 13 février 2019 et de sa mise en examen subséquente et cancellé certaines informations personnelles.

Il s’agit d’une première étape victorieuse mais la bataille judiciaire se poursuit.

_____________________
Rappel des faits et du contexte (lien)

Mohamed Kadamy Youssouf, réfugié politique djiboutien en France depuis une vingtaine d’année a déjà été convoqué à deux reprises par le Juge Tournaire* qui avait prononcé le 13 février 2019 sa mise en examen, sur commission rogatoire envoyée par la justice djiboutienne (signée par Mme Lamisse Mohamed Saîd**) et pour des faits qui se sont produits à Djibouti, alors qu’il est prouvé qu’il était en Europe au moment où ils se sont produits.

Cela concerne l’incendie de trois véhicules appartenant à une société égyptienne de BTP, qui transportait « discrètement » des troupes et des munitions pour les militaires de l’Armée nationale djiboutienne. Aucun blessé n’a été signalé, les occupants ayant préalablement été invités à descendre.

Pour dénoncer cette mise en examen et pour attirer l’attention des dirigeants politiques et de l’opinion sur les risques pour tous les réfugiés en France, dans la mesure où la justice française accepterait de se laisser instrumentaliser par des Etats « voyous », il a été décidé de constituer un Comité de Soutien ouvert à tous, sur simple adhésion.
____________________
* Le lendemain de la mise en examen de Mohamed Kadamy, le juge Tournaire a pris l’avion pour Djibouti afin d’y rencontrer Mme Lamisse et d’interroger des “témoins” dans une affaire autrement plus grave qui concerne l’ancien Président de la République française : Nicolas Sarkozy.

La majorité des observateurs s’accordent à penser qu’il pouvait s’agir d’une sorte de “renvoi d’ascenseur” consenti par le Juge Tournaire “sur le dos de Kadamy” pour obtenir l’autorisation d’interroger des personnalités djiboutiennes sur place, dont le fils Nasser, ancien banquier à Genève et peut-être aussi Me Aref Mohamed Aref, son beau-frère.
____
** Madame Lamisse Mohamed Saïd est juge d’instruction à Djibouti. Elle a souvent été citée tant pour son allégeance au pouvoir de Guelleh que pour sa cruauté envers les détenus politiques dans plusieurs affaires. Le 30 mars 2011, Madame Lamisse a été cooptée dans le prestigieux Ordre des Bourreaux de la République (lien),dont elle est à ce jour un membre influent et incontournable