19/12/2020 (Brève 1708) Photos de la manifestation du 18 décembre en hommage aux victimes civiles et innocentes de Guelleh

Comme à chaque anniversaire du massacre d’Arhiba commis le 18 décembre 1991, la diaspora organise des rassemblements pacifiques dans diverses capitales en hommage aux victimes civiles et innocentes de la dictature “sanguinaire” qui règne sans partage sur Djibouti depuis plus l’indépendance il y a plus de quarante années. Le massacre d’Arhiba n’est pas le seul commis à Djibouti par des forces sans sauvage et sans pitié, aux ordres de Guelleh. Il y en a eu de nombreux dans tout le pays et en particulier à Buldhuqo, en périphérie de Djibouti, qui visait un rassemblement religieux pacifique.

++ Arhiba le 18 décembre 1991
(Article publié sur le site Alwihdainfo – lien : https://www.alwihdainfo.com/Djibouti-Le-massacre-meconnu-d-Arhiba-un-crime-de-guerre-demeure-impuni_a13918.html

Bien que le titre ne corresponde pas à la qualification des faits, puisqu’il ne s’agit pas d’un crime de guerre, mais d’un massacre de masse prémédité, les fait sont décrits avec minutie et nous recommandons sa lecture aux internautes curieux de l’histoire du pays. L’article fait référence aux archives de l’ARDHD.
___________________

Ce 18 décembre 2014 à Djibouti, rescapés, familles de victimes, militants, sympathisants ou tous djiboutiens épris de justice, commémoreront le 23ème anniversaire de la tuerie méconnue de “Arhiba”, du nom de ce quartier populaire de la capitale à majorité Afar, où plus de 59 personnes sans défense avaient été exécutées par les forces spéciales du régime dictatorial.

Sur ordre d’Ismaël Omar Guelleh, l’actuel président de Djibouti, ce massacre était en fait une expédition punitive menée contre la population Afar de ce quartier, pour lui faire payer les pertes causées aux forces armées par la rébellion du Front pour la restauration de l’unité et de la démocratie (FRUD). Rappel des faits historiques :

++ 6H00 du matin, le quartier d’Arhiba est totalement investi et encerclé par les forces armées djiboutiennes coalisées dans une action militaire sans précédent à Djibouti-ville d’environ 400 personnes en armes et équipements de guerre. Alors que l’essentiel des troupes d’assaut est placé en position de tir dans les tranchées, dans les tanks, sur des Jeeps et sur des vedettes, le groupe des policiers Afars sans armes munis de gourdins, est chargé de convaincre leurs frères de sang avec lesquels ils engagent le dialogue. Parallèlement, les « crânes rasés » issus de la mobilisation générale vident tous les civils de leurs cases en cartons et les rassemblent sur le terrain vague.

++ 7H00 : Les premiers lève-tôt d’Arhiba II, sortis de chez eux sont aussitôt embarqués dans des camions mis à la disposition des forces de l’ordre par les entrepreneurs privés qui se trouvent alignés au sud du quartier. Après triage, le groupe ciblé est isolé du reste et une partie est embarquée dans un premier camion.

++ 7h15 : les rafles continuent. Les forces armées tirent de leurs huttes, hommes, femmes et enfants, les regroupent par dizaines en les faisant asseoir parterre, et une fois le nombre suffisant pour contenir un camion, le chauffeur approche du secteur et l’on embarque tout le monde. La cité étant étendue sur 3 à 4 km, une scène identique à celle ci se déroule à plusieurs endroits, couvrant ainsi, tout Arhiba II.

++ 7h30 : Sur un des « points de’ rassemblement » d’Arhiba II, certaines personnes ne se contentant pas de l’explication facile donnée par les hommes en uniforme selon laquelle il ne s’agirait que d’une simple “vérification d’identité”, elles voudraient comprendre et demandent des explications. Ne pouvant supporter plus longtemps cette situation macabre, un policier Afar se détache du rang, dans un dernier élan de solidarité ethnique, déconseille vivement aux futures victimes de se laisser déporter en demandant d’opposer une résistance passive.

Pour son geste, il sera sommairement abattu par ses collègues de la FNS au cours de la fusillade. Voyant leur plan dévoilé et devant le refus des civils de monter dans le camion, les forces armées s’apprêtent dès ce moment, à tirer sans sommation sur tout ce qui bouge. Ayant remarqué des mouvements qui contrarient le plan initialement établi, les forces armées qui s’étaient préparées à l ‘éventualité d’une réticence de la part des civils, reçoivent l’ordre d’exécuter sur place leur plan : l’acte d’extermination qu’elles devaient accomplir ailleurs.

Elles ouvrent le feu sans sommation sur une foule sans défense (femmes, enfants, vieillards) qui tombe comme des mouches, tués à bout portant. Dès les premières rafales, une panique folle s’empare très logiquement de toute la population d’Arhiba II et aux quatre coins de la cité, loin de contenir, les forces de l’ordre tirent è vue. La chasse à l’Afar commence, un déluge de feu s’abat sur les civils, une course poursuite abominable s’organise.

À pied ou en véhicule tout terrain, les forces de l’ordre s’en donnent à cœur joie. «

++ Un safari humain. » FAIT ÉLOQUENT
Trois policiers, Kalachnikov aux poings, font irruption dans l’École Primaire Public d’Arhiba dont le Directeur est sommé sous la contrainte par un vif et bref échange de propos, de faire sortir ces classes les élèves (probablement pour les exposer au carnage prévu).

Le Directeur de l’École n’a pas manqué, malgré la menace, de leur faire observer qu’il y va de sa responsabilité professionnelle de mettre en sécurité les élèves et qu’il ne peut satisfaire leur dangereuse requête aussi longtemps que les armes ne se seront pas tues à Arhiba. Pendant ce temps, les deux autres policiers s’introduisent dans les classes où ils n’hésitent pas à tirer plusieurs rafales créant une panique généralisée tant parmi les enseignants que parmi les élèves qui fuient à toutes jambes.

++ 7h45 : Un hélicoptère de l’armée française survole les lieux du massacre, panique cette fois coté tueurs, par la crainte des caméras que les Français n’ont certainement pas manqué de sortir pour un tel flagrant délit. Au premier passage, les tireurs cessent la fusillade, certains ont le ridicule réflexe de se cacher derrière les maisons, mais continuent à pourchasser les rescapés dès que le Puma s’éloigne.

Au second passage, les “chasseurs” décident de se retirer et maquillent le chiffre réel du carnage en s’empressant d’entasser dans deux camions un maximum de cadavres. Combien de morts ? Impossible à dire avec précision, les témoins oculaires les plus optimistes chiffrent à 50 cette cargaison funeste. Le convoi se dirige vers la ville, les hommes en uniforme quittent enfin Arhiba.

++ 8H00 : Les habitants d‘Einguela constatent que le terrain vague des Salines qui s’étend au Nord d’Arhiba est lui aussi quadrillé par les hommes de la FNS, à la hauteur du chantier saoudien jusqu’aux Théâtres des Salines. Toutes les routes menant à Einguela sont bloquées par les agents de la circulation et ni piétons ni véhicules ne passent.

Certains observateurs constatent qu’un long convoi de véhicules militaires qui assure l’encadrement, se dirige vers le secteur bouclé.

++ BILAN DU MASSACRE
33 corps abandonnés sur le terrain vague,
7 personnes décédées à l’hôpital Peltier le lendemain des suites de leurs blessures,
7 corps retrouvés le 19 en mer à marée basse,
12 corps que les forces de l’ordre ont emportés,
Soit un total de 59 morts dont 47 ont été enterrés.

LISTE DES PERSONNES DISPARUES LE 18.12.1991
1. HAMAD IBRAHIM SAID
2. YASSO KATHE ALI
3. ALI IBRAHIM MOURRA
4. NIBALLEH ADEN MOHAMED
5. DAOUD MOHAMED ALT
6. ABDALLAH HANAD OMAR
7. SAID HAMADOU GAAS

LISTE DES PERSONNES TUÉES LORS DU MASSACRE D’ARHIBA
Corps découverts sur place
1. ALI ADAM AHMED
2. AHMED MOUMINE BAGUILA
3. HABILE MOUMINE BAGUÏLA
4. GANIBO IBRAHIM YASSO
5. ALI MOHAMED WEO
6. ADAM DIHIBO MOUSSA
7. MOHAMED ALI OMAR
8. ALI ALELOU ASSOWE
9. BERO DAOUD ANGADE
1O.OMAR MOHANED KABADE
11.ABDALLAH YAYO IBRAHTM
12.HASSAN ALI ABOUBAKER
13.MALIK ALI MAHAMED
14.HASSAN ABDOU ABOUBAKER
15.ALI ABDALLAH GOURATE
16.SABOLI ABDALLAH GAAS
17.ALI KABIR MANDEITOU
18.NOUMANE MOHAMED ABDALLAH
19.ALI SATD MOHAMED
20.MAHAMED MOUSSA WAAYE
21.ALI HOUSSEIN HARSSOU
22.ALI CHEIKO HAMAS
23.ADAM CHEIKO HAMAD
24.MOHAMED ALI HOUSSEIN
25.HASSAN FILADERO HASSAN
26.IDRISS LALE ALI
27.MOHAMED OSMAN IBRO
28.OSMAN MOHANED IBRO
29.SAADA AHMED
3O.ALI ARERO ALI
31.MISERA BOUCHRA CHOUMA
32.SALIHA MOHAMED ALT
33.ALI ADAM ALI

Personnes retrouvées à marée basse
34.HOUSSEIN IBRAHIM MOHAMED
35.KILO YASSIN ALI
36.MAHAMEISSE DINBIHISSE ALI
37.ALI HAMAD DOULA
38.HERE ALI YASSO
39,FOSSEYA MOHAMED OSMAN
40.HASNA SAID MOHAMED

Personnes retrouvées à l’hôpital Peltier
41 OSMAN YOUSSOUF
42.HASSAN HAMID
43 ABDOULKADER MOHAMED ISSA
44.ARISSO ONDE ARISSO
45.MOHAMED MOUSSA MOHAMED
46.MOHANED ALI AHMED
47.MOHAMED HOUMED MOHAMED

N.B. Les impacts de balles relevés sur les blessés nous autorisent à penser qu’il y avait plusieurs groupes de tireurs et que nombreuses étaient les personnes en train de fuir lorsqu’elles ont été atteintes par les projectiles. Ainsi, 50 % des survivants sont atteints au dos, 30% de face et 20 % de côté.

De plus, il a pu être dénombré environ 300 blessés dont 70 seulement furent admis à Peltier, une dizaine à l’hôpital militaire français alors que les autres ont été soignés par leurs propres familles de peur de représailles éventuelles.

Liste non exhaustive des principaux artisans de ce crime :
Hassan Gouled Aptidon (président),
Ismaël Omar Guelleh (IOG),
Lieutenant-Colonel Yacin Yabeh (Chef de la police),
Lieutenant Colonel Zakaria Cheik Ibrahim (chef de corps du CCO),
Elmi Abaneh (Commandant de la force navale),
Colonel Hoch Robleh Idleh (chef de corps de la Gendarmerie nationale),
Hassan Saïd (sous-directeur du SDS et adjoint direct d’IOG),
Commandant Mahdi Cheik Moussa (Chef de l’Escadron présidentiel).

Source : ARDHD Association pour le Respect des Droits de l’Homme