26/01/2021 (Brève 1724) Président cherche adversaire pour l’élection du 9 avril (Africa Intelligence)

Lien avec l’article payant : https://www.africaintelligence.fr/afrique-est-et-australe_politique/2021/01/26/president-cherche-adversaire-pour-l-election-du-9-avril,109636949-ar1

Selon l’article publié par le site Africa Intelligence (site payant), IOG chercherait un candidat “de secours” afin d’éviter que l’élection présidentielle du 4 avril 2021 ne se transforme en plébiscite, faute de combattants…

Il faut reconnaître que l’opposition politique ne s’agite pas beaucoup, pour éviter de dire pas du tout. A notre connaissance, en dépit de quelques annonces très timides, aucun candidat sérieux n’a fait part de son intention de se positionner avec force et’ soutien dans la compétition pour la Présidence.

Certains ont évoqué le besoin de rassemblement et/ou la prochaine sortie d’un véritable programme de transition, que nous attendions déjà, il y a plus de six mois. Mais rien de solide n’est venu. Sans parler d’un programme de gouvernement, que nous attendons lui depuis le début du millénaire.

L’opposition, prompt à dénoncer sans retard les actes odieux commis par le Gouvernement de Guelleh, ne brille pas par sa capacité à proposer une alternative aux Djiboutiens, comme ce serait son devoir et sa raison d’être

Comment donner u peuple l’enthousiasme ou simplement l’envie de voter pour un/des candidat(s) qui ne propose(nt) pas de programme construit ni d’alternative à un régime qui le fait souffrir, qui le conduit à la misère et à la ruine et qui réprime toutes les libertés fondamentales telles qu’elles sont énoncées dans les chartes et traités internationaux que le pays a signés ?

Le temps presse. D’après l’article d’Africa Intelligence, les principaux dirigeants de l’opposition seraient aux abonnés absents. En revanche, certains petits partis pourraient envisager une candidature.

Pour Africa Intelligence le seul concurrent sérieux “affiché d’IOG est un candidat indépendant peu connu, Zakaria Ismaïl Farah. Mamassan lui aussi, il est ingénieur de formation et co-gérant de la société Djibouti Environment Cleaning depuis 2018, laquelle a remporté plusieurs contrats d’assainissement des sites portuaires.”

Encore faudra-t-il qu’il renonce à la nationalité française, incompatible avec le statut de Président.

A ce propos, Guelleh a-t-il toujours la nationalité française ?. Probable répondent la majorité des observateurs, mais nous n’en avons pas la preuve !