26/11/10 (B579) Ils qualifient cela de “diplomatie médicale” !! . Les officiers américains vont aussi à la soupe dictatoriale, pour compléter leurs collections de “hochets” exotiques. Peut-être l’Ordre des Brosses à Reluire se décidera-t-il un jour à coopter des officiers américains. C’est cela le progrès ! (Version originale en Anglais et traduction en Français non garantie – Google) (Source Département d’Etat US)

_______________ 1 – Version originale en Anglais

Djibouti Honors U.S. Navy Surgeon General for Medical Work

By Cheryl Pellerin
American Forces Press Service

The U.S. Navy Surgeon General has received Djibouti’s highest honor for work performed in that country by the men and women of Navy medicine to enhance infectious disease surveillance there and in the region.

U.S. Navy Surgeon General Vice Adm. Adam M. Robinson Jr. receives the Djibouti Medal of the Commander of the National Order, that nation’s highest award, by Djibouti Prime Minister Dileita Mohamed Dileita. Robinson accepted the award on behalf of the U.S. Navy Medical Research Unit-3, whose work over the past decade has enhanced infectious disease surveillance in Djibouti. U.S. Navy photo by Capt. Cappy Surette

Over the past decade, scientists from U.S. Navy Medical Research Unit 3 based in Cairo, Egypt, have worked in Djibouti to develop surveillance systems for contagions like malaria, tuberculosis and flu that affect servicemembers deployed there and the people of Djibouti and the Horn of Africa.
“It was quite an honor to receive the Djiboutian Commander of the National Order medal because it represents the work of NAMRU-3,” Navy Vice Adm. (Dr.) Adam Robinson told American Forces Press Service.
“It represents the men and women from Navy medicine who have come to help not only with health protection for our forces and for other allied forces there,” Robinson added, “but also to help the Djiboutian population [with] public health, sanitation, water and infectious diseases.”

Prime Minister Dileita Mohamed Dileita presented Robinson the award in Djibouti Nov. 14.

Robinson said countries that make up the Horn of Africa host forces from the United States, Japan, France and many other nations.

“From a force-health-protection perspective,” he said, “we need to make sure we understand those [endemic infectious] diseases and how we can treat them and how we can prevent them, if at all possible.”

As the scientists of NAMRU-3 work on diseases and public health infrastructure, Robinson said, “we like to partner with the host nation in helping build up the resources they need to do the same for their population.”

In a triangular, 1.2-hectare compound in eastern Cairo, in the shadow of the 1,500-bed Abbassia Fever Hospital, a team of Navy and Army scientists, U.S. civilian employees, Egyptian scientists and technicians, and contractors staff the 63-year-old NAMRU-3.

NAMRU-3 started in Egypt in 1942 as a way for the U.S. National Typhus Commission to control outbreaks of that bacterial disease among the forces fighting World War II, Robinson said. By 1946 NAMRU-3 was a going concern.

The direct mission of NAMRU-3, he said, is to support U.S. military personnel in the region by studying viruses, intestinal diseases and disease carriers, called vectors, like ticks and mosquitoes.

The organization’s medical scientists also perform and teach disease surveillance, which means keeping track of the most important local infectious disease threats.

In these efforts they work closely with the Egyptian Ministry of Health and Population, other countries’ ministries of health, the U.S. Centers for Disease Control and Prevention, the World Health Organization and the World
Organization for Animal Health.

Today, Robinson said, NAMRU-3 is the largest military overseas laboratory in the world.

“We’ve developed partnerships with host nations throughout Africa, Asia and South America based on force protection, global health, disease surveillance and public health infrastructure,” he said.

Disease surveillance is a system that can be established or enhanced in any country, Robinson said.

“So we can look at a specific disease, for instance malaria,” he said. “We can look at where it’s striking, what population it’s striking and how it’s infecting the population.”

Surveillance teams also look at the mosquito and the mosquito-control element that has to do with malaria, and perform vaccine preparation and research to try to stop malaria from spreading.

“Then we need to make sure that we educate not only our nation but also scientists in our organization and scientists in the global health community so they will understand what we’re doing and what we’re accomplishing in terms of treating different diseases and developing new vaccines,” Robinson said.

“I took malaria as an example but you can do the same thing with tuberculosis, diarrheal diseases and with zoonotic diseases that are passed from wild animals and cattle to people,” he added.

NAMRU-3 scientists also engage in an activity not in the official NAMRU mission statement — they make sure they are good neighbors, passing along the benefits of science and medical research to the institutions and citizens of nearby nations.

Robinson and others call it medical diplomacy.

“Medical diplomacy is the way to communicate with men and women because medicine, very much like music, is an international language,” Robinson said.
In Djibouti, NAMRU-3 has been a major partner in helping secure education and knowledge “so we can help them as they establish their public health departments and their public health infrastructure,” he said.

“That means training physicians and scientists,” he added, “and helping developing laboratory capacity, laboratory equipment and the kinds of things that will allow the Djiboutians to have a very solid public health system.”

Partnering with scientists and communities in nations around the world, Robinson said, “the men and women of Navy medicine help build security and in doing that we also build hope.”

_________ 2 – Version traduite en Français sous Google
L’ARDHD met à disposition des lecteurs qui ne parlent pas l’Anglais, cette traduction réalisée de manière automatique, qui comporte de nombreuses imperfections.

Distinctions Djibouti US Surgeon General Marine pour travaux médicaux

Par Cheryl Pellerin
Service de presse des Forces américaines

L’US Navy Chirurgien général a reçu la plus haute distinction de Djibouti pour le travail effectué dans ce pays par les hommes et les femmes de la médecine navale à renforcer la surveillance des maladies infectieuses il et dans la région.

US Navy Surgeon General vice-amiral Adam M. Robinson Jr. reçoit la Médaille Djibouti du commandant de l’Ordre National, la plus haute distinction de ce pays, par Djibouti Premier ministre Dileita Mohamed Dileita. Robinson a accepté le prix au nom de l’US Navy Medical Research Unit-3, dont le travail au cours des dix dernières années a renforcé la surveillance des maladies infectieuses à Djibouti. US Navy photo par le capitaine Cappy Surette

Au cours de la dernière décennie, des scientifiques de l’US Navy Medical Research Unit 3 basé au Caire, en Egypte, ont travaillé à Djibouti de développer des systèmes de surveillance des maladies contagieuses comme le paludisme, la tuberculose et la grippe qui affectent Servicemembers qui y sont déployées et le peuple de Djibouti et la Corne de l’Afrique .

«C’était tout un honneur de recevoir le commandant djiboutien de la médaille d’ordre national, car il représente le travail de NAMRU-3,” Marine le vice-amiral (Dr) Adam Robinson dit American Forces Press Service.

“Il représente les hommes et les femmes de la médecine marine qui sont venus pour aider non seulement à la protection de la santé pour nos forces et d’autres forces alliées là», a ajouté Robinson, «mais aussi pour aider la population djiboutienne [avec] la santé publique, l’assainissement, l’eau et les maladies infectieuses. “

Le Premier ministre Dileita Mohamed Dileita a présenté Robinson le prix à Djibouti le 14 novembre.

Robinson a dit pays qui composent les forces d’accueil Corne de l’Afrique des États-Unis, le Japon, la France et de nombreux autres pays.

“Du point de vue à force de protection sanitaire, dit-il,” nous devons nous assurer de comprendre ces maladies [infectieuses endémiques] et comment nous pouvons les traiter et comment nous pouvons les éviter, si possible. “

Comme les scientifiques de la NAMRU-3 travaux sur les maladies et les infrastructures de santé publique, Robinson a déclaré: «nous aimons travailler en partenariat avec le pays hôte en aidant à créer les ressources dont ils ont besoin de faire de même pour leur population.”

Dans une triangulaire, composé de 1,2 hectare au Caire de l’Est, à l’ombre des 1500 lits Abbassia Fever Hospital, une équipe de la Marine et l’Armée des scientifiques, des employés civils américains, les scientifiques égyptiens et les techniciens, les entrepreneurs et le personnel de la 63-ans NAMRU-3.

NAMRU-3 a commencé en Egypte en 1942 comme un moyen pour le US National Typhus Commission pour contrôler les épidémies de cette maladie bactérienne parmi les forces combattantes la Seconde Guerre mondiale, a déclaré Robinson. En 1946, NAMRU-3 a été une préoccupation va.

La mission directe de NAMRU-3, at-il dit, est de soutenir le personnel militaire américain dans la région par les virus des études, des maladies intestinales et les vecteurs de maladies, des vecteurs, appelés, comme les tiques et les moustiques.

sciences médicales de l’organisation aussi produire et à enseigner la surveillance des maladies, ce qui signifie garder la trace des plus importants locales menaces de maladies infectieuses.

Dans ces efforts, ils travaillent en étroite collaboration avec le Ministère égyptien de la Santé et de la population, les ministères des autres pays de la santé, les US Centers for Disease Control and Prevention, l’Organisation mondiale de la Santé et l’Organisation mondiale de la santé animale.

Aujourd’hui, a dit Robinson, NAMRU-3 est le plus grand laboratoire militaire à l’étranger dans le monde.

«Nous avons développé des partenariats avec les pays d’accueil à travers l’Afrique, en Asie et en Amérique du Sud basée sur la protection des forces, la santé globale, la surveillance des maladies et des infrastructures de santé publique, dit-il.

La surveillance des maladies est un système qui peut être établis ou améliorés dans tous les pays, a dit Robinson.

“Ainsi, nous pouvons comparer à une maladie spécifique, pour le paludisme, par exemple, dit-il. “Nous pouvons voir où il est frappant, quelle population il est frappant et comment il est infecter la population.”

Les équipes de surveillance aussi regarder le moustique et l’élément de lutte contre les moustiques qui a à voir avec le paludisme, et d’effectuer la préparation de vaccins et de la recherche pour tenter de stopper la propagation du paludisme.

“Ensuite, nous devons nous assurer que nous éduquer non seulement notre pays mais aussi des scientifiques dans notre organisation et des scientifiques dans la communauté sanitaire mondiale afin qu’ils comprennent ce que nous faisons et ce que nous accomplir en termes de traitement de différentes maladies et en développement nouveaux vaccins », a dit Robinson.

“J’ai pris l’exemple du paludisme, mais que vous pouvez faire la même chose avec la tuberculose, les maladies diarrhéiques et les maladies zoonotiques qui sont passés à partir d’animaux sauvages et le bétail aux gens”, at-il ajouté.

NAMRU-3 scientifiques ont également s’engager dans une activité qui n’est pas dans l’énoncé de mission NAMRU officiels – ils s’assurer qu’ils sont de bons voisins, en passant le long de la bienfaits de la science et la recherche médicale pour les institutions et les citoyens des nations voisines.

Robinson et d’autres appellent cela la diplomatie médicale.

«Diplomatie médicale est le moyen de communiquer avec les hommes et les femmes parce que la médecine, tout comme la musique, est une langue internationale», a dit Robinson.

A Djibouti, NAMRU-3 a été un partenaire majeur en aidant l’éducation sécurisé et des connaissances “afin que nous puissions les aider à établir leurs services de santé publique et de leurs infrastructures de santé publique, dit-il.

«Cela signifie que la formation des médecins et des scientifiques, at-il ajouté,” et d’aider le développement des capacités de laboratoire, matériel de laboratoire et le genre de choses qui permettront à l’Djiboutiens d’avoir un système de santé publique très solide. “

En partenariat avec les scientifiques et les communautés dans les pays du monde entier, a dit Robinson, «les hommes et les femmes de la médecine Marine aider à renforcer la sécurité et, ce faisant, nous avons également susciter l’espoir.