11/07/2018 (Brève 1174) 25ème anniversaire de l’arrivèe des réfugiés djiboutiens sur le sol éthiopien. (Omar Gabasse)

27/02/2018 (Brève 1130) A écouter. Said Houssein Robleh, président de l’UDJ a été interviewé lundi 27/02/18 par la Voix de l’Amérique

Interviewé par les journalistes de VOA (La Voix de l’Amérique) Saïd Houssein Robleh exprime son sentiment sur le déroulement des dernières élections législatives à Djibouti. Il salue la position courageuse des partis d’opposition qui ont respecté la consigne de Boycott et il dénonce ceux qu’il appelle les « faux-opposants », qui sont financés par le régime pour donner une apparence démocratique au scrutin.

Il dénonce aussi le principe de Guelleh qui consiste à cloner les partis traditionnels pour substituer des partis illusoires qui n’ont aucune crédibilité ni légitimité, comme c’est le cas pour l’UDJ qui en est l’une des victimes.

++ Retrouver toute l’émission :
https://www.voaafrique.com/a/4249368.html

++ Ecoutez l’extrait

16/12/2017 (Brève 1107) A la veille de l’anniversaire de deux grands massacres commis à Djibouti sous les ordres de Guelleh, un correspondant nous adresse la liste la plus complète des victimes de nombreuses exécutions massives commises dans le pays. Avec nos félicitations, nous lui adressons tous nos remerciements pour sa contribution à la mémoire de ces femmes et de ces hommes innocents.

Sera-t-il possible d’établir un jour la liste exhaustive de toutes les victimes de Guelleh et de ses sbires ? On ne peut que l’espérer, mais la tache est complexe, car l’information est difficile à recueillir et à recouper et surtout parce que le régime a toujours tout fait pour que la vérité soit occultée, allant même jusqu’à faire brûler le bâtiment qui rassemblait les archives.

Notre corespondant à effectué un travail remarquable, que la diaspora toute entière va reconnaître et l’équipe de l’ARDHD lui adresse ses félicitations les plus sincères.

+++ 1990
++ 17 septembre 1990
A la suite de l’attentat du café de Paris, les forces de répression ont lancé une chasse contre les membres de la communauté Gadabourci, qui a payé un lourd tribu avec de nombreux morts et blessés.

==========================================
+++ 1991
++ 18 décembre 1991: massacre d’ARHIBA

  1. Hamad Ibrahim Said
  2. Yasso Kate Ali
  3. Ali Ibrahim Mourha
  4. Nibaleh Aden Mohamed
  5. Daoud Mohamed Ali
  6. Abdallah Hamad Omar
  7. Said Hamadou Gaas
  8. Ali Adam Ahmed
  9. Ahmed Moumin Baguila
  10. Habile Moumin Baguila
  11. Ganibo Ibrahim Yasso
  12. Ali Mohamed Weo
  13. Adam Dihibo Moussa
  14. Mohamed Ali Omar
  15. Ali Alelou Assowe
  16. Bero Daoud Angade
  17. Omar Mohamed Kadabe
  18. Abdallah Yayo Ibrahim
  19. Hassan Ali Aboubaker
  20. Malik Ali Mohamed
  21. Hassan Abdou Aboubaker
  22. Ali Abdallah Gourate
  23. Saboli Abdallah Gaas
  24. Ali Kabir Mandeitou
  25. Noumane Mohamed Abdallah
  26. Ali Said Mohamed
  27. Mohamed Moussa Waaye
  28. Ali Houssein Harssou
  1. Ali Cheiko Hamad
  2. Adam Cheiko Hamad
  3. Mohamed Ali Houssein
  4. Hassan Filadero Hassan
  5. Idriss Lale Ali
  6. Mohamed Osman Ibro
  7. Osman Mohamed Ibro
  8. Saada Ahmed
  9. Ali Arero Ali
  10. Misera Bouchra Chouna
  11. Saliha Mohamed Ali
  12. Ali Adam Ali
  13. Houssein Ibrahim Mohamed
  14. Kilo Yassin Ali
  15. Mahameisse Dinbihisse
  16. Ali Hamad Doula
  17. Here Ali Yasso
  18. Fosseya Mohamed Osman
  19. Hasna Said Mohamed
  20. Hassan Hamid
  21. Osman Youssouf
  22. Abdoulkader Mohamed Issa
  23. Arisso Onde Arisso
  24. Mohamed Moussa Mohamed
  25. Mohamed Ali Ahmed
  26. Mohamed Houmed Mohamed
  27. Gohar Hamadou Gohar
  28. Hamdou Gohar Hamadou

_________________________

++ 19 décembre 1991 : district de Dikhil – Massacre de Karta
1-Gohar Hamadou Med
2-Moumina Mohamed Barkat
3-Alboli Gohar
4-Assia Hammadou Ali
6-Saida Ahmed Cheiko
7-Aicha Houmed Ahmed.

==========================================

+++ 1992
++ Février 1992 : Yoboki

1-Abdallah Oudoum Hamadou (okal general)
2-Ahmed Moussa Ahmed (Cadi)
3-Mohamed Araita Hamadou
4-Mohamed Adou Roble dit Hali Hali (commercant)
5-Hamadou Ali Hamadou dit Herma
6-Hassan Farah Meeko
7-Abdo bolok Hamad dit kaxxa Abdo
8-Mohamed Bolok Hamad
10-Lako Kabir Houmed
11-Hamad Abakari Said (okal de Oulouto Modayto)
12-Halima Med Hassan
13-Moussa Hebano
14-Abdo Hamad,( muezin et maitre de l ‘ecole coranique)
15-Mohamed Hamadou Said
16-Mohamed Goura dit Asbaraytou .

_________________________

++ Février 1992 : Massacre de Gouroubous

1-Ambaro Assowo
2-Abdallah Hamad Mohamed
3-Obakar Mohamed Farah
4-Mohamed Houmed Ali
5-Ali Adrouh Boreto
6-Obakar Ali Araita
7-Abdo Ibrahim
8-Mohamed Ahmed Moussouba
9-Mohamed Houmed Ali dit HARSA
10-Mohamed Ali Hera
11-Gohar Moussa
12-Roble kiou Abdallah

_________________________
++ Aout 1992 : massacre d’Hanlé

1-Iyye Ahmed Ali
2-Abdoulkader Ibrahim Moussa
3-Ibrahim Abdoulkader Ibrahim
4-Med Adrouh Borita
5-Borita Adrouh Borita
6-Basoora Ali
7-Wais Halale Hamad Adou
8-Ali Hoobo Guinili
9-Abdalah Ahmed Sabboum
10 Abdo Ibrahim Ibiro
11-Farah Mohamed
12-Mohamed Houmed Golba

==========================================

+++ 1993
++
Septembre 93 : massacre de Gagade -Allouli.
1-Ali Houmed dit Arkahidaytou
2-Fatouma Ali Hmed
3-Moumina Oudoum Gohar
4-Koudous Moussa dit Ibaado
5 -Ibid Mohamed Adou
6-Madina Moussa Hared .
_________________________
++ Juil à Sept 1993
: district de Tadjourah

1-Hamadou Abdallah
2-Hassan Mohamed Ali
3-Mohamed Ahmed
4-Abyaazid Youssouf
5-Fatouma Dileita
6-Houmed Gouda Hera
7-Mohamed Isse Youssuf
8-Ali Hassan Daoud
9-MohameAli Gueda
10-Mohamed Ali Ahmed
11–Adlao Med Bolok
12 -Ali Abdallah
13-Ali Dimbio
14-Kamil Houmed Soule
15-Abakri Gadito Ali
16-Hamadou Daoud Ali
17-Ali Dabale Hamad
18-Moussa Ali Hamadou
19-Mohamed Chehem
20-Ali Adab
21-Adlao Awal

22-Moussa Ibrahim
23-Ali Ahmed Ali
24-Mohamed brahim
25-Ahmed Abdallah Mohamed
26-Mohamed Dimbio
27 -Ahmed Abdallah Otban
28-Mohamed Ali Mohamed
29-Abdo Mohamed
30-Ali Hamadou Ali Hida
31-Houmed Ibrahim Ali
32-Otban Ayra Moussa
33-Mohamed Cheik Borris
34 -Ali Mhamed Hamadou
35-Houmed Ibrahim Ali
36-Ali Kamil Horoodo
37-Hamad Mohamed Ali
38-Daoud Ibrahim Afada
39-Mohamed Hamid Hamadou
40-Hawi Rouffa Afsiiro
41-kamil Mohamed Ali

_________________________

++ Septembre 93 : massacre de Gagade -Allouli.

1-Ali Houmed dit Arkahidaytou
2-Fatouma Ali Hmed
3-Moumina Oudoum Gohar
4-Koudous Moussa dit Ibaado
5 -Ibid Mohamed Adou
6-Madina Moussa Hared .
________________________________________

+++ Massacres et exécutions à Obock

1-Mariam Ebo Mohamed
2-Mariam Houmed Yacin
3-Saleh Ahmed Kassim
4-Abdo Ibrahim Kassim
5-Ali Hamadou Ibrahim
6-Ali Mohamed Ibrahim
7-Fatouma Ali Mohamed
8-Bourhan Gazar Mohamed
9-Mola Omar Mola
10-Mohamed Bourhan
11-Ali Mohamed Ali
12 -Hamadou Kadafo Ali
13-Hasna Mohamed Ali
14 -Mohamed Chehem Ali
15 -Kassim Bourhan Ali

16 .Hafez Med Hassan (Elève)

===========================================
+++ 2014 : massacre du Day
Les ossements exhumés, par les ravinements des eaux torrentielles, seraient ceux des civils innocents, triés et exécutés, sans aucun Jugement (extrajudiciaire) par les Forces armées Djiboutiennes, en janvier 1994, et dont les corps n’avaient pas été retrouvés.

Il s’agit vraisemblablement de :
1. Ali Ballah Youssouf ;
2. Hassan Kamil Ali ;
3. Hamadou Kamil Hassan ;
4. Hamadou Mohamed Houmed ;
5. Mohamed Hassan Ali ;
6. Abdoulkader Hassan Youssouf ;
7. Mohamed Ali Mohamed.

Les sept corps ont été enterrés décemment au cimetière de Gabladigué le 9 février 2007.

===========================================
+++ 2015
++ 21 décembre 2015 : Bulduqho (Source : LDDH)

Morts
            

Blessés

Disparus

Awaleh Ali Mousse

Aden Farah Affi

Ahmed Hildid

Moussa Khaireh Waberi

Ibrahim Nour Miganeh

Sahal Ahmed Djama

Ahmed Abdi Houssein

Abdi Houssein Dirieh

Farah Robleh Wais

Abdillahi Aden Abdi

Awowo Aden Jirijiri

Mahamoud Bouh Rayale

Abdi Sahal

Idriss Baadou Aden

Hachim Ali Farah

Moumin Absieh

Hosh Abdillahi Ali

Houssein  Hassan Moumin 

Mako Nour Bouraleh

Yonis Abdillahi Ali

Omar Abdillahi

Samireh Aden Said

Mohamed Yacin Abdi

Moud Houssein Miguil

Osman Moumin

Abdi Moussa Farah

Med Ali Demo

Adosh Miguil Bouh

Ibrahim Omar Doule

Hassan Meiraneh

Mako Ali Rayal

Hassan Guedi

Omar Ali Omar

Hadiyo Maidane Farah

Aboubaker Yacin Said

Said Farid Djama

Moussa Bouh

Mahad Hassan Omar

Hadi Abdi Said

Moussa Elmi Egal

Yonis Abdillahi

Mahdi Moussa Atteyeh

Dahir Awaleh Farah

Yonis Hared Abdillahi

Moumin Alloleh Sougueh

Saad Moussa Elmi

Yonis Faroleh

Fatouma Said Issa

Rayale Miguil Ali

Zakaria Daher Ali

Fouad Robleh Omar

Fatouma Rague

Ibrahim Nour Miguil

Said Biraah Bouh

Ali Maidane

Arab Daher Ismail

Fardoussa Omar Ali

Farah Moumine Obsieh

Idriss Bachir Guedi

Omar Awlid Osman

Waise Godi

Ali Djama Mairaneh

Ayanleh Sougueh Guedi

Awaleh Robleh

Ahmed Issa

Mohamed Djama Egueh

Omar Guirreh God

Aden Farah

Moussa Waberi Dirir

Barreh Sougueh

Abdillahi Aden Ali

Mohamoud Hassan Omar

Ali Hayil

Daoud Abdillahi Gouled

Diraneh Aouled Ali

Hassan Omar Doualeh

Ilyas Ibrahim

Farid Ali Bouh

Madina Aden Hassan

Farah Mahamoud

Fozia Darar Ibrahim

Amina Hassan

Mouktar Hassan Abdirahman

Abdillahi Bouh Ali

Soumeya Abdourahman Djama
(6 ans)

Rayal Bouh

Issa Ali Farah

Souleiman Said Abdi

Omar Bawlah

Amareh Guedi Bouh

Omar Guirreh

Omar Djama Bashe

Saada Omar Djama

 

Jeh Abdi Souldan

Farid Ali Warsame

 

Abade Abdillahi Robleh

Aganeh Omar Wadawr

 

Robleh Bouni Daher

Abdirahman Wadawr

 

Ibrahim Alaleh

Mohamed Farah  Iyeh

 

Isnino Farah Ali

 

 

Qoreeho Bouh Said

 

 

Djama Sahal

 

 

Ibrahim Awaleh

 

 

Haroun Abadid Warsame

 

 

Kadija Hilin Adawe

 

 

Oumalkair Said

 

 

Atteye Djama Farah

 

 

Djibril Omar Atteyeh

 

 

Neima Guirreh Adaweh

 

 

Anab Sougueh Bouh

 

 

Bilal Djama Moud

 

 

Roda Ibrahim Bouh

 

 

Hamda Osman Abdi

 

 

Abdoulkader Osman Abdi

 

 

Zahra Said Farah

 

Que Dieu Tout-Puissant les accueille en son Paradis éternel.

23/03/2017 (Brève 954) ALERTE ROUGE – 17 personnes au moins arrêtés et détenus depuis une semaine Le régime multiplie les arrestations. (Lecteur)

Depuis une semaine, les arrestations se multiplient partout à Djibouti. Voici une première liste non exhaustive (puisque les arrestations continuent à Djibouti-ville)

S’y ajoute une figure emblématique de la Défense des Droits humains, le Président de la LDDH, M.Omar Ali Ewado qui est toujours détenu au secret depuis le 19 mars 2017 au plateau de serpent dans les locaux du SDS. De nombreuses organisations internationales réclament sa libération dont la FIDH et l’Organisation mondiale contre la torture

1-Naguib Ali Gouradi, arrêté le 13 mars 2017 ;
2-Mohamed Ali Gouradi, arrêté le 13 mars 2017 ;
3-Hibo Abdillahi Awaleh dit Boulboul, arreté le 14 mars 2017 ;
4-Mako Houssein Miguil, arrêté le 14 mars 2017 ;
5-Mohamed Ahmed Ali, arrêté le 14 mars 2017 ;
6-Ibrahim Abdi Indayareh, arrêté le 15 mars 2017 ;
7-Saida Ahmed, arrêté le 15 mars 2017 ;
8-Radia Ali, arrêté le 15 mars 2017 ;
9-Madina Iyeh Rayaleh, arrêté le 16 mars 2017 ;
10-Adar Houssein Toukaleh, arrêté le 16 mars 2017 ;
11-Youssouf Farah Aouled, arrêté le 16 mars 2017 ;
12-Mohamoud Mohamed Daher, arrêté le 16 mars 2017 ;
13-Hared Daher, arrêté le 16 mars 2017 ;
14-Guinio Bouraleh Hoch, arrêté le 18 mars 2017 ;
15-Hali Farah Ounkour, arrêté le 18 mars 2017 ;
16-Roda Hassan Moussa, arrêté le 18 mars 2017.
17 -Farah Abadid Hildid  un grand militant des droits humains et membre de MRD arrêté le 21 mars 2017

– Les anciens détenus, sans jugement
18 -Ahmed Mohamed Ahmed dit safiyatou a été arrêté à Tadjoura et il est détenu à Gabode depuis 10 octobre 2016 sans jugement
19 -le plus ancien detenu Mohamed Ahmed Jabha détenu depuis mai 2010, en dépit d’une décision de non-lieu prononcée par la cour suprème !!!

– Un seul a été libéré :
20-Mohamed Houmed dit Charlie, libéré hier mardi

20/03/2017 (Brève 948) ALERTE ROUGE : multiplication des harcèlements contre les Défenseurs des DH à Djibouti en vue de faire taire la LDDH (Communiqué de la LDDH)

Communiqué de presse de la LDDH du 20/03/2017

Risque de tortures, harcèlements (*) et volonté gouvernementale de faire taire la seule lorganisation de défense des DH à Djibouti

Le président de la LDDH a été arrêté pour des raisons inconnues, mais qui sont certainement en rapport avec son activité en faveur des droits de l’homme.

Au cours de son arrestation il y a eu un affrontement musclé entre les enfants du président qui venaient porter secours à leur père et les agents du service de renseignement en civil.

L’un des agents du SDS a menacé les enfants du président de la LDDH avec une arme à feu (un pistolet) ; la scène s’est déroulée en public au moment où le président de la LDDH se rendait à la mosquée située à 100 m de son domicile.

– Les objectifs du régime et le risque de « mise à mort » de la LDDH

Le seul objectif du régime est de réduire au silence la LDDH (seule organisation indépendante de défense des droits de l’homme) et toutes les voix dissidentes.

C’est l’ensemble du comité exécutive de la LDDH qui est ciblé et menacé par le régime autoritaire de Djibouti. Ces derniers temps le président de la LDDH M. Omar Ali Ewado était poursuivi pour avoir dénoncé les violations de droits de l’homme commis par le régime.

Face à ces multiples arrestations et menacse la seule organisation crédible de défense des droits humains risque de s’éteindre.

– Historique

  • En janvier 2016 le président de la LDDH M. Omar Ali Ewado avait été condamné à 3 mois d’emprisonnement ferme pour avoir publié la liste nominative des victimes du massacre de la localité de bouldhouqo contre un rassemblement religieux de la communauté Yonis Moussa.
  • Le 21 décembre 2015 le secrétaire général de la LDDH M. Saïd Houssein Robleh a été grièvement blessé par des policiers cagoulés ; il a reçu deux balles métalliques, dont une logée à proximité de la carotide. Evacué en Belgique, la balle a pu être extraite par les chirurgiens belges.
  • En mai 2015 le contrôleur adjoint de la LDDH M. Faysal Mohamed Ibrahim avait été arrêté et placer en garde à vue à la brigade du 3éme arrondissement.
  • En 1999 le président actuel de la LDDH M. Omar Ali Ewado et l’ancien président de la LDDH feu M. Jean-Paul Noël Abdi ont échappé de justesse à une agression ciblée à la grenade.
  • En 1979 M. Omar Ali Ewado avait été écroué pendant 2 ans et 6 mois. En mai 2013 le 2eme vice-président de la LDDH Mr MAHDI SAMIREH SOUGUEH a été légèrement blessé par une balle à blanc à la main droite par un officier de police,
  • Le 1er vice président de la LDDH M. Abdi Osman Nour avait été frappé et torturé à plusieurs reprises. Il a passé des années en prison puis déchu de la nationalité, son passeport lui avait été confisqué. Finalement il avait réussi à s’enfuir en Belgique qui lui a accordé enfin l’asile politique.

(*) La LDDH (ligue Djiboutienne des droits humains) a recueilli des informations concordantes de la part du ministère de l’éducation nationale concernant la suspension arbitraire du salaire du président de la LDDH M. Omar Ali Ewado, âgé de 41 ans, ayant une longue carrière d’instituteur à son actif.

22/12/2016 (Brève 897) Commémoration des massacres de Buldhugo et d’Arhiba à Djibouti Un devoir de mémoire – Communiqué de l’UDJ Canal Historique daté du 17/12 sous la signature de Saïd Houssein Robleh

UDJAu nom du Peuple djiboutien, au nom du parti UDJ et à mon nom personnel , je voudrais saisir cette occasion pour rendre un vibrant hommage aux victimes et à leurs proches des massacres d’Arhiba et de Buldhuqo et je demande solennellement à toute l’assistance d’observer une minute de silence pour  nos  martyrs.

Nous commémorons aujourd’hui ici à Bruxelles et à Paris ces deux dates sombres de l’histoire de la République de Djibouti qui est aux mains d’une dictature ; la plus féroce d’Afrique depuis 1977 qui nous a privé des libertés fondamentales pendant ces 40 années d’indépendance.

Deux dates qui marquent deux hon-ibles massacres commis par les forces armées gouvernementales dans la capitale de Djibouti sur des populations civiles et chaque fois à l’aube du matin sous les yeux vigilants des bases militaires  étrangères installées à   Djibouti.

L’aube du mercredi 18 décembre 1991 fut commis le massacre d’Arhiba et puis récemment  à l’aube du lundi 21 décembre 2015 fut perpétré  le massacre  de Buldhuqo  .

Et l’auteur de ces 2 massacres n’est autre qu’un seul homme, le dictateur Ismail Omar Guelleh, chef de la sécurité du pays  d’alors en  1991 et actuel Président   autoproclamé.

Un ancien agent de la police coloniale française devenu Président de Djibouti et qui n’a pourtant jamais  été élu de manière transparente par le Peuple djiboutien qui n’a connu que   2 présidents  IOG et son prédécesseur,  son oncle Hassan  Gouled Aptidon.

Hélas,  les djiboutiens  vivent encore avec ces tragédies.

Un Peuple pris en otage par un dictateur malade et fou qui exerce un terrorisme d’Etat sur son peuple avec une répression violente et dans une misère abjecte , le tout enfenné dans une prison  à ciel ouvert.

Un pays devenu, ces dernières années, un salon militaire international  et l’objet de toutes  les convoitises avec la présence de toutes les puissances militaires  du monde  : les Etats­ Unis , la France , la Chine , le Japon, l’Allemagne, l’Italie … qui déploient au total environ20 000 soldats sur un territoire de 23 000 Km2

Alors que la manne financière issue de toutes ces bases militaires  s’élève à 258 millions  d’euros/an, mon Peuple  vit une situation affreuse où les familles djiboutiennes enterrent chaque jour des dizaines de leur proches morts du cholera et de paludisme par manque  des soins et des médicaments  dans une totale ignorance par l’Etat qui se refuse de parler de ces fléaux à la télévision  et à la  radio nationales pour prévenir la population  et empêche pire  les organisations internationales  de venir  aux secours à ces populations  sinistrées.

Aussi, il n’y a pas un an de cela, en avril 2016 , une cinquantaine de jeunes djiboutiens et djiboutiennes ont péri dans la méditerranée, une première dans l’histoire de Djibouti.

Leurs corps n’ont pas été rendues aux familles. Pire, aucun hommage ni un message de condoléances n’ont été rendues aux familles des naufragés avec le même mépris toujours.

La torture, la mort en détention, les arrestations et les emprisonnements arbitraires bref l’humiliation et l’oppression sont leur lot quotidien.

Mon pays traverse les moments les plus sombres de son histoire mais il se libérera un jour de sa cage aux fauves.

Et ce jour-la, la punition du Peuple sera forte et amère.

Nous nous sommes retrouvés aujourd’hui  encore pour  lutter contre l’oubli qui guette, Nous nous  sommes retrouvés  pour que les victimes vivent encore dans    nos mémoires,

Nous nous sommes retrouvés pour rappeler au Peuple djiboutien et au monde entier que le régime de Djibouti se transforme de jour en jour , sous nos yeux, en une dictature familiale implacable.

Restons mobilisés pour que les responsables de ces atrocités soient placées devant leurs responsabilités

Les faits sont têtus et ces crimes sont imprescriptibles.

Justice sera rendue un jour pour toutes ces victimes de la dictature et le Peuple djiboutien reconquerra sa dignité et sa fierté

Vive la République de Djibouti.

Le Président de l’UDJ:
Député  Said Houssein Robleh

12/12/2016 (Brève 890) Triste bilan à Djibouti pour la journée mondiale des Droits de l’Homme de samedi dernier. Un communiqué de M Omar Ali Ewado sur en-tête de la LDDH rappelle toutes les atteintes aux personnes, commises par le régime de Guelleh

Dans un communiqué qu’il a signé sur papier de la LDDH, M. Omar Ali Ewado fait un état des lieux détaillés et précis de la situation des Droits de l’Homme à Djibouti.

Il rappelle qu’il a lui-même été incarcéré pendant 45 jours et que Saïd Houssein Robleh a reçu deux balles dont une très mal placée dans le cou dont l’extraction a nécessité une intervention chrirurgicale délicate en Belgique.

A cette occasion, deux hauts-dirigeants de l’opposition avaient aussi été victimes des tirs à balle réelle de gardes spéciaux rattachés très probablement à la Présidence (Note de l’ARDHD)

L’auteur cite 4 exécutions extra-judiciaires de jeunes :

  • 2 jeunes qui ont succombé à la torture infligée dans la Brigade de Gendarmerie de TADJOURAH
  • et 2 autres qui ont été fusillés au pied de Mont Moussa Ali.

Il aborde ensuite les arrestations, et les incarcérations arbitraires et les cas de torture ::

  • un jeune Alisabien a été incarcéré pour avoir mis en ligne la soif due au manque d’eau dans la ville d’Ali-Sabieh.
  • Les anciens prisonniers politiques de l’Affaires BULJOUQO restent toujours interdits de voyage à l’étranger pour se faire soigner.
  • Les prisonniers politiques au nombre de 13 croupissent toujours dans la Prison de GABODE.
  • Torturés sauvagement HOUMED GOHAL et YOUSSOUF BADOUL qui ont respectivement 2 fractures de l’avant bras et 5 cotes cassées n’ont eu aucun soin nécessaire.
  • L’opposition illégitime du Premier ministre à la libération de Mohamed Ahmed Jabha le plus vieux prisonnier en préventive, indéfiniment incarcéré sans aucun jugement et maintenu en détention en contradiction avec un jugement de la Cour suprême qui a annulé toute la procédure.(…)

15/11/2016 (Brève 862) VERITE / Portrait d’un spécialiste en torture : le P’tit ZAK. Ex Officier de la Gendarmerie mis à l’écart récemment par IOG (Cf LOI) (Portrait publié sous la responsabilité de son auteur)

Les lecteurs qui souhaiteraient nous faire part d’inexactitudes ou de proposition de correction peuvent nous écrire a equipe@ardhd.org

VERITE : PORTRAIT  D’UN HOMME SANS CULTURE NI PITIE : Un Ancien Officier de la Gendarmerie nationale.

Seize filles pour un garçon Le petit Zak est né à Djibouti et il a grandi ensuite à ARTA, fils d’un ex- gendarme Afar et d’une mère Isaak.

C’est à Arta qu’il a commencé à mendier des Bakchichs aux soldats du régiment de la Légion étrangère stationnés sur place. Dès le plus jeune âge, il a effectué de sales besognes ; par exemple il conduisait les soldats  chez  les femmes du quartier spécialisé, où se côtoyaient les drogués, les ivrognes et les proxénètes. C’est dans ce milieu malsain qu’il a fait ses premiers pas,

Durant son enfance il a fréquenté les bordels et il buvait de la bière à outrance, il a même entraîné d’autre enfants en faisant consommer  du vin rouge sans modération ce qui a causé plusieurs transferts au dispensaire d’Arta d’où l’infirmier Ali Darar leur a donné les premiers soins.

Ses parents ayant divorcé, sa mère quitta Arta avec lui pour la ville de Djibouti. Sans moyen pour l’élever, il a été placé dans le cercle fermé et insociable où se fréquentaient des gens mal intentionnés. Le petit Zak tomba malade et c’est alors qu’il perdit tous ses cheveux. Déjà, il avait des difficultés à communiquer et ses comportements souvent bizarres l’ont mis à l’écart de la société.

Il détestait jouer avec les autres enfants du quartier et de l’école, car il avait un handicap  et il préférait  rester souvent seul dans un chambre isolé, pendant que sa mère vendait  les fameux Kamire (gâteaux), les bonbons, les mougalgales dans le Souk  du quartier afin d’assurer la survie du petit.  Sa famille n’avait pas les moyens de lui donner des soins ou de le faire examiner par un médecin.

Le petit Zak, un enfant têtu, refusa de s’améliorer en aidant, par exemple, sa pauvre mère qui souffrait aussi. C’est pourtant grâce à elle qu’il a été élevé. Mais cette pauvre mère ne se serait jamais douté, qu’une fois  parvenu à l’âge adulte, ce garçon « difficile »  détruirait,
 et massacrerait des membres de sa tribu les Afar, des innocents, des citoyens djiboutiens :  qu’il pourrait être qualifié par certains d’ogre, d’aigri, de mercenaire ou de criminel patenté.

Devenu quand même Instituteur à  l’école de La Salle, il devait y enseigner dans des classes de CP, mais il avait une grande difficulté  pour  dispenser les cours car il n’était pas apte à assumer le travail qui lui avait été confié, c’est-à-dire de transmettre une connaissance à des enfants. C’est  une grande responsabilité qui  demande vigilance et compétence et notre petit Zak toujours  arrogant et agressif, se refusait à préparer les élèves pour les conduire à l’objectif. Un maitre de l’école ne doit-il pas être une personne humaine, juste, patiente, qui aime  aider ses élèves à résoudre les problèmes avec beaucoup d »amour pour les autres.

– La paranoïa dans son rôle d’instituteur ? 
Le petit Zak  est l’homme qui a fait renvoyer de l’école deux élèves issus d’un milieu très modeste avec des parents n’ayant pas les moyens de payer la cotisation de l’école.  Pour convaincre le Directeur il a rédigé une lettre pleine  de mensonges qui a détruit ces enfants innocents. Comme il ne supportait pas les grincements des chaises et des tables au sein de la classe, il mettait régulièrement 2 à 3 élèves à la porte par jour sans en référer au Directeur. Avait-il un problème  de trouble mental qui l’aurait rendu agressif et qui lui aurait fait perdre le contrôle de lui-même ? Est-ce l’explication de son comportement agressif et injuste envers les enfants de la classe à qui il infligeait tant de punitions ?.

Ses collègues le détestaient. Suite à de nombreuses plaintes déposées par les parents des élèves, le responsable de l’établissement a adressé plusieurs blâmes au P’tit Zak : retards répétés, mise à la porte des élèves sans motif réel et mauvais traitement, mauvais comportement envers ses collègues, non présentation du livret pédagogique …

Le petit Zak, cette personne de petite taille, s’évertuait dans sa jeunesse à courtiser les jeunes filles. Mais il n’avait ni la finesse ni la maitrise du vocabulaire pour draguer et convaincre une brebis au couleur du miel. Il n’arrivait pas à parler clairement et bien souvent il bégayait quand  il ne parvenait plus à maitriser plus la colère interne qui le rongeait.

Certaines filles  racontaient souvent, qu’il était parcimonieux, avec une moralité douteuse car il n’était pas un homme à qui l’on pouvait  se confier. De plus, il s’habillait mal et il marchait comme un individu sans ardeur ni d’énergie.

Coquin, il était une personne mesquine usant des balivernes pour tromper les jeunes filles. Faquin et handicapé, il n’avait trouvé la méthode  pour convaincre les belles filles de la capitale.

– Une incorporation difficile au sein de la Gendarmerie
En 1989, suite  à la recommandation de l’un de ses proches, bien que sans diplôme, il a été intégré au sein d’un corps noble mais où, à l’époque on enregistrait les mauvais  comportements, les dérives, les horribles tortures dans ses locaux. La mainmise du clan sur ce service était déjà visible et bien connue du peuple : beaucoup de citoyens  gardent toujours des séquelles physiques et combien d’autres y ont perdu la vie.

Aspirant mais sans formation, il  trainait  dans les couloirs et accomplissait le rôle d’officier de service car il n’avait aucune notion sur la façon de conduire des enquêtes, des recherches. Après deux années de routine sans bureau fixe (car il était détesté par  le fameux Mahdi Cheik (retraite)), suite à plusieurs appels d’Haramouss, il n’a plus été  le bienvenu dans le corps.

– La promotion avec le parrainage de Paulette
Mais c’est là que Paulette intervint en faisant transmettre au bureau du colonel Mahdi la nouvelle affectation du petit Zak, en qualité d’adjoint du Cdt de la compagnie de Djibouti sous les ordres du Lt Fod un homme juste et honnête qui est actuellement en retraite.

Toujours sous l’influence  de la Qabyo qui recrute tous les pervers qui pourraient assumer d’obscures besognes et  appliquer ses méthodes, sans état d’âme, pour liquider, détruire les citoyens et les leaders qui refusent les systèmes du clan. A-t-elle trouvé  dans la personnalité dépravée du P’tit Zak un futur obligé personnel capable d’agir sans état d’âme et sans pitié pour obtenir le pouvoir.

Voici comment le petit Zak, sur ordre de la Qabyo, a été promu Cdt de la compagnie de Djibouti. Est-ce ce qui marque le début de sa carrière  et sa dangerosité ? Seraient ses nombreuses fréquentations à la cour du clan où il avait les mains libres pour exécuter les ordres d’Haramouss ? 

Ensuite il a commencé à utiliser des moyens violents et barbares,  lors des enquêtes envers les membres  du FRUD ; il a détruit des citoyens, des paysans, des personnes âgées d’origine AFAR arrêtées  au nord du pays. Son seul objectif était de s’approcher davantage du clan qui dirige le pays, en se rendant indispensable. C’est l’homme qui aime  montrer qu’il peut massacrer des innocents au nom de La Qabyo.

Sur une simple enquête concernant des étudiants en grèves ou des étudiants au chômage qui revendiquaient  leur droit à la recherche d’un travail, ce criminel a  utilisé des moyens odieux pour les détruire au nom de de leur appartenance ethnique, durant des interrogatoires musclés conduits dans les brigades.

Lors des enquêtes ordonnées par le clan lui demandant des résultats rapides contre une ethnie et/ou des leaders de l’opposition,  c’est toujours le petit, le « nain » qui utilisait la force, la roulotte ou le supplice de l’eau, jusqu’à obtenir des faux aveux pour satisfaire le clan au pouvoir.

Bien que n’ayant pas suivi la moindre formation sérieuse  ni dans le  pays ni à l’étranger, le clan  l’a promu à la tête d’un corps de sécurité, uniquement en remerciement des actes criminels qu’il avait commis. On dit même que c’est l’homme  qui a contribué activement à la mort du colonel Abdi Bogoreh.

Le petit Zak aurait-il contribué à déboulonner son colonel, qui était son chef et un homme sage, honnête et  expérimenté et qui n’avait aucun ennemi au sein du pays. Contrairement à lui, le nain a commis des actes graves : par exemple,  il avait posé des micros dans le bureau et dans le véhicule de son chef pour enregistrer ses communications. Il compilait  les informations et les renseignements avant de les transmettre à l’étage supérieur et obtenir à tout prix la promotion dont il rêvait.

Certains affirment même, mais ce n’est pas vérifié, que c’est l’arme à la main, en présence d’autres mercenaires, qu’il aurait pu avoir achevé froidement son chef le prestigieux, le bijou rare Abdi Bogoreh, (vous connaissez l’histoire)

Aussitôt après sa mort  commanditée par le clan, au détriment des officiers plus formés et plus expérimentés que lui, le petit Zak  a obtenu le poste de chef de la gendarmerie.
________

Le petit Zak était le responsable des enquêtes politique louches ordonnées par la famille du clan.        
–              pour écarter les leaders d’opposition sur la scène politique
–              pour incarcérer tous ceux qui pensent autrement du clan
–              pour détruire les citoyens, les cadres, les intellectuelles
–              pour mettre a genoux les hommes honnêtes
–              pour contenir la population dans la pauvreté
–              pour essayer d’acheter  des membres d’opposition
                
Ces tactiques musclés  ne sont autre, la brutalité, l’agressivité, la violence, traiter sauvagement l’être humain, pousser l’innocent d’avouez des mensonges.

Les méthodes illégales utilisées par le tortionnaire malade et paranoïa envers les citoyens sont les suivants.
–              il déshabille, il torture, il menotte, il bande les yeux, il pise sur le victime, il donne des coups, il blesse gravement, il matraque, il refuse de donner a boire et a manger, il garde dans la geôle sans soin et voila certains meurs incognito.

Dans son palmarès, il a tué, agressé, traité très mal, violenté physiquement à des hommes honnêtes qui refusaient les systèmes du fils de l’oued,
–              Y Y GALAB
–              JEAN-PAUL NOEL
–              ABDI BOGOREH
–              ABDI HOUSSEIN
–              AFFAIRE BOREL ( UN MAGISTRAT FRANÇAIS)
–              ANFARE EBO
–              HASSAN CHEIKO
–              ALI DAHER
–              IDLEH FARAH
–              OSMAN ALI
–              HAMED EBO
–              BOURHAN CHEIK
–              SAID ALI
–              SAMAD RAGUEH
–              LES MENBRES DE FRUD
–              LES CIVILS AFARS RESIDANT DANS LE NORD
–              LES LEADERS ET SES MEMBRES de l’USN
–              LES PROFS, LES ENSEIGNANTS, LES CADRES NON CLAN
–              LES CITOYENS MODESTES
–              LES RETRAITEES QUI REVENDIQUE LEUR DROIT
–              LES CLANS ODAHGOBS, LES FOURLABAS, LES AFARS
–              LES MILITAIRES ODAHGOB  
 –     LES CITOYENS ISSU DU CLAN ISSA
 –     LES MOBILISE’S  ISSA
 –     LES HOMMES DES  ONG  DE DROIT DE L’HOMME
 –     LES JOURNALISTES, LES SYNDICALISTES

La souffrance et la mort de certains citoyens causé par le soin du nain  sont revenue perturber sa famille et lui a déjà donné une santé précaire. Cet officier sans expérience ni compétence, peu présentable au milieu des hommes en uniforme reçoit directement les ordres a Haramous.

C’est l’homme qui a recruté en masse des somalilandais au sein de la gendarmerie sans pièces identités ni critère, le corps noble de la gendarmerie est devenue une passoir, un centre pour former des milices étrangers dont leur futur mission serait de terroriser les citoyens, le recrutement de la population volante et étrangère sont les méthodes du régime et du clan en particulier pour détruire et éliminer l’avenir des jeunes  sans emploi ; leur mission est :     –   mise a la retraite massive pour reclasser les étrangers
– terroriser les opposants et les quartiers 
– détruire les jeunes membres  d’USN
– éliminer les jeunes gendarmes issus d’autre ethnie
– révoquer les anciens gendarmes
– détruire le corps de la gendarmerie
– affecter les milices aux cercles pour terroriser la population Afars, les Assajoks, les Dhikilois
– massacrer les Afars vivants dans la pauvreté et loin de la métropole.

Ce petit Zak est un tortionnaire endurci et hostile, toujours hanté par les démons qui lui ronge depuis sa jeunesse, il devient aigri. C’est le filou qui a créer au sein du SRG une salle de torture équipé des matériels sophistiqués avec des cameras cachés a l’appui, pour permettre le tyran et sa famille de pacotille de suivre a distance, la souffrance, l’humiliation, la torture et ses différents procédés, contre des innocents, des leaders, des cadres, des étudiants, des militaires, des policiers, des citoyens sans défense, voila le méthode du dictateur chevronné.

Les images sanglantes prisent lors des interrogations musclés  envers des leaders  d’opposition, les hommes des droits humains, les Afars, les citoyens sans défense sont choquants et ont laissés des traces et traumatismes aux proches et familles des victimes.

Les enfants dont leur parent ont disparu  et les autres que leur proche porte les séquelles croisent souvent le petit Zak dans la rue, mais ils attendent impatiemment le jugement  du criminel patenté.

Le petit Zak est malade, arrogant, agressif, il est toujours sur ses gardes, il n’a pas d’ami, il vit dans un cercle fermé, sa maison est blindé, il se méfie  même aux gendarmes, chez lui il a des civils Argos, des  étrangers Ethiopiens armés jusqu’au dent qui assurent sa protection, mais étant en paranoïa avancé  et surtout le mal qui ronge, il se réveille maintes fois pendant la nuit pour s’assurer qu’il est en vie.

Le nain de Djibouti a la santé précaire avec plusieurs maladies dans son carnet de soin.

–              trouble de conscience (les mains dans le sang)
–              trouble de vue
–              chute des cheveux (il porte souvent une perruque)
–              trouble de sommeil  (il a commis des actes graves)
–              trouble mental      (pendant l’été, trop de repos malade)
–              trouble en cholestérol (agressivité, instable, perversité)

Le petit nain nommé sans mérite ni compétence aux cancres de la gendarmerie qui exécutent avec zèle les mauvaises consignes et instruction verbale pour détruire le peuple, il donne les promotions de chef de brigade au critère voulu par le clan.

Ils sont compose  comme suit : 
–              brigade nord ( issack)
–              brigade 3/4/5 ( afar )
–              brigade  6/7 ( issack
–              brigade ambouli  ( gadabourci)
–              brigade engeila    ( darod)
–              brigade cheik moussa ( issack)
–              brigade pk 12       ( issack)
Cercles :
–              Tadjourah  ( issack)
–              Obock        ( issack)
–              A/sabieh     (gadabourci)
–              Dhikil         ( afar)

Il donne tous les chefs de brigade les consignes sévères,   à étouffer, d’incarcérer, de présenter le jour même devant le tribunal  aux membres d’USN, LES LEADERS D’OPPOSITION, les Afars arrêtés sans motif, de fouiller les maisons appartenant des gens honnêtes,
Brutaliser les jeunes habitants dans les quartiers, placer en dépôt les détenus sans l’avis d’un juge.   

Voici l’équipe criminelle et collaborateurs désignés par le petit Zak qui emploi la force pour terroriser le peuple dont leur mission est vaste :

–              assaut pendant la nuit aux domiciles des leaders d’opposition
–              humilier les responsables d’USN en pleine nuit devant femmes et enfants
–              massacrer les hommes Afars devant  femmes et enfants
–              tirer a balle réelle  sur des personnes âgés Afars résidant au nord du pays
–              assassinats ciblés
–              torturer des innocents Afars dans  les salles aménagés au sein des camps de l’armée au nord
–              destruction des  troupeaux, des puits, des toukoules appartenant au population Afar au nord
–              ratissage  dans le secteur éloigné de la ville pour effectuer des arrestations  avec violence, et placer dans les casernes pour torturer les jeunes.
–              Viols des innocentes, des gardeuses des chèvres
–              Intimidation des commerçants des cercles
–              Elimination physiques des personnes désigner par le clan
–              O.D.A. (Opération Destruction Afars)
–              Collecter des l’argent sales aux commerçants de la place
–              Arrestations et emprisonnements des jeunes Assajock qui refusent les systèmes du clan.
–              Sales opérations dans les quartiers de la capitale et balballa, pour étouffer les citoyens.

Alors, voici les acters  de la salle besogne :

–              cdt hebano (retraite)
–              cdt  ali hode  ( gabode)
–              cne abdi daher
–              cne hassan ahmed
–              cne mohamed issack
–              cne dini
–              cne abdulkarim
–              lt ahmed omar guedi
–              lt anoo   

tous les chefs de brigade qui travaillent pour le clan

Ces cancres sans formation et promus au choix sont des éléments dangereux et ils ont commis des actes graves et ciblés envers des citoyens modestes, les leaders, les cadres, les membres de l’opposition, la population Afar.

– Richesse et détournement des fonds :
Le petit Zak a dilapidé les fonds destines au fonctionnement du service, il a raquette les commerçants  Arabes de la place a des sommes importantes a des fins personnel.
Avec l’argent sale, il a construit au gabode 2 grandes bâtiments neuves, sans compter ;

–              L’argent des drogues qui transite dans la plaque tournante (Djibouti vers l’Europe).
–              Les vols d’ivoire et des diamants en provenance les pays voisins.
–              L’argent des objets trouvees de valeur d’où leur propriétaire était refoulé, (les nagadees d’origine ETHIOPIEN ET ERRITREAN.
–              Les vols des biens publics, des terrains, des matérielles de construction, des voiture au sein du Port de Djibouti.
–              Vols des camions remplis des marchandises de valeur destinée en Ethiopie
–              Vols des conteneurs remplis des objets de valeur appartenant à des citoyens commerçants.
–              Détournement les frais des uniformes des gendarmes.
–              Vente, et trafique des armes en somali, et somaliland.
–              Responsable le recrutement en masse des milices étrangères avec l’agent du contribuable.

En plus, avec la recommandation de sa seconde maman, la dame de fer auprès des riches Arabes de la place, il collecte de l’argent facile et sale sans ménager d’effort. Déception et échec dans sa carrière, il devient souvent aigri et parle avec brutalité envers ses subordonnés.

Souvent en pantomime bouffonné, sa morphologie, sa conduite, son style, sa manière d’habiller lui rend inferieur et ses ordres ne sont ni mesuré ni définie par le règlement qui régie le cops.

Outre les crimes ciblés et la violence quotidienne envers le peuple, le nain, le court, le chétive, rien que sa forme lui donne une infériorité personnelle qui réduit son commandement et son bien être.

Devant les hommes en tenue, il est complexé, il se remue mainte fois, se positionne, se hisse, se cherche et se montre qu’il est un chef, il confectionne des belles tenues, mais l’habit ne fait pas le moine car le nain reste toujours le nain abrouti.

Dans un pays libre, l’Officier ou le responsable de la force publique, juste, honnête et compétent est toujours apprécier et connu par le peuple qu’il serve et le personnel qu’il commande.

Leur qualification d’être  un bon leader sans reproche, loyale, impliquer, une aisance respectable est une forme de considération au sein du pays

A nos jours, il existe certains officiers laquais, inhumain, sans formation adéquate, tous promu au choix qui ne pourrait commander une brigade ou d’assumer leur mission avec compétence. Perdu du sens et de bonne réflexion, leur rôle essentielle est devenue de commettre des actes graves, des massacres, des assassinant, des tueries en masse, de détruire la population résidant au nord, les citoyens Djiboutien au sein de leur pays, pour seule motif :  
         –  de s’approcher le clan
         –   d’obtenir des promotions sans mérite
         –   de s’enrichir facilement
         –   de profiter de voler les biens du peuple
         –    de construire des bâtiments avec l’argent sale

Tous ceux qui ont participé activement en donnant des ordres, des instructions, des consignes et ceux qui ont agi en employant la force lors des enquêtes, des interrogatoires  musclés, des arrestations agressifs, des tortures inhumains, des conduites dans les geôles sans motif, la destruction de la population Afar, l’humiliation, la violence,  des tirs a balle réelle contre les leaders d’USN, assassinats ciblés, incarcérer des innocents sans mandat au sinistre prison Gabode.

Jusqu’à nos jours( 2016) les nomades, les éleveurs, les personnes âgés, les jeunes Afars vivant au nord, sont tous torturés par des gendarmes sélectionnés par le petit ZAK.

'tit ZakMais les morts dans la conscience, ils seront jugés  par groupe devant un jury composé les familles et proches des victimes, en plus ils sont fichés et inscrits avec photos a l’appui dans les bureaux de l’Immigration a l’Etranger et le Court Pénal Internationale.

VOICI L’IMAGE TACHEE DE SANG DU PETIT ZAK, A-T-IL TUE POUR DANSER DANS LA COUR DU CLAN, MAIS LA VIE EST COURTE ET IL POURRAIT AVOIR DES COMPTES A RENDRE AU PEUPLE ET A SES VICTIME DANS UN AVENIR PROCHE.