14/09/04 (B263) Message de condoléances pour la famille d’Ahmed Dini (Lecteur)

Ahmed Dini a quitté
sa famille, ses proches et amis. Il a quitté son pays, sa patrie et
sa région. Il a quitté ce bas monde la tête haute, car
honneur, fierté, virilité, sérénité et
sagesse ne cesseront de parfumer sa tombe.

Il est mort et en même temps vivant. Vivant, il restera dans nos coeurs
et nos esprits. Vivant, il continuera à donner des leçons à
tous ceux que leur bassesse emporte sur son passage.

Mais, c’est ausi bien qu’Ismael Omar Guelleh soit encore vivant, même
s’il est déjà absent de nos coeurs et de nos esprits. Vivant,
il est condamné à écouter toutes les louanges qui sont réservés
à Ahmed Dini. Vivant, il peut déjà imaginer ce qu’on dira de lui, le jour
de sa disparition et il sait que ce sera bien différent. Vivant, il
peut mesurer la différence qu’il y a entre un grand homme respecté
de tous et un pâle dictateur, détesté de tous.

A la mort d’IOG, le peuple dira ce jour là :
” tu as bien fait de mourir, toi qui nous a tant appauvri, toi qui
nous as maintenu la tête dans la misère, toi qui nous as volé,
toi qui nous as trahi…mais aussi toi, qui nous as tué.

Que la mort signifie pour toi l’oubli éternel et que tu ne réapparaisses
qu’au jour du jugement dernier, en prisonnier extrait tout droit de l’enfer.”

Voilà, quelques phrases qui sortiront de la bouche de tout Djiboutien
digne de ce nom. En espérant qu’aucun Djiboutine ne viendra jamais
se recueillir sur ta tombe…

Un lecteur.