24/06/07 (B401) Radio-trottoir : un lecteur se demande si la Justice française ne devrait pas entendre aussi le Commandant Douksieh, qui avait la responsabilité de la route de Tadjourah en 1995 … Un autre lecteur nous propose de participer à la fête du 27 juin dans les locaux de l’UNESCO à Paris …

__________________________________________ Contribution d’un lecteur

Depuis un mois, je lis tout ce qui s’écrit sur l’affaire Borrel. Les informations sont bien fondées et c’est pourquoi, je trouve curieux de constater que personne ne manifeste devant l’Ambassade de la République arabe de djibouti où les “fous” et “les malades” se retrouvent pour partager le khat.

Ils se livrent à leur passe-temps favori dans l’enceinte même de l’Ambassade !!

L’on peut y entendre de tout. Je vous assure même que cela arrange les diplomates de tout poil et les chauffeurs gradés. Une simple manifestation suffirait à les mettre en déroute.

Pourquoi la Justice ne demanderait pas à entendre le Commandant Douksieh ? En 1995, la route de Tadjourah était sous son contrôle. Un jour, il s’est retrouvé bizarrement à Bouffard avec une hanche cassée (je vous laisse le soin de vérifier)

__________________________________________ Lecteur (Humour ??)

Chers Djiboutiens, pourquoi ne viendrez-vous pas aux fêtes données par nos Ambassade de Paris et de Bruxelles, respectivement au siège de l’Unesco à Paris, et au bureau des ACP à Bruxelles.

Même si vous n’êtes pas invités, même si vous êtes indésirables aux yeux du régime, habillez-vous convenablement et venez vous joindre aux barons de la dictature. Ils en seront honorés. Plus il y aura de monde, plus ils penseront que la dictature a la faveur des pauvres djiboutiens asservis et privés de liberté.

Faites un bon geste ! C’est si important pour le Prince des Noisettes de Bruxelles et pour l’amateur d’alcools forts de Paris.

Comme il y aura des espions à leur solde, une fois rentrés, évitez de dire tout le mal que vous pensez d’eux et de leur patron. Ils seraient capables de vous faire capturer par leurs Gorilles et de vous envoyer à Gabode pour le restant de vos jours.

Pour terminer, bonnes réjouissances à ceux qui auront le courage d’y aller et de se marquer comme des supporters de Guelleh. Leurs noms seront notés !!!