11/04/08 (B443) EUROPE 1 – Info Europe 1 : l’armateur du Ponant a versé une rançon, l’équipage et le navire ont été libérés. Selon un communiqué de l’Elysée.

La trentaine de membres d’équipage, dont 22 Français, du voilier de luxe Le Ponant pris en otage depuis une semaine au large de la Somalie, ont été libérés, a annoncé vendredi matin l’Elysée dans un communiqué. Il n’y a pas eu d’intervention armée.

Selon nos informations, l’armateur français du bateau, CMA-CGM, a versé une rançon aux pirates.

Pour les familles, c’est le soulagement. Georges Rimbaud, grand-père de Morgan, membre de l’équipage du Ponant, au micro de Jean-Karl Lambert.

Heureux dénouement dans l’affaire du Ponant. Les 30 membres d’équipage du voilier de luxe français, parmi lesquels se trouvaient 22 Français, ont été libérés par leurs ravisseurs somaliens.

L’annonce a été faite via un communiqué de Nicolas Sarkozy vendredi à la mi-journée.

Le communiqué de l’Elysée ne précise pas dans quelles conditions l’équipage du Ponant, retenu depuis une semaine au large de la Somalie, a été libéré mais indique que la libération s’est faite “sans incident”.

Selon nos informations, l’armateur français du bateau, CMA-CGM, a versé une rançon. Les pirates qui se trouvent au large de la Somalie exigent dans la plupart des cas de très fortes rançons contre la libération de leurs otages. Ils n’ont généralement aucune revendication terroriste.

Cette fois, les otages auraient été libérés en deux fois, d’abord, tous les marins sauf le capitaine.

Puis quand les pirates ont eu la rançon en main, ils ont relâché le capitaine du Ponant, Patrick Marchesseau. Selon une source proche du dossier située par l’AFP, la libération a été obtenue sans intervention armée. Des détails pourraient aussi être donnés dans l’après-midi par l’Elysée, après une réunion entre Nicolas Sarkozy et les familles des ex-otages.

Le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner a lui indiqué que la France va organiser le retour “dès que possible” des membres de l’équipage. Jean-Louis Gaudaire, responsable à Djibouti de CMA-CGM a indiqué que le navire de luxe est attendu sur place mardi avec ou sans l’équipage.

D’importants moyens militaires avaient été déployés aux abords du Ponant, à savoir la frégate Jean-Bart, venue relever l’aviso Commandant Bouau, des hélicoptères ou encore des commandos marine. Une équipe du GIGN avait également été envoyée dans la zone. Le communiqué de l’Elysée indique d’ailleurs que “le président de la République exprime sa profonde gratitude aux forces armées françaises et à tous les services de l’Etat qui ont permis une issue rapide (…) à cette prise d’otage”.

Le Ponant, un trois-mâts battant pavillon français, avait été attaqué le 4 avril par des pirates dans le golfe d’Aden alors qu’il revenait des Seychelles sans passagers avec ses 30 membres d’équipage et se dirigeait vers la Méditerranée.

Le Ponant avait ensuite été conduit par les pirates à quelques encablures du village de Garaad, au large de la côte de la région autoproclamée autonome du Puntland. Parmi les membres d’équipage, on comptait six femmes. Hormis les 22 ressortissants français, les autres membres d’équipage sont six Philippins, une Ukrainienne et un Camerounais.