28/06/08 (B454) France Info avec AFP / Initiative franco-espagnole contre la piraterie au large de la Somalie (Info lectrice)

La France et l’Espagne ont annoncé vendredi à Saragosse (nord de l’Espagne) une initiative commune pour lutter contre la piraterie au large de la Somalie, à l’occasion d’une réunion gouvernementale de haut niveau.

Cette initiative vise à “mettre en place au plus vite une coordination de moyens militaires aériens et navals” au large de la Somalie “en collaboration avec le gouvernement” somalien, d’après un communiqué commun. Selon une source diplomatique interrogée par l’AFP, un navire de guerre espagnol pourrait se joindre à brève échéance au dispositif militaire français affecté à cette mission dans l’Océan indien.

L’initiative franco-espagnole vise à “la mise en oeuvre” de la résolution 1816 du Conseil de sécurité de l’ONU adoptée le 2 juin, qui permet l’entrée de navires de guerre dans les eaux somaliennes pour traquer les pirates qui pullulent au large de ces côtes.

Le ministre espagnol des Affaires étrangères Miguel Angel Moratinos doit s’entretenir lundi à Madrid avec le Premier ministre somalien Nur Adde. L’Espagne et la France soulignent dans leur communiqué que “la piraterie dans cette région représente une menace à la sécurité des routes maritimes et à la navigation internationale et exacerbe la crise somalienne”.

En 2007, plus de 25 navires ont été détournés dans les eaux somaliennes par des pirates à la recherche de rançons.

Quatre étrangers, dont deux Allemands, ont été enlevés lundi à bord d’un voilier par des pirates près des côtes de Somalie. En mai, trois cargos ont encore été attaqués par des pirates somaliens.

Le mois précédent, des pirates avaient détenu pendant sept jours les 30 membres de l’équipage du voilier de luxe français le Ponant après l’avoir arraisonné dans le Golfe d’Aden. Les pirates avaient obtenu une rançon de deux millions de dollars, dont une partie a été récupérée au cours d’une opération réalisée par les forces spéciales françaises, qui ont également capturé six présumés pirates, emmenés en France pour y être jugés.

Fin avril, un thonier espagnol, Playa de Bakio, avait été attaqué et son équipage séquestré pendant six jours avant d’être libéré à la suite du paiement d’une rançon de 1,2 million de dollars.