22/09/08 (B466) AFP / Somalie: une centaine de marins philippins retenus par des pirates.

Une centaine de marins philippins sont retenus en otage en Somalie et dans la région du golfe d’Aden, leurs navires ayant été victimes d’attaques de pirates, a indiqué lundi le gouvernement philippin.

La dernière attaque remonte à dimanche lorsqu’un cargo grec avec 19 marins à bord, dont 17 philippins, a été abordé par des pirates au large de la Somalie.

Le bateau transportait du charbon et appartient à la société grecque ChartWorld Shipping Corporation, a indiqué dimanche le ministère grec de la Marine.

“La dernière attaque porte à 97 le nombre de marins philippins retenus en otage dans la corne de l’Afrique”, a indiqué lundi sur une radio Claro Cristobal, porte-parole du ministère philippin des Affaires étrangères.

Le ministère n’a aucune information sur le sort des 17 marins enlevés dimanche, a-t-il ajouté.

Selon l’agence pour l’emploi des Philippins à l’étranger, environ un tiers des marins dans le monde sont philippins.

Manille tente de faire interdire l’emploi de marins philippins sur des navires marchands naviguant dans des zones touchées par la piraterie.

Les abords des côtes somaliennes sont devenus extrêmement dangereux pour la navigation, en raison d’une recrudescence de la piraterie. La France a lancé au début de la semaine dernière un “appel à la mobilisation internationale” contre ce phénomène.

Pas moins de huit attaques de pirates ont eu lieu au large des côtes somaliennes depuis la fin juillet. Selon le Bureau maritime international (BMI, basé à Kuala Lumpur), 24 attaques de pirates se sont produites au large de ces côtes au cours du premier semestre 2008.

Selon le BMI, 263 attaques se sont produites l’an passé, un nombre en hausse de 10% par rapport à l’année précédente, dont 43 en Indonésie, 42 au Nigeria et 31 en Somalie.

Par ailleurs, un ressortissant allemand et son épouse somalienne enlevés samedi soir dans le nord de la Somalie par des inconnus armés ont été libérés lundi, ont annoncé les autorités de la région somalienne du Puntland (nord).

Le couple, enlevé alors qu’il circulait en voiture dans la ville de Bosasso (nord), a été libéré après une médiation des autorités traditionnelles et de l’administration de la région autoproclamée autonome du Puntland, a déclaré à l’AFP Bile Mohamoud Qabowsade, conseiller du président de la région du Puntland, joint depuis Mogadiscio.

Les enlèvements d’étrangers et de membres d’organisations humanitaires ont augmenté de façon inquiétante ces derniers mois en Somalie, en guerre civile depuis 1991.