10/05/09 (B498) Nouvelles de somalie …. Dramatique regain de violence à Mogadiscio en particulier. (7 articles en Français et en Anglais)

___________________________ 7 – Le Parisien avec AFP

Somalie : un obus de mortier tue 14 personnes

Un obus de mortier a tué 14 personnes dimanche, en plein centre de Mogadiscio (Somalie). Le drame s’est produit à la porte d’une mosquée. Dix autres personnes ont été blessées. «J’étais dans la mosquée quand j’ai entendu l’explosion et j’ai vu des éclats voler partout, tuant de nombreuses personnes», témoigne un fidèle, Mumin Haji Yusuf.

Une attaque qui fait suite aux combats entre des islamistes modérés et des groupes islamistes radicaux. Plusieurs attaques du même genre s’étaient déjà produites tout au long du week-end faisant 21 morts. «Nous avons pris le contrôle des zones où nous avons combattu contre les ennemis d’Allah», a assuré Sheikh Ali Mahmoud, responsable de Mogadiscio pour les insurgés islamistes radicaux.

Le ministre de l’Information Farhan Mohamoud a pour sa part déclaré que les insurgés n’avaient «pris aucune position aux forces gouvernementales».

Mogadiscio, une capitale en ruines

La Somalie est en proie à l’anarchie et à la guerre civile depuis la chute du président Mohamed Siad Barre 1991.

300.000 à 500.000 Somaliens ont été tués, en très grande majorité des civils, dans les combats entre milices rivales. Des centaines de milliers d’autres ont pris le chemin de l’exil, vers les pays voisins, ou à l’intérieur du pays. Siégeant dans une capitale en ruines, Mogadiscio, les institutions de transition – président, gouvernement, Parlement – n’exercent leur autorité que sur une petite partie du territoire et sont la cible régulière d’attaques des radicaux.

___________________________ 6 – AFP

Somalie: 14 morts dans une mosquée, la violence monte d’un cran à Mogadiscio

La violence est encore montée d’un cran à Mogadiscio, où au moins 14 personnes ont été tuées dimanche dans une mosquée par un obus de mortier, portant à 39 le nombre de victimes en quatre jours dans des affrontements qui touchent de plein fouet les populations civiles.

“L’obus de mortier est tombé à la porte de la mosquée. J’ai compté qu’environ 14 personnes avaient été tuées sur le coup et 10 blessées”, a indiqué à l’AFP Hassan Abdifatah, un fidèle présent au moment des faits.

Plusieurs autres témoins ont confirmé l’attaque, survenue alors que la mosquée se remplissait pour la prière de l’après-midi.

“J’étais dans la mosquée quand j’ai entendu l’explosion et j’ai vu voler des éclats partout, tuant de nombreuses personnes”, a indiqué un autre fidèle, Mumin Haji Yusuf, précisant avoir vu “du sang et des morceaux de corps humains un peu partout”.

Au moins quatre autres personnes avaient été tuées jeudi et des dizaines blessées dans des combats entre des islamistes modérés soutenant le gouvernement somalien et des groupes islamistes radicaux.

Après une courte pause vendredi, les affrontements avaient redoublé de violence ce week-end, faisant déjà au moins 21 morts.

Depuis deux jours, chaque camp utilise batteries anti-aériennes, artillerie lourde et armes automatiques pour consolider ses positions dans une capitale dévastée par 18 années de guerre civile et d’anarchie.

“Nous avons pris le contrôle des zones où nous avons combattu contre les ennemis d’Allah”, a assuré Sheikh Ali Mohamed, responsable de Mogadiscio pour les insurgés islamistes radicaux des shebab, en affirmant contrôler le stade, le bâtiment du ministère de la Défense et une avenue du sud de la capitale.

Trois journalistes locaux revenant d’une conférence de presse du chef shebab ont été blessés.

Le ministre de l’Information, Farhan Mohamoud, a pour sa part déclaré que les insurgés n’avaient “pris aucune position aux forces gouvernementales”.

“Cette guerre est menée par des combattants étrangers qui veulent prendre le contrôle de la Somalie. Ils mènent des attaques frontales sur les positions du gouvernement, afin de le renverser”, a-t-il ajouté.

Mardi dernier, un soldat burundais de la force de paix de l’Union africaine en Somalie (Amisom), aujourd’hui la seule force étrangère présente en Somalie, avait été tué par des insurgés.

Ces combats ont provoqué un nouvel exode de milliers d’habitants, épuisés de fuir d’incessants combats, et portant leurs bagages sur la tête ou attachés derrière le dos, a constaté un correspondant de l’AFP.

Quelque 200 personnes ont été blessées, selon des témoins et des sources médicales et policières.

La Somalie est en proie à la guerre civile depuis la chute du président Mohamed Siad Barre, en 1991.

De 300.000 à 500.000 Somaliens ont été tués, en très grande majorité des civils, dans les combats entre milices rivales. Des centaines de milliers d’autres ont pris le chemin de l’exil, vers les pays voisins ou à l’intérieur du pays.

Siégeant dans une capitale en ruines, Mogadiscio, les institutions de transition – président, gouvernement, Parlement – n’exercent leur autorité que sur une petite partie du territoire et sont la cible régulière d’attaques des insurgés.

Après l’élection du nouveau président en janvier, certains combattants islamistes ont rejoint son administration pour former des unités mixtes avec les troupes du gouvernement de transition qu’il dirige désormais.

Mais les islamistes radicaux ont refusé de déposer les armes.


___________________________ 5 – France 24 avec Reuters

Trois jours d’affrontements entre groupes islamiques rivaux ont fait plus de 65 morts et 190 blessés à Mogadiscio, la capitale somalienne, a-t-on appris dimanche de sources hospitalères. Dimanche après-midi, un tir de mortier a tué une quinzaine de fidèles rassemblés pour la prière dans une mosquée de la ville, ont rapporté des témoins.

Le cheikh Mohamed Ibrahim Bilal, l’un des dirigeants du groupe islamiste Chabaab (Jeunesse), a affirmé que ses hommes avaient tué de nombreux soldats gouvernementaux et leurs alliés dans le nord de la ville.

“Les rues sont jonchées de cadavres”, a-t-il dit. “Nous contrôlons le nord de Mogadiscio, nous avons pris cinq positions clés, notamment le stade de football.”

Les combattants d’Al Chabaab et les miliciens fidèles au gouvernement du président, le cheikh Charif Ahmed, un islamiste modéré, s’affrontent à l’arme lourde depuis jeudi dans la capitale.

Un “ancien” a rapporté que des étrangers participaient aux combats. “Il y a partout des Arabes barbus”, a précisé Osman Ali.

En avril, le Parlement somalien a adopté un projet de loi sur l’application de la “charia” (loi coranique) dans ce pays de la Corne de l’Afrique en proie à l’anarchie depuis près de 20 ans, mesure visant à couper l’herbe sous les pieds des rebelles d’Al Chabaab.

Le président Charif Ahmed, élu en janvier au terme d’un processus de réconciliation engagé sous l’égide de l’Onu, cherche à rétablir la stabilité du pays mais ses efforts de conciliation avec les hommes d’Al Chabaab sont restés vains.

____________________________ 4 – AFP

Somalie: 14 nouveaux morts dans des combats à Mogadiscio

Des combats entre des islamistes modérés soutenant le gouvernement somalien et des groupes islamistes radicaux ont fait au moins 14 morts supplémentaires, portant à 21 décès le bilan des violences du week-end à Mogadiscio, ont rapporté dimanche des témoins et des responsables.

Les combats avaient éclaté samedi entre la milice islamiste du groupe Hizb al-Islamiya et les forces islamistes pro-gouvernementales, tuant dans un premier temps sept civils dans le nord de la capitale somalienne.

Au cours de la nuit, les affrontements se sont intensifiés et étendus à d’autres quartiers de Mogadiscio, impliquant d’autres groupes radicaux opposés au gouvernement du président Sharif Sheikh Ahmed, un islamiste considéré comme modéré.

Ils se poursuivaient dimanche à la mi-journée et ont fait au moins 14 morts supplémentaires, dont un responsable des services de sécurité gouvernementaux, ses deux gardes du corps et six civils, tués dans le district de Wardhigley, dans le sud de la ville, ont affirmé la police et des témoins.

Plusieurs dizaines de personnes ont en outre été blessées, selon des sources policières et hospitalières.

Le cadavre d’un civil gisait dans une rue proche du stade de Mogadiscio, a constaté un correspondant de l’AFP qui a également vu plusieurs milliers de personnes fuir les quartiers touchés par les combats, où de nombreux habitants étaient toujours pris au piège.

Les insurgés islamistes radicaux ont intensifié ces derniers jours leurs attaques contre des cibles gouvernementales dans la capitale de ce pays en proie à l’anarchie et à la guerre civile depuis 1991.

Après l’élection du nouveau président en janvier, certains combattants islamistes ont rejoint son administration, qui ne contrôle qu’une partie du territoire somalien, pour former des unités mixtes avec les troupes du gouvernement de transition qu’il dirige désormais.

Mais les islamistes radicaux ont refusé de déposer les armes.

_______________ 3 – All Africa (En Anglais) avec Garowe

Le Président somalien accepte un “cessez-le-feu”. 15 morts et plus de 50 blessés. // Somalia: President ‘Accepts Ceasefire’, Death Toll Hits 15

Somalia’s interim president, Sheikh Sharif Ahmed, has accepted a ceasefire proposed by the Islamic mediation committee, Radio Garowe reports.

Sheikh Bashir Ahmed Salad, who chairs the mediation committee composed of Islamic scholars, told reporters in the capital Mogadishu Friday that the Somali leader had accepted the ceasefire proposal during talks at the Villa Somalia presidential compound.

“We asked the government leaders for a ceasefire, in order to find a peaceful solution to the renewed fighting in Mogadishu,” Sheikh Bashir told reporters Thursday evening.

He noted that the Islamic mediation committee dispatched the same message to the armed opposition, “but there is no response yet.”

Sheikh Bashir said the government leaders “accepted to immediately stop the fighting, to avoid any action that can lead to war and to avoid using the media for propaganda that could lead to instability.”

Further, he condemned the renewed violence in Mogadishu, where pro-government Islamist militias and anti-government Islamist militias fought yesterday.

15 killed, 50 wounded

The death toll from Friday’s fighting has hit at least 15, with medical sources saying more than 50 people were wounded during heavy battles among the Islamist militias. READ: Notorious ex-warlord meets Somali president, 5 killed in fighting

Islamic Courts spokesman Sheikh Abdirahim Isse Addow claimed that the pro-government faction killed eight members of Al Shabaab, a group of Islamist hardliners who have rejected to recognize President Sheikh Sharif’s U.N.-backed interim government.

“Our forces captured two armed trucks,” Addow claimed.

There was no comment from the Al Shabaab faction, but sources in Mogadishu said Al Shabaab fighters targeted again Thursday night in Hodan district after fighting earlier during the day.

Medical sources at Daynile and Medina hospitals said upwards of 50 wounded persons were admitted since the fighting erupted in Mogadishu yesterday.

Fighting condemned

Somali human rights group Elman has expressed its opposition to the new round of violence in Mogadishu, with Elman deputy chairman Ali “Fadhaa” Sheikh Yasin telling reporters that the “factions are not fighting for the people’s interest.”

“The people want peace not war. It is surprising to reward the people who supported the Islamists’ rise yesterday with more war,” Mr. Ali Fadhaa told reporters Friday.

He indicated that “most of yesterday’s victims were civilians,” while underlining that the violence represents a clear violation of human rights and Islamic law.

The Elman human rights group called on all factions to immediately stop the fighting and to “have mercy for the suffering masses.”

Somalia has been mired in armed conflict since the outbreak of civil war in 1991. President Sheikh Sharif’s new government, which came to power in January, is the international community’s 15th attempt to restore order in Mogadishu.

____________________________ 2 – Shabelle (En Anglais)

Des notables du cla Hira appellent les deux partis opposés à cesser le feu à Mogadiscio. // Hiran elders call for the warring sides in Mogadishu to halt the fighting

Haji Mohamud Ahmed Hoshow known as (Korantale), a chairman of the traditional elders in Hiran region has Sunday called for the warring sides in the Somali capital Mogadishu to halt the fighting.

The chairman said that they are very sorry about the fighting between the Islamist insurgents and requested from both warring sides to halt the fighting quickly adding that it is not right time to fight the Somali Islamists insurgents.

“I was one of those who were calling to fight with Ethiopian troops as they were in the country. I was also one of those who were fighting with the Ethiopians. But now On be half of the representatives of the traditional elders in Hiran region, I am calling for the Somali Islamist forces to halt the fighting as soon as possible,” Mr. Hashow said.

The statement of Hiran traditional elders’ chairman Mohamud Ahmed Hoshow comes as many parts of the Somali people called for the warring groups earlier to halt the fighting continuing in Mogadishu as soon as possible.

____________________________ 1 – Shabelle (En Anglais)

De violents combats à Mogadiscio pour la 4ème journée consécutive. // Heavy fighting is underway in Mogadishu for the fourth day

At least ten people were killed and more than thirty others were injured in heavy fighting between pro government Islamic Courts forces and Islamist rebels in Mogadishu, witnesses said on Sunday.

“At least 4 people of one family died and 5 others were injured after a mortar landed near Sinai intersection in Wardhigley district this morning,” witnesses told Shabelle radio

Most areas where the heavy fighting continuing is parts of Wardhigley district in Mogadishu especially around the police station where forces loyal to Hisbul Islam (Islamic party) are present and reports say that fighting broke out in that district started after explosions targeted to a vehicle belonged by a Somali MP who is pro government Islamic Courts which was traveling near the police station killing two and injuring three others.

Resident told Shabelle that another mortar landed in outside a house near Ged-jacel neighborhood in Mogadishu killing a woman and injuring 3 others there.

Ali Muse, one of the emergence ambulances officials said that they rushed more than 30 injured people to the hospitals adding that they took those people from different neighborhoods in the areas of the fighting in Mogadishu.

The intensifying fighting comes as many of the parts of the population calling for the warring sides to stop the fighting and talk together to end the conflicts.