01/06/09 (B501) Les syndicats libres et indépendants, UDT et UGTD, condamnés à intervenir dans une “semi clandestinité” à Djibouti, déposent plainte devant le comité directeur de la 98ème Conférence de l’Organisation internationale du Travail (OIT) qui se tiendra à Genève du 2 au 19 juin 2009, pour usurpation de “mandats syndicaux”.

L’INTERSYNDICALE UDT / UGTD

Union Djiboutienne du Travail
B.P : 2767
Tél : 253 82 39 79 / 35 65 32
Fax : 253 35 50 84 / 35 65 32
E-mail : udt_djibouti@yahoo.fr
Pays : République de Djibouti
Région : Est Afrique

Union Générale
des Travailleurs Djiboutiens

B.P : 3886
Tél : 253 83 22 22
Fax : 253 42 21 93
E-mail : ugtd_djibouti@yahoo.fr
Pays : République de Djibouti
Région : Est Afrique

Vendredi 29 mai 2009

à
M. Juan Somavia

Directeur général
Bureau International du Travail
Genève – Route des Morillons, 4
CH- 1211 Genève – SUISSE

Objet : Commission de vérification
des pouvoirs de la 98e conférence
de l’OIT à Genève du 02 juin au
19 juin 2009.

Monsieur le Directeur général,

Les seules et uniques centrales syndicales de la république de Djibouti, l’UDT et l’UGTD, libres et indépendantes, soumettent par la présente une plainte à la commission de vérification des pouvoirs de la 98e conférence de l’OIT qui aura lieu à Genève du 02 juin au 19 juin 2009 contre le gouvernement de Djibouti pour violation patente des paragraphes 5,8 et 9 de l’article 3 de la constitution de l’OIT.

Le gouvernement de Djibouti a sans cesse, et depuis 1997, présentait à chaque fois aux conférences de l’OIT des individus justifiés comme des syndicalistes mais qui sont en réalité que des amis ou cousins invités à passer leurs vacances à Genève.

Les preuves tangibles suivantes confirment nos allégations:

– à chaque plainte que nous avions formulé devant la commission de vérification des pouvoirs de la conférence de l’OIT, c’est toujours les représentants du gouvernement qui ses sont mandatés pour répondre à l’observation de la commission à la place des vacanciers qualifiés des syndicalistes ;

– depuis septembre 1995 jusqu’à nos jours, suite à la répression constante et consistante du gouvernement, les syndicalistes sont réduits à oeuvrer dans la semi clandestinité ce qui peut se lire dans l’inquiétude et l’urgence mentionnés dans les 320e (traitant les cas n° 1851, 1922 et 2042), 342e (traitant les cas n°2450) et 344e (traitant les cas n° 2471) rapports du comité de la liberté syndicale du BIT, etc.

– le gouvernement n’a jamais pris en considération les recommandations de l’article 22 de la constitution de l’OIT, plus grave encore le nouveau code du travail concocté unilatéralement par le gouvernement interdit et définit les syndicalismes libres et indépendants de faute lourdes punissables par la loi (observations de la CISL et de l’UDT soumis à la commission d’expert du BIT sur l’application desconventions et recommandations le 31 août 2006) ;

– les engagements du gouvernement djiboutien formulés au cours de la mission tripartite du BIT à Djibouti sont restés lettre morte,

– etc.…

Au vu de ces qui précédent et au vu des engagements sans suite du ministère de l’emploi et de la solidarité nationale de Djibouti (cf. : compte rendu provisoire 6C de la 92e session de la conférence de 2004, compte rendu provisoire 4D de la 93e session de la conférence de 2005, compte rendu provisoire 5C de la 95e session de la conférence de 2006, compte rendu provisoire de la 96e session de la conférence de 2007), de l’appel du 98e conférence international du travail de l’OIT en 2008, nous sollicitons à la commission une décision effective et définitive à l’égard du gouvernement de Djibouti.

Je vous saurai gré de transmettre la présente plainte à la commission de vérification des pouvoirs de la 98e conférence de l’OIT à Genève du 02 juin au 19 juin 2009.

Nous vous en remerciant d’avance et vous prions d’agréer nos salutations respectueuses.

Ps : les syndicats libres et indépendants Djiboutiens se feront représentés à la 98e CIT par Adan MOHAMED ABDOU, secrétaire
général de l’UDT, Hassan CHER HARED, secrétaire aux relations internationales de l’UDT et Souleiman AHMED, secrétaire
général adjoint de l’UDT.

_________________ Courrier de l’ITUC confirmant l’accréditation
des syndicats djiboutiens libres.


_________________________________ Extrait liste accréditation