14/02/10 (B538) Yémen Express. (7 articles en Français)

_______________________ 7 – AFP

Yémen: 10 militaires tués dans la chute de leur hélicoptère

Dix militaires yéménites ont trouvé la mort dimanche dans la chute de leur hélicoptère dans une zone montagneuse à l’est de Saada, chef-lieu de la province du même nom, fief de la rébellion chiite, ont indiqué à l’AFP des témoins.

Aucune indication n’a été obtenue dans l’immédiat sur la cause du crash, survenu au troisième jour d’un cessez-le-feu dans la guerre entre l’armée et les rebelles zaïdites dans le nord du Yémen.

L’hélicoptère, piloté par le commandant Sadek al-Junaid, qui figure parmi les tués, s’est écrasé au dessus du Mont Kahlan, alors qu’il faisait route de Sanaa vers Saada, ont indiqué des habitants et sources locales.

_______________________ 6 – AFP

Yémen: consolidation du cessez-le-feu, l’échange des prisonniers pose problème

Les autorités yéménites et les rebelles chiites s’employaient dimanche à consolider le cessez-le-feu entré en vigueur vendredi dans le nord du pays mais la question de l’échange des prisonniers n’a pas été réglée, ont indiqué les insurgés.

Le calme règnait dimanche matin dans cette partie du Yémen proche de l’Arabie saoudite tandis que les quatre commissions chargées de la mise en oeuvre de la trêve ont rencontré des représentants des rebelles.

Selon les insurgés, plusieurs routes autour de la ville de Saada, leur fief, à 240 km au nord de Sanaa, ont été rouvertes, notamment celle menant au Jebel Somaa, un massif montagneux à 4 km au sud de la cité.

Ils ont ajouté avoir levé le siège du Régiment 103 de l’armée yéménite qui était encerclé depuis deux semaines dans le Jebel Somaa.

Concernant l’échange de prisonniers, des sources rebelles ont indiqué à l’AFP qu’il y avait eu des complications de dernière minute. “Les autorités exigent qu’on libère tous les prisonniers yéménites et saoudiens, ce qui n’était pas convenu au départ”, a précisé l’une des ces sources.

Cette source a indiqué que les rebelles voulaient échanger les prisonniers de l’armée yéménite contre les insurgés détenus par les autorités.

Une autre source proche des rebelles a fait état des mêmes difficultés avec la partie saoudienne, en déplorant que cette dernière “refuse de libérer les nôtres contre la libération des cinq soldats saoudiens”.

L’Arabie saoudite est intervenue dans le conflit après la mort en novembre d’un des ses garde-frontières lors d’une incursion rebelle.

Conformément aux termes de la trêve, les rebelles doivent satisfaire à six demandes des autorités qui ont mené contre eux une offensive pendant six mois.

_______________________ 5 – JDD

Yémen: Des rebelles se disculpent

Les rebelles chiites du Yémen ont démenti samedi être à l’origine d’une tentative d’assassinat qui a visé un responsable du ministère de l’Intérieur peu avant la conclusion d’un accord de cessez-le-feu cette semaine.

Le gouvernement yéménite et le chef des rebelles chiites du nord du pays, Abdoul Malik al Houssi, sont convenus jeudi soir d’une trêve qui entrait en vigueur à minuit

_______________________ 4 – Radio Chine

Yémen : Ban Ki-moon espère que le cessez-le-feu permettra de résoudre le conflit

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, est encouragé par l’annonce d’un accord de cessez-le-feu entre les forces gouvernementales et les rebelles dans le nord du Yémen, a déclaré vendredi son porte-parole Martin Nesirky.

M. Ban « espère que le cessez-le-feu tiendra et qu’il fournira une opportunité pour résoudre complètement ce conflit », a ajouté M. Nesirky dans une déclaration.

L’ONU continue d’appeler les parties concernées à permettre aux acteurs humanitaires de fournir l’assistance nécessaire à la population civile affectée.

Selon la presse, le président yéménite Ali Abdallah Saleh a annoncé jeudi à la télévision un cessez-le-feu dans les combats contre les rebelles zaïdites dans le nord du pays à partir de minuit.

____________________________ 3 – Le Figaro avec AFP

Yémen : un civil tué et six blessés

Un civil a été tué et six autres ont été blessés aujourd’hui dans des heurts avec la police près d’un hôpital à Houtah, une ville de la province de Lahj, dans le sud du Yémen, selon des témoins.

Les heurts ont éclaté lorsque des indépendantistes sudistes ont tenté de récupérer “par la force” le corps d’un des leurs, tué dans de précédents troubles et conservé à la morgue de l’hôpital, a-t-on ajouté de même source.

Pour dissuader les militants, les forces de sécurité chargées de la sécurité de l’hôpital ont tiré en l’air, et les heurts qui ont suivi ont fait “sept blessés dont l’un a succombé à ses blessures”, a précise l’un des témoins.

Un mouvement séparatiste s’est développé ces derniers mois dans le sud du Yémen, qui était avant 1990 un Etat indépendant. Les habitants du sud, dont certains demandent à être séparés du nord, manifestent régulièrement contre le pouvoir central. Ils estiment faire l’objet de discriminations de la part des nordistes et ne pas bénéficier d’une aide économique suffisante.

____________________________ 2 – AFP

Yémen: les rebelles commencent à appliquer les conditions du cessez-le-feu

De Hammoud MOUNASSAR

Les rebelles chiites dans le nord du Yémen ont annoncé samedi leur retrait d’un aéroport sous leur contrôle et une prochaine libération de prisonniers de guerre saoudiens, en application des conditions d’une trêve convenue avec le pouvoir à Sanaa.

Au lendemain de la violation du cessez-le-feu entré en vigueur jeudi à 21H00 GMT, un calme précaire régnait sur tous les fronts dans la province de Saada, fief de la rébellion à 240 km au nord de Sanaa, selon des sources militaires.

Le porte-parole de la rébellion, Mohammad Abdel Salam, a confirmé le respect du cessez-le-feu, et un responsable militaire saoudien à Ryad a parlé d’une “situation très calme” à la frontière saoudo-yéménite.

L’Arabie saoudite est intervenue dans le conflit après la mort en novembre d’un des ses garde-frontières lors d’une incursion rebelle.

Après six mois de combats sanglants dans le nord, les rebelles ont accepté les six conditions posées par le gouvernement yéménite, ouvrant la voie à une trêve. L’application de ces conditions a été confiée à des commissions parlementaires qui se trouvent sur place à Saada.

Les rebelles sont ainsi tenus d'”observer un cessez-le-feu, d’ouvrir les routes, de déminer et évacuer les hauteurs”, “de se retirer des bâtiments publics”, “de restituer les biens publics et les armes saisies”, “de libérer les détenus civils et militaires, y compris les Saoudiens”, “de respecter la loi et la Constitution” et “de ne plus agresser” l’Arabie saoudite.

La rébellion a affirmé que les insurgés avaient déjà commencé à “démanteler les barrages” sur les principaux axes routiers “en prévision de la réouverture des routes”.

“Nous avons procédé à notre retrait du périmètre de l’aéroport de Saada où un avion doit atterrir pour la première fois” depuis août, a ajouté le porte-parole des rebelles zaïdites, issus d’une branche du chiisme minoritaire dans l?ensemble du Yémen mais majoritaire dans le nord-ouest du pays.

Il a ajouté que son groupe s’apprêtait à libérer cinq soldats saoudiens prisonniers. “Des mesures sont en cours pour préparer leur remise” à un dignitaire tribal.

A Ryad, le vice-ministre de la Défense, le prince Khaled ben Sultan, a dit que le royaume avait donné aux rebelles un délai de “48 heures” expirant dimanche pour une remise des soldats.

Les autorités yéménites, disant riposter aux “agressions répétées” des rebelles, ont lancé le 11 août 2009 une offensive contre les insurgés, la sixième du genre depuis 2004, dans un conflit qui a fait des milliers de morts et 250.000 déplacés. Plusieurs accords de trêve conclus dans le passé avaient été rapidement violés.

Vendredi, Sanaa avait accusé les rebelles d’avoir violé la trêve quelques heures après son entrée en vigueur, en lançant des attaques meurtrières contre l’armée et en tentant d’assassiner un officier supérieur yéménite.

La rébellion a démenti, l’un de ses porte-parole attribuant ces attaques à des “seigneurs de guerre”.

Samedi, un responsable a aussi accusé les rebelles d’avoir tiré des roquettes sur un convoi d’un préfet régional qui est sorti indemne.

“Il est normal” qu’il y ait de pareils incidents “à la fin d’une guerre”, a dit une source rebelle.

Sanaa accuse les rebelles d’être soutenus par “des parties” en Iran et de vouloir rétablir “l’imamat zaïdite”, renversé en 1962 par un coup d’Etat militaire. La rébellion dément, se plaignant d’une marginalisation politique et sociale et reprochant au gouvernement de ne pas lui reconnaître son identité religieuse.

___________________________ 1 – Le Figaro

Retour au calme au Yémen

La situation était calme aujourd’hui dans le nord du Yémen, au lendemain de violations du cessez-le-feu attribuées par le gouvernement aux rebelles chiites. “La situation est calme sur tous les fronts dans la province de Saada”, fief de la rébellion, a déclaré une source militaire. D’autres militaires opérant dans la province de Saada ont confirmé que le calme régnait samedi dans la province. “Mais ce calme reste précaire”, a cependant indiqué l’un de ces militaires.

Un responsable au bureau du chef de la rébellion Abdel Malek al-Houthi, contacté de Dubaï, a pour sa part confirmé que “le calme régnait sur tous les fronts, y compris sur la frontière avec l’Arabie saoudite”, pays voisin du Yémen entré en guerre après la mort le 3 novembre d’un des ses garde-frontières, tué par des rebelles yéménites infiltrés. “Le cessez-le-feu est respecté et la situation évolue positivement”, a affirmé ce responsable qui a requis l’anonymat.

Vendredi, les autorités du Yémen avaient accusé les rebelles d’avoir violé la trêve quelques heures après son entrée en vigueur, en lançant des attaques meurtrières contre l’armée dans le nord du pays.