28/10/2018 (Brève 1219) Comment la France a-t-elle pu refuser un visa à un Défenseur reconnu internationalement des Droits de l’Homme ? Les deux faces de la diplomatie : la communication officielle et la réalité qui sont diamétralement opposées (Equipe ARDHD)

En refusant, pour un motif d’opérette, la délivrance d’un Visa à un authentique Défenseur des Droits de l’Homme, qui ne présentait à la fois aucun risque pour la sécurité nationale ni une situation familiale pouvant faire craindre la demande d’un droit d’asile, la France a-t-elle trahie sa communication officielle de soutien aux Défenseurs des Droits de l’Homme.

M. Ewado a fourni une invitation en bonne et due forme à participer à la réunion internationale des Droits de l’homme qui va débuter à Paris, sous l’auspice des plus grandes ONG et de l’Union européenne, invitation assortie de toutes les garanties financières exigées.

Qui a pris la décision de refus ? Le consul général de France à Djibouti M. Romuald Rouchon, l’Ambassadeur M. Christophe Guilhou ? Le quai d’Orsay ou l’Elysée ?

Nous on pencherait plutôt pour les services djiboutiens et le SDS par exemple. Ce qui reviendrait à dire que ce sont eux qui commandent les décisions françaises sur place.

Quoi de plus consternant ? A la fois un double discours de la France et en même temps une possible soumission aux services de recherche d’une dictature impitoyable qui lamine tous ses opposants et qui viole tous les jours les Droits de l’Homme.

Et finalement pour quel bénéfice ? L’image de la France est un peu plus écornée par cette décision inadmissible. Les populations djiboutiennes qui connaissent l’attitude et le soutien que M. Ewado leur apporte, sont profondément déçues
par la France, qui va perdre encore un peu plus de terrain et de capacité d’influence. D’autant que son influence a déjà considérablement diminuée face aux USA et aux Chinois…

Nous ne savons pas si M Romuald Rouchon, auteur de la décision cinique “les informations communiquées pour justifier l’objet et les conditions du séjour envisagé ne sont pas fiables” agisssait en service commandé ou de sa porpre autorité (est-ce sous influence du SDS ?). Il nous le dira peut-être ?

Equipe ARDHD