26/04/2020 (Brève 1601) Démission d’un capitaine du bataillon des FAR en soutien au Lieutenant Fouad

08/11/1999 – TCHAD: Menaces de mort contre Mme Djraibe et M Yorongar

TCHAD
FAR/PARTI FÉDÉRATION FORELLI

COMMUNIQUE CONJOINT DE PRESSE : KEMNELOUM ET YORONGAR INTERDITS DE SÉJOUR AU SUD ET MENACES DE MORT.

Un message chiffré est expédié de N’Djaména aux préfets de la zone de production du pétrole pour les enjoindre de procéder à l’arrestation immédiate de Mme Delphine Kemnéloum DJRAIBE et M. Ngarlejy YORONGAR au cas où ceux-ci feront leur apparition dans le sud du pays au moment où la délégation de la Banque est encore dans la région.

Une meute d’agents de renseignements (ANS, RG, ST, B2, polices parallèles etc.) étaient déployés aux trousses de Mme Kemnéloum et Yorongar.

Alors qu’il est invité par les jeunes à Walia pour un entretien sur le projet pétrolier, M. Yorongar est pris en filature massive par cette meute bruyante.

Des parents à M. Yorongar sont arrêtés et mis en demeure d’indiquer tout déplacement de ce dernier (cf. élément de preuve).

Bien que M. YORONGAR devait présider un meeting, le samedi 30 octobre 1999 à 15 heures, cette meute le cherchait partout à N’Djaména, Doba, Bébédjia et à Moundou. Comme quoi le ridicule ne tue pas au Tchad.

Quand nos dirigeants se sont rendus compte que M. YORONGAR est effectivement à N’Djaména, ordre est donné au autorités de Moundou de faire défiler des militants du MPS sous les banderoles et des pancartes de FAR/PARTI FÉDÉRATION lors du passage de la Banque Mondiale dans cette ville (cf. le film-vidéo y relatif).

En dépit de toutes ces mesures prises pour le contenir, M. YORONGAR est reçu plusieurs par la délégation de la Banque Mondiale. D’abord dans le cadre de l’assemblée nationale (31 octobre 1999 de 11 H à 12 H), ensuite en tant que député des 301 puits de pétrole (le 31/10/1999 de 18 H 00 à 20 H 45) et enfin par M. Layec, membre de la délégation (le 4/10/1999 à 20 H 30).

Pour mettre cette kabbale sur le dos de ses sous-fifres, M. Idriss Déby devait s’envoler pour Fada dès son retour de Bangui où il a pris part à l’intronisation de son pair, M. Ange-Félix PATASSE. Profitant de cette occasion , M. Idriss Déby quémande le soutien de ses pairs présents à cette cérémonie pour l’exploitation immédiate du pétrole. Avant son départ pour Bangui, il fait convoquer à Fada tous les cadres civils et militaires de la Préfecture de Biltine et de la sous-préfecture de Fada (BET) pour un sommet familial et clanique. Tout porte à croire que M. Idriss Déby prépare un génocide à la rwandaise.

Malheureusement pour lui, Fada est à feu et à sang. Ses invités étaient pris au piège de ses adversaires. Pour faire face à cette situation, les militaires sont raflés à N’Djaména et envoyés au front. C’est ainsi qu’il a annulé son déplacement de Fada.

Une fois que la délégation de la Banque Mondiale est arrivée à N’Djaména ce 28 octobre 1999, elle est reçue d’abord par le Premier Ministre. Puis ce fut le tour de M. Idriss Déby de la recevoir. Ce dernier fait venir au palais de Djambalngato tous les Ministres présents à N’Djaména pour assister à cette importante audience. Mais, ceux-ci l’apprendront à leurs dépens une fois la délégation au palais. M. Idriss Déby décide de recevoir la délégation de la Banque Mondiale presque tout seul et sans témoin. Toutefois, deux ou trois de ses collaborateurs ont pris part à cette audience notamment Monsieur Abdérahman Dadi. Même le Ministre du Pétrole, M. Abdoulaye Lamana, n’a pas assisté à l’entretien que M.Déby a eu avec la délégation de la Banque Mondiale comme initialement prévu. Toute honte bue, ces messieurs-dames s’en sont repartis haut le cœur à leurs occupations

A Abéché où la délégation de la Banque Mondiale est attendue pour une audience, M. Idriss Déby a proféré des menaces de mort en disant que si le pétrole ne coule pas, Yorongar et beaucoup de tchadiens vont mourir. Oui, ceci dénote que M. Idriss Déby prépare sérieusement le génocide à la rwandaise.

A N’Djaména, des tchadiens de confession musulmane sont venus voir M. Yorongar pour adhérer à son parti. A la sortie du domicile de M. Yorongar, ils sont pris en filature, parfois interceptés et mis en demeure de donner les raisons de leur visite.

Les deux meetings à grand succès organisé par le FAR et le MRP en dates des 16 et 30 octobre 1999 (M. Idriss Déby a pris part au meeting du 16/10/1999) est un message fort pour la Banque, le consortium et au gouvernement (à suivre).

N’Djaména, le 6 novembre 1999

La Coordination Exécutive Fédérale