Articles

14/02/06 (B337-A) Histoire chronologique de Djibouti (BBC en Anglais) – Article signalé par un lecteur.

Timeline: Djibouti – a chronology of key events:

825 – Islam introduced to the area.

French rules

1862 – France acquires the port of Obock.

1892 – Djibouti becomes capital of French Somaliland.

1897 – Ethiopia acquires parts of Djibouti after signing a treaty with France.

1917 – Railway connecting the port of Djibouti with the Ethiopian hinterland reaches Addis Ababa.

1946 – Djibouti made an overseas territory within the French Union with its own legislature and representation in the French parliament.

1958 – Djibouti votes to join the French Community.

Independence

1967 – Referendum takes place during which Afar people and Europeans vote to remain part of the French Community; French Somaliland renamed the French Territory of the Afars and the Issas.

1977 – The French Territory of the Afars and the Issas becomes independent as Djibouti with Hassan Gouled Aptidon as president.

1979 – People’s Progress Assembly party set up with a view to uniting the Afar and Issa peoples.

1981 – Djibouti becomes a one-party state with the People’s Progress Assembly as the sole party.

1992 – A constitution allowing for a limited multiparty system adopted; fighting erupts between government troops and the Afar Front for the Restoration of Unity and Democracy (FRUD) in the northeast of the country.

Power-sharing agreement

1994 – The government and the main faction of FRUD sign a power-sharing agreement officially ending the civil war; the radical faction of FRUD continues to fight.

1999 – President Aptidon announces that he will not run in the presidential election; Ismael Omar Gelleh elected president.

2000 February – The government and the radical faction of FRUD sign a peace agreement finally putting an end to the civil war.

2000 March – Former Prime Minister and leader of the radical faction of FRUD Ahmed Dini returns to Djibouti after nine years in exile.

2000 December – Coup attempt said to have been masterminded by sacked police chief General Yacin Yabeh Galab fails and Yacin charged with conspiracy and breaching state security.


US Marines in Djibouti: Country occupies a strategic position

2003: War on terror Africa-style

2002 January – German warships and 1,000 sailors arrive in Djibouti to patrol shipping lanes in Red Sea area, in support of US actions in Afghanistan.

2002 September – 1992 law allowing only three other parties to compete with ruling party expires, paving way for full multi-party politics.

2002 September – Djibouti says it won’t be used as a base for attacks against another country in the region. Some 900 US troops set up camp in support of US-led war on terror.

2003 January – Coalition supporting President Ismael Omar Gelleh – the Union for Presidential Majority – wins Djibouti’s first free multi-party elections since independence in 1977.

2003 September – Government begins drive to detain and expel illegal immigrants, thought to make up 15% of population.

2004 April – At least 50 people die in flooding in the capital.

2005 April – Presidential elections: Incumbent President Guelleh is the sole candidate.

14/02/06 (B337-B) Est-ce pour garantir le niveau minimum des détournements de biens sociaux accordés aux Vice-Présidents de la nébuleuse GHA, que Djib-Télécom s’engage dans un vaste programme de réduction des dépenses ? Au moins en ce qui concerne sa participation aux victimes de la sécheresse Honte aux dirigeants de Djib Télécom ! (Lecteur)

Au moment ou tous les Djiboutiens même les plus démunis, même les chomeurs, même les enfants des familles les plus modestes apportent leurs contributions
aux sinistrés de la sécheresse, se privant bien souvent du strict minimum qui fait leur survivance au quotidien, la société Djib
Télécom, fleurons de nos entreprises nationales ne donne
que 2 millions de Francs Djibouti !!

A titre de comparaison et d’exemple, une PME comme Daabchill a donné plus d’un million et demi de nos francs.

Arrogant et sur de lui, le Directeur Général de Djib Télécom ose même prétendre que l’entrepise n’a plus
de trésorerie disponible !


La Toyota Prado 4×4. L’un des modèles

les plus luxueux de la gamme !

Mais il n’explique pas comment il a pu commander rien que cette semaine une 4 x 4 Prado(*) dont le prix de vente est supérieur à huit millions pour l’affecter au Secrétaire général du Ministre de la Communication ? (Abus de biens sociaux, on vous le disait !)

Nous avons interrogé M. Khaled sur ce sujet. Il a répondu qu’il n’était pas informé de cet achat. Selon lui, c’est le Secrétaire général qui aurait directement négocié cet avantage innoui avec notre DG ! Que lui a-t-il donné en échange !

En tout cas, nous, les travailleurs de Djib Télécom
nous exprimons notre plus grande honte à la face de notre Directeur général et au Secrétaire général du Ministre de la Communication, car
le montant de cette voiture aurait été beaucoup plus utile et mieux utilisé s’il avait été donné
aux pauvres qui crèvent de faim et de soif dans nos
districts.

Comme d’habitude au royaume de Paulette et du Chamelier, c’est toujours la même chanson : « Aux petits les sacrifices, aux gros les bénéfices ! ». Les petits
requins en profitent toujours.

Quelle catastrophe naturelle, humaine et matérielle !!!!!


* Caractéristique et équipement de la Prado de base !
Equipement standard

* 10 PLACES EN TISSU
* SYSTEME ANTI-DEMARRAGE
* COMPTE-TOURS
* AM/FM RADIO/CASSETTE + 2HP + ANTENNE
* ESSUIES GLACES AV. + AR.
* SUSPENSION RENFORCE A RESSORTS HELICOIDAUX
* ROUE DE SECOURS AVEC CLEF
* PHARES A REFLECTEURS MULTIPLES
* VITRE ELECTRIQUES AV. + AR.
* VERROUILLAGE CENTRALISE
* DEGIVRAGE LUNETTE ARRIERE
* SEDIMENTEUR A COMBUSTIBLE
* ACCOUDOIR AV. + AR.
* OUVERTURE A DISTANCE RESERVOIR CARBURANT
* PARE-SOLEIL AVEC MIROIRS DE COURTOISIE
* SYSTEME DE REFROIDISSEMENT RENFORCE
* PROTECTION CARTER + RESERVOIR + BOITE
* LAMPES DE LECTURE AV.
* PARE-CHOCS EN COULEUR NOIR
* ROUE DE SECOURS VERROUILLABLE
* TAPIS DE SOL
* CLIMATISATION
* RETROVISEUR JOUR/NUIT
* MARCHE-PIEDS
* DIRECTION ASSISTEE
* CEINTURES DE SECURITE AV. + AR.
* FREINS A DISQUE AV. + AR.
* BOITE A GANTS VERROUILLABLE
* MONTRE DIGITALE
* TRAITEMENT ANTI-ROUILLE
* RESERVOIR SUPPLEMENTAIRE 69LTR.
* BANDES DECORATIVES
* TROUSSE A OUTILS + CRIC
* VITRES AR.COMPASS
* MIROIRS ELECTRIQUES
* PORTE GOBELET AV. + AR.
* INDICATION TEMPERATURE EXT.
* BOITE A TRANSFERT 4X2 – 4X4
* PEINTURE METALLISEE
* MANUEL DU PROPRIETAIRE

13/02/06 (B337-A) Interview (En anglais) de Guelleh diffusé par le réseau U.N. Network et reprise sur le site Allafrica.com (Signalé par un lecteur).

UN Integrated regional information Networks

INTERVIEW
February 13, 2006
Posted to the web February 13, 2006

Djiboutiville

Djibouti is facing a humanitarian crisis as a result of consecutive years of drought. In an interview with IRIN on 9 February, President Ismail Omar Guelleh talked about his government’s plans to contain the situation. Below are excerpts.

Is the current drought in the region more serious than previous ones?

It is not, but our problem is we get a lot less rain than the rest of the countries, so this makes it more problematic. Many people have already lost their livestock and moved to towns. It is the rest who are now under threat and who we are trying to save.

These are recurring droughts. We need to take that into account and plan accordingly and do what we can for ourselves instead of blaming God every time. For example, when it rains, we may get 5 million to 10 million cubic meters of water. Most of that will end up in the sea. A few days later we experience a shortage of water. We could save a lot by harvesting water.

We therefore decided to take a number of steps. In this country, peoples’ lives depend largely on livestock. When they start dying, people are in trouble. We have put in place a plan to irrigate some of the land around water wells in order to produce animal feed. It could be one hectare, two, three, four or even 10. Whatever is produced will be stored and given out during the dry season.

We also need to harvest water and build water catchments. This, in my opinion, will alleviate some of the problems we face.

We are also planning to plant one million palm trees to produce dates for human consumption. Our soil is conducive to this type of tree. The Saudi government has agreed to provide 20,000 seedlings. We have also set up a research facility to experiment in producing seedlings that will mature in two years and produce fruit.

How many people are affected by the current drought, and which areas are most affected?

Our estimates are that 150,000 people [out of a population of 700,000] are seriously affected by the drought. Almost all regions are affected, but the hardest hit areas are the coastal regions, the north and the northwest.

What has been the international community’s response to the drought in the region?

In terms of response from the international community, I have been informed that Japan has pledged the equivalent of US $700,000, and that is it. We are used to this sort of thing. When you make an appeal it takes between 6 months and 8 months before any response.

We also suffer, I believe, from a certain amount of neglect. Recently, the European Union announced that it was donating -5 [US $6 million] to the countries affected by the drought. They named Kenya, Somalia and Ethiopia. We were not even mentioned. It is like we are the forgotten country. Maybe it has something to do with our small size.

So instead of waiting until people start dying, we decided to mobilise our own people, from school children to businessmen. Every family should give what it can, even if it is one kilo, or half a kilo, to try and help their compatriots. This campaign has also taught our people that they also can help each other. It created solidarity. This has been very, very successful. Now we are trying to dispatch what has been collected to the affected areas with the help of our armed forces.

Does the increased migration to Djibouti from other countries in the region give you more concern about security?

Since our independence we [have] had a flood of people coming, not only to Djibouti but to transit through here. Some came to work, others [when there was no phone system in Somalia] to make an international call to family and relatives in the diaspora or for medical reasons.

Now, the newest phenomenon is the migration by boat to Yemen and Saudi Arabia. Last week our police detained more that 150 people in the north of the country. This latest group was from Ethiopia.

Does this new phenomenon worry you in terms of security, not just in your country but in the sub-region as a whole?

No, not really. We are used to this by now. These people are economic migrants and do not pose any serious security problem. Sometimes they may engage in minor criminal activity, but nothing serious that would affect the overall security of this country or the region.

Do you think then that the threat of terrorism from the Horn of Africa is exaggerated?

At the beginning, it was not – due to the history of our region from 1993. Look at what happened in 1998 in Kenya and Tanzania [United States embassy bombings]. Look at what happened in 2000 and 2002 in Yemen. All these are part of the big threat of terrorism in our region. The motivation of the American presence here, at that time, was to fight that threat. They have succeeded in their mission. Except for minor incidents of piracy in the Indian Ocean, we have had no serious terrorist incident in this area.

Has the American presence been helpful to the Djibouti economy?

Yes, it has been very helpful. First, a very important part of our people has found work there. Then, we have companies from countries like Bahrain, Kuwait, Qatar, which are working with the Americans, who have also hired local people and are spending money in our country. These companies have also established [themselves] in our free zone. All this has had a positive impact on our economy.

Coming back to the sub-region, how are Djibouti’s relations with its neighbours, specifically with the new Transitional Federal Government (TFG) of Somalia?

We are here to help any government chosen by the Somali people. We support the TFG as we supported the TNG [Transitional National Government] before it. Our aim is to see Somalia re-establish itself for the sake of the Somali people, who have been suffering for the last 15 years.

With regard to our other neighbours, we have very good relations. As the headquarters of IGAD [Inter-Governmental Authority on Development] we have, as we must, access to all of them.

Since the TFG relocated to Somalia, it seems to be having the same problems the TNG had with faction leaders and establishing its authority throughout the country. What do you think is the problem, and do you foresee a solution?

The main problem is the lack of support from the international community. We cannot ask a drowning person to swim and save himself without giving a lifeline. That is what we are telling the Somalis, and it is not fair. We have seen what the United Nations and the international community is doing in Liberia and Democratic Republic of Congo. In Congo, the UN is spending over $200 million per year. In Ethiopia-Eritrea similar amounts are being spent. Why is it so difficult for the international community to assist the Somali government to disarm and demobilise the various militias and put pressure on the warlords?

No one is doing anything. That is the main reason why any government – call it TFG, TNG, or whatever – will not succeed. It is a question of a lack of commitment from the international community.

[ This report does not necessarily reflect the views of the United Nations ]


Copyright © 2006 UN Integrated Regional Information Networks. All rights reserved. Distributed by AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Click here to contact the copyright holder directly for corrections — or for permission to republish or make other authorized use of this material.

13/02/06 (B337-A) La Dictature aura-t-elle le dernier mot sur la Démocratie. La nébuleuse GHA utilise tous les moyens à sa disposition pour tuer la concurrence ! Même de déclarer qu’un officier publique (Le greffier en chef !) a commis une erreur, si ça peut arranger le pouvoir ….. C’est le carnaval de Djibouti :fraude électorale et mascarade jouent à guichet fermé !


Le Président

DIFFUSION D’INFORMATION
DU 13 FEVRIER 2006

EN REPUBLIQUE DE DJIBOUTI
EST-CE QUE LA COUR D’APPEL
DU TRIBUNAL
FAIT RIPER L’INDEPENDANCE
DE LA JUSTICE ?

DANS CES CONDITIONS QUE PENSER
DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL ?

Cette Diffusion d’Information ne peut que soulever des questions fondamentales, d’autant plus que ces dernières années la Cour d’Appel est ressentie comme le flambeau ou plus exactement comme l’avant garde des violations en matière de procès judiciaires, qui, malheureusement, ont des résonances hautement politiques ou/et à colorations syndicales/journalistes.

A quand, dans le temps, l’Indépendance Totale de la Justice en République de Djibouti !

A quand, dans le temps, la fin de l’Impunité !

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) ne peut que dénoncer toutes les interférences du Pouvoir en place cassant régulièrement l’Indépendance totale de la Justice Djiboutienne.

Sans une Justice totalement indépendante des consignes du Pouvoir politique : les risques de l’anarchie sont là !

M. NOEL ABDI Jean-Paul

_____________________________________________________

COUR D’APPEL DE DJIBOUTI
CHAMBRE DU CONTENTIEUX ADMINISTRA TIF

ARRET DU : 02/06

APPELANT:
HASSAN ALI MOHAMED dit « DALGA », Responsable de la liste
Indépendante Volontaire de Développement Régional Intégré.
Demandeur – Comparant en personne.

INTIME:
L’ETAT DE DJIBOUTI.
Défendeur – Comparant par MR. OMAR WAHIB, Représentant de 1 ‘Etat.

COMPOSITION DU CONSEIL.
Lors des débats et du délibéré.

PRESIDENT : M. EMILE DAVID.
CONSEILLERS : M. YACIN OMAR. / M. SAID ABKAR.

COMMISSAIRE DU GOUVERNEMENT: Melle. SOUAD HOUS SEIN FARAH.

GREFFIER : Mme. SAADA ELMI.

DEBATS:
CONTRADICTOIRE. PRONONCE LE: 09 FEVRIER 2006
PAR MONSIEUR LE PRESIDENT, SIGNE PAR LUI ET LA GREFFIERE.
FAITS ET PROCEDURE

Vu la loi N°174,AN/02/4e L portant Décentralisation et statut des Régions.

Vu le rejet de la liste «Volontaires de Développement Régional intégré» par le Commissaire de la République, Chef du District de TADJOURAH ».

Vu la requête présentée par M. HASSAN ALI MOHAMED dit «DALGA » tête de liste «Volontaires de Développement Régional intégré ».

Vu les conclusions des parties.

SUR CE
Considérant qu’il convient de déclarer recevable en la forme la requête présentée par M. HASSAN ALI MOHAMED dit «DALGA », tête de liste «Volontaires de Développement Régional Intégré ».

Considérant que les dispositions de l’art. 23 de la loi N0139/AN/06/5e L, portant modification de la loi N°174/AN/02/4e L du 07 JUILLET 2002 portant décentralisation et statut des régions prévoit «qu’à compter de la notification d’un refus de ladite liste disposent de quarante huit (48) heures pour contester ce refus devant la section du conseil du contentieux administratif. Celui-ci doit statuer dans les trois (3) jours.

Faute d’une décision dans ce délai la déclaration de candidature doit être enregistrée. La décision du Conseil du Contentieux Administratif ne peut être contestée que devant la Cour Suprême qui doit statuer dans les trois (3) jours ».

Considérant que la requête présentée par M. HASSAN ALI MOHAMED dit «HASSAN DALGA», tête de liste «Volontaires de Développement Régional Intégré» de la Région de Tadjourah a été déposée le 07 FEVRIER à 7H30 au greffe de la Cour d’Appel et non pas le 06 FEVRIER comme indiqué sur la requête la mention de la date indiqué par le Greffier en Chef est erronée.

Considérant qu’il y a lieu donc de déclarer irrécévable comme étant hors délai la requête présentée par HAS SAN ALT MOHAMED
Considérant qu’il sera condamné aux entiers dépens.

DECISION PAR CES MOTIFS

La Cour, statuant publiquement et contradictoirement à l’égard des parties et, en Chambre du Contentieux Administratif.

SUR LA FORME ;
– Déclare recevable en la forme la requête présentée par M. HASSAN ALI MOHAMED, tête de liste «Volontaires de Développement Régional Intégré ».

AU FOND
– Déclare irrécévable comme étant hors délai la requête présentée par HASSAN ALI MOHAMED.

Le condamne aux entiers dépens.

LE GREFFIER

LE PRESIDENT

13/02/06 (B337-A) Précision au sujet de l’article de la LDDH sur la décision de Justice concernant M Hassan Dalga, qui est probablement un nouveau leurre dont Guelleh a le secret et qu’il recommence à chaque fois. Ne tombons pas dans le panneau ! (Correspondant)

A l’instar de la LDDH, je suis abominablement choqué par l’arrêt rendu par la Cour pour empêcher la liste de M Hassan Ali Mohamed de participer aux élections. C’est un déni de justice inadmissible qu’il convient de réfuter. Mais l’affaire n’est peut-être pas aussi limpide qu’il n’y paraît et je vais vous expliquer les raisons.

M Hassan Ali Mohamed s’est souvent prêté à un jeu fréquent à Djibouti, au moment des élections : celui du lièvre qui fait gagner le RPP. Cet arrêt de la Cour me semble être de la poudre aux yeux pour tenter de redonner un peu de vertu à un agent double …

Lisez ceci, que je confirme :

Hassan Ali Mohamed dit Hassan DALGA  est bien connu tous les Djiboutiens. Avant 1977, il etait l’agent d’information et le bras droit d’ ALI AREF BOURHAN, le Président du Conseil du Gouvernement sous la colonisation française. Rappelons à ceux qui ne le sauraient pas qu’IOG jouait dans la même cour, puisqu’il était le bras gauche du même Ali AREF et qu’il le renseignait avec le plus grand zèle. Mais il a oublié …. de le rappeler aux Djiboutiens ?

Apres 1977, Hassan Ali Mohamed est devenu le Chef du service des Mines mais il a gardé ses responsabilités d’informateur privilégié des AFAR. 

Depuis, il a occupé plusieurs postes, mais en se mettant au service d’IOG, car il avait senti le vent qui tournait.  Au profit de ce dernier, il a infiltré plussieurs mouvements de contestataires et surtout les mouvements Afar dont il avait gagné la confiance.

C’est ainsi que depuis 1978 il jouait « un double jeu » à la fois comme rédacteur ….de chaque journal Afar qui s’opposait au régime de Gouled et de Guelleh pour obtenir en réalité des informations sur ces mouvements mais en réalité comme informateur de Guelleh / Gouled à qui il revendait le fruit de sa pêche.  Le brave homme !

Lorsqu’il risquait d’être découvert et afin de lui redonner du crédit pour continuer à tromper les opposants AFAR (comme Mohamed Moussa Ali Kahin l’a pratiqué à l’encontre des opposants Issas) le régime faisait semblant de le harceler et de l’emprisonner.


Selon mes sources qui sont crédibles, la liste Indépendance … aurait pu avoir suscitée par IOG lui-même pour barrer la route aux vrais opposants et pour faire la publicité  d’Hassan Dalga en le positionnant comme une victime du régime. Le but étant de prendre le terrain à l’opposition.


 


A chaque fois qu’IOG avait décidé d’arrêter les opposants Afar, il commençait d’abord par faire arrêter Hassan Dalga et à le faire placer à Gabode.  Immanquablement, deux ou trois jours après, la SDS arrêtait les opposants selon le plan ordonné par IOG.

Après une brève détention au sein de la SDS, les opposants étaient présentés au Tribunal et aussitôt incarcérés à Gabode. C’est alors qu’ils retrouvaient le cher Hassan Dalga qui les attendaient à bras ouverts pour obtenir des informations « fraiches ». 

Aussitôt collectées toutes les informations, comme par enchantement , Hassan Dalga était présenté à son tout au Tribunal, qui « miracle » prenait une ordonnance de relaxation immédiate ! En revanche, les autres opposants ont passé longtemps à Gabode. 

Donc, Hassan Dalga ne peut pas prétendre être un opposant pour les Djiboutiens. Il n’y a que les étrangers pour croire cela …

11/02/06 (B337-A) Affaire Borrel et comité de soutien à Elisabeth Borrel depuis la ville de Lisieux. (Deux articles publiés par Ouest-France et signalés par l’ARD qui les a mis en ligne sur son site)

1 – Création d’un comité de soutien à la veuve du juge

Journal Ouest-France du samedi 11 février 2006
Edition : Normandie
Rubriques : Normandie en Bref

Un comité de soutien à la femme du juge Borrel s’est constitué, jeudi soir, à Lisieux. Une cinquantaine de personnes ont répondu à l’appel lancé par le collectif des Droits humains et l’association Lisieux avenir. Bernard Borrel, ancien procureur de la République de Lisieux, est mort en octobre 1995, à Djibouti.

La thèse officielle reste celle de l’accident que conteste Élisabeth Borrel qui se bat depuis 10 ans pour connaître la vérité. Le comité, qui ne revendique aucune orientation politique ou religieuse, demande, au nom du droit à la justice, que la France lève le secret défense. La juge d’instruction en charge du dossier n’a toujours pas obtenu un certain nombre de documents qu’elle réclame.

Élisabeth Borrel, qui prépare un livre pour l’automne, est venue témoigner à Lisieux et au mémorial de Caen, il y a quinze jours.

Contact. Comité de soutien à Élisabeth Borrel, espace Victor-Hugo, 14 100 Lisieux. Un site Internet ouvrira prochainement.

——————————————————————————–

2 – Affaire Borrel : « Lisieux se doit d’agir »

Journal Ouest-France du samedi 11 février 2006
Edition : Pays d’auge
Rubriques : Lisieux Ville

L’appel lancé par l’épouse de l’ancien procureur de la République de Lisieux a été entendu. Jeudi soir, un comité de soutien s’est constitué pour l’aider dans son combat. Il rassemble toutes les personnes déterminées à connaître la vérité. Au nom du droit à la justice.

Une cinquantaine de personnes ont répondu à l’invitation du collectif lexovien des Droits humains (1) et de l’association Lisieux avenir. Des élus de différents bords politiques, des représentants syndicaux, mais aussi et surtout de simples citoyens, tous animés par la volonté d’apporter leur soutien à Élisabeth Borrel.

Le corps de Bernard Borrel, ancien procureur de la République de Lisieux, a été retrouvé le 19 octobre 1995, à Djibouti. Alors que tout indique qu’il a été assassiné, la thèse officielle reste celle du suicide. Et dix ans après, le secret défense n’a toujours pas été levé sur des documents réclamés par la juge d’instruction. « Bernard Borrel a laissé une empreinte à Lisieux, c’était un homme apprécié. Il était logique de mettre en place quelque chose ici, estime Bernard Bonnet, président du collectif lexovien des Droits humains. Lisieux se doit d’agir, sans distinction d’appartenances politiques ou religieuses. »

Lettre et pétition

Jeudi soir, quatorze personnes se sont engagées à intégrer l’équipe chargée d’animer ce comité. « Le 22 février, nous allons rencontrer maître Morice, avocat de Madame Borrel, pour voir avec lui comment l’aider. » Le comité souhaite également prendre contact avec des personnalités du monde littéraire, judiciaire ou médiatique, susceptibles d’apporter leur caution et leur renommée au comité.

Toutes les personnes qui le souhaitent peuvent signer la pétition (disponible à l’Espace Victor-Hugo) demandant que la lumière soit faite sur cette affaire. Elles peuvent aussi adresser une lettre au Premier ministre pour demander la levée du secret défense. Enfin, le comité de soutien va prochainement ouvrir un site Internet.

Guillaume BOUNIOL.

Pratique. Comité de soutien à Élisabeth Borrel, Espace Victor-Hugo,
14 100 Lisieux.

(1) Le collectif réunit l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture, Amnesty international, le Cercle laïque lexovien, le Comité catholique contre la faim, la Croix-Rouge française, le Mouvement de la paix, Mood action professor, le Secours catholique et Terre des hommes.

L’ARDHD s’associe à cette intiative qu’elle soutient.

11/02/06 (B337-A) Enquête sur la nébuleuse GHA(*): une organisation de modèle mafieux remarquablement structurée et qui est présente dans pratiquement tous les domaines : du crime à l’industrie, en passant par les drogues, le jeu et le commerce licite ou non. (ARDHD) (Article complété et illustré le 14/02)

____________________________________ Note de l’ARDHD
Sur la base de nos archives et des informations disponibles dans la presse internationale et sur de nombreux sites internet, nous avons essayé de dresser le premier portrait de la nébuleuse GHA. C’est un sujet vaste et complexe, car il faut arriver à suivre les nombreuses ramifications et il faudrait plusieurs mois pour proposer aux lecteurs une approche plus exhaustive.
_______________________________________________________

La nébuleuse GHA(*) est une organisation sur le modèle « mafieux » classique. Elle intervient pratiquement dans tous les domaines : crime, argent sale, recyclage et blanchiment, affaires industrielles et commerciales, ramifications internationales, mais elle ajoute la violation systématique des Droits de l’Homme à ses domaines d’expertise et de compétence.

A – L’organigramme :

A.1. Niveau N

En haut de la pyramide, le parrain semble tout puissant. Ce n’est qu’un leurre, car son épouse règne en maître absolu et incontesté sur les affaires spéciales. Avec une poigne de fer, elle exerce une influence considérable sur les orientations stratégiques de l’ensemble et elle a ses domaines réservés : trafic d’enfants, compagnies aériennes (selon le GED). Elle donne des ordres aux collaborateurs les plus proches.

A.2. Niveau N-1,


Comité de pilotage : le parrain dicte
ses ordres à ses Vice-Présidents.

Le comité central de pilotage qui regroupe les « senior Vice-President » . C’est le cercle restreint des proches (happy few). Parmi eux : Y.E.B. (aux affaires intérieures), D.A.G. (à l’énergie), D.M.H. et AFA – Dauphin héritier d’Y.E.B. – (à la Banque centrale et aux Finances), Abdourahman Borreh (à l’industrie et au commerce) et A.A.F. (aux affaires extérieures). Ils sont presque tous membres de l’Ordre des Brosses à Reluire.

A.3. Niveau N -2,
Les directeurs opérationnels. Citons, entre autres, Djama Souleiman et Me Martinet (Justice), Ibrahim Zakaria (Armées), Hassan Saïd (SDS), Idriss Arnaoud Ali (Législatif),


Zakaria Ibrahim
décoré de la légion d’honneur
par l’Ambassadeur de France,
avec les félicitations de J Chirac


Hassan Saïd avec
Me Martinet. Il aurait
accrédité le témoignage
d’Alhoumekani dans
l’affaire Borrel, devant
la caméra de Canal +.
Il ne s’est jamais rendu à la convocation de la Justice française.


Me Martinet a été
entendu par la Justice
française dans le cadre d’une affaire de subornation de témoins en marge de l’affaire Borrel.

Djama Souleiman : Procureur de la République : convoqué par la Justice française, il a refusé d’être entendu ..

A.4. Niveau N -3.

Les responsables opérationnels de secteur. Citons, entre autres, Mohamed Moussa Chehem (réseau Europe), Robleh Ollayeh, (réseau Nord-Américain). Ils se réunissent à Djibouti à intervalles irréguliers, pour recevoir les ordres du Parrain et pour s’accorder sur la stratégie de développement de la nébuleuse.


Réunion des responsables de la nébuleuse
en charge
du déploiement à l’international

A.5. Niveaux inférieurs :
Les cadres supérieurs djiboutiens, détachés pour exécuter des missions précises. Citons par exemple, Aref Mohamed Aref pour le juridique (affaire Borrel, Affaire Zakaria), Mohamed Moussa Ali Kahin dit TOUR-TOUR, pour le convoyage des messages entre Djibouti et l’Europe,
Les agents en charge de la promotion des thèses de la nébuleuse, mais qui agissent sous de fausses apparences, allant parfois jusqu’à faire semblant d’appartenir à des structures d’opposition.

A.6.Appuis extérieurs :



Gestes symboliques qui ne manqueront pas de rappeler
les marques d’amitié
« siciliennes »

Pour se développer dans le cadre de la mondialisation, la nébuleuse doit être capable d’intervenir sur tous les marchés extérieurs, sans exclusive, ni politique, ni démocratique.

Pour cela, elle fait appel à des personnalités de premier plan qui assurent son soutien et sa promotion.

Peut-on croire ceux qui affirment que Jacques Chirac, Mme Alliot-Marie ou GW Bush pourraient figurer volontairement ou non dans le groupe des agents extérieurs qui participent au développement de la nébuleuse ?


Confraternité avec les USA

Mais en même temps …
le Parrain s’assure du soutien de l’Iran


J-M Angelier
La nébuleuse s’assure aussi le concours de personnalités subalternes pour ses opérations de lobbying, par exemple :
– l’Ambassadeur de France actuel, Monsieur Angelier, qui a soutenu l’un des directeurs de l’organisation, contre notre site,
– Alain Romani et Charles Nucera, Corses d’origine, ayant un C.V. judiciaire intéressant, qui vont reprendre du service localement dans les filiales touristiques de la nébuleuse (les activités autour des jeux devraient retourner sous leur contrôle) etc.
– Les juges Moracchini et Le Loire, qui ont tenté, avec la complicité de la responsable des examens médico-léglaes, l’impossible pour faire croire au suicide du Juge Borrel,
– etc, …

Alain Romani

NB : La forme de remerciements éventuels et/ou le montant des rémunérations conjoncturelles pour services rendus n’ont jamais été évoquée publiquement et nous ne disposons d’aucun élément sur ce sujet.

B – Le financement amont :
A la base, le financement de l’ensemble est assuré par :
– les prélèvements sur le Trésor djiboutien,
– le détournement des aides internationales,
– les opérations de racket sur le commerce local (avec des prises de participation imposées, lorsque l’affaire est rentable).
– La corruption passive sur toutes les commandes publiques,

Pour faciliter la compréhension, nous qualifierons ces ressources d’argent sale.

Ensuite, les domaines d’intervention pour le recyclage sont nombreux :

B.1. Les affaires commerciales
Majoritairement en association avec Dubaï : Port de Djibouti, Port de Doraleh, Aéroport de Djibouti, recouvrement des taxes d’importation, compagnie aérienne,

B.2. Les affaires industrielles
Fabrication et exportation d’armes (Afrique du Sud), traitement de drogues dures (réception, transformation et conditionnement au Port de Djibouti – selon le GED),

B.3. L’immobilier, avec trois activités principales :
– Achat pour les principaux dirigeants, en pleine propriété, de biens immobiliers financés par le Trésor : Djibouti (Haramous est le navire amiral des biens immobiliers de la capitale, mais il n’est pas le seul), Afrique du Sud, Paris, Dubaï (île des milliardaires), Ethiopie,

Administration et mise en location de longue durée de terrains publics (Base américaine, base française, éventuellement une antenne israélienne),

– Location à la journée ou à la semaine de vastes zones réputées officiellement comme étant désertiques, pour des essais de matériels militaires et d’armes conventionnelles, chimiques ou même nucléaires, (Opération souvent appelée « Bac à sable » par les militaires)

Exemple d’opérations « Bac à sable »

Entraînement et essais de nouveaux matériels militaires par les forces US à Djibouti.

B.4. Le négoce et les trafics en tout genre :
– Importation et distribution de Khat
(Sogik), armes, cigarettes et alcools,

trafics d’enfants somaliens à destination de l’Europe et en particulier de l’Angleterre, plateforme de – transit pour des matières dangereuses et interdites (pour le compte de la France et de l’Iraq, de la Corée ? Cf articles publiés dans la presse lors du 10ème anniversaire du meurtre du Juge Borrel),

– fausse monnaie (US$) bien que cette activité semble avoir été réduite sinon abandonnée depuis quelques années.

– les armes à destination des pays voisins (parfois câchées dans des containers officiellement destinés aux hôpitaux)

B.5. Les services et le tourisme :

– Compagnie aérienne (Daallo),

– Casino, jeux et hôtels,

B.6. La communication :
La nébuleuse s’est assurée (sans verser le moindre centime) le monopole de tous les moyens internes de communication : La Nation, l’ADI, la RTD et elle lutte farouchement contre toute vélléité de concurrence. Interdiction de diffusion des media concurrents, interdiction d’accès aux sites Internet qui ne lui sont pas favorables, censure des émissions télévisées internationales qui démontent son organisation, …

La nébuleuse contrôle et enregistre aussi toutes les communications « privées » et « professionnelles » entrant et sortant et elle perçoit des royalties sur toutes les facturations de télécommunication.

B.7. Le crime :

Ces quatre fonctionnaires zélés sont au service de la nébuleuse.
Ils effectuent les opérations « spéciales » de nettoyage.

Assassinat de personnalités dérangeantes et de témoins dangereux. Il est rare que la nébuleuse élimine des non-djiboutiens, mais cela peut arriver dans certains cas extrêmes, comme le malheureux Juge Borrel, La liste des ressortissants djiboutiens disparus mystérieusement est longue. Une première liste non exhaustive établie par la LDDH est consultable sur le site.

B.8. Le terrorisme :
L’activité principale semble encore limitée au territoire de la République de Djibouti.

Elle s’exerce contre les populations locales. Il arrive (mais rarement) que des étrangers, résidant sur place, soient visés, mais cela n’est jamais exclu.

Tous ceux qui contestent l’autorité de la nébuleuse sont harcelés par la Justice, torturés, emprisonnés injustement. Le viol des femmes fait partie des moyens d’action utilisés par les militaires pour asseoir leur autorité sur les populations et pour tenter d’obtenir des aveux lors d’interrogatoires spécifiques …

– Des opérations de nettoyage de grande envergure sont lancées de temps à autre contre des villages, les quartiers d’Arhiba (plus de 40 morts en 91 et 10 en 2005), contre des ethnies (Gadabourcis après l’attentat du Café de Paris (plus de 300 torturés)

– Des attentats à l’explosif (Café de Paris), Chemin de fer il y a deux/trois ans,

– Des opérations à l’étranger peuvent être organisées mais plus rarement : subornation de témoins et tentatives d’assassinat en Belgique (cf l’arrestation du Maire de Djibouti à la Gare du Midi à Bruxelles),

Certaines sources parlent aussi du financement d’autres nébuleuses internationales, sous couvert d’un soutien à des organisations de charité, mais cela demanderait des confirmations, que les services secrets français, américains et/ou israéliens doivent posséder. (Al Quaïda, Soudan, … ?)

B.9. Prostitution :
Nous n’avons aucune information ni sur une implication dans ce domaine ni sur des bénéfices issus de la prostitution. Sur ce point, il semble que la nébuleuse GHA se distingue clairement des organisations mafieuses classiques, puisqu’elle n’est jamais citée pour des participations dans des affaires de prostitution.

C – Gestion des ressources humaines et relations sociales :


Abdourhaman Borreh,
grand adepte de la pêche.
Il est considéré comme
l’artisan du projet industriel
et commercial de la
nébuleuse. Il gère les RH (port)
d’une main de fer, harcelant
les syndicalistes et les employés.

La nébuleuse impose son autorité, y compris par la force, à ses salariés : cas du chauffeur de l’Ambassade de Djibouti à Bruxelles, pénalisation des actions syndicales et condamnation des syndicalistes (Port, Poste, Télécom) pour supprimer toute résistance aux directives du Parrain,

La nébuleuse recrute de plus en plus de travailleurs étrangers (enseignants étrangers par exemple ou salariés asiatiques pour le nouveau port de Doraleh) qui sont considéres comme plus dociles parce qu’ils acceptent des salaires plus bas et des horaires de travail plus importants. Cela au détriment des travailleurs locaux, jugés trop exigeants sur ces points et condamnés à pointer au chômage.


Chehem Daoud, en charge du développement sur l’Europe, est considéré comme un précurseur dans le domaine des relations sociales avec les employés qu’il n’hésite pas à frapper « sauvagement ».


D – Actions racistes :

Des comités de pilotage spécifiques ont été constitués pour éliminer physiquement et économiquement certaines tribus et même certaines ethnies. Nous avons parlé des Gadabourcis, mais il faut parler aussi des Afars qui sont les principales victimes de ces comités : élimination des ressortissants de l’Ethnie de tous les postes administratifs de décision, destruction de leurs villages, détournement de toutes les aides qui leur étaient spécifiquement accordées, massacres à grande échelle de leurs populations (Par exemple : Yoboki, frontière somalilando-djiboutienne et toujours Arhiba)

E – Fraude :
La fraude est essentiellement électorale. Elle vise à conserver :

– la maîtrise des ressources financières « en amont » : détournement d’argent public et d’aides internationales, recettes immobilières, corruption passive,

– la maîtrise des moyens d’intervention et de terreur à l’encontre des récalcitrants : population, ethnies opposantes, syndicalistes, libres-penseurs.

F – Interdiction et/ou main mise sur la concurrence :

Pour se développer et pour multiplier ses profits, la nébuleuse, comme nous l’avons vu, accapare progressivement toutes les ressources et toutes les activités : économiques, politiques, policières, judiciaires, financières, commerciales, industrielles.

Elle ne supporte pas la moindre concurrence et elle élimine systématiquement toutes les organisations qui pourraient lui porter ombrage ou la contester (partis politiques d’opposition, média alternatifs, …).

Elle tolère une concurrence commerciale dans certains domaines à la condition essentielle d’être associée (sans investir en capital) à ses revenus : racket des commerçants et des entreprises implantées sur place (nationales et internationales : pétroliers par exemple), taxes crées sur mesure à leur encontre, redressements fiscaux injustifiés, ….

G – Rémunération d’expertise d’appoint pour le lobbying :
Outre les directeurs centraux, la nébuleuse emploie des dizaines d’intervenants, qui sont largement rémunérés :

– souvent sur la base de leurs résultats ou de leur influence morale (notables, chef de parti (Aden Robleh Awalleh, Moumin Bahdon, pour ne citer qu’eux).

– sous forme de rentes de situation ou d’avances en liquide ou en nature (terrains domaniaux vides (ou à exproprier brutalement –Arhiba-) pour construire des villas et des immeubles de rapport qui sont cédés par le Trésor public aux « nominés » moyennant le prix d’une bouchée de pain – nombreux exemples récents),

– sous forme de droits à prévarication : ce sont des droits émis par le Parrain en personne et qui permettent au titulaire de bénéficier directement des fruits de la corruption. Généralement, ils sont assortis d’une obligation de rétrocession d’un pourcentage significatif à verser auprès de la caisse centrale de la nébuleuse.

Conclusion :
La nébuleuse GHA est une structure sur le modèle mafieux, remarquablement organisée, qui, hormis la prostitution, intervient dans tous les domaines habituels (ajoutant mêmes des compétences et une expertise spécifique), allant du crime à l’industrie, en passant par les trafics illicites, le jeu et même le commerce légal mais hautement protégé de la concurrence.

Ses directeurs centraux et ses cadres supérieurs sont très attachés :

– à la fois en fonction des niveaux de rémunération qui sont très supérieurs à ceux offerts par les entreprises licites

– mais aussi par des secrets qu’ils partagent avec le Parrain et son premier cercle de dirigeants …

La nébuleuse est-elle une sorte de pieuvre qui se développerait chaque jour ? Faudra-t-il penser à lui couper rapidement les tentacules, au risque de constater un jour que son importance et son pouvoir de lobbying sont devenus incontournables. L ‘Union européenne pourrait-elle avoir à le regretter dans les prochaines années ?

(*) GHA nom de code de Guelleh-Haïd et Associés, pour les intimes.

11/02/06 (B337-A) On écrit à l’ARDHD au sujet d’un article qui met en cause M Ali Ismaël Yabeh.

Je comprends la déception et l’amertume du lecteur B336-B quant aux élections régionales à laquelle l’opposition semble décidée de ne pas participer.

Néanmoins, je trouve sa réaction à l’égard de M. ALI ISMAEL YABEH étrange et sa narration de l’histoire falsifiée.

De mon point de vue, sa candidature ( parce qu’il s’agit bien de la sienne même si elle a été validée par IOG) est tout simplement la meilleure nouvelle qui puisse arriver à ce pays et à ces élections.

Son passé d’administrateur repris dans cette article n’en est pas moins véridique, les populations d’Ali-Sabieh, Dikhil, d’Obock et du 1er arrondissement s’en souviennent. Quant à l’accusation de « non-indépendantiste », et ces soit-disant coupures d’électricité, elles ne sont que l’expression de la jalousie et de la calomnie.

Combien peuvent, dans ce pays, se prévaloir d’un tel passé au service de la population sans avoir profité de leur position pour leur enrichissement personnel, y compris au sein de l’opposition actuelle ?

_________________________________ Note de l’ARDHD
Cette réaction courtoise ne semble pas être le fruit de la spontanéité. Il est clair que l’article incriminé a touché cette personne et c’est probablement parce qu’il contenait quelques vérités qui ne sont pas bonnes à entendre pour ses oreilles …

Ce que nous constatons simples, c’est que les véritables listes d’opposition n’arrivent pas à se faire reconnaître par les autorités à la solde de Guelleh et au service de la violation des Droits de l’Homme et de l’asservissement de la Population.

Le fait que cette personne ait obtenu aussi facilement l’investiture personnelle de Guelleh (comme le lecteur le reconnaît d’ailleurs) et que son élection soit acquise d’avance (au bénéfice de la monstrueuse fraude électorale qui se prépare) sont des faits indiscutables qui ne plaideront pas en sa faveur et qui ne le positionneront pas comme un champion reconnu des libertés publiques. Cela posera même et sans aucun doute, des questions de fond sur la sincérité de son engagement personnel en faveur de la démocratie et de l’intérêt du Peuple et non de son engagement au service de la dictature et de l’oppression et de la violation systématique des Droits de l’Homme.

Une enquête précise et l’avenir diront si c’est bien lui qui faisait couper l’électricité pour torpiller les réunions des résistants à la dictature et si son engagement au service de Guelleh ne serait qu’une habile manoeuvre destinée à contrer les agissements de ce dernier. Personnellement on en doute fort !