Articles

02/09/07 (B411) REUTERS : l’ouverture de la conférence de réconcialiation « concurrente » qui doit se tenir en Erythrée, est retardée. La raison officielle serait les arrivées retardées de plusieurs délégués. – Somalia opposition conference delayed (En Anglais – info lecteur)

By Jack Kimball

ASMARA, Aug 31 (Reuters) – A conference of Somali opposition figures due to start in Eritrea on Saturday as a rival to government-sponsored peace talks in Mogadishu has been delayed until next week, organisers said on Friday.

Several Islamist leaders, some former Somali parliamentarians and an ex-deputy prime minister were among those due to attend the talks in Asmara.

The conference was intended to unite diverse groups who oppose Somalia’s interim government and vehemently object to the presence of its Ethiopian military backers on Somali soil.

But various delegates had not arrived in Eritrea by Friday, and the agenda was still not properly prepared, diplomats said.

The organising committee put out a statement saying the meeting would now start on Thursday, Sept. 6.

One Western diplomat who tracks Somalia closely commented: « I think they need a few more days to work out exactly how they’re going to handle this conference. The main rallying flag is going to be ‘get the Ethiopian troops out’, that’s for sure. »

Some opposition figures, including Islamist leader Sheikh Sharif Ahmed, have taken exile in Eritrea, whose government is sympathetic to their cause and a bitter foe of Ethiopia.

The conference’s organising committee said the event would be the first of its kind since « the United States-sanctioned and -abetted invasion of Somalia by the (Ethiopian) proxy forces. »

It added that the meeting would examine « purely national issues of liberation of the country and reconstitution of the essential structures ».

MOGADISHU CONFERENCE

News of the delay came a day after a six-week national reconciliation conference, backed by the government and the international community, closed in Somalia.

That conference, which some had seen as the best hope for peace in the Horn of Africa nation, closed with a raft of resolutions but little impact on the insurgency raging in Mogadishu. Islamists, and some other opposition figures, had boycotted the Mogadishu talks.

Mark Schroeder, Africa analyst with U.S.-based intelligence consultancy Stratfor, said the Eritrea conference was likely to be « even less constructive » than the Mogadishu one, and could inflame regional tensions.

« Participants such as Sheikh Sharif Ahmed will be expected to criticise the Ethiopian intervention in Somalia, very likely demanding that Addis Ababa withdraw its forces from that country or face renewed war, » he told Reuters.

« The Ethiopian government under Prime Minister Meles Zenawi will perceive the statements and demands made by the Somali exiles … participating in the Asmara conference as clear national security threats. »

And Ethiopia will « not take kindly » to such statements emanating from Eritrea, he added.

Islamist-led fighters have been targeting the Somali government and its Ethiopian military allies since the New Year, when a brief, six-month Islamist rule of Mogadishu was ended.

Somalia has been plagued with violence since warlords overthrew dictator Mohamed Siad Barre in 1991. (Additional reporting by Andrew Cawthorne in Nairobi)

01/09/07 (B411) SH Network. Le Gouvernement somalien « démissionne » par décret, son propre ambassadeur en Ethiopie, sans que l’on en connaisse les véritables motivations – Somali govt. sacks its ambassador to Ethiopia (En Anglais – info lecteur)

Somalia transitional federal government has issued a decree sacking its ambassador to Ethiopia.

The Ambassador, Abdi Kariin Laqanyo had been also representing Somali the envoy to African union in Addis Abba.

According to the government spokesman, Abdi Haji Gobdon, the government has appointed a new ambassador to Addis Ababa, Ethiopia, after the former ambassador had been stripped his ambassadorial duty.

Adding that his government has transferred Mr.Abdi Karin Farah Laqanyo to another country, but the spokesman did mention where the former Ambassador appointed to.

The decree sacking the emissary comes as the government appointed Yusuf Nur to be the news ambassador to Ethiopia as Abdi Haji Gob don told Radio Shabelle.

It is unclear why the ambassador was fired.

02/09/07 (B411) BBC – L’Ethiopie bloque les actions de MSF en Ogaden. Cette décision intervient alors qu’une mission des Nations Unies pour évaluer les faits, se déplace dans la région. L’ONLF signale des tentatives de harcèlement des populations, pour qu’elles ne communiquent aucune information ni témoignage aux enquêteurs de l’ONU, sous peine de représailles – Ethiopia ‘blocking MSF in Ogaden’ (Info lectrice)

By Martin Plaut
BBC Africa editor

International aid agency Medecins Sans Frontiers has accused Ethiopia of denying it access to the country’s eastern Ogaden region.

The barren region has recently been the scene of a fierce conflict between government troops and rebel forces.

The exclusion follows an order to the Red Cross to stop operations in Ogaden.

The rebels accuse the government of imposing a blockade and creating what they described as a man-made famine. Ethiopia denies imposing no-go zones.

UN mission

Ogaden, stretching eastwards from the Ethiopian highlands deep into Somalia, is known as Region Five by the Ethiopian government.

A conflict has been raging in the area since April, when fighters of the Ogaden National Liberation Front (ONLF) attacked a Chinese-run exploration team, killing 74 people.

The ONLF, which draws its support from Somali clans, accuses the authorities of imposing a blockade on five districts, choking off commercial trade.

Aid agencies say roads have been closed. Prices are reported to have risen sharply.

An unpublished report by one aid organisation shows that local people produce only a quarter of the food they need, trading their livestock to pay for the rest.

Locals say that the Ethiopians are now escorting some government authorised traders into the area, but there are fears that villagers accused of supporting the rebels may not get access to the food.

Some contraband trade is getting through, on the backs of donkeys, but not in very large quantities.

The UN is now deeply concerned, and has published a map showing the areas of fighting.

It includes areas described as being under a commercial food embargo and one area in which villagers are being forcibly relocated, though the government denies imposing any no-go zones.

A UN team – which is now in the region – should throw more light on what is taking place, if they can have unrestricted access to areas of conflict.

01/09/07 (B411) Fin de la conférence de réconciliation en Somalie, sans résultat tangible. (Plusieurs dépêches – Info lecteur)

_____________________________________ 1 – AFP

Par Par Jean-Marc MOJON AFP

Une conférence pour la paix en Somalie s’est achevée jeudi à Mogadiscio sans résultat tangible après six semaines de discussions, marquées par l’absence des dirigeants islamistes, principaux opposants au gouvernement, et par une intensification des violences.

« Nous savons que cette conférence n’a mené nulle part », a affirmé à l’AFP un diplomate étranger qui était à Mogadiscio jeudi. « Le problème est la confiance aveugle dans le gouvernement somalien de transition » de la part de la communauté internationale, a-t-il estimé sous couvert d’anonymat.

Les autorités somaliennes ont cependant salué la tenue de cette conférence, au cours de laquelle ont été abordées les questions du partage du pouvoir et des ressources.

« Ce congrès était historique parce que la communauté somalienne s’est réunie pour résoudre ses différences dans le pays pour la première fois depuis 17 ans », a déclaré le Premier ministre somalien, Ali Mohamed Gedi.

« Le congrès est officiellement terminé (…), mais la réconciliation reste ouverte jusqu’à ce que la Somalie devienne un pays en paix », a assuré le président, Abdullahi Yusuf Ahmed.

Cette réunion a été convoquée sous la pression de la communauté internationale, qui l’a financée, après la chute, il y a huit mois, des tribunaux islamiques, qui ont perdu les régions somaliennes qu’ils contrôlaient depuis des mois.

Elle est la dernière en date d’une série de plus d’une dizaine de tentatives pour restaurer la paix en Somalie, en guerre civile depuis 1991.

L’échec de cette conférence dite de « réconciliation nationale » était annoncé dès son ouverture, car les principaux opposants au fragile gouvernement somalien, à savoir les dirigeants islamistes et une grande partie des membres du clan Hawiye, le plus puissant de Mogadiscio, la boycottaient.

Le millier de délégués présents aux débats représentaient les différents clans de la société somalienne, qui s’affrontent de façon sporadique depuis des années. Mais ces violences sont aujourd’hui marginales par rapport à celles impliquant les islamistes et qui ont fait, ces derniers mois, des centaines de morts à Mogadiscio, essentiellement des civils.

L’envoyé spécial des Nations unies pour la Somalie, François Fall, a d’ailleurs appelé jeudi le gouvernement somalien à inclure tous les groupes d’opposition pour de « sérieuses négociations » en vue de restaurer la paix.

Il est crucial que le gouvernement « poursuive les efforts pour atteindre tous les groupes d’opposition », a déclaré M. Fall devant la conférence, peu avant sa clôture.

« A ce sujet, j’appelle de nouveau toutes les parties à faire preuve de volonté politique et de courage pour engager de sérieuses négociations », a-t-il lancé.

« Pour faire avancer le processus de réconciliation, il y a un besoin urgent de séparer la résolution de la crise politique en Somalie d’une inquiétude légitime sur le terrorisme dans la région », a-t-il estimé.

Cet appel à un dialogue inclusif ne devrait pas être entendu à court terme: l’opposition somalienne, islamistes en tête, doit donner sa propre conférence dans la capitale érythréenne, Asmara, à partir de samedi pour exiger notamment le départ de Somalie des troupes éthiopiennes, alliées au gouvernement somalien et qui ont chassé les tribunaux islamiques.

Les six semaines de conférence à Mogadiscio ont été marquées par un regain des violences dans la capitale somalienne, impliquant notamment des combattants fidèles aux tribunaux islamiques.

Placée sous très haute surveillance en raison des menaces de mort visant les participants, la réunion a dû être suspendue à plusieurs reprises après des tirs d’obus. Un délégué a été abattu, et plusieurs autres ont été blessés

_____________________________________ 2 – RTBF

Somalie: fin de la conférence de paix sans résultat tangible
(Belga)

La « conférence de réconciliation nationale » en Somalie s’est achevée jeudi, après un mois et demi et sans résultat tangible.

Environ un millier de délégués ont participé aux débats à Mogadiscio, mais les principaux opposants au gouvernement, à savoir les leaders islamistes, ont boycotté cette réunion qui avait débuté le 15 juillet.

La conférence, censée ramener la paix en Somalie, en guerre civile depuis 1991, avait été convoquée sous pression de la communauté internationale après la chute, il y a huit mois, des tribunaux islamiques, qui ont perdu les régions somaliennes qu’ils contrôlaient depuis des mois.

Depuis la défaite des tribunaux islamiques, qui représentaient un contre-pouvoir au fragile gouvernement somalien, Mogadiscio est secouée par des attaques quasi quotidiennes, qui ont fait plusieurs centaines de morts, essentiellement des civils.

L’opposition somalienne, islamistes en tête, va organiser à partir de samedi à Asmara, capitale de l’Erythrée, sa propre conférence pour demander notamment le départ de Somalie des troupes éthiopiennes, alliées au gouvernement somalien et qui ont chassé les tribunaux islamiques. (GFR)