Articles

27/09/08 (B467) L’Express avec AFP : Somalie: les pirates emmènent un cargo ukrainien de chars vers une zone islamiste. (Info lectrice)

Le cargo ukrainien saisi par des pirates somaliens et transportant des chars se dirigeait samedi vers la ville côtière de Harardhere, une région contrôlée par les islamistes somaliens, a indiqué un responsable de la région semi-autonome du Puntland (nord-est de la Somalie).

“Les pirates se dirigent vers (le port de) Hobyo et vers Haradhere; apparemment, ils cherchent à décharger à terre certaines armes légères de la cargaison”, a déclaré samedi à l’AFP le conseiller à la présidence du Puntland, Bile Mohamoud Qabowsade, joint par téléphone depuis Mogadiscio.

“Nous sommes très inquiets de cet incident qui va aggraver l’insécurité s’il n’est pas résolu; selon nos informations, les pirates ont déployé plus d’hommes armés dans la zone et se préparent à riposter en cas d’attaque”, a ajouté le conseiller.

Le Faina, dont la cargaison était destinée à l’armée régulière kényane, a été saisi par des pirates jeudi alors qu’il se dirigeait vers le port kényan de Mombasa, avec à son bord 17 Ukrainiens, trois Russes et un Letton.

Selon le ministère ukrainien de la Défense, le cargo transporte notamment 33 chars lourds T-72 de conception soviétique livrés par Kiev dans le cadre d’un contrat de vente d’armements avec le Kenya.

La Russie a dépêché le patrouilleur l’Intrépide vers les côtes somaliennes, “en raison de l’intensification des attaques perpétrées par des pirates, y compris contre des citoyens russes”, avait indiqué vendredi la marine russe à Moscou.

Haradhere, située à 410 km au nord de Mogadiscio, et le port de Hobyo (120 km au nord de Haradhere) sont situés dans une zone contrôlée par la mouvance islamiste, qui mène une guerre acharnée contre le gouvernement somalien depuis début 2007.

Il ne s’agit pas de destinations priviligiées des pirates, qui emmènent généralement les bateaux et leurs équipages pris en otages plus au nord, dans la région de Eyl (800 km au nord de Mogadiscio).

Les abords des côtes de la Somalie, pays en guerre civile depuis 1991, sont devenus extrêmement dangereux ces dernières années pour la navigation, en raison d’une recrudescence de la piraterie.

27/09/08 (B467) Press TV / De violents combats se poursuivaient à Mogadiscio, ce vendredi, entre les forces gouvernementales et les islamistes de l’UIC : 13 soldats gouvernementaux et 8 civils ont été tués.. // 13 soldiers, 8 civilians killed in Somalia

Heavy fighting continues between Somali government soldiers and UIC fighters as thirteen soldiers and eight civilians have been killed.

The Union of Islamic Court (UIC) fighters attacked Somali government soldiers in Florenza Street in the Howlwadaag district in Mogadishu and killed 13 government soldiers, sources close to the soldiers told the Press TV correspondent.

According to the sources, indiscriminate shelling by government soldiers of residential areas has killed eight civilians in south Mogadishu’s Howlwadaag and Wardhigley districts, our correspondent added.

Civilians are facing the brunt of fighting between the two feuding sides.

Civilians say Somali government troops, Ethiopian soldiers and Ugandan peacekeepers are targeting them rather than the anti-government forces, our correspondent reported.

Somalia has been without an effective central government since president Mohamed Siad Barre was overthrown in 1991.

US-backed Ethiopian troops entered the country in 2006 to support the transitional government in Mogadishu.

The conflict in Somalia has turned the country into the most unstable in the world. Thousands of civilians have been killed and displaced because of the ongoing violence in the war-torn country.

27/09/08 (B467) Radio-Trottoir (correctif de notre dernier Flash Info) Contrairement à ce qui avait été écrit hier, nous venons d’attendre qu’après plusieurs jours d’attente et de patience, le Ministre du Transport djiboutien avait finalement été reçu par les autorités éthiopiennes.

D’après les nouvelles entendues à la Radio de Djibouti, ce vendredi 26 septembre à 11 heures, dans l’édition en langue Somalie, le Ministre du Transport djiboutien a finalement était reçu par son homologue à Addis, après quelques jours d’attente.
.

Selon la RTD; ils se seraient mis d’accord de payer simulatnément les salaires dues aux employés du Chemin de Fer, de part et d’autre de la frontière.

La fin du Ramadan s’annonce-t-elle avec beaucoup d’argent ?

27/09/08 (B467) RSF / Robert Ménard quitte le poste de secrétaire général de Reporters sans frontières. Jean-François Julliard lui succède.

Robert Ménard a annoncé qu’il quittait le poste de secrétaire général de Reporters sans frontières lors de la réunion du Conseil international de l’organisation le vendredi 26 septembre 2008. « Je quitte mes fonctions mais je reste, bien entendu, militant de l’organisation. J’ai consacré 23 ans à Reporters sans frontières et je continuerai de prendre ma part dans ses combats. Mais différemment. Je ne peux envisager d’existence qui ne se conjugue avec un engagement au service de ces valeurs — la démocratie, les libertés, les droits de l’homme — qui, me semble-t-il, donnent un sens à notre vie. »

« J’ai pris cette décision au moment où tout va bien pour Reporters sans frontières : jamais notre organisation n’a été aussi présente dans le monde. Ses équipes, sa notoriété, son assise financière assurent son indépendance et son efficacité. Elle le prouve jour après jour. Je veux aujourd’hui gagner le pari d’une succession réussie.

Jean-François Julliard, qui vient d’être élu, occupera désormais le poste de secrétaire général. Il travaille depuis plus de dix ans à mes côtés au sein de Reporters sans frontières. Il en connaît parfaitement les rouages, les méthodes, la philosophie. Il lui apportera son enthousiasme, celui d’une génération de militants rompus à la mondialisation et à Internet. Je ne souhaite qu’une chose : qu’il fasse de Reporters sans frontières une organisation toujours plus efficace pour défendre nos confrères maltraités, torturés, emprisonnés et, plus généralement, cette liberté de la presse sans laquelle il n’y a pas de liberté. »

« Toutes mes pensées vont à ceux pour qui nous nous sommes battus, à leurs familles marquées à jamais par une mort ou une disparition. Ce combat-là, on ne peut le déserter. Ni aujourd’hui, ni demain. La toute récente libération de Win Tin emprisonné en Birmanie depuis 19 ans nous donne raison. Continuons. »

Robert Ménard avait été élu, pour un nouveau mandat de cinq ans, le 24 mars 2006, par les représentants des sections de Reporters sans frontières, lesquelles viennent de le nommer président d’honneur de l’organisation.

Après des études de philosophie, Robert Ménard est devenu journaliste à la fin des années 70. Il a travaillé dans la presse écrite puis à la radio. Il a fondé — avec trois autres journalistes, Emilien Jubineau, Rémi Loury et Jacques Molénat — Reporters sans frontières, en 1985, à Montpellier. Robert Ménard en est le secrétaire général depuis 1990. Il a reçu en 2005 au nom de Reporters sans frontières le prix Sakharov décerné par le Parlement européen.

Le 9 octobre prochain, Robert Ménard publie un ouvrage intitulé « Des libertés et autres chinoiseries » aux Editions Robert Laffont, dans lequel il revient sur la campagne pour le boycott de la cérémonie d’ouverture des JO de Pékin. Récit inédit sur les coulisses et les négociations secrètes menées autour des Jeux, ce livre est aussi un essai mordant sur la presse, les droits de l’homme et les lâchetés de la classe politique.

Robert Ménard est âgé de 55 ans, marié à Emmanuelle Duverger et père de deux enfants (Michel 32 ans, Clara 6 ans).

Jean-François Julliard travaille à Reporters sans frontières depuis 1998. Après des études de cinéma et d’audiovisuel et un DESS de journalisme, il est devenu chercheur pour l’Afrique, puis responsable de la recherche de l’organisation en 2004. « Les urgences ne manquent pas, a-t-il déclaré. Moussa Kaka emprisonné au Niger, l’Afghanistan ou le 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme : nos priorités iront vers toujours plus d’efficacité. » Âgé de 35 ans, Jean-François Julliard est marié et père de deux enfants.

26/09/08 (B467) BBC / Première confirmation de l’information que nous avions publiée ce matin. Les pirates s’emparent de 30 tanks dans un cargo ukrainien ! (ARDHD : bonjour les dégats !!) // Somalia’s pirates seize 33 tanks (En Anglais – Info lecteur)

A Ukrainian ship seized by pirates off the coast of Somalia was carrying 33 tanks and other weapons, the Ukrainian defence minister has confirmed.

Earlier, the country’s foreign ministry said the ship had a crew of 21 and was sailing under a Belize flag to the Kenyan port of Mombasa.

There has been a recent surge in piracy off the coast of Somalia.

Russia announced on Friday it would start carrying out regular anti-piracy patrols in the waters off Somalia.

A navy spokesman said a warship had been sent to the area earlier this week and the aim of the deployment was to protect Russian citizens and ships.

Somalia has not had an effective national government for 17 years, leading to a collapse of law and order both on land and at sea.

Somali pirates are currently holding more than a dozen hijacked ships in the base in Eyl, a town in the semi-autonomous region of Puntland.

It was not immediately clear where the Ukrainian ship had been taken.

Speed boats

The Ukrainian foreign ministry said the captain of the Faina cargo ship had reported being surrounded by three boats of armed men on Thursday afternoon

Defence Minister Yury Yekhanurov confirmed that 33 Russian T-72 tanks and “a substantial quantity of ammunition” were aboard.

He said all the weapons had been sold in compliance with international agreements, according to a Ukrainian news agency.

The cargo’s final destination was unclear, with reports suggesting either Kenya or south Sudan.

Security analyst Knox Chitiyo told the BBC the incident showed that the waters off Somalia’s coast had “become a global security problem”.

“Piracy has become big business and there seems to be no concerted response to the problem,” said Mr Chitiyo, from the London-based Royal United Services Institute.

Last week, France circulated a draft UN resolution urging states to deploy naval vessels and aircraft to combat piracy in the area.

France has intervened twice to free French sailors kidnapped by pirates. Commandos freed two people whose boat was hijacked in the Gulf of Aden earlier this month.

After an earlier raid in April, six arrested pirates were handed over to the French authorities for trial.

International navies have been escorting humanitarian deliveries to Somalia, where a third of the population needs food aid.

Flourishing industry

Pirates have seized dozens of ships from the major shipping routes near Somalia’s coast in recent months.

Senior UN officials estimate the ransoms they earn from hijacking ships exceed $100m (£54m) a year.

International navies have been escorting aid deliveries

Pirate “mother ships” travel far out to sea and launch smaller boats to attack passing vessels, sometimes using rocket-propelled grenades (RPGs).

Authorities in Somalia’s semi-autonomous region of Puntland say they are powerless to confront the pirates, who have been growing in strength.

In Eyl, where ships are held for ransom, a flourishing local industry has developed.

Insurgents in Somalia, not known to have links to the pirates, are currently battling a combination of government troops, their Ethiopian allies and African Union peacekeepers in Mogadishu and other parts of southern Somalia.

The US has an anti-terror task force based in neighbouring Djibouti and has carried out several air strikes against the Islamic insurgents, accusing them of sheltering al-Qaeda operatives.

26/09/08 (B467) Le pouvoir de la Garde républicaine, sous la protection de Guelleh a-t-il dépassé celui de la Loi applicable au commun des mortels. Un exemple d’injustice qui vient illustrer cette crainte. (Lecteur)

Bonjour à l’équipe

Je me suis décidé à vous ecrire pour deux raisons :


d’abord pour vous dire que je suis lecteur assidu de votre site et que j’apprécie énormément les animations et les caricatures qui sont souvent à la hauteur “de chefs-d’oeuvres” !

– ensuite parce que Nul ne devrait être au-dessus de la Loi.

En effet, tout le monde peut commettre une grave infraction, ne serait-ce qu’en conduisant un véhicule : sa responsabilité personnelle est alors engagée tant sur le plan civil des réparations que sur le plan pénal, s’il y a une faute constatée..

Je suis étudiant en France depuis plusieurs anneés et je vous envoie le récit d’un fait divers. Cette histoire m’a completement bouleversé et j’aimerais beaucoup que vous acceptiez de la publier sur votre site.

Il montre bien la monteé en puissance de la Garde républicaine. Ultra equipée mais aussi et surtout ultra protégée par leur patron sans aucun scrupule morale et dégagée de toute forme de responsabilité !

Mon frère est Lieutenant dans la Police judiciaire à Djibouti, titulaire d’un master en droit public obtenu à l’Université de Perpignan.

Bien qu’en uniforme dans les rues de Djibouti, il a eté agressé par deux militaires de la Garde républicaine. Ils n’y ont pas été de main morte, puisqu’il a été mis K.O .

Au départ, la Police est intervenue rapidement, puis elle a rapidement quitté les lieux rapidement, devant la menace constituée par une horde de bérets rouges qui avaient été appelé en renfort par radio par les 2 militaires “agresseurs”. Un détachement de Gendarmerie est arrivé ensuite sur les lieux. Mieux tolerés par la garde republicaine, c’est eux qui seront été finalement chargés de l’enquête.

Mon frère s’est décidé à porter plainte auprès du corps de Police auquel il appartient, puis de la Gendarmerie, certificat médical à l’appui.

Ces faits contituent un délit grave, puni par le droit pénal..

Mais l’enquête de Gendarmerie piétine depuis plus d’un mois. Les faits se sont passés le 13 aout 2008. La victime souffre des conséquences des coups et blessures qu’elle a reçus lors de l’accrochage. Elle est en arrêt de maladie depuis cette date.

Mais ,les “intouchables” gardes republicains n’ont pas encore été ni interpellés ni entendus par la Gendarmerie. Probablement les officiers Gendarmes jugent que cela est trop dangereux.

Selon des indiscrétions, les agresseurs auraient même pu avoir reçu des félicitations de la part de leur supérieur !

Mais pour quelles
raisons ce passage à tabac collectif et gratuit : aucune explication à ce jour. Le mystére total couvre les faits.!

Comme les gardes républicains concernés savent qu’ils sont protégés par la hiérarchie et qu’ils ne risquent même pas d’être convoqués pour s’expliquer defant la Justice, ils se sentent intouchables et ils peuvent tout se permettre. A qui le tour ?

C’est vraiment honteux et scandaleux pour la victime ! Même la hiérarchie de son propre corps (Police) est impuissante pour faire respecter les Lois.

On peut imaginer le sentiment d’abandon qui hante mon frère. Il est complètement démoralisé et il envisage même de démissionner si aucune mesure disciplinaire n’est prise à l’encontre de ces voyous dans les prochains jours.

Lui si légaliste, il ne peut qu’être révolté par ce traitement illégal de faits délictueux, qui jette une ombre terrible sur l’application de la justice dans notre pays.

26/09/08 (B467) REUTERS / Douze mille personnes déplacées par les combats à Mogadiscio (Info lectrice)

Au moins 12.000 habitants de la capitale somalienne Mogadiscio ont fui leurs habitations au cours de la semaine écoulée, en raison de l’intensification des combats dans la ville, a déclaré le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

“C’est une estimation très prudente”, a déclaré Catherine Weibel, porte-parole du HCR.

Des combats opposent l’insurrection islamiste aux forces du gouvernement de transition et leurs alliés éthiopiens.

La moitié des 12.000 déplacés a cherché refuge dans Mogadiscio même, le reste a fui vers Afgoye, à 30 km au sud-ouest de la capitale, a ajouté Weibel.

Environ 850.000 personnes ont été déplacées à Mogadiscio depuis le début 2007, et au moins 350.000 d’entre elles ont pris la direction d’Afgoye.

Stephanie Nebehay,
version française Eric Faye

26/09/08 (B467) REUTERS / En Somalie, onze civils tués dans des combats à Mogadiscio (Info lectrice)

Des rebelles islamistes ont bombardé mardi soir une position des soldats de la paix de l’Union africaine (UA) à Mogadiscio, rapportent des témoins. Les combats qui ont suivi ont fait 11 morts dans la population civile.

L’UA, qui a envoyé 2.200 soldats ougandais et burundais en Somalie, a déclaré n’avoir subi aucune perte dans ses rangs.

Quatre personnes sont mortes par ailleurs mercredi dans l’explosion d’une bombe cachée dans une charrette à Baidoa, siège du parlement somalien, a indiqué la police.

L’exode des habitants de la capitale somalienne s’est accéléré depuis l’intensification des affrontements dans la ville ces dernières semaines.

Depuis le début 2007, les insurgés islamistes luttent contre le gouvernement somalien et ses alliés éthiopiens qui l’ont aidé à reconquérir le pays.

Les combats entre les deux camps ont fait plus de 9.500 morts parmi la population civile. Plus d’un million d’habitants ont été chassés de chez eux.

Abdi Sheikh et Abdi Mohamed,
version française Guy Kerivel et Pascal Liétout