Articles

24/01/2012 (B640) Le Sergent Ariko nous annonce un rapport pour le 10ème anniversaire de la création de la garde républicaine.

Le Sergent Ariko nous informe qu’il prépare un nouveau rapport à l’occasion du10ème anniversaire de la création de la Garde républicaine et il ajoute quelques informations qu’il a recueillies … à propos de la princesse Fadouma Awo et de son noble époux….

Le prince charmant et consort est-il l’invité de la Police française ?

La chronique des stars .. (d’après le Sgt Ariko)

Le charmant ivoirien qui avait réussi à séduire le coeur de la douce princesse Fadouma, fille d’IOG et de Paulette, a-t-il recommencé à faire des exploits, après la lune de miel ?

On dit qu’après un contrôle positif de son taux d’alcoolèmie à Paris, lors des fêtes de fin d’année, il aurait pu avoir été remarqué pour trafic de drogue dans un véhicule diplomatique. Ensuite, on s’interroge pour savoir si le prince charmant a été effectivement placé derrière les barreaux ??? C’est une rumeur qui doit être vérifiée.

En tout cas, il semble que les enfants d’un premier mariage du nouveau prince consort de pacotilles, n’apprécient pas la nouvelle marâtre que leur a imposée leur père : bref, il doit y avoir de l’ambiance dans les couloirs princiers …. de l’appartement familial de Paris 16ème !!

Ah ! Murmure-t-on au Palais de Djibouti, si le couple princier n’avait pas refusé le premier prétendant de la belle princesse Fadouma Awo, au motif que ses origines tribales ne convenaient pas aux visées politiques du Prince noir, on n’en serait peut-être pas arrivé à ces extrémités ni à ce naufrage.

En tout cas, le Prince consort, époux de la belle Fadouma, peut utiliser l’argent des contribuables Djiboutiens pour s’offrir les conseils des meilleurs avocats de la place. Ensuite il pourra conserver le reste pour s’offrir quelques détentes, après l’invitation que lui auraient adressée les méchants policiers français …

23/01/2012 (B640) La grande foire des résultats farfelus ! La mascarade électorale continue. Après l’ADI, samedi, renouvelée dimanche, cette fois, c’est le Journal La Nation qui publie des données erronnées…. contribuant à décrédibiliser totalement les résultats de ce vote complétement (et maladroitement) falsifié. Vraiment ceux qui manipulent outrageusement les chiffres ne savent même pas compter correctement ce qui confirme la magouille !

______________________________ Extrait de La Nation

Résultats provisoires du premier tour

Le Ministère de l’Intérieur a publié hier un communiqué sur les résultats provisoires officiels issus du premier tour des élections communales et régionales de vendredi dernier. Voici reproduits ci-dessous les taux de participation et les suffrages exprimés en faveur des listes en lice dans les trois communes de la capitale et les régions de l’intérieur.

Commune de Ras Dika de Djibouti-ville
Total des Inscrits 2.892
Total des votants 1.978
Taux de participation : 47,65%
Bulletins Nuls 116
Suffrages exprimés 1.262
LISTE UMP 1.262 voix (91,58%)

Les conditions requises pour remporter les élections au 1er tour sont réunies. La liste UMP remporte la totalité des 9 sièges à pourvoir

____________________________ ARDHD
La somme des bulletins nuls + suffrages exprimés : 1.262 + 116 = 1.378. Curieux alors que l’on annonce 1.978 votants. Où sont passés les 600 votes manquant à l’appel ? Pas grave, puisqu’il doit s’agir des votes pour l’opposition, que l’on oublie facilement en république bananière!!

De plus, une erreur de 30 % n’est certainement pas significative aux yeux des observateurs maison ….
___________________________________

Commune de Boulaos de Djibouti-ville
Total des inscrits 57.694
Total des votants 22.065
Taux de participation 38,2%
Bulletins Nuls 1.200
Suffrages exprimés 20.865
LISTE UMP 12.687- 60,8%
LISTE RADD 8.178 – 39,2%
Les soufrages obtenus par la liste en tête (UMP) bien qu’elle possède la majorité absolue des suffrages exprimés, correspondent au vote de 21,99% des inscrits. Donc un 2ème tour est nécessaire.

____________________________ ARDHD
22.065 votants – 1.200 bulletins nuls, cela donne en mathématique : 20.685 et non 20.865 suffrages exprimés, comme le déclare La Nation !!
Comme la somme des votes en faveur de l’UMP et du RADD fait bien 20.865, cela veut dire que l’on a bourré les urnes avec au minimum (20.865 – 20.685) 180 bulletins fantôme …
____________________________________

Balbala
Total des inscrits 43.904
Total des votants 17.534
Taux de participation 40%
Bulletins Nuls 909
Suffrages exprimés 16.625
LISTE UMP 9.093 voix (54,69%)
LISTE RADD 7.522 voix (45,31%)

Les chiffres obtenus sur la liste UMP en tête correspondent au vote de 20,71% des inscrits. Il y aura donc un second tour.

____________________________ ARDHD
La somme des votes en faveur des deux listes UMP et RADD (9.093 + 7.522) donne 16.615 suffrages exprimés et non 16.625. Qui a volé 10 bulletins de vote ? et à quelle liste ??? Bon courage pour le second tour !
___________________________________

Région d’Ali-Sabieh
Total des inscrits 11.877
Total des votants 4.820
Taux de participant 40,58%
Bulletins Nuls 76
Suffrages exprimés 4.744
LISTE UMP 3.441 voix (72,53%)
LISTE RDR 1.303 voix (27,47%)

Total des sièges à pourvoir 12 sièges
Après calcul la liste UMP obtient 11 sièges et 1 siège revient à la liste RDR.

****************

Région d’Arta
Total des inscrits 6.476
Total des votants 4.529
Taux de participation 69.93%
Bulletins Nuls 206
Suffrages exprimés 4.323 (66,75%)
LISTE UMP 3.933 voix (90,98%)
LISTE AAD 390 voix (9,02%)

Total des sièges à pourvoir 9 sièges
La liste UMP a obtenu la totalité des 9 sièges à pourvoir.

****************

Région de Dikhil
Total des inscrits 16.240
Total des votants 12.553
Taux de participation 77,30%
Bulletins Nuls 212
Suffrages exprimés 12.553
LISTE UMP 11.151 voix (90,36%)
LISTE PID 1.190 voix (9,64%)

La liste UMP remporte la totalité des 16 sièges à pourvoir.

____________________________ ARDHD
A Dikhil, c’est encore plus fort ! Les bulletins nuls sont considérés comme des suffrages exprimés. En dépit de l’annonce de 212 bulletins nuls, le nombre de suffrages exprimés est égal au nombre de votants. De plus en plus fort !!! Mais attention en additionnant les votes UMP et PID (11.151 + 1.190) on obtient 12.341 votes, bien en dessous du nombre de suffrages exprimés. Quelle liste à été privée de 212 bulletins ?
___________________________________

Région d’Obock
Total des inscrits 8.584
Total des votants 6.831
Taux de participation 79,58%
Bulletins Nuls 134
Suffrages exprimés 6.597 (78,02%)

La liste UMP remporte la totalité des 9 sièges à pourvoir.

____________________________ ARDHD
Même chose à Obbock. Le total des suffrages exprimés et des bulletins nuls nous donne (134 + 6.597) 6.731 votants. Or on nous en annonce 6.831. Encore 100 bulletins perdus !!!
___________________________________

Région de Tadjourah
Total des inscrits 15.078
Total des votants 12.629
Taux de participation 83,79%
Bulletins Nuls 227
Suffrages exprimés 12.402 (82,25%)
LISTE UMP 12.402

22/01/2012 (B640) La fraude électorale bat son plein et ne se cache même plus. Bien que l’ADI ait corrigé son article, il subsiste beaucoup trop d’erreurs qui décrédibilisent ces résultats, probablement fantaisistes.

______________________________ Extrait de l’article de l’ADI qui a été corrigé en urgence par sa rédaction.
Finalement, après la publication de notre article précédent, l’ADI s’est attachée à modifier ses chiffres pour les rendre plus présentables … mais pas encore tout à fait !

Nous tenons à rappeler que la déontologie commande de mettre un signal lorsqu’un article a été modifié aussi sensiblement : l’ADI a probablement oublié ce détail ? Les lectrices et les lecteurs trouveront nos commentaires à la fin.

Mais tout espoir n’est pas perdu : au troisième essai, les chiffres pourraient devenir cohérents. Il faut que les Djiboutiens se regroupent pour offrir des calculettes aux journalistes de l’ADI.

________________________________________________

Résultats provisoires des élections régionales et communales : Un second tour est programmé dans deux communes de la capitale 

A l’issue du premier tour des élections régionales et communales qui a eu lieu hier vendredi, sur l’ensemble du territoire national, l’UMP a obtenu la majorité des sièges dans les 5 régions de l’intérieur (Arta, Ali-Sabieh, Dikhil, Obock, Tadjourah).

Par ailleurs, d’après un communiqué du ministère de l’intérieur, un second tour est prévu le 10 février 2012 opposant les deux listes UMP et RAAD seulement dans les communes de Boulaos et Balbala.

L’ADI se propose de vous reproduire ci-dessous les résultats provisoires de ce 1er tour.

Ras Dika
Total des Inscrits 2.892
Total des votants 1.978
Taux de participations 47,65%
Bulletins Nuls 116
Suffrages exprimés 1.262
LISTE UMP 1.262 voix (91,58%)

Les conditions requises pour remporter les élections au 1er tour sont réunies.
La liste UMP remporte la totalité des sièges à pourvoir : 9

Boulaos 
Total des inscrits 57.694
Total des votants 22.065
Taux de participations 38,2%
Bulletins Nuls 1.200
Suffrages exprimés 20.865
LISTE UMP 12.687-60,8%
LISTE RADD 8.178 -39,2%

Les soufrages obtenus par la liste en tête (UMP) bien qu’elle possède la majorité absolue des suffrages exprimés, correspondent à 21,99% des inscrits.

Donc un 2ième tour est nécessaire.

Balbala
Total des inscrits 43.904
Total des votants 17.534
Taux de participations 40%
Bulletins Nuls 909
Suffrages exprimés 16.625
LISTE UMP 9.093 voix (54,69%)
LISTE RADD 7.522 voix (45,31%)
LISTE UMP 9.093 voix (54,69%)
LISTE RADD 7.522 voix (45,31%)
Les chiffres obtenus sur la liste UMP en tête correspond à 20,71% des inscrits.

Il y aura donc un second tour.

Résultats des Régions 

Régions d’Ali-Sabieh
Total des inscrits 11.877
Total des votants 4.820
Taux de participants 40,58%
Bulletins Nuls 76
Suffrages exprimés 4.744
LISTE UMP 3.441 voix (72,53%)
LISTE RDR 1.303 voix (27,47%)
Total des sièges à pourvoir 12 sièges
Après calcul la liste UMP obtient 11 sièges et 1 siège revient à la liste RDR.

Arta
Total des inscrits 6.476
Total des votants 4.529
Taux de participations 69.93%
Bulletins Nuls 206
Suffrages exprimés 4.323 (66,75%)
LISTE UMP 3.933 voix (90,98%)
LISTE RADD 390 voix (9,02%)
Total des sièges à pourvoir 9 sièges
La liste UMP a obtenu la totalité des sièges à pourvoir 9.

Région Dikhil 
Total des inscrits 16.240
Total des votants 12.553
Taux de participations 77,30%
Bulletins Nuls 212
Suffrages exprimés 12.553
LISTE UMP 11.151voix (90,36%)
LISTE RADD 1.190 voix (9,64%)

La liste UMP remporte la totalité des sièges à savoir 16.

Région d’OBOCK
Total des inscrits 8.584
Total des votants 6.831
Taux de participations 79,58%
Bulletins Nuls 134
Suffrages exprimés 6.597 (78,02%)
La liste UMP remporte la totalité des sièges pourvoir soit 9 sièges. 

Région de Tadjourah
Total des inscrits 15.078
Total des votants 12.629
Taux de participations 83,79%
Bulletins Nuls 227
Suffrages exprimés 12.402 (82,25%)
LISTE UMP 12.402

La liste UMP remporte la totalité des sièges à pourvoir soit 14 sièges.

Tels sont les résultats provisions du 1er tour des Elections Régionales et Communales du 20 janvier 2012.

_______________________________ Commentaires de l’ARDHD

La magouille et la fraude continuent à régner en maîtres absolus !

A Dikhil, on a perdu 212 électeurs ! Etrange ???

L’ADI nous indique qu’il y a eu 12.553 votants. 212 bulletins nuls ont été recensés. Il devrait donc y avoir 12.341 suffrages exprimés. Eh bien non, les bulletins nuls sont considérés comme des suffrages exprimés … et en faveur de qui ???? de l’UMP très certainement ….

Plus caractéristique encore sur 12.553 suffrages exprimés, si l’on additionne l’UMP et le RADD, on obtient : 11 151 + 1.190 = 12.341. Il manque donc 212 suffrages à l’appel. Ah oui mais ce sont, bien sur, les fameux bulletins nuls … !

A Obbock, aussi on perd 100 bulletins de vote !
Total des votants : 6.831
Et pourtant en additionnant les bulletins nuls et les suffrages exprimés, on obtient seulement : 6.597 + 134 = 6.731. Il manque 100 bulletins

22/01/2012 (B640) La Nation en pleine folie. (ARDHD)

Par hasard, l’un des membres de l’équipe de l’ARDHD s’est attardé sur un article paru dans La Nation. L’article relatait un entretien entre Hailé Mariam Desalgn, vice premier-ministre éthiopien et ministre des affaires étrangères et IOG.

L’article est tout simplement fantatstique :

1°) On apprend que les deux interlocuteurs ont essentiellement recherché des moyens pour renforcer les relations entre les deux pays, qui sont déjà au beau fixe. On se souviendra avec bonheur d’un sketch de Coluche « lave plus blanc que blanc ». Avec Guelleh, c’est « On fait la météo des relations étrangères plus belle que belle ».

« Au cours de cette rencontre, le chef de l’Etat djiboutien et le vice premier ministre éthiopien ont essentiellement évoqué les voies et moyens propices au resserrement des liens de coopération, déjà au beau fixe, que les deux pays entretiennent. »

2°) Mais surtout, l’article précise qu’il faut que ce soit « un étranger », même s’il a des fonctions importantes dans son pays, qui soit contraint de venir relater à IOG, les discussions qui se déroulent entre des ministres éthiopiens et des ministres djiboutiens dans un hôtel de Djibouti.

Vraiment les ministres djiboutiens sont-ils si incompétents, pour être incapables de relater à leur Chef du Gouvernement, le contenu de leurs entretiens avec leurs homologues éthiopiens ? Ou bien alors … c’est qu’ils ne veulent plus rendre compte au Chef et qu’ils le tiennent déjà à l’écart. C’est grave pour Guelleh.

« Aussi, M Hailé Mariam Desalgn a saisi l’occasion pour faire part au Président de la République de l’état d’avancement des travaux de la 11ème réunion mixte ministérielle djibouto-éthiopienne qui se tient actuellement au palace Kempinski de Djibouti ville. »

21/01/2012 (B640) La fraude électorale bat son plein et ne se cache même plus. (Un lecteur, que nous remercions, nous a alerté sur les énormes erreurs dans les chiffres communiquées sur l’ADI)

_______________________________ Extrait de l’ADI

Vous trouverez après les commentaires de l’ARDHD


Ras Dika
Nombre des Sièges Inscrits : 2892
Suffrage exprimé : 1378
Bulletin nul : 116
UMP : 1262
RAAD : 851

Boulaos
Nombre des Sièges Inscrits : 57576
Suffrage exprimé : 2265
UMP : 12689
RAAD : 8178

Balbala
Nombre des Sièges Inscrits : 43904
Suffrage exprimé : 22275
UMP : 993
RAAD : 7532

Arta
Nombre des Sièges Inscrits : 6476
Suffrage exprimé : 4529
Bulletin nul : 206
UMP : 3333
RAAD :390

Ali Sabieh
Nombre des Sièges Inscrits : 11877
Suffrage exprimé : 4544
UMP : 3441
RAAD : 1303

Dikhil
Nombre des Sièges Inscrits : 12400
Suffrage exprimé : 12341
UMP :11151
RAAD : 1190

Tadjourah
Nombre des Sièges Inscrits : 15078
Suffrage exprimé : 12629
UMP : 12402

OBOCK
Nombre des Sièges Inscrits : 8584
Suffrage exprimé : 6831
UMP : 6897

_____________________ Commentaires de l’ARDHD

Prenons le premier cas : Ras Dika : 851 votes de plus que le nombre de suffrages

Nombre des Sièges Inscrits : 2892
Suffrage exprimé : 1378
Bulletin nul : 116
UMP : 1262
RAAD : 851

Si l’on additonne les bulletins nuls, les votes pour l’UMP et ceux du RAAD, on obtient : 116 + 1.262 + 851 = 2.229 suffrages.

Retenez bien ce chiffre. Et comparez le aux suffrages exprimés qui ne sont que 1.378. La seule explication que nous puissions donner est le fait que l’on a bourré les urnes avec : 2.229 – 1.378 = 851 bulletins.

Ce qui est curieux, c’est que c’est exactement le nombre de voix attribué au RAAD. L’UMP s’est-elle attribuée 851 voix supplémentaires ? Si c’est le cas, l’UMP n’aurait recueilli effectivement que : 1.262 – 851 voix = 411 suffrages, ce qui sans cette fraude, la placerait en seconde position avec moins de 30 % des suffrages, contre 70 % à la liste RAAD. CQFD

_______________

Prenez maintenant OBBOCK : 68 votes de plus
Vous constatez qu’il y a 6.831 suffrages exprimés et que l’UMP obtient 6.897, soit 68 votes de plus que le nombre de votants. Allez, il y a de la magie là-dedans … !

_______________

Tournons-nous vers Balbala : on a perdu 13.750 suffrages
En additionnant les suffrages de l’UMP et du RAAD (il n’y a pas de bulletins nuls à Balbala, ce qui est un autre miracle) on obtient un total de : 993 + 7.532 = 8.525 suffrages exprimés, alors que l’on annonce 22.275 suffrages exprimés. Pas de doute, on a perdu 13.750 bulletins de vote. Pas grave puisque c’étaient certainement des votes en faveur des listes opposées à l’UMP …. En République bannanière de Djibouti, au contraire des listes d’opposition, on n’a jamais perdu aucun bulletin de vote en faveur du RPP ou de l’UMP … en revanche, on a su en créer des faux …

________________

A Boulaos, en revanche, on créé 18.602 électeurs fantômes :
Suffrage exprimé : 2265
UMP : 12689
RAAD : 8178

Total UMP + RAAD = 12.689 + 8.178 = 20.867 bulletins de vote pour 2.265 suffrages exprimés, soit 18.602 électeurs fantômes.
________________________________

L’ADI répondra certainement qu’il ne s’agit que de résultats provisoires. Pourquoi pas ? Cela pourrait justifier le cas des circonscriptions où le nombre de votes est inférieur au nombre de suffrages exprimés.

Mais en aucun cas, cela ne pourrait expliquer l’inverse : le fait que l’on ait plus de bulletins de vote que le nombre de suffrages exprimés démontrent la fraude massive, surtout quand il s’agit de plusieurs milliers de votants fantômes.

On savait qu’il s’agissait d’élections bidon, mais il faudra que le régime fasse corriger les « bug » dans son programme informatique de fraude électorale.

Le discrédit est total aujourd’hui. A moins … que Guelleh n’ait fait procéder à des grands transferts de population durant la journée de vendredi pour compenser les zones où il manque des votants. Mais ça se saurait …

20/01/2012 (B639) Le Journal « DJIBREVEIL » du Mabrass de Barreh Bouh Wais)

(Écrit par :Ismail Osman –Wadaad Yare)
Edmonton Alberta

Comme dans presque tout les pays Africain DJIBOUTI n’échappe pas à La mauvaise gouvernance et la confiscation du pouvoir

Après l’esclavage, la colonisation, la décolonisation, les pseudos indépendances et la globalisation, le monde entre dans une nouvelle phase de géopolitique.

Durant chacune de ces grandes mutations évènementielles, le continent noir a été et demeure la proie des sociétés industrialisées. La faim, la mauvaise gouvernance, la confiscation du pouvoir, le non respect des droits de l’Homme, la corruption et l’institutionnalisation d’un favoritisme récurrent, les épidémies, les guerres, les génocides, le népotisme au sommet du pouvoir et la dictature institutionnalisée s’enracinent en Afrique sous un bouclier protecteur occidental, en particulier français.

Le vent démocratique qui a soufflé sur le continent au début des années 90 s’est dissipé à queue de poisson sous la véhémence des dictateurs et l’attachement des occidentaux qui n’ont jamais abandonné l’esprit esclavagiste, laissant renaître des cendres, des systèmes oppressifs et des méthodes d’une civilisation séculaire.

Depuis les périodes coloniales, le continent africain est maillé par les services secrets occidentaux..

Depuis, l’existence sociale, politique, économique et culturelle du continent noir est faite et défaite en occident particulièrement dans la cellule africaine de ces pays. A Djibouti l’espoir de la démocratie fut balayé par des modifications constitutionnelles comme dans un grand nombre de pays, ramenant le continent à l’ordre antique dans lequel la fonction présidentielle devient un poste à vie.

Les pays occidentaux, placent à la tête des pays africains, la personne idoine capable de pérenniser le concept d’escroquerie, d’esclavage, de sangsue et de parasite. De nos jours, l’Afrique est vidée non seulement de ses matières premières mais également de sa ressource humaine. Chaque jour, les conditions de vie en Afrique deviennent inextricables, jetant sur le chemin d’exile, des populations désabusées, à bout de souffle et chassées par la misère, l’instabilité, l’insécurité et les oppressions du régime en place. Cette situation crée de toute pièce par l’occident avec la complicité de certains dirigeants africains ne fait que profiter aux anciens négriers.

Djibouti se fissure en deux :

D’un côté des indigents chroniques à court de liberté, errant de pays en pays dans un concept de survie et de l’autre ceux qui profitent de la situation et recherchent à pérenniser par tous les moyens, leur position.

La réalité est que Djibouti n’a jamais été indépendante.

L’homme noir n’a jamais été considéré comme une entité intégrale, sans réserve de la race humaine. Sans l’indépendance, il n’y a pas de démocratie et sans la démocratie, il n’y a ni de paix ni de développement. Notre pays reste profondément bridé et maillé par les puissances occidentales qui disposent d’un contrôle absolu sur la vie de l’Afrique et en font ce qu’ils veulent. Aucun pays africain ne développe une politique propre.

Les nations africaines sont caricaturales dans un suivisme du pays colonisateur, lui-même en perpétuelle évolution laissant en déroute l’esclave dépourvu de moyens, plutôt empêché de mettre en place une structure de gouvernance réelle.

Autant l’Afrique est le continent le plus irrationnel, le plus pauvre, le plus mal géré, autant le continent noir regorge des richesses inestimables. Aujourd’hui, on retrouve en occident, des Africains qui sont devenus des chercheurs, des entrepreneurs, des professeurs d’université, des avocats, de grands médecins et des économistes qui participent activement et rationnellement au développement de leur pays d’adoption.

Au même moment, les jeunes talents africains sont aspirés par les pays développés et le continent noir manque cruellement de créateurs. Autre point éloquent, toutes les institutions politico-économiques africaines ne sont que des cliques des chefs d’Etat africains dont l’objectif n’est que de se maintenir au pouvoir et de s’enrichir.

Il est également important de constater aujourd’hui qu’il est pratiquement impossible d’accéder au pouvoir en Afrique par les armes. Les derniers évènements tchadiens n’en sont que révélateur en ce domaine. L’armée, la gendarmerie et la police dans presque tous les pays africains sont de véritables gardiens du temple pour les chefs d’Etat africains sous un bouclier des puissances occidentaux.

Les rares coups d’Etat qui réussissent en Afrique émanent des cadres de l’armée.

D’un côté, le phénomène devient rarissime à telle enseigne que les chefs d’Etat s’entourent des irréductibles pactés ; de l’autre, l’arrivée au pouvoir par un coup d’Etat ne change en rien la méthode gouvernementale ni le système politique. Par ailleurs dans presque tous les pays africains, la dictature crée et développe une haine clanique, Tribal, religieuse qui couve une guerre civile en filigrane, résultante du mécontentement et de l’étouffement des peuples.

La démocratie africaine est devenue relative. L’aide occidentale qui était assujettie à la démocratie a franchi cette barrière qui n’est que linguistique pour se retrouver devant une autre : la bonne gouvernance. Celle-là également est devenue obsolète car tout est relatif et la notion de droits de l’Homme même est relative selon que l’on soit un Blanc ou un Noir. La relativité sociale est une fuite de la réalité et de la logique.

L’Afrique et l’homme noir, sont-ils condamnés?

La valeur de l’homme noir a été de tous les temps méprisée par les Blancs qui alignent hypocrisie et intérêt personnel. Malgré l’abolition de l’esclavage et la déclaration universelle des droits de l’Homme, il est malheureusement évident de constater au 21ième siècle que le Noir est toujours dans plusieurs pensées, un être inférieur face au Blanc. Le concept et les facteurs basiques de l’esclavage n’ont guère quitté la pensée blanche.

Cette dévalorisation de la race noire est au centre du sous-développement de conséquences et les mesures de protection risquent de s’étaler sur des décennies, il est aisé de comprendre que l’assistance à l’Afrique deviendra pratiquement un sujet sans débat dans les années à avenir. Une autre réalité non moins importante dans ce domaine est que les multiples ONG et institutions internationales, mêmes branches de l’ONU qui ont pour vocation, le développement du continent noir ne sont que des sociétés écrans qui ne se soucient guère de la cause africaine. Sur le continent, la mort, la famine, la misère sont devenues banales.

L’indépendance et la démocratisation de l’Afrique passent inévitablement par la redéfinition de l’identité noire, le recadrage de la pensée et la civilisation noire par rapport au monde et par rapport au temps. Il est utopique de penser aujourd’hui à la démocratisation unilatérale de Djibouti sous ce régime actuel.

De nos jours, la force n’est plus physique. Ceux qui réussissent, ce sont ceux qui sont des stratèges, des analystes et des organisés. Ben Laden l’a montré (exemple malheureux mais ingénieux), la Chine l’a fait, Barack Obama l’a fait.

Comment ne pouvons-nous pas trouver les moyens pour faire de Djibouti comme un pays Européen ?

L’homme qui dispose la solution à tous les conflits et crises s’évertue sur le terrain qui profite à l’Europe. Celui qui prône une nouvelle civilisation mondiale et crée des organisations à la carte trouve que l’homme noir est peu inventif.

Il faut donc le guider, l’encadrer avec l’armée d’un pays occidental pour éviter qu’ils s’entretuent étant donné qu’ils ne méritent pas la même civilisation que « la nôtre ».

L’Afrique n’a plus de voie et descend vertigineusement dans l’abîme de l’abandon. Djibouti fait partie des pays Africains où on retrouve de nos jours une irrationalité exacerbée dans le rationalisme. 36 ans de règne d’une seule famille (oncle-Neveux) dans une absence de partage de pouvoir et une ignorance de la bonne gouvernance. Le système a pour but d’asservir le pays et cela fonctionne à merveille.

Les populations africaines sont intégralement à la merci de l’occident alors que les dirigeants vitupèrent dans une luxure inconditionnelle. Des élections truquées perpétuellement contaminent la politique africaine. Aucun parti politique d’opposition ne peut prétendre gagner de nos jours, des élections, à Djibouti.

On a besoin aujourd’hui que l’occident lève le voile de la honte et se déclare publiquement coupable du passé esclavagiste et colonial. L’humanité tout entière doit mettre en place une procédure mondiale pour corriger ce drame, rendant aux Noirs, ce qui leur est dû.

Le peuple noir a besoin de la liberté au même titre que l’occident.

Ce n’est qu’à partir de cette reconnaissance et à partir de cette structure mondiale qui corrige les ignorances d’hier qu’une nouvelle reconstruction doit naître.

Ce changement ne touchera Djibouti que si nous le voulons et avec l’ampleur que nous lui conférons. Pour cela, certaines questions méritent d’être posées.

– L’Afrique est-elle condamnée ?

– Qu’est ce qui occasionne (quel est le dénominateur commun) des crises politiques dans les pays africains ?

– Comment s’appuyer sur le travail de Barack Obama (sa victoire), le nouvel état d’esprit du peuple américain et la structure des Démocrates Américains pour créer une dynamique nouvelle en Afrique ? Dynamique nouvelle c’est-à-dire un continent rationnellement démocratique.

– Comment soulever la population toute entière de Djibouti dans un mouvement unique, pacifique et révolutionnaire d’établissement de la DEMOCRATIE, l’ALTERNANCE AU POUVOIR et LA BONNE GESTION ?

– Comment imposer à Djibouti des élections équitables, l’alternance au pouvoir et la bonne gestion du Pays ?

– Comment créer à Djibouti, de véritables institutions pour le respect intégral des droits de l’Homme, garantir la sécurité, le bien-être de tous et éradiquer la misère du peuple ?

– Comment créer à Djibouti un véritable système de santé accessible à tous ?

– Comment mettre au point à Djibouti, une scolarité idoine, une africanisation de l’enseignement qui s’appuie sur nos valeurs et nos besoins ?

– Comment créer à Djibouti une scolarité obligatoire et une gratuité de l’enseignement primaire qui est efficace?

– Comment mettre au point un système de formation propre afin de créer de l’emploi et réduire l’immigration ?

Voilà autant de questionnements qui méritent notre attention et notre mobilisation. Nous pouvons changer le destin de Djibouti. Il suffit de le vouloir et le croire. Les générations futures nous en seront reconnaissantes à jamais.

LE CHANGEMENT NOUS LE POUVONS ET NOUS LE FERONS.

Ismail Osman (Ina Wadad Yare).