09/10/1999 – fermeture des bars à Djibouti, qui étaient fréquentés en grande majorité par les étrangers et les soldats français.

Les autorités djiboutiennes ont fermé “définitivement” les bars et boîtes de nuits pour combattre la prostitution et préserver l’Islam.

Le ministre de l’Intérieur Abdallah Abdillahi Miguil a donné cet ordre samedi soir en expliquant qu’il entendait ainsi aider à combattre la “prostitution et préserver les bonnes moeurs de ce pays musulman”.

Cette mesure, “définitive”, selon lui, permettra dans le même temps de combattre l’usage de la drogue qui a atteint “des proportions alarmantes”, a-t-il ajouté.

Ces établissements situés dans la capitale de cette ancienne colonie française sont essentiellement fréquentés par des étrangers, dont les militaires de France qui maintient à Djibouti sa base militaire la plus importante du continent.

Le ministre a également annoncé que la consommation d’alcool ne sera désormais autorisée que dans des hôtels de plus de dix chambres.

Des mesures semblables avaient été annoncées dans le passé mais jamais appliquées en raison des pressions exercées par les milieux tirant bénéfice du sexe et de l’alcool. Ainsi, des bars s’étaient transformés en restaurants pour pouvoir continuer à servir de l’alcool.

(Dépêche A.F.P. du 4/10)