22/06/03 (B203) Me Wabat Daoud est reçu avec tous les honneurs dus à sa qualité de Bâtonnier, dans l’Ordre des Brosses à Reluire, au grade de “Grand encenseur embrouillé”.


(…) Entre
1997 et l’an 2003, les choses n’ont pas changé et notre
justice continue à s’ancrer d’avantage dans la consolidation
d’un Etat de Droit, respectueux des droits fondamentaux de la personne
humaine (…)

Me Wabat Daoud dans un fax envoyé à RSF le 21 juin 2003

Encore heureux qu’il reconnaisse
que rien n’a changé entre 1997 et 2003, sinon c’eût été
une véritable provocation à l’encontre des prisonniers politiques
et des internés arbitraires (sic !). De son côté, Guelleh appréciera certainement, lui qui essaye de nous faire croire que cela change … tous les jours !

Me Wabat Daoud nous a
adressé à notre adresse E-Mail, la copie d’un fax de menaces
qu’il a envoyé à RSF. Notre site étant cité (par
inadvertance ?), nous nous permettons le publier et de le commenter, imaginant
que RSF donnera aussi son avis. Plusieurs points ont attiré notre attention
:

1) Me Wabat Daoud mélange
pas mal de choses. Devrait-il mieux étudier ses dossiers ? Sinon, on
pourrait se poser des questions sur le sérieux de ses méthodes
de travail ….

_______________________
Extrait N° 1 du fax
Date 21 juin 2003

Destinataire
Monsieur le PRESIDENT
Association REPORTERS SANS FRONTIERES
Fax : 00.33.1.45.23.11.61

Objet DJIBOUTI : Affaire
DAHER AHMED FARAH
contre GENERAL ZAKARIAH

Nombre de pages(y
compris la présente) 3

Monsieur le Président,

Je vous remercie de
bien vouloir passer le Droit de Réponse ci-joint concernant l’affaire
en objet dans votre site internet : www.ardh.org. (…)

_________________________________________
Note de l’ARDHD

Nous tenons à lui
confirmer officiellement que le site de l’Association pour le respect des
droits de l’homme à Djibouti, n’a aucun lien avec RSF, ni aucune communauté
d’intérêt. Nous émettons toutes réserves à
ce sujet. Nous n’irons pas juqu’à le menacer, comme il ne manque pas
de le faire, des foudres de la justice, mais il nous appartient de préciser
ce point pour éviter tout malentendu.

________________________________
Extrait N° 2 du fax.

(…) Dans vos deux publications, vous déclarez :

« qu’aucun
avocat sur place ne voulait défendre DAF. »

Je m’inscris
en faux contre cette désinformation fallacieuse qui voudrait faire
croire qu’à Djibouti les avocats sont sous influence du politique.(..)

_________________________________________
Note de l’ARDHD
Bien qu’il ne nous appartienne pas de prendre parti sur ce terrain, nous
donnons un simple avis pour éclairer le débat.

Nous avons déjà
été informés de cas où tous les avocats refusaient
d’assurer la défense d’une affaire (Non seulement à Djibouti,
mais dans tous les pays). Cela peut-être pour des raisons déontologiques,
pour des raisons personnelles mais aussi pour des raisons d’influence politique

Nous rappelons à
Me Wabat Daoud qu’un avocat est libre d’accepter ou de refuser la défense
d’une personne et qu’il n’a pas à justifier sa décision.

Ensuite il est vrai que
le barreau se doit d’intervenir pour désigner un avocat dit ‘d’office’
qui ne peut pas refuser le dossier, en principe.

Fondamentalement, l’affirmation d’Avocats sans frontières ne nous semble
pas fausse ni mensongère si elle est assortie du refus effectif de
plusieurs avocats. RSF n’a pas écrit que le barreau avait refusé
de désigner un avocat d’office …. Tout cela n’est qu’un avis que
nous exprimons, laissant à RSF le soin de donner le sien, de façon
officielle.

________________________________
Extrait N° 3 du fax.

(…) Je vous demande
de publier ce droit de réponse dans votre site internet et, si d’aventure,
vous propagiez de telles fausses nouvelles, je me verrais contraint avec l’Ordre
des Avocats que je représente, à assigner en justice votre organisation,
« Reporters sans Frontières », dont l’avocat mandaté
pour défendre Monsieur DAF n’a même pas daigné rendre
visite au Bâtonnier de l’Ordre des Avocats, suivant les usages
de notre profession. (…)

_______________________________
Note de l’ARDHD
Nous ne répondrons pas positivement à la demande de Me Wabat
Daoud, car nous lui rappelons que le site de l’ARDHD (www.ardhd.org) n’est
pas le site de Reporters sans frontières …. RSF décidera ce
qu’il lui convient de faire sur son site www.rsf.org

Mais nous notons, en passant,
que Me Wabat Daoud a la menace facile … Qu’il pèse bien le pour et le contre, car la
Justice française est indépendante et qu’il n’est pas garanti
d’obtenir gain de cause …. ce qui n’aurait pour conséquence que de
souligner le côté ridicule et théâtral de ses menaces
disproportionnées.

_______________________________
Extrait N° 4 du fax.

(…) Entre 1997 et
l’an 2003, les choses n’ont pas changé et notre justice continue
à s’ancrer d’avantage dans la consolidation d’un Etat
de Droit, respectueux des droits fondamentaux de la personne humaine (…)

_______________________________
Note de l’ARDHD

Cette phrase est un bel exemple du cirage de pompes en mode actuellement à
Djibouti, dont Me Wabat Daoud serait, dit-on, coutumier (à vérifier
!).

L’Ordre des Brosses à
Reluire, convoqué en session extraordinaire, a décidé
de le coopter à l’unanimité en son sein et lui a donné
le titre flatteur de “Grand encenseur embrouillé”.


Maître Wabat Daoud
en vertu des pouvoirs qui nous sont conférés
nous vous élevons à la dignité de
“Grand encenseur embrouillé”
et nous vous remettons les insignes de votre grade
afin que vous puissiez les porter en tout lieu et en toute circonstance.