22/06/09 (B504) Le Journal de la Flibuste … Cette semaine, ce sont les Portuguais gagnent leur étoile. A leur tour d’avoir déjoué une attaque ! (3 articles en Français)

__________________________ 3 – Marine Marchande avec AFP

Somalie: une frégate portugaise de l’Otan déjoue une attaque de pirates

Une frégate portugaise de l’Otan, le Corte Real, a empêché lundi l’attaque de deux navires marchands par des pirates dans le golfe d’Aden, au large des côtes somaliennes, a annoncé l’état-major général des forces armées à Lisbonne dans un communiqué.

Cette opération a permis de saisir des armes et d’identifier les huit pirates qui ont été “libérés après consultation des autorités nationales, comme le veut la procédure pour tous les navires qui intègrent la force navale de l’Otan”, ajoute le communiqué.

Selon un journaliste de l’agence Lusa, embarqué à bord de la frégate portugaise, le Corte Real escortait un navire pakistanais, le Bolan, quand il a reçu un appel au secours à 06H15 GMT en provenance du Maersk Phoenix, un bateau battant pavillon de Singapour, qui se trouvait à une distance de quatre milles.

Le Corte Real s’est immédiatement rendu sur la zone et a ouvert le feu pour empêcher que le bateau des pirates somaliens ne prenne la fuite à son arrivée. Plusieurs tirs à la proue du bateau ont été nécessaires avant que les pirates n’acceptent de se rendre, selon Lusa.

A bord de l’embarcation des pirates, les fusiliers marins portugais ont saisi quatre fusils d’assaut, un lance-grenades RPG, trois grenades, des explosifs ainsi que des stocks de combustibles, selon l’agence. Pendant l’intervention du Corte Real, les deux navires marchands ont été pris en escorte par un bâtiment de guerre turc, le TCP Gaziantep, qui naviguait à proximité, toujours selon Lusa.

__________________________ 2 – Mag-Securs

Un fichier informatique pour lutter contre la piraterie au large des côtes somaliennes

Selon le site sudonline, Interpol annonce la mise en place d’un fichier informatisé des criminels pour lutter contre la piraterie au large des côtes somaliennes.

Interpol, la police internationale, annonce l’établissement d’un fichier informatique pour lutter contre la piraterie dans au large des côtes somaliennes. Ce fichier, accessible au 187 pays membres de l’organisation policière internationale, va contenir des empreintes digitales, des photographies, ainsi que les identités ADN des pirates arrêtés autour des zones somaliennes. Jean-Michel Louboutin, directeur exécutif des services de police d’Interpol souligne dans un communiqué que “sans l’établissement de ce fichier informatique des pirates arrêtés, il n’est pas possible d’établir leur véritable identité”.

C’est la première fois qu’un fichier de cette nature est établi par une organisation internationale.

__________________________ 1 – Business Wire

L’étude d’Allianz sur la piraterie souligne les comportements que peuvent adopter les propriétaires de navires face à des risques accrus

Allianz Global Corporate & Specialty (AGCS), éminent assureur de navires et de cargos, vient de publier une étude qui suggère à ses clients d’adapter leur approche en matière d’assurance maritime, tandis que la menace de piraterie au large de la Corne d’Afrique continue d’augmenter. En outre, l’étude souligne que les équipages naviguant dans des eaux dangereuses doivent être prêts à gérer une attaque, et demande une solution mieux coordonnée pour lutter contre l’actuelle vague de piraterie.

Dans une étude publiée aujourd’hui sous le titre : « Piracy : An ancient risk with modern faces » (Piraterie : un risque ancien aux visages modernes), AGCS suggère que des polices d’assurance spéciales « risques de guerre » devraient être utilisées pour répondre aux besoins des navires qui transitent par des zones à risques. Par ailleurs, AGCS mentionne plusieurs solutions pratiques que les équipages peuvent adopter lorsqu’ils traversent des zones de piraterie. L’étude souligne en outre que, tandis que la piraterie est en augmentation au large de la Somalie et d’autres parties de l’Afrique, elle baisse dans d’autres zones, mais représente toujours une réelle menace pour la marine marchande et le commerce. « Toute personne qui a été confrontée à des pirates connait la sinistre réalité de leur vie et les dommages qu’ils sont susceptibles d’infliger, » déclare Arthur E. Moossmann, directeur de la division Global Marine d’AGCS.

De nos jours, de nombreux navires sont assurés contre la piraterie dans le cadre de leurs polices d’assurance « corps de navire » courantes, qui ne sont pas spécifiquement conçues pour couvrir des risques associés à la sécurité tels que la piraterie. Cela signifie que certains propriétaires de navires paient une garantie piraterie dont ils n’ont pas besoin, puisqu’ils naviguent hors des zones sensibles. L’assurance « risques de guerre » prévoit une garantie spéciale pour les navires exposés aux risques de piraterie, sur la base du transit, c’est à dire qu’elle peut être spécifiquement souscrite pour gérer différentes expositions en plus des dommages au navire, et que, par conséquent, son prix peut être déterminé avec plus de flexibilité.

« De nombreuses compagnies maritimes paient, dans le cadre de leurs polices d’assurance Corps de navire, une garantie piraterie dont elles n’ont pas besoin, » explique M. Sven Gerhard, responsable produit de la division Global Hull and Liabilities d’AGCS. « Inversement, de nombreux navires exposés à des risques élevés de piraterie, en raison des itinéraires qu’ils empruntent, ne peuvent pas, dans le cadre de leur contrat actuel, bénéficier d’une garantie piraterie plus flexible et personnalisée, puisqu’elle pourrait faire partie de leurs polices d’assurance Corps de navire générales. »

AGCS couvre près de 12 % des 30 000 navires-citernes, porte-conteneurs, vraquiers et cargos qui sont assurés dans le monde. En plus des aspects liés à l’assurance, le rapport de l’assureur explique également pourquoi les équipages de navires doivent eux-mêmes être conscients des risques et se préparer à les affronter. Pour déjouer les stratagèmes employés par les pirates, les équipages doivent être correctement formés et savoir utiliser des moyens de défense, tels que des dispositifs acoustiques à longue portée, sécuriser le périmètre du navire et maintenir leur vitesse dans des zones exposées. Il leur est toutefois fortement recommandé de ne pas avoir recours à des armes.

Points clés de l’étude

L’étude analyse les tendances générales de la piraterie actuelle, les points névralgiques de la piraterie, les solutions d’assurance, les méthodes de piraterie modernes et la limitation des risques. Elle propose de nombreuses ressources et les points de vue d’experts d’Allianz, issus de tous les domaines de l’assurance maritime, qui ont eu une expérience en matière de piraterie.

§ Aujourd’hui, beaucoup d’attention se porte sur l’augmentation de la piraterie au large des côtes de la Somalie et dans le golfe d’Aden. 102 attaques de pirates ont été rapportées dans ces zones au cours du premier trimestre 2009, contre 53 en 2008. 61 de ces attaques ont eu lieu en Somalie et dans le golfe d’Aden, une hausse par rapport aux 6 attaques enregistrées en 2008. La Somalie est en proie à une guerre civile violente depuis près de 20 ans, et ses habitants vivent en moyenne avec moins de 2 $ par jour. Les causes de la piraterie dans cette région sont tellement complexes que le problème risque de perdurer dans le temps. Ainsi, il est essentiel que les navires traversant la région soient bien préparés et correctement assurés.

§ La région est une zone idéale pour la piraterie puisque le golfe d’Aden ouvre la voie vers le Canal du Suez, et que quelques 20 000 navires-citernes, navires de charge et navires de commerce le traversent chaque année. Les pirates, qui s’éloignent à présent de plus en plus des côtes, attaquent des navires au large des pays voisins comme le Yemen, et ont un impact croissant sur la marine marchande globale.

§ Une augmentation des attaques au large du Nigéria a également été constatée ces dernières années, notamment dans la région au large de Lagos et de Bonny River, avec 40 attaques rapportées en 2008 (Source : ICC – International Maritime Bureau). Il s’agit de l’une de ces quelques régions qui risquent de devenir un point chaud de la piraterie.

§ Dans l’ensemble, la piraterie a affiché une tendance à la baisse dans d’autres régions comme l’Asie du Sud-est, souvent en raison d’une réponse internationale intensive.

§ L’identification des pirates est souvent délicate parce qu’ils utilisent de petites embarcations à moteur, difficilement détectables par les radars et pouvant être confondues avec des bateaux de pêche. Par conséquent, les données rapportées en matière de piraterie pourraient être inférieures à la réalité.

§ Les solutions qui permettent de réduire les actes de piraterie dans une région donnée peuvent s’avérer inefficaces dans une autre région. Une initiative de patrouille internationale a fortement contribué à limiter les attaques dans le détroit de Malacca. En revanche, dans l’océan Indien, au large de la Somalie, la zone maritime est simplement trop vaste pour être surveillée, ainsi, les patrouilles militaires n’apportent qu’une aide restreinte et sont même susceptibles de provoquer une escalade de la violence. Par conséquent, toute solution permettant de lutter contre la vague actuelle de piraterie impliquera un effort militaire, politique et économique mieux coordonné.

§ L’étude souligne la nécessité d’une action internationale plus conséquente pour résoudre les problèmes qui sont à l’origine de la vague actuelle de piraterie au large de la Somalie et autour du golfe d’Aden : la pauvreté et la violence sur le continent.

À propos d’Allianz Global Corporate & Specialty

Allianz Global Corporate & Specialty AG est la compagnie du groupe Allianz spécialisée dans l’assurance des grands risques et spécialités. Elle propose pour l’ensemble des branches d’assurance : maritime, aviation et grands risques, énergie, risques techniques, lignes financières (y compris D&O), responsabilité civile et dommages, des solutions d’assurance et des services de conseils en matière de gestion des risques. Veuillez consulter le site Internet d’Allianz Global Corporate & Specialty – http://www.agcs.allianz.com – pour obtenir des informations complémentaires.

Dans le monde entier, Allianz Global Corporate & Specialty intervient dans plus de 70 pays par le biais du réseau du groupe Allianz.

Il emploie plus de 2 500 personnes et fournit des solutions d’assurance à plus de la moitié des entreprises de Fortune Global 500, souscrivant un total de 2,9 milliards d’euros de primes brutes mondiales par an. (2008).