Articles

15/11/07 (B421) BBC / Le chef des insurgés somaliens ordonnent d’attaquer les forces de l’Union africaine – Somali insurgents target AU force (En Anglais – Info lectrice)

Somali insurgent leader Sheikh Aden Hashi Ayrow has ordered fighters to attack African Union troops based in the capital, Mogadishu.

He also asked foreign fighters to join his al-Shabab group’s war against the foreign forces in an audio clip posted on Somali websites.

President Abdullahi Yusuf blames the militant group for the recent violence.

Uganda has some 1,700 soldiers in Somalia as part of the planned 8,000-strong AU peacekeeping mission.

About 80 people have died this week.

The Ugandan military have dismissed the threat.

Their spokesman, Major Felix Kulaigye, said the peacekeepers will not withdraw and will defend themselves if necessary.

al-Shabab is the militant wing of the Union of Islamic Courts, which controlled Mogadishu for six months last year before being ousted by advancing Ethiopian troops.

In Mogadishu, Ethiopian and government troops have been conducting a door-to-door search for the insurgents in the capital over the past week sparking deadly clashes.

Worst defeat

The United Nations says some 170,000 people have fled the violence this week and hundreds others have been injured in the crossfire.

Al-Shabab’s Sheikh Ayrow said it was an obligation of all Muslims in Somalia to wage war against Ethiopian and Ugandan forces.

“To us the Ugandans, Ethiopians and Americans are all the same, they have invaded us and I am telling the Mujahidin [fighters], Ugandans must be one of our priorities,” a tough talking Sheikh Ayrow said in the audio on Dayniile website.

He said Ethiopians had failed in their mission and were now facing their worst defeat.

Last week, masked armed men in Mogadishu dragged bodies believed to be those of Ethiopian soldiers killed during clashes with the insurgent groups.

On Tuesday, President Yusuf called on Mogadishu residents to join Somali and Ethiopian troops in the fight against the al-Shabab insurgents who are living among them.

The insurgents have been targeting government and Ethiopian troops but are yet to launch attacks on the Ugandan soldiers.

The al-Shabab militant group claims to have links with Osama bin Laden’s al-Qaeda network.

Last week UN secretary general Ban Ki-moon, ruled out plans to deploy peacekeepers to Somalia saying it was not a viable option.

15/11/07 (B421) BBC / Le drame de l’exode. La BBC retrace la vie des déplacés et des femmes violées. Cette semaine Faduma. Displaced in Somalia: Faduma (En Anglais – Info lectrice)

Somalis describe their lives in and around the capital, Mogadishu, amidst violence between insurgents and government troops backed by Ethiopian forces.

Mother-of-two Faduma, 22, has lived in a camp for displaced people in central Mogadishu since she fled south from Baidoa seven years ago.

I actually returned to Baidoa in April this year when there was heavy fighting here in Mogadishu but I came back recently because my husband was hit in his face by a stray bullet and so I had to look after him.

We have a lot problems – no food, no medicine and we can’t just walk to go and find these things.

We don’t feel safe.

There are children sick in our houses.

When the children get sick we have no medical facility to go to so we just recite the Koran – or we use a traditional burning method where you give a small burn on a different part of the body depending on what sort of sickness the baby has. Or we try herbal medicine.

There are a few hospitals near our camp but they don’t accept us because we don’t have money.

Rape

They only take the most serious cases, like the wounded or gunshots.

A DISPLACED LIFE

My own child died of diarrhoea. In the last year though it has been a little better and fewer children have died from diarrhoea but it will get worse when the rains start.

There is a lot of rape. One woman in our camp was gang raped. Some men came in from outside, took her baby from her and gave the baby to the father, and then three men raped her.

I even heard of a 70-year-old woman who was bound and raped by a man with a knife when she was walking to the tailor.

It is terrible. We don’t know of any treatment; we can’t go anywhere for help.

After midnight

During the fighting, six months ago, there was an increase in the number of rapes.

But since the transitional federal government said no-one could walk around at night the number of cases has decreased.

This is because it is not so easy anymore to enter our camp after dark.

We don’t go out because of security.

We don’t even go to the toilet at night. We now take bedpans into our shelters because if you walk to the latrines at night you will surely be raped after midnight.

The main problem with the camp though is that it doesn’t have gates and so anyone can just come in and out.

Just be kind

In our camp none of the husbands have divorced their wives after being raped because everyone knows it is not the woman’s fault.

AFRICA HAVE YOUR SAY

Ethiopia should pull out its troops before it is too late, they are part of the problem not part of the solution

Mustafa, Leicester

She will be ok, people don’t look badly on her.

There are not those sorts of problems here because sometimes women are even raped in front of her father, husband, family and baby and they cannot stop it.

The biggest problem is that she doesn’t wake up the next day. She just lies down and doesn’t wake up.

We live in a small area – roughly a space of four metres by four metres and in this space there are three to four families.

When a woman is raped everyone is aware because you can hear the woman screaming.

So we go to her afterwards but there is little we can do. We don’t have guns, you can just be kind.

15/11/07 (B421) Clara Magazine : Trois questions à Elisabeth Borrel, magistrate, vice-présidente du tribunal de St-Gaudens (31), veuve du juge Bernard Borrel assassiné à Djibouti en 1995.

Article publié dans le numéro 104 de Clara Magazine daté du 17 novembre 2007, avec l’aimable autorisation de la rédaction. (Signature Judith André Valentin)

Où en est l’affaire Borrel ?

Le fait que les dossiers soient
confiés à deux femmes change-t-il
quelque chose à la donne ?

Ce n’est pas très réjouissant pour les djiboutiens.
Peu après les manifestations
orchestrées par le régime les 20 et 21 octobre
derniers contre la justice française,
pour protester contre l’enquête mettant
en cause le Président Guelleh – cf. Clara
n°99 -, des policiers djiboutiens ont
arrêté plusieurs membres de la famille
de M. Alhoumekani, un témoin clé réfugié
en Belgique.

Dans des camions blindés,
ils les ont emmenés au centre de
rétention de Nagad, ont tenté de faire
pression sur eux – notamment sur la
mère septuagénaire de
M. Alhoumekani – dans
l’espoir de faire revenir
ce dernier, sans succès.

Du coup, ils ont séparé
les couples, les parents
des enfants et en ont
expulsé certains tout
en conservant leurs papiers.

Ce sont des
pratiques nazies.

Normalement, un Etat
n’expulse pas ses nationaux. Cela démontre
une fois de plus l’importance du
témoignage de M. Alhoumekani : si l’Etat
djiboutien n’avait rien à se reprocher, il
n’agirait pas ainsi.

Depuis 2002, il n’y a que des femmes
qui traitent les dossiers touchant à l’affaire.
Je crois que les femmes sont
moins maîtrisables que les hommes car
elles se soucient moins de leur carrière
que de leur famille.

A l’exception de
quelques magistrats et de mes avocats,
il n’y a presque que des femmes à
m’avoir soutenue pendant toutes ces
années. On a le sentiment que les
hommes sont plus soucieux de ne pas
faire de vagues. D’une manière générale,
les femmes sont plus libres, et c’est
vrai aussi dans la magistrature.

Pourquoi y a-t-il dans la magistrature
une si faible proportion de
femmes à des postes hiérarchiques
alors qu’elles sont plus
nombreuses à la base ?

Pourquoi
sont-elles sous-représentées dans
les fonctions du parquet ?

Actuellement, plus de femmes que
d’hommes réussissent le concours.
Pourtant, il y a toujours eu une volonté du
jury de décontenancer les candidates.
Pour cela, ils n’ont pas forcément utilisé
des moyens très reluisants. Vous imaginez
bien qu’il est plus facile de déstabiliser
une jeune fille qu’un garçon de 22 ans.

Pour répondre à votre question, je crois
que c’est parce que la femme demeure
encore la tâcheronne
dans notre société.
Notre société actuelle se
complaît dans la suprématie
masculine, il n’y a
qu’à voir la composition
de l’Assemblée nationale.

Alors à quelques exceptions
près, les femmes ne sont pas vraiment
mobiles, elles ont souvent un fil à la
patte : conjoint, enfants… Nous sommes
« géographiquement handicapées ». Et s’il
n’y a pas beaucoup de femmes au parquet,
c’est parce que les permanences y
sont très lourdes. Aussi parce que les liens
de subordination et de hiérarchie sont
plus difficiles à supporter pour les femmes
qui sont plus libres dans l’âme que les
hommes.

En outre, au parquet, on monte
plus vite dans les sphères qu’au siège, c’est
un bon moyen de progresser.
A Caen, en 1990, après mon deuxième
accouchement, j’ai reçu ma notation
avant de reprendre mes fonctions :
« Madame Borrel a abandonné son service
pendant sa maternité »…

Le corps
des magistrats est un corps ancestral avec
un sens de la soumission dramatique.
Ceux, comme Eva Joly ou Renaud van
Ruymbeke, qui ont essayé de lutter ont
reçu des sanctions ou été obligés de partir.
C’est inquiétant pour une démocratie
quand on s’attaque à ses magistrats.

Comment sortir de ce schéma ?

Il faudrait rendre la magistrature indépendante,
ce qui n’est pas le cas, le président
de la République présidant le
CSM. La discrimination positive, personnellement,
je pense que ce n’est pas une
bonne chose.

Ça ne fait pas forcément
monter les personnes qui ont de la valeur.
Sur un plan institutionnel, il n’y a
guère qu’au niveau de l’école et des enfants
qu’on peut agir.
Pour l’instant, en France, on ne veut pas
de personnes ayant la parole libre.

Je
suis pessimiste.

On subit l’indépendance
que certains ont essayé d’avoir. Par
exemple, mes collègues de la cour d’appel
d’Orléans ne peuvent plus s’adresser
à un journaliste sans autorisation, c’est
inquiétant. Avec la réforme de la carte
judiciaire, depuis le mois de juin, personne
ne sait où il sera demain. Le
feuilleton n’est pas terminé.

Propos recueillis par Judith André Valentin

15/11/07 (B421) LDDH : Appel à protester contre la fermeture de trois stations de Radio en Somalie

Le Président

DIFFUSION D’INFORMATION
DU 13 et 15 NOVEMBRE 2007

TROIS RADIO DE MOGADISCIO FERMES.

LE GÉNOCIDE DES POPULATIONS DU SUD DE LA SOMALIE
ET LES MEURTRES ET LES DISPARITIONS FORCEES S’AMPLIFIENT.
L’AFRIQUE GARDE encore et toujours UN SILENCE QUI TUE.

En plus de Radio Shabelle,  deux autres radios viennent aussi d’être fermées. Il s’agit de : Radio Banadir et de Simba radio et un texte pseudo juridique digne d’un régime raciste limitant les conditions d’exercices des Journalistes, avec des clauses inadmissibles et portant atteinte à la Liberté de la Presse.

Reporters Sans Frontières a publié une condamnation officielle.  

La Ligue Djiboutienne des Droits de l’Homme demande, aux Forces d’occupation du Sud de la Somalie, l’ouverture immédiate de Radio Shabelle, Banadir et Simba dont le siège sociale et à Mogadiscio. Ceci nous fait rappeler le bombardement de Radio Mogadiscio par les Forces aériennes des Etats-Unis.

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) avait, dans sa Diffusion d’Information du 21 octobre 2007, dénoncé avec fermeté le silence de l’Union Africaine et de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples
qui devient de plus en plus intolérable.

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) repose encore la même question suivante :
– faut-il considérer nos responsables de l’Union Africaine comme des complices ou des commanditaires du génocide en Somalie du Sud »?

Difficiles et douloureux dilemmes qui ne peuvent qu’aggraver le génocide et les crimes de guerre  perpétrés par les Forces Ethiopiennes et dont les premières victimes sont les populations du Sud de la Somalie.

La LDDH dénonce la violence, intolérable et inhumaine, imposée :
– aux Journalistes Somalis, aux médecins et aux blessés civils dans les hôpitaux et aux autres défenseurs des Droits de l’Homme ;
– par les arrestations arbitraires, les disparitions forcées qui font légion, et les exécutions extrajudiciaires sur les civils ciblés de la somalie du sud.

M. NOEL ABDI Jean-Paul
Vice-président de l’Union Interafricaine des Droits de l’Homme
Chargé de la Corne d’Afrique.
______________________________________________

EAST AND HORN OF AFRICA HUMAN RIGHTS DEFENDERS NETWORK

Public Statement
EHAHRD-Net Index:            SOMA 029/005/2007   (Public)

14th November 2007

KAMPALA: EHAHRD-Net CONDEMNS CLOSURE OF TWO MORE RADIO STATIONS IN SOMALIA
 
Just a day after Somalia ‘s TFG forces closed Radio Shabelle, two more
stations; Radio Banadir and Simba radio have also been reportedly closed.

Simba Radio was earlier closed a month ago but was later re-opened.

According to Network sources, TFG soldiers forced their way into the stations’ premises and ordered them closed. No reason was given for the closures.

“This continued attack on the media is very distasteful and must stop immediately. The TFG authorities must respect freedom of the press without fail if they must be seen to be interested in establishing democratic Governance in war-torn Somalia ,” says Hassan Shire Sheikh, Chairperson

EHAHRDP/Net.

Radio Simba, Radio Banadir, HornAfrik and Shabelle have been most affected in recent months recording at least 8 deaths of their staff between them.

This, coupled with repeated threats and closures has forced over 20 journalists to flee the country for dear lives, leaving a terrible communication gap in the country and denying the Somali people their legitimate right to information.
 
APPEAL:
 
. EHAHRD-Net appeals to the TFG authorities to immediately and unconditionally re-open the radio stations that have been shut;
. EHAHRD-Net also appeals to the insurgents, the Ethiopian forces and the TFG to respect media freedom without fail. All warring factions must desist from any further attacks on journalists as a media black-out would constitute a further compromise of the rights of the Somali people;
. The Network further calls upon the UN and the African Commission on Human and Peoples’ Rights to use their relevant mandates to ensure that Somali authorities desist from shutting and intimidating media houses.
 
All Network members are encouraged to write to the Somali authorities furthering this appeal.
 
Send appeals to:
 
The Somali Ambassador in Kenya , asking for them to be forwarded to Somalia’s President, Col. Abdullahi Yusuf Ahmed: TFG Ambassador, Mohamed Ali Nur,
PO Box 623-00606
Jabavu Road, Hurlingham
Nairobi, Kenya 
Email: mali@somaliembassy.co.ke
Salutation: Dear Sir
 
For further information, please contact
 
Tumusiime Kabwende Deo
Press Officer, +256-712-075721


Regional Coordination Office
EAST AND HORN OF AFRICA HUMAN RIGHTS DEFENDERS PROJECT (EHAHRDP)
Human Rights House, Plot 1853, Lulume Rd., Nsambya
P.O. Box 70356 Kampala, Uganda
Phone: +256-414-510263(general)/ext.112
          +256-414-267118(direct)
Fax: +256-414-267117
E-mail: ehahrdp@yahoo.ca, hshire@yorku.ca
Website: http://www.yorku.ca/crs/AHRDP/index.html  

14/11/07 (B421) LE MONDE : Dans la capitale somalienne dévastée sévit une guerre sans front et sans règles. (Info lectrice)

On ne détruit pas méthodiquement une ville, au mépris des conventions de la guerre, sans avoir besoin de reprendre son souffle de temps à autre. Contrairement aux jours précédents, Mogadiscio n’a pas connu de combats importants, mardi 13 novembre, entre les insurgés embusqués dans la capitale somalienne et leurs ennemis, les troupes éthiopiennes et leurs alliés du gouvernement fédéral de transition (TFG) du président Abdullahi Yusuf.

La trêve a peu de chances de durer avant que ne reprenne, à Mogadiscio, la nouvelle phase d’une guerre sans front et sans règles, seconde bataille menée par des insurgés qui regroupent milices de clans majoritaires dans la capitale et groupes fondamentalistes de la galaxie des shabab (jeunesse). Ils sont lancés dans une lutte à mort contre les forces éthiopiennes entrées en Somalie voilà presque un an pour chasser les Tribunaux islamiques qui avaient pris le pouvoir dans le sud du pays.

La bataille précédente, en avril, avait fait plusieurs centaines de morts, sans épargner les habitants de la ville. Des secteurs entiers de Mogadiscio avaient été ravagés par des pilonnages de l’artillerie lourde éthiopienne. Puis les insurgés, après avoir été écrasés sous un déluge de feu, s’étaient retirés de la capitale. Après s’y être infiltrés à nouveau, ils ont repris crescendo, au cours des dernières semaines, des attaques frontales avec plusieurs centaines de combattants appuyés par des mortiers et de petits canons contre les bases et les positions de l’armée éthiopienne ou du TFG.

En réponse, les forces éthiopiennes ont lancé une vaste opération de ratissage qui touche au moins un tiers de la ville. Le principe en est simple et dévastateur. Partout où les insurgés sont soupçonnés de pouvoir s’abriter, au nord comme au sud de Mogadiscio, les troupes éthiopiennes et leurs alliés du TFG ont entrepris de faire le vide, chassant les habitants pour fouiller les maisons au porte-à-porte, et pillant allégrement tout ce qui peut l’être. Ceux qui en ont les moyens ont déjà fui dans les environs de Mogadiscio ou d’autres quartiers de la ville, désormais surpeuplés. Les plus démunis, n’ayant nulle part où aller alors que les prix s’envolent, restent aux abords de leur maison, exposés à la mort.

Les attentats-suicides avaient été introduits en avril. Ces dernières semaines, l’assassinat ciblé ou aveugle s’est imposé comme une nouvelle tactique de la sale guerre urbaine. Des cas de décapitation ont été signalés. Les insurgés sont soupçonnés d’en être responsables. Plusieurs sources confirment l’existence de tireurs d’élite éthiopiens qui abattent quiconque passe dans leur ligne de mire dans les quartiers que les alliés du TFG veulent vider, sans distinction d’âge ou de sexe.

Depuis que la foule a traîné les corps de plusieurs des leurs dans les rues de Mogadiscio, les troupes d’Addis-Abeba ont perdu toute retenue. Les soldats éthiopiens tirent sur les passants, et ont ouvert le feu avec des chars sur des quartiers d’habitation ou sur le marché de Bakara. Ce quartier, poumon économique d’un dynamisme qui inondait, il y a encore un an, toute l’Afrique de l’Est de produits en provenance d’Asie du Sud-Est, est désert et ses entrepôts pillés, selon les rares informations qui en filtrent. Quiconque s’en approche risque de se trouver dans le viseur d’un tireur, comme cela s’est encore produit mardi.

Dans le quartier de Hamar Weyne, moins exposé aux destructions – il a été en grande partie démoli pendant les grands combats entre clans, il y a quinze ans -, les ruelles grouillent de monde. Dans l’une des maisons où s’entassent les familles, cheikh Abba, un leader spirituel, s’interrompt au milieu de consultations de médecine traditionnelle pour implorer “la communauté internationale d’arrêter le massacre”.

Alors que la ville suffoque, les hôpitaux regorgent de blessés. A Medina, les corps racontent une guerre qui n’épargne aucun civil. Une famille exhibe la balle ôtée du corps d’Abdinur Uluso. La pointe du projectile a été rognée par le tireur, technique qui rend les blessures plus horribles encore. Non loin, une adolescente fixe le plafond, hébétée par les sédatifs. Un tir de lance-roquettes lui a emporté le bras droit. “Les Ethiopiens entrent dans les maisons et tirent sur nous en nous traitant de terroristes”, hurlent des femmes dans le couloir. Un homme, blessé à la tête, trouve encore la force d’injurier les troupes du TFG.

Jean-Philippe Rémy

13/11/07 (B421) Les populations civiles quittent Mogadiscio en masse. On évoque 173.000 départs (Trois dépêches – Info lectrice)

__________________________________________ RFI

Quelque 173 000 habitants de Mogadiscio ont fui la ville au cours des deux dernières semaines, à la suite d’un regain des combats entre insurgés et forces somaliennes et éthiopiennes, a annoncé mardi le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

_________________________________________ Romandie News

Somalie: plus de 170.000 personnes ont fui Mogadiscio en 2 semaines

GENEVE – Quelque 173.000 personnes ont fui Mogadiscio au cours des deux dernières semaines, à la suite d’un regain des combats entre insurgés et forces somaliennes et éthiopiennes, a annoncé mardi le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Quelque 90.000 personnes ont rejoint 150.000 autres déplacés dans la localité d’Afgoye, à environ 30 km à l’ouest de la capitale somalienne, où les besoins humanitaires sont “immenses”, a précisé le porte-parole du HCR à Genève, Ron Redmond.

“Les gens ne trouvent plus d’abri dans la ville. Beaucoup de familles vivent simplement sous les arbres” dans des conditions “extrêmement difficiles”, a-t-il dit à la presse.

Le dernier chiffre fourni par le HCR faisait état de 90.000 déplacés depuis le regain de violences de fin octobre.

L’exode se poursuit. “Ce matin (mardi), le personnel (du HCR) a rapporté que des familles étaient évacuées à bord de camions privés de Mogadiscio vers Afgoye”, selon M. Redmond.

Lundi, le HCR a vidé ses entrepôts de ses dernières réserves d’aide humanitaire et les a acheminées sur Afgoye. Mais les chauffeurs de poids lourds se plaignent d’être bloqués à des barrages par des soldats qui leur réclament des sommes pouvant aller jusqu’à 300 dollars.

Des organisations d’aide humanitaire livrent de l’eau par camion aux familles mais ces dernières doivent attendre parfois six heures pour être servies, selon le porte-parole.

De nouvelles livraisons de secours sont en préparation à partir de Nairobi, a indiqué M. Redmond.

Les forces gouvernementales somaliennes et l’armée éthiopienne ont lancé lundi une opération de ratissage dans le quartier du grand marché de Mogadiscio, à la recherche d’armes après les violents combats de la semaine dernière avec les insurgés.

L’opération concerne six des 16 districts de Mogadiscio, obligeant les habitants à se terrer chez eux, a-t-il noté.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a précisé que la violence l’empêchait de distribuer des vivres à Mogadiscio, après deux tentatives infructueuses. “Les marchés ne fonctionnent pas et les prix des produits alimentaires sont en proie à l’hyperinflation”, a noté la porte-parole du PAM à Genève, Christiane Berthiaume.

La Somalie compte désormais 850.000 déplacés, dont 450.000 ont quitté leur foyer depuis l’offensive gouvernementale au début 2007

_____________________________________________ REUTERS

Des milliers d’habitants fuient Mogadiscio

MOGADISCIO (Reuters) – Des milliers d’habitants quittent Mogadiscio, poussés à l’exode par la recrudescence des combats entre les forces gouvernementales soutenues par l’Ethiopie et la rébellion islamiste.

Depuis une semaine, au moins 70 personnes ont trouvé la mort dans les affrontements qui ont conduit près de 24.000 personnes à quitter la capitale somalienne, selon une estimation des Nations unies, qui évalue à 850.000 le nombre de déplacés à l’intérieur du pays.

Lundi, dix membres d’une même famille ont péri, tuées par un tir d’artillerie alors qu’ils tentaient de s’enfuir.

De retour d’une visite à Mogadiscio, des représentants de la Commission européenne ont déclaré qu’environ 5.000 somaliens avaient été soignés pour des blessures dues à la guerre depuis le début de l’année, et qu’un tiers des victimes étaient des femmes et des enfants.

L’Ethiopie et les forces gouvernementales somalienne ont lancé cette année deux offensives contre les repaires des islamistes dans la capitale, faisant des centaines de morts parmi les civils.

L’Ouganda a envoyé environ 1.600 soldats dans la capitale somalienne qui forment l’avant-garde de la future force de paix de l’Union africaine, censée, à terme, compter 8.000 hommes

14/11/07 (B421) LE MONDE : Descente aux enfers / Somalie.

La guerre se poursuit en Somalie, dans l’indifférence générale. Pour la deuxième fois en dix mois, l’armée éthiopienne riposte, à Mogadiscio, à des attaques des insurgés proches des Tribunaux islamiques. Les combats sont marqués par des bombardements lourds, la destruction d’habitations, des pertes civiles et la fuite des populations. En deux semaines, 173 000 personnes ont quitté la capitale somalienne, selon le HCR. Lors d’une précédente bataille, en avril, le représentant de l’Union européenne au Kenya s’était demandé si “l’usage disproportionné de la force dans des zones densément peuplées ne relevait pas de”crimes de guerre””.

Au conflit civil, qui a éclaté en 1991, s’ajoutent, ces dernières années, les ingrédients internationaux du “djihad” mené par Al-Qaida et de la “guerre contre le terrorisme” conduite par les Etats-Unis. D’un côté, la mouvance djihadiste et certains pays, Erythrée en tête, soutiennent les insurgés. De l’autre, l’Ethiopie mène, depuis fin 2006, avec les encouragements de Washington et sans mandat international, une intervention militaire destinée à épauler les soldats du gouvernement fédéral de transition (TFG), et perçue comme une guerre d’occupation par la population.

Si les chefs de guerre somaliens n’ont pas attendu le 11-Septembre pour ravager leur pays, si Al-Qaida ne cesse de chercher de nouveaux terrains de bataille afin d’étendre son influence, les Etats-Unis ont aussi une responsabilité dans le nouvel embrasement. Traumatisés par leur sanglant enlisement de 1993, ils sous-traitent la guerre à l’armée d’Addis-Abeba. Confondant terrorisme, djihadisme et islamisme, ils ont – sous prétexte d’arrêter les organisateurs des attentats de 1998 contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie, cachés à Mogadiscio – provoqué une mobilisation croissante de combattants. Ceux-ci, recrutés en Somalie et dans les pays voisins, s’attaquent aux alliés des Etats-Unis, Ethiopiens et soldats du TFG.

Tétanisée, la communauté internationale est dans une telle impasse que le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, s’est prononcé, le 8 novembre, contre le déploiement d’une force de paix. La traque d’Al-Qaida, aussi justifiée soit-elle, ne peut reléguer à l’arrière-plan la nécessité d’engager en Somalie un dialogue politique incluant tous les clans et les organisations islamiques. Sans appui diplomatique, la “conférence de réconciliation”, réunie cet été, ne pouvait aboutir, et les ennemis des Etats-Unis, de l’Ethiopie et du gouvernement somalien se sont coalisés pour relancer l’offensive.

A moins de risquer un dangereux embrasement régional, aucune issue militaire n’existe à un tel conflit. Mais, faute d’une mobilisation internationale en faveur de négociations politiques, la descente aux enfers de la Somalie ne peut que se poursuivre.

13/11/07 (B421) Radio-Trottoir / Un billet aller simple, Djibouti-Sanaa pour Djama Guelleh, le Directeur de l’EDD ? (Lecteur)

Il m’arrive de parcourir les colonnes de la NATION – vraiment par défaut – qui dresse souvent de façon fallacieuse, les réalisations imaginaires de notre Seigneur des Agneaux IOG.

La même Nation oublie un peu trop facilement d’évoquer les souffrances endurées par la population Djiboutiennes en raison des coupures de courant quotidiennes et qui peuvent durer quelques heures par jour !

Trouvez-vous cela normal ?

Est-il encore normal que le seul journal – autorisé – du pays, passe sous silence cette carence de l’EDD ?

Entre nous, si j’étais investisseur honnête, j’aurais beaucoup de mal à venir investir dans un pays dont le service de la production et de distribution de l’électricité est défaillant plusieurs heures par jour.

A moins d’être un investisseur peu scrupuleux et peu regardant et dont le seul souci est de pouvoir blanchir des fonds douteux.

Même dans ce cas, je me méfierais car la blanchisseuse a aussi besoin d’électricité.

L’humour, c’est ce qui nous reste quand on a tout perdu.

Poursuivons. Trouvez vous normal que le Directeur de cette entreprise publique – pas encore bradée – continue à occuper son poste alors que son échec est plus que patent.

Son échec est symbolisé par 12 années de pannes et de coupures de l’électricité. C’est le seul palmarès que je lui connaisse.

Je ne parlerai des détournements qui perdurent depuis quelques décennies !

Sous d’autres cieux un peu plus démocratiques, cet individu – dont le seul mérite est de faire parti de la famille régnante – aurait giclé de son poste depuis très longtemps.

Et en plus, on lui aurait demandé des comptes !

Je ne rêve pas pour les comptes. L’écarter et le mettre à la retraite anticipée est une mission de salubrité et de santé publique.

Je formule une requête à notre Seigneur des Agneaux pour qu’il puisse mettre à son bilan de l’année 2007 au moins une bonne action pour le bien des djiboutiens.

On m’a toujours dit que les voix du seigneur étaient impénétrables. Je me permets d’espérer que ma demande sera entendue.

Alors, allez au plus profond de vous, oubliez les pressions du clan et prenez cette décision plus qu’humaine. VIREZ-nous cet incapable notoire.

Je vous suggère de lui offrir un voyage dans les même conditions que celui de la Famille Alhoumekani.

Pour les détails, prenez contact avec l’autre « Djama Grandes Oreilles (DGO) ». Il se diversifie et il fait maintenant dans le tourisme thématique. Pour les Djiboutiens d’Origine Yéménite, il propose un nouveau produit phare : « Retour aux sources ».

C’est un vrai produit, riche en suspens et qui commence à trouver des prospects intéressés au pays.

Organisation de descente de police musclée, des hommes cagoulés (peut être des Ex-FLNC reconvertis dans le tourisme), voyages sans bagages, ni papiers … de l’aventure pure, du Frisson grantie.

On peut dire, sans rougir, que la RTD vient d’avoir son KOH LANTA made in Djibouti grâce à DGO production. Cela a l’avantage de ne pas être simulé. Les personnages sont authentiques, du life familial en direct pour tous les âges.

Le producteur de l’émission DGO (Djama Grandes Oreilles) a quand même gardé une certaine déontologie et une certaine éthique professionnel. C’est son côté humain qui revient à la charge.

Il a insisté afin que les enfants ne fassent pas parti de l’aventure de KHO LANTA à Sanaa. Un grand Monsieur ??

Revenons aux Affaires. L’avantage de cette formule et qu’elle peut être personnalisée, avec des thèmes mensuels, pour toutes les personnes dont la « djiboutiannité » – ce concept et cette affaire ont des relents de Rwanda de Côte d’Ivoire etc … – est un peu douteuse.

Octobre c’était le Yémen.

Novembre, Bombay pour les Indiens.

Ensuite Khartoum pour les Soudanais, Pékin pour les Chinois, Mogadiscio pour les Somaliens etc ….

On peut déposer une licence pour protéger le concept afin de le vendre aux derniers dictateurs encore en activité.

Le Président MOGABE serait en pourparlers pour racheter une licence. J’ai toujours dit que le tourisme thématique et une niche pour sortir le pays du sous-développement. Il paraît que le concept ne peut pas être décliné pour l’Ethiopie…

Une histoire d’incompatibilité technique entre la piste d’atterrissage et les Avions utilisés par DGO Tour.

Les détails sont
trop techniques pour nous.