Articles

13/11/2015 (Brève 514) Face aux terribles attaques qui ont lieu à Paris, toute l’équipe de l’ARDHD exprime sa solidarité avec les parisiens.

L’équpe de l’ARDHD exprime toute sa solidarité avec les parisiens qui sont sous le choc ce soir et elle adresse aux victimes et aux familles de victimes ses condoléances.

02/09/09 (B514) Radio Trottoir (Lecteur) / Radio OUGAS (la RTD) campe à Millet plus célèbre que Diré Dawa ? Depuis le limogeage du frère-cousin du Ministre de l’Intérieur, rien ne va plus à la RTD, oh pardon !sur Radio OUGAS.

Depuis le limogeage du frère-cousin du Ministre de l’Intérieur, rien ne va plus à la RTD, oh pardon !sur Radio OUGAS.

De sources concordantes non officialisées, on a l’impression que la R.T.D. qui était normalement basée à Djibouti a été transformée en Radio Télé OUGAS (R.T.O.) et qu’elle a établie son quartier général de commandement à Millet (à deux pas de Diré Dawa).

Ce nouveau campement de la nouvelle RTO aurait été inauguré, sans trop de fanfare, par la Première Dame (Son Excellence Kadra Haïd).

D’ailleurs, c’est dans cette région Ethiopienne qu’elle se serait engagée à porter secours aux sinistrés de l’incendie du Quartier Carton. En donnant les instructions nécessaires pour la construction "illico" de taudis, pour les pauvres oubliés de ce quartier, qui y avaient vécu durant toute leur enfance dans des conditions insupportables (dignes de la période coloniale). Parmi eux, y ont vécu, les deux insolents au comportement de Voyou à savoir : Oreilles de Lapin (Djama Souleiman) et l’Hyène en croissance (Yassin E. Bouh).

Dans tous les cas, à écouter la RTD version « radio Ougas », en provenance de Millet puis de Diré Dawa, on est totalement stupéfait d’entendre la voix de Mohamed Daher qui a été le correspondant de Bush House (BBC) avant de se recycler comme journaliste au service exclusif de la propagande des Conférences Somaliennes pour l’extermination des populations de Mogadiscio.

47% de la population Djiboutienne vit désormais dans la plus extrême pauvreté ne pouvant plus se permettre qu’un seul repas par jour et pour certains un seul repas tous les deux jours, on a noté le silence mortel du PNUD, sur le sujet,

Et pourtant, sans vergogne l ’Equipe d’Haramous continue à dilapider allègrment,sous couvert de l’intronisation d’un nouvel Ougas Issa, plusieurs millions de Dollars. Mais il faut bien appater les futurs clients électeurs pour obtenir le troisième mandat anticonstitutionnel …. !

Tandis que Radio OUGAS garde le silence le plus terrifiant sur les bombardements effectués par les hélicoptères des Forces où plus exactement des « milices IOGièmes » contre deux campements situés dans le Nord non loin de Waddi en République de Djibouti.

Heureusement que VOA, (Voice Of America) n’a pas mâché ses mots en nous informant hier soir 1er septembre, que :

a) Djibouti va envoyer des troupes à Mogadiscio ;

b) que le FRUD aurait déclaré avoir été attaque par les Forces de l’AND et que ses hommes auraient riposté et repoussé l’attaque

Une chose est réelle/ rien ne va plus à Djibouti même au sein de l’AND.

Il semblerait que l’Adjoint Du Chef du Commandement d’Obock (un cousin du Ministre de la Santé) ait été arrêté après les bombardements de lundi dernier.

Aux dernières nouvelles, le Directeur du Port le Portugais Thierry Représentant Dubaï Authority Port a été coffré sur ordre d’Haramous.

Rien ne va plus entre Dubaï et Djibouti ?

La main de Bolloré est-elle perceptible ?

Ou, est-ce tout simplement un manque de liquidité pour payer les travailleurs du Port ?

Dans tous les cas, Djama Haïd beau-frère d’IOG, ainsi que le Camerounais qui avait été placé à la tête de la Banque de Somalie depuis la chute du Président Siad Barré doivent savoir des choses ! Ils pourraient certainement expliquer le mystère des vases communiquants et des clapets anti-retour qui s’excercent sur les flux partant du trésor vers les poches du Chef et de ses obligés.

M. Abadid le Wadani (le Patriote)
votre Représentant d’Ali Sabieh

05/09/09 (B514) Le Journal de la Flibuste (5 articles en Français)

______________________________ 5 – Affaires stratégiques

Piraterie : la France fait cavalier seul

Lors de l’arrestation des pirates ayant pris possession du Ponant, leurs avocats avaient tenté de faire annuler la procédure en arguant « d’arrestation et transfert irréguliers ».

C’est précisément pour prévenir ce type de litige qu’un nouveau projet de loi est à l’étude, et qui doit conférer aux commandants des navires de la Marine nationale le droit de prendre en haute mer et dans les espaces maritimes ne relevant de la juridiction d’aucun Etat toutes les mesures conformes à l’exercice des pouvoirs de police de l’Etat en mer, soit l’habilitation à constater les crimes et délits de piraterie, puis procéder à l’arrestation de leurs auteurs.

Enfin, « la compétence des juridictions françaises pourra être retenue pour les faits de piraterie, lorsque les auteurs et les complices sont appréhendés par des agents français et qu’aucun autre Etat n’exerce sa compétence ». Un projet unilatéral, qui ne semble pas avoir trouvé d’écho auprès des autres participants de l’opération Atalante.

04/09 __________________________ 3 – Mer et Marine

Piraterie : Plus de sorties pour l’Atlantique 2 basé à Djibouti

Depuis le 25 août, la France a intensifié sa participation à l’opération Atalante de lutte contre la piraterie dans le golfe d’Aden et au large de la Somalie. La cadence de vol de l’avion de patrouille maritime Atlantique 2 a été augmenté.

Discret et doté d’une grande autonomie, l’ATL2 possède un large rayon d’action, soit 4300 nautiques pour 18 heures de vol. Ses moyens de détection (radar et optronique) et ses capacités de transmission en font un outil complémentaire des bâtiments engagés dans la force navale européenne (EUnavfor).

Actuellement un avion radar E-3 F Awacs de l’armée de l’Air française et 2 avions de patrouille maritime P-3 C Orion espagnol et allemand, participent à la surveillance et sécurisation des routes maritimes au large de la Somalie aux côtés de l’ATL2.

Placée sous commandement néerlandais depuis le mois dernier, l’EUnavfor compte actuellement une douzaine de bâtiments sur zone. Les moyens de la force européenne ont été renforcés en perspective de la fin de la mousson, la période devenant plus propice aux attaques de pirates.

03/09 __________________________ 2 – RFI

Un projet de loi contre la piraterie

Alors que la Marine nationale est engagée actuellement dans l’océan Indien dans le cadre de l’opération européenne Atalante, l’Etat français souhaite faire évoluer ses textes concernant la piraterie maritime. Le Conseil des ministres a examiné, mercredi, un projet de loi qui définit la compétence de la justice française lorsque les pirates sont capturés par des millitaires français.

« Arrestation et transfert irrégulier » : cet argument a été largement utilisé par les avocats des pirates qui avaient été arrêtés après la prise en otage de l’équipage du voilier de luxe français le Ponant. Ils avaient demandé l’annulation de la procédure, ce qui leur avait été refusé par la cour d’appel de Paris qui avait soutenu qu’il s’agissait d’une opération strictement millitaire.

A l’époque, la défense des six somaliens avait alors assimilé les navires de la marine nationale à des zones de non-droit. Afin d’éviter tout litige et de combler les vides juridiques, le projet de loi présenté mercredi, vise à donner un cadre juridique précis concernant le sort réservé aux pirates.

Aujourd’hui, lorsqu’ils sont retenus à bord, les pirates sont désarmés, subissent un examen médical et ne peuvent se déplacer librement sur le navire. Avec la nouvelle loi, cela ne devrait pas changer, mais le commandant du navire se verra confier des pouvoirs de police. Il pourra constater les crimes et délits de piraterie, et sera habilité à appréhender les auteurs des attaques.

Dès l’interpellation des pirates présumés, le procureur devra être prévenu par téléphone et une procédure sera immédiatement enclenchée en France. Les poursuites pour acte de piraterie constituent une nouveauté dans le droit français. La peine encourue est de vingt ans de prison ou plus, en cas de circonstances aggravantes.

02/09 __________________________
1 – Le Monde

Un projet de loi contre la piraterie maritime à l’étude

Les commandants de navires de la marine nationale vont être dotés de nouveaux pouvoirs afin de lutter contre la piraterie. Le conseil des ministres a examiné, mercredi 2 septembre, un projet de loi qui établit la compétence des juridictions françaises pour les actes de piraterie en mer lorsque leurs auteurs ont été capturés par des agents français.

Le projet donne "un cadre juridique précis à la répression des actes de piraterie" et "confère notamment aux commandants des navires de la marine nationale des prérogatives leur permettant de prendre en haute mer, et dans les espaces maritimes ne relevant de la juridiction d’aucun Etat, les mesures adaptées à l’exercice des pouvoirs de police de l’Etat en mer".

Ainsi, ces mêmes autorités, "agissant sous le contrôle de l’autorité judiciaire, seront habilitées à constater les crimes et délits de piraterie et à en appréhender les auteurs pour les faire juger", selon le texte présenté par le ministre de la défense, Hervé Morin.

Toutefois, et toujours selon ce projet, "la compétence des juridictions françaises pourra être retenue pour les faits de piraterie, lorsque les auteurs et les complices sont appréhendés par des agents français et qu’aucun autre Etat n’exerce sa compétence".

02/09/09 (B514) Ecouter et/ou télécharger trois enregistrements de Nima Djama Miguil avait enregistré à la mi-juillet quand elle était incarcérée dans la sinistre prison de Gabode sur ordre de la Paulette.

Pour chaque enregistrement, vous pouvez choisir de l’écouter en format WMA, de le télécharger en format MP3 ou d’activer le lieu avec YouTube où ils sont aussi dispoinbles
________________________________

Enregistrement n°1

Nimco jamac xafiiskii gabood iyo xabsigii nimco (Halagan Part 1)

a) Ecouter au format Windows Media Player




b) Télécharger au format MP3
Lien ( 443 Ko)

c) Lien YouTube :
Lien
_________________________
Enregistrement n °2

Nimco jamac Xafiiskii gabood iyo xabsigii Nimco (halgan Part 2)


a) Ecouter au format Windows Media Player



b) Télécharger au format MP3
Lien ( 518 Ko)

c) Lien YouTube :
Lien

_________________________ Enregistrement n°3

Nimco jamac Xafiiskii gabod iyo xabsigii nimco jaamac (Halgan Part 3)

a) Ecouter au format Windows Media Player



b) Télécharger au format MP3
Lien ( 491 Ko)

c) Lien YouTube :
Lien

05/09/09 (B514)  Fonctionnement du site de l’ARDHD. Vers un retour à la normal. (ARDHD)

En principe et sauf erreur, l’équipe technique bénévole a terminé les modifications qui ont été rendues nécessaires après la migration du site.

Pour cela, il a fallu analyser et vérifier plus de 200 pages de code, ce qui explique le délai. Pour assurer un service minimum, nous avions installé une page provisoire, ce qui a imposé un surcroît important de travail, puisqu’il fallait saisir les informations dans les deux systèmes.

Les premiers tests sont concluants et n’ont pas montré de difficultés pour l’accès à la base de données. Mais nous mettons l’application en observation, car nous n’avons pas la capacité de réaliser les tests avec plusieurs centaines d’internautes connectés simultanément.

Maintenant, nous devons effectuer la mise à jour des articles depuis le 2 septembre, ce que nous allons faire progressivement. Comme tous les internautes fidèles, nous espérons que les difficultés auxquelles nous avons du faire face, sont terminées et que tout sera rentré dans l’ordre ce prochain lundi.

Nous renouvellons toutes nos excuses à nos lectrices et à nos lecteurs

05/09/09 (B514) Nouvelles de Somalie (1 article en Français)

________________________ 1 – Les Afriques

Somalie : Les insurgés rejettent l’appel au cessez-le-feu pendant le Ramadan

Les insurgés ont rejeté l’appel lancé le 23 août dernier par le gouvernement en faveur d’un cessez-le-feu pendant le mois du Ramadan et accusent le président Sharif Sheikh Ahmed de chercher à utiliser la religion comme une couverture pour réarmer ses troupes. « Nous n’accepterons pas de cessez-le-feu.

Ce mois sacré sera un triomphe pour les moudjahidin et nous allons combattre l’ennemi », a déclaré le leader de Hizbul Islam, Sheik Hassan Dahir Aweys. De son côté, Bare Adan Khoje, le commandant d’Al Shabab pour la région de Gedo dans le Sud-Ouest, estime que « la demande du président ne signifie pas qu’il a le respect du Ramadan, mais c’est uniquement pour réarmer ses milices pro-occidentales ».

05/09/09 (B514) Djibouti rebels claim to beat back troops (En Anglais) Un porte-parole du FRUD affirme que les rebelles ont fait reculer les forces militaires nationales djiboutiennes.(Info lecteur)

FRUD rebels said they sustained no casualties

FRUD spokesman says at least four soldiers killed by rebels in weekend clash in Mablas region.

A rebel group in Djibouti on Tuesday claimed that it had fought off a military attack, killing four soldiers and wounding 20 others in the weekend clash in the small Horn of Africa nation.

The ethnic Afar Front for the Restoration of Unity and Democracy (FRUD) said that on Sunday, troops had attacked a rebel position in the Mablas region, with two helicopter gunships in support.

But according to a statement signed by FRUD’s envoy for external relations, Hassan Mokbel, the soldiers "were pushed back and had at least four dead in their ranks, while 20 were injured, some of whom were evacuated by helicopter."

The FRUD rebels sustained no casualties, the statement said.

There was no immediate official comment on the claims.

The FRUD, which comes from northern Djibouti, almost overturned the regime of President Hassan Gouled Aptidon at the beginning of the 1990s, and fights to protect Afar interests from domination by the Issas, the other major ethnic group in Djibouti.

A moderate wing of the FRUD signed a peace pact with the government in 1994 and joined the ruling coalition. The movement’s historical leader, Ahmed Dini Ahmed, laid down arms in 2001 and has entered the political opposition.

Strategically located at the gateway to the Red Sea, the largely desert nation of half a million people houses France’s biggest military base in Africa as well as the only US military base on the continent.

05/09/09 (B514) RSF / Deux journalistes détenus depuis dix jours et condamnés à un an de prison sur la base d’une loi obsolète

28 août 2008 – Libération sous caution du rédacteur en chef de l’hebdomadaire Reporter

7 mai 2008 – Le rédacteur en chef adjoint d’Enku remis en liberté sous caution
Reporters sans frontières exprime son incompréhension après la condamnation à un an de prison de deux journalistes, jugés suite à une plainte du procureur de la République et accusés de "diffusion de fausses nouvelles". Tous deux sont détenus depuis le 24 août 2009 à la prison de Kaliti, en banlieue d’Addis-Abeba.

"Ces condamnations et le réexamen de dossiers pourtant anciens sont d’autant plus surprenants que, depuis 2005, les autorités éthiopiennes semblaient montrer des signes d’ouverture vis-à-vis des médias. Après l’adoption d’une loi antiterroriste dont certains articles peuvent entraîner des entraves à la liberté de la presse, ces récentes incarcérations rappellent que l’exercice du métier de journaliste en Ethiopie reste très dangereux. Il est incompréhensible que la justice éthiopienne se réfère encore à une loi qui n’est plus en vigueur", a déclaré l’organisation, qui demande la remise en liberté immédiate des deux journalistes.

Asrat Wedajo, ancien directeur de publication de l’hebdomadaire disparu Seife Nebelbal, a été condamné à un an de prison par le juge Zewdinesh Asres, de la Haute Cour fédérale, pour avoir publié, en 2004, un article faisant état de violations des droits de l’homme à l’encontre d’individus dans la région Oromia. Le journaliste n’a pas bénéficié des services d’un avocat. A connotation politique, Seife Nebelbal avait l’habitude de dénoncer les supposés "mauvais traitements" des Oromos et a été interdit par les autorités éthiopiennes en 2005, dans le cadre de la répression du gouvernement de Meles Zenawi contre la presse.

Le journaliste a été condamné en vertu du code pénal éthiopien et de la loi sur la presse de 1992, désormais obsolète depuis l’entrée en vigueur, en décembre 2008, de la loi sur la liberté des médias et l’accès à l’information.

Dans une autre affaire, Ibrahim Mohamed Ali, directeur de publication de l’hebdomadaire Salafiyya, a également été condamné à un an de prison. Les autorités lui reprochent la publication, en 2008, d’une tribune critiquant le projet du ministère de l’Éducation d’interdire le port du voile aux étudiantes musulmanes dans les écoles publiques. A l’époque, Ibrahim Mohamed Ali avait passé dix jours en prison, en compagnie de Maria Kadim et Ezedin Mohamed, éditeur et directeur de publication du journal islamique Al-Quds.

Le 15 juillet dernier, Reporters sans frontières a adressé une lettre au ministre de la Communication, Bereket Simon, pour lui faire part de son inquiétude concernant l’adoption de la récente loi antiterroriste et les entraves à la liberté de la presse que ce texte est susceptible d’engendrer.

Reporters sans frontières avait effectué une mission en Ethiopie, en octobre 2008, au cours de laquelle elle s’était entretenue avec Bereket Simon, alors conseiller du Premier ministre. Bereket Simon avait fait part de la volonté du gouvernement éthiopien de mener une politique inclusive vis-à-vis de la presse et d’apaiser les conflits avec les journalistes. Reporters sans frontières a observé que des efforts ont été fournis par le gouvernement pour ouvrir l’accès à l’information pour les journalistes, mais redoute que des condamnations comme celle d’Asrat Wedajo et Ibrahim Mohamed Ali enrayent les progrès enregistrés.

"Nous plaçons nos espoirs dans la volonté des autorités éthiopiennes de créer un climat favorable à la liberté de la presse, garantissant aux journalistes de travailler à l’abri des intimidations et de la peur", a conclu l’organisation.