10/11/02 Parmi les dates les plus importantes depuis l’indépendance et jusqu’au 26/09/1999

Actualité
récente
avant 26/09/99
Actualité
après 26/09/99

1999

janvier
Monsieur C. JOSSELIN, Ministre délégué à la
Coopération, en visite à Djibouti, accorde au régime
une aide supplémentaire de 65 millions de francs

15
février

Procès politique de Maître AREF qui est condamné, après
un délibéré de cinq minutes à deux ans de prison,
dont six mois ferme. Faute d’avoir pu obtenir un visa, aucun avocat français
n’a pu se rendre à l’audience. Maître
Anne Monseu, administrateur d’Avocats Sans Frontières, avait obtenu
un visa en Belgique, mais le Président du Tribunal lui a interdit
de plaider, en violation des termes de la convention d’assistance judiciaire
franco-djiboutienne.

12
mars

Un prisonnier politique meurt, faute de soins médicaux, dans la prison

de Gabode.
Manifestation devant
l’Ambassade de Djibouti à Paris, pour réclamer la libération
des prisonniers politiques et le retour à la démocratie.

29
mars

Grève de la faim des prisonniers politiques détenus à
Gabode. Ils sont soutenus par d’autres grèvistes à Bruxelles
et à Paris.

Les autorités
refusent les soins médicaux aux malades

9
avril
Ismaël
Omar Guelleh est ‘élu’ deuxième président de la République
de Djibouti, grâce à une fraude électorale sans précédent.
Mëme à l’Ambassade de Djibouti à Paris, l’observateur
mandaté par le Conseil Constitutionnel est molesté avec brutalité.

6
mai
Le Parlement européen vote une motion
pour condamner vigoureusement le régime djiboutien et toutes les
violations des Droits de l’Homme. Il appelle Ismaël Omar Guelleh à
respecter ses promesses électorales.

8
mai
Isamël Omar
GUELLEH, nouveau président ‘élu’, grâce à une
fraude électorale sans précédent, prête serment
et promet de continuer sa politique…

11
mai

Maître
AREF est libéré après trois mois passé en prison.
Aucune mesure n’est prise en ce qui concerne son interdiction d’exercer
le métier d’avocat pendant cinq ans. Cette sanction avait été
décrétée illégalement par la Cour d’Appel.
Aucun des prisonniers politiques, incarcérés sans jugement,
ne sont libérés. Ils continuent à être emprisonnés
à Gabode dans des conditions effroyables et sans qu’aucune instruction
ne soit ouverte à leur encontre.

13
mai

Barkat,
le premier ministre complaisant et sans pouvoir depuis plus de 20 ans, est
reconduit dans le premier gouvernement d’Isamël Omar Guelleh

Consultez aussi (pour
1999)
:


  • les détails de l’actualité de janvier1999 au 26 septembre
    1999
  • les
    détails de l’actualité à partir du 26 septembre 1999

———————–Retour
index
—————————-
1998

17
février

Le
Président du Front Uni de l’Opposition Djiboutienne et le Directeur du journal
AL WAHADA ont été arrêtés et transférés à la prison de Gabode.

23
mars

U
ne centaine
d’employés du ministère de la santé ont été arrêtés et transférés dans le
“centre de détention” de Nagad à la suite d’une grève. Six d’entre eux,
parmi lesquels une femme, ont été incarcérés à la prison civile de Gabode,
le 25 mars 1998. Un employé de l’hôpital, passé à tabac par les forces de
l’ordre, est tombé dans le coma suite à ses blessures.

3
mai

L
e Directeur
de l’hebdomadaire LE POPULAIRE et son adjoint ont été arrêtés et transférés
à la prison civile de Gabode.

5
octobre

Occupation pacifique de l’Ambassade de Djibouti à Paris à
l’appel de quatre associations : ADD, ASPA, ARDHD et CODEPP.

21
octobre

Suppression de la libre circulation dans le pays et instauration de laissez-passer
pour tous les déplacements.

21
novembre

Le Ministre de l’Intérieur demande aux populations du Nord de quitter
leurs campements sous la menace de massacres.

————————Retour index —————————-
1997

2
février

Des retraités,
qui réclamaient le paiement en retard de leur pension
, sont
victimes d’une charge de police avec des gaz lacrymogènes. De nombreux
blessés

5
février

Suspension
sur décision gouvernementale de Maître AREF, doyen des avocats,
en sa qualité de Membre du Bureau.

16
février

Treize dirigeants syndicaux du SEP et SYNESED, syndicats des enseignants
sont arrêtés et incarcérés. Ils
seront révoqués par la suite. Leur
avocat était Maître AREF suspendu, par décision gouvernementale,
quelques jours auparavant…

23
mars

Des dizaines d’employés du Ministère de la Santé en
gréve sont arrêtés.

25
mars

Six employés en gréve du Ministère de la santé
sont incarcérés

27
septembre

Arrestation en Ethiopie de Mohamed KADAMY et de ses amis, qui sont aussitôt
extradés illégalement à Djibouti. Il sont toujours
en prison, détenus dans des conditions inhumaines, sans hygiène
ni soins médicaux.

7
décembre

Une manifestation du PND est durement réprimée par une centaine
de policiers : vingt blessés graves et arrestation de tous les dirigeants
du PND
.

18
décembre

Le Parlement européen condamne le régime
du Président GOULED et demande la libération de tous les prisonniers
politiques

19
décembre

Le RPP remporte la totalité des 65 sièges lors des élections législatives.

———————–Retour index —————————-
1996

8
janvier

Les forces de l’ordre tire à balles réelles sur les étudiants
et tue un élève du collège d’Ali Sabieh

14
janvier

Treize dirigeants syndicalistes sont arrêtés, incarcérés
et jugés le 16 janvier pour trouble à l’ordre public.

1er
mars

Légalisation de la branche dissidente du FRUD, qui se transforme en parti
politique, mais qui est manipulée par le pouvoir en place

19
juin

Formation d’une “Coordination de l’Opposition djiboutienne” par plusieurs
dirigeants de l’opposition et d’anciens responsables exclus récemment du
RPP.

7
août

Cinq opposants, dont trois parlementaires, ont été condamnés à l’inéligibilité
et à la prison pour simple offense au Président de la République, au mépris
des règles de levée de leur immunité parlementaire. Amnesty International,
l’Union Interparlementaire et la Fédération Internationale des Droits de
l’Homme ont dénoncé et condamné cette atteinte aux droits de l’homme et
à la Constitution djiboutienne.

————————Retour index —————————-
1995

13
janvier

Trois cent instituteurs en grève sont radiés de la fonction
publique.

18
décembre

Les forces de police use de leurs armes à feu sur des manifestants,
tuant un élèvre de 5ème du Collège de Boulaos.

———————————–
Retour index
—————————-
1994

26
décembre

Signature d’un soi-disant accord de paix entre le gouvernement et des dissidents
du FRUD, pour tenter de mettre un terme aux combats qui ont fait entre 400
et 500 morts. Le FRUD poursuit effectivement la résistance.

————————Retour index —————————-
1993

7
mai

Première élection présidentielle “pluraliste” et réélection du président
Gouled à plus de 90 % des suffrages.

————————Retour index —————————-
1992

Juillet
Procès de Maître Aref et des 13 co-inculpés dans le
soi-disant complot de 1991. Maître Aref est mis hors de cause. Il
sera libéré le lendemain.

4
septembre

Adoption par référendum d’une nouvelle constitution instituant un multipartisme,
mais limité à quatre partis avec l’obligation d’obtenir une accréditation
préalable auprès du Ministère de l’Intérieur.

18
décembre

Premières élections “multipartites”. Le RPP, au pouvoir, remporte les 65
sièges de l’assemblée nationale.

————————Retour index —————————-
1991

8/9
janvier

Les autorités dénoncent un soi-disant “complot” contre le régime: soixante
personnes sont arrêtées, dont Ali Aref Bourhan, un Afar, ancien président
du Conseil et son neveu Maître Aref. Après deux ans de détention dans des
conditions effroyables dans un fort en plein désert, Maître Aref est mis
hors de cause, mais son oncle est condamné à 10 ans de réclusion en juillet
1992, il sera gracié et libéré en décembre 1993, ainsi que ses 13 codétenus.

18
décembre

Massacre d’ARRIBA. Les forces armées investissent la cité
d’Arriba en plein centre de Djibouti et forcent les portes des maisons.
Elles font sortir tous les habitants qui sont rassemblés au centre
de la cité. Les militaires commencent à tirer sur la foule,
faisant 59 morts (hommes, femmes et enfants) et de nombreux blessés.
L’intervention d’un hélicoptère de l’Armée française,
qui filme la scène, a probablement permis d’éviter encore
pire ….
Les djiboutiens organisent chaque année
une manifestation devant l’Ambassade de Djibouti à Paris pour rendre
hommage aux victimes et pour dénoncer l’état de dictature.

————————Retour index —————————-
1990

27
septembre

Attentat à la grenade contre le “Café de Paris”, situé en plein centre de
Djibouti et fréquenté par la communauté française : un mort et 17 blessés.

————————Retour index —————————-
1987

18
mars

Un attentat ravage le café “l’Historil”, en plein centre de Djibouti: 12
morts (dont 5 Français) et une quarantaine de blessés

————————Retour index —————————-
1981

21
octobre

Instauration du parti unique, le Rassemblement populaire pour le Progrès
(RPP), surnommé familièrement par les djiboutiens “Rien Pour le Peuple”

————————Retour
index
—————————-
1977

27
juin

Indépendance du pays après 115 ans de présence française. Hassan Gouled
Aptidon, un Issa Mamassan, devient président de la République.

15
décembre
Un attentat
contre le bar “le Palmier en zinc” à Djibouti, fréquenté par la communauté
française, fait six morts, dont quatre Français.

————————Retour
index
—————————-

(Document préparé par
l’ARDHD,
partiellement avec l’aide de sources AFP)