24/11/02 (B173) Les dernièrs échos de la vie politique. Nos caricatures publiées la semaine dernière était-elle en deçà de la vérité ? Notre avis financier concernant l’offre de vente au public de 20 à 25 % des Droits de vote à l’Assemblée Nationale, a-t-il attiré plusieurs souscripteurs potentiels ?

1
– MOUMIN BAHDON ET LE PPSD __________________________________

En dépit de six
mois d’emprisonnement pour atteinte à l’orgueil du Chef de l’Etat.
En dépit de plusieurs années passées à
essayer de se faire classer dans l’opposition dans laquelle il a joué
un rôle majeur, sous les couleurs de l’ODU, au moment de l’élection
présidentielle truquée, Moumin Bahdon Farah reconnaît
désormais les résultats et les vertus de cette élection et il renoue
miraculeusement avec IOG (à deux mois des élections). Il va
même jusqu’à lui jetter publiquement des fleurs.

Cela mérite bien
une citation dans l’Ordre des Brosses à Reluire !

Nous rappelons que Monsieur
Moumin Bahdon, Ministre de la Justice au moment de l’Affaire Borrel, avait
toujours refusé de témoigner devant la justice française.
Et pourtant il doit disposer d’informations sérieuses qui auraient
pu permettre à la justice d’avancer sur la voie de la recherche de
la vérité. Sera-t-il convoqué un jour pour s’exprimer
? Pourra-t-il être accusé d’avoir volontairement dissimulé
la vérité ? Nous le savons pas mais la question pourrait se
poser prochainement.

Il est à noter que l’ADI reste extrêmement discréte voire pudique, sur les compensations qui auraient pu être accordées à Moumin Bahdon et à sa famille, en échange de son ralliement de dernière minute aux côtés des forces de la dictature sanguinaire, de la violation des Droits de l’Homme, de la corruption et de l’asservissement du peuple. Par exemple, pourrait-on penser à des compensations sur le plan de la garantie du patrimoine immobilier ou d’emplois retrouvés pour les enfants …. qui avaient été licenciés abusivement ?

_________________
Extrait de l’ADI

” Le PPSD n’est
pas un mouvement d’opposition “, selon M. Moumin Bahdon Farah, président
du PPSD.

DJIBOUTI (ADI) – 24 novembre
– M. Moumin Bahdon Farah, ancien ministre des Affaires étrangères
et président du Parti Populaire Social Démocrate (PPSD) a été
l’invité vendredi soir de ” Gros plan ” une émission
télévisée présentée par notre confrère
Salah Ismaël.

S’exprimant tout d’abord
sur le projet de décentralisation entrepris par le gouvernement au
cours de ces dernières années, M. Moumin Bahdon a indiqué
que le parti politique auquel il appartient soutient cette initiative qui
tombe à point nommé. C’est pourquoi, selon lui, le PPSD a délégué
deux membres de son comité exécutif pour suivre les travaux
de l’atelier de réflexion sur la décentralisation et l’aménagement
du territoire qui s’est tenu récemment au Palais du peuple.

” Dès lors
qu’il recevra les supports de nos deux délégués sur cet
atelier, le comité exécutif du PPSD devra prendre des résolutions
et formuler des propositions afin d’apporter sa contribution dans ce domaine
“, a-t-il déclaré.
Interrogé sur sa réaction vis-à-vis du report de la date
des élections législatives fixées désormais pour
le 10 janvier 2003, le président du PPSD a affirmé que cette
décision arrangeait les nouveaux partis comme le sien, puisque cela
leur permettra, a-t-il dit, d’avoir encore un peu de temps en vue de mener
à bien leurs préparatifs pour ces échéances législatives.

Définissant le
statut ainsi que la position de son parti sur la scène politique nationale
actuelle, M. Moumin Bahdon Farah a tout d’abord fait savoir que la naissance
du PPSD s’inscrit dans ce cadre de la nouvelle donne politique (le multipartisme
intégral) à laquelle notre pays vient d’adhérer.

” De part ses objectifs
et les prérogatives liés à son statut, notre parti entend
apporter sa contribution dans le processus de développement socio –
économique du pays “, a t-il souligné, avant d’ajouter
que ” le PPSD n’est point un mouvement d’opposition mais plutôt
dans la mouvance présidentielle “
” Après son accession à la magistrature suprême,
le chef de l’état M. Ismaël Omar Guelleh a établi un cadre
de dialogue et de concertation mutuelle avec les différentes tendances
politiques. Cela s’est traduit, à titre d’exemple, par la signature
d’un accord de paix et de concorde civile avec le FRUD Armé le 12 mai
2001 “, a dit le président du PPSD.

Et de poursuivre
: ” Quant à nous, à l’issue de 14 mois de négociations,
nous avons décidé de dépasser nos divergences pour rapprocher
nos points de vues au profit de la présentation et de la consolidation
de la cohésion sociale, et afin de conjuguer nos efforts dans le but
d’éliminer tous les facteurs qui freinent notre marche vers le progrès
et le respect des valeurs humaines et démocratiques “

M. Moumin Bahdon
Farah a, du reste, mis en exergue que le PPSD envisage de faire prochainement
une alliance avec le Rassemblement Populaire Pour le Progrès (RPP),
le parti au pouvoir.

Répondant par ailleurs
à la question portant sur les perspectives de son organisation politique,
le responsable a indiqué que le PPSD entend poursuivre son petit bonhomme
de chemin afin de réaliser ses ambitions ” Personnellement, je
crois que tout dépend du succès de la démocratie dans
notre pays, ” a t-il déclaré en substance.

En conclusion, le président
du PPSD a appelé tous les djiboutiens et djiboutiennes à s’associer
au processus de développement de leur nation, en unissant leur forces
face aux défis de la mondialisation et contre la pauvreté, le
chômage, l’aliénation de la femme… etc.

Il faut noter enfin que
M. Moumin Bahdon Farah, né le 24 octobre 1939 à Djibouti, a
fait son entrée dans la politique en 1970 en créant l’AJP, un
parti politique qui fusionnera avec d’autres pour former le LPAI en 1974.
Nommé ministre de l’Intérieur, des Postes et des Télécommunications
en 1976 dans le gouvernement de transition de M. Abdallah Mohamed Kamil, il
devient en 1978 ministre des Affaires Étrangères et de la Coopération
Internationale, poste qu’il exercera sans discontinuité durant 15 ans.
Ministre de la Justice de 1993 à 1996, M. Moumin Bahdon Farah quitte
alors le gouvernement. Peu de temps après, il est condamné de
six mois d’emprisonnement ferme pour atteinte à la personnalité
du chef de État et rejoint par la suite l’opposition djiboutienne unifiée
(ODU), avant de créer le 31 octobre 2002 sa propre formation politique,
le PPSD.

ADI – 10H33 GMT – 24 NOVEMBRE
2002

______________________________
2
– Le RPP fait feu de tous les côtés : ouverture d’une annexe
à Tadjourah en plein fief du FRUD et ouverture vers les jeunes (volontaires
désignés ?). En tout cas les quotas sont déjà
définis avec la plus grande précision … Pas un de moins !
_____

____________________________
Extrait de l’ADI

ADI/DJIB/ 3151/127 MOTS

Pose de la première pierre du nouveau siège de la fédération
du RPP à Tadjourah

DJIBOUTI (ADI)- 22 novembre-
Le ministre-délégué à la Coopération Internationale
M. Mahamoud Ali Youssouf, a procédé hier à la pose de
la première pierre du nouveau siège de la fédération
de l’annexe du Rassemblement Populaire pour le Progrès (RPP) à
Tadjourah.(…)
____________
ADI/DJIB/3155/210
MOTS

Projet de création d’un mouvement de jeunes au sein du Rassemblement
Populaire pour le Progrès (RPP)

DJIBOUTI (ADI) – 23 novembre
– Appelée Ligue Nationale de la Jeunesse (LNJ), les principaux objectifs
du RPP en créant cette structure consiste à combattre le tribalisme,
le clanisme et à encourager surtout les jeunes à être
des acteurs et non des spectateurs de la vie, en les rassemblant au sein d’un
même mouvement afin de les inciter à participer pleinement aux
activités politiques, économiques et sociales de leur pays.

Ainsi, la Ligue constituera
la branche politique des jeunes du RPP et sera en fait composée de
400 membres congressistes, dont 35% des effectifs seront réservés
aux filles et femmes.

Autonome, elle sera gérée
par des jeunes et comprendra en outre 198 militants des annexes (soit 6 par
annexe), 100 membres sympathisants, des membres issus des formations socioprofessionnelles
ainsi que des étudiants.

____________________________________
3 – DAF va-t-il créer dans les quarante-huit
heures, un parti bien à lui qui sera différent du PRD ? _______________________

Certaines sources nous
informent du fait que DAF va demander la reconnaissance d’un nouveau parti
politique, qui serait différent du PRD. Certains assurent qu’il aurait
lu avec intérêt l’avis financier que nous avions fait paraître
et qu’il aurait décidé de se porter acquéreur d’un certain
nombre de Droits de vote à l’Assemblée nationale

____________________________________
4 – Aden Robleh n’a toujours pas nommé les
4 vice-présidents : acte majeur (?), qui constituait à peu près
l’unique proposition contenue dans son dernier discours.

A cette occasion, nous
avions demandé publiquement à Aden Robleh de nous en dire un
peu plus sur le programme de son parti et sur les positions politiques qu’il comptait défendre.
Nous devons dire que notre appel est resté sans réponse, ce
qui laisse bien des questions et des sous-entendus, en attente … d’un coup de théâtre : le rapprochement avec le RPP ? Possible !