14/03/3 (B188) Une enquête qui pourrait être instruite dans le cas d’une affaire de corruption et qui pourrait impliquer des commerçants djiboutiens, un député et des officiers supérieurs français.

Il se dit qu’une autre
enquete pourrait être instruite à l’encontre d’un deputé
au sujet d’un “pot de vin” versé à certaines hautes
autorités militaires françaises pour obtenir des marchés
en faveur des rois des affaires “spéciales” : Abdourahman
Borreh (eh oui ! toujours lui !) et Said Barkat.

Coté français,
on parlerait de deux officiers supérieurs, dont nous ne communiquons
pas les noms, puisqu’ils auraient dejà été convoqués
par la Justice. Mais ils se reconnaîtront certainement.

L’un d’entre eux a-t-il
dejà reconnu beaucoup de choses ?.