21/05/04 (B248) LDDH : Informations sur la déclaration concernant le contrôle de la compatibilité des mesures anti-terroristes avec les Droits de l’Homme.

Le Président

DIFFUSION D’INFORMATION
DU 16 MAI 2004

DECLARATION CONJOINTE
SUR LA NECESSITE
D’UN MECANISME INTERNATIONAL DE CONTROLE
DE LA COMPATIBILITE DES MESURES DE LUTTE
CONTRE LE TERRORISME
AVEC LES DROITS DE L’HOMME

Document
de référence à télécharger en format PDF
(370 Ko env)

” Tout d’abord, pour
vos informations, un Forum se déroule dans la ville de Nantes (France)
du 16 au 19 mai 2004, à l’initiative et le soutien de l’UNESCO, un
Forum mondial des Droits de l’Homme. Ce Forum s’articule sur trois thèmes
: Droits de l’Homme et Terrorisme ; Mondialisation et lutte contre toutes
les formes de discrimination et d’exclusion ; la pauvreté comme violation
des Droits de l’Homme.

Comment répondre
à la menace terroriste tout en veillant au respect des droits de l’homme
? Comment prévenir le terrorisme ? Quels sont les liens entre extrême
pauvreté, discrimination et terrorisme ? Telles sont quelques-unes
des questions qui seront soulevées le 17 mai 2004 lors de la première
séance plénière consacrée au thème Droits
de l’Homme et Terrorisme. “

C’est dans ce cadre que
la Ligue Djiboutienne des Droits Humains publie en annexe à cette diffusion
l’intégralité de la Déclaration Conjointe dont les signataires
fondateurs sont : (Téléchargement
en PDF)

– Coalition of International
Non-Governmental Organisation
against torture (CINAT);
– Amnesty International;
– Association for Prevention of Torture (APT);
– International Federation of Action by Christians for Abolition of Torture
(FIACAT);
– International Commission of Jurists;
– International Rehabilitation Council for Torture Victims (IRCT);
– Redress: Seeking Reparation for Torture Survivors
World Organization for Torture Survivors (OMCT);
– Fédération Internationale des Ligues des Droits de l’Homme
(FIDH);
– Human Rights Watch ;
– International Service for Human Rights;
– Friends World Committee for Consultation (Quakers).

Actuellement la seule
question qui doit préoccuper tous les Défenseurs des Droits
de l’Homme est celle de savoir à combien se chiffre exactement le montant
annuel octroyé par les pays amis en particulier les Etats-Unis et la
France pour la lutte contre le terrorisme, et subsidiairement, qui va gérer
ce montant, qui va contrôler la gestion de ces montants ( paraît-il
pour 2004 de l’ordre de 25 millions de Dollars pour la seule République
de Djibouti membre de la Corne d’Afrique.)

La gestion des finances
et les Abus de Pouvoir sans nom du Président Marcos en Philippines
dans les années soixante laisse encore un amer goût des assistances
financières non contrôlées et surtout enclin à
favoriser l’impunité, les couvres feu et les révoltes sociales.

Avant de vous soumettre
la Déclaration Commune voici tout d’abord une liste des textes législatifs
djiboutiens que nous avons réussi à obtenir.

Toutes informations complémentaires
sur cette lutte contre le terrorisme tant sur le plan ” artisanal ou
industriel “, que ” le terrorisme international ou le terrorisme
d’Etat ” méritent une plus grande transparence et elles doivent
être une affaire de tous car tous(toutes) les citoyens/(nes) de chaque
pays sont concernés(es) par toutes les formes de terrorismes.

LISTES DES TEXTES JURIDIQUES
IMPORTANTS
ACTUELLEMENT EN VIGUEUR

– Loi N° 196/AN/02/4ème
L du 29 décembre 2002 ( parue dans le JO n° 24 du 31 décembre
2002 ) sur le Blanchissement, la Confiscation et la Coopération Internationale
en matière de produits du crime.
– Loi N° 49/AN/04/5ème L du 27 mars 2004 ( Les JO ne paraissent
plus depuis le 15 mars 04, ou ne sont plus vendus sur la place peut-être
que l’Imprimerie Nationale a d’autres travaux plus importants ) portant adhésion
aux Conventions Internationales relatives à la lutte contre le terrorisme.

L’adhésion de
la République de Djibouti aux Conventions et aux Protocoles relatifs
contre le terrorisme sont énumérées ci-après :

– Convention sur la prévention
et la répression contre les personnes jouissant une protection internationale,
y compris les agents diplomatiques du 14 décembre 1973 ;
– Convention internationale contre la prise d’otages du 18 décembre
1978 ;
– Convention sur la protection physique des matières nucléaires
du 03 mars 1990 ;
– Convention sur le marquage des explosifs plastiques aux fins de détections
du 1er mars 1991 ;
– Convention internationale pour la répression des attentats terroristes
à l’explosif du 15 décembre 1997 ;
– Protocole pour la répression d’actes illicites contre la sécurité
de la navigation maritime conclu à Rome le 10 mars 1988 ;
– Protocole pour la répression d’actes illicites de violence dans les
aéroports servant à l’aviation civile internationale du 24 février
1988 ;
– Protocole à la Convention de l’OUA/ UA sur la prévention et
la lutte contre le terrorisme du 13 au 15 juin 1994.

NOEL
ABDI Jean-Paul