04/06/07 (B398) Ambassade de Djibouti en Belgique : les préparatifs du trentième anniversaire de l’indépendance.

Partout dans le monde
la communauté djiboutienne s’apprète à célébrer
le 27 Juin prochain, le trentième anniversaire de l’indépendance
de la République de Djibouti.

Une fois de plus, le tristement célèbre diplomate djiboutien,
en la personne de M. l’Ambassadeur, Mohamed Moussa Chehem, se distingue par
son comportement irresponsable.

Chacun sait, que la plus importante diaspora djiboutienne en Europe est installée
en Belgique.

Loin de proner l’unité et la concorde entre ses compatriotes, le diplomate
a toujours fait en sorte de semer la zizanie et la discorde. En cette occasion
exceptionnelle, les djiboutiens, ou qu’ils soient, tenteront de faire le bilan
de trois décénies de souverainneté de leur pays et, essaieront
de plencher, dans une ambiance plutôt festive, sur l’état d’avancée
du pays à tous les niveaux.

En trente ans, il y a de quoi acquérir maturité politique et
sagesse. Les djiboutiennes et les djiboutiens, ont appris à dépasser
le phénomène du clivage éthnique qui gangrène
le continent noir.

Fidèle à la ligne politique tracée
par son maître, Moussa Chehem, dépassant de très loin,
la mission qui lui est confiée, se livre à un jeu qui consiste
à diviser les djiboutiens en promettant un dessous de table à
certains, dans l’unique but de nuire à d’autres !

En effet, chaque chancellerie diplomatique de Djibouti dans le monde, a reçu
une enveloppe pour organiser les festivités du trentième anniversaire
de l’indépendance. Bruxelles pour sa part, a reçu un budget
substentiel du fait qu’il y a plus de djiboutiens installés dans le
royaume de Belgique que partout ailleurs.

En invitant ” Jarmani “, président de l’association RAMID
en catiminie, et non en réunion officielle avec les autres membre de
l’assos, le cinistre personnage ne cache pas son intention, qui conciste et
qui a toujours concister, à détruire…

Veut-il courcircuiter le jeune ” Jarmani ” ( naïf ? ) en l’exibant
devant les officiels belges qu’il va inviter à la soirée en
le présentant comme ” réfugié repanti ” ?

Ou encore, veut-il démontrer aux autorités belges, qu’il n’y
a que des réfugiés économiques djiboutiens en Belgique,
comme ” Père Robert “, aujourd’hui naturalisé belge
?

Il ne faut pas que l’on se trompe, car l’exemple de l’ancienne députée
néerlandaise d’origine somalienne, ( déchue de la citoyenneté
hallandaise ! ) qui avait obtenu ses papiers sur la base d’un mensonge a fait
date.

Alors, il est vivement souhaitable, que les djiboutiennes et les djiboutiens
s’organisent autrement et sans lui, pour marquer cet évènement,
qui doit être placé sous le signe de l’UNITE et la FRATERNITE
!