23/09/08 (B466-B) Lettre de Monsieur Jean-Paul Noël Abdi pour dénoncer le maintien scandaleux, par le nouveau barreau de Djibouti, de Me Aref Mohamed en qualité de membre de la Commission des Droits de l’homme au titre de représentant du barreau.

Il est paradoxale, que “l’avocat d’un régime sournois et foncièrement dictatorial”, qui n’hésite pas à réclamer des condamnations (voir même à soutenir sans état d’âme des thèses de répression systèmatique) à l’encontre les Défenseurs des Droits de l’Homme et en particulier de l’ARDHD et de la LDDH, soit maintenu par le nouveau Barreau de la République de Djibouti: au titre de représentant du Barreau à la Commission nationale des Droits de l’Homme.
____________________________________
Article
7) Au titre de représentant du Barreau de Djibouti
– Maître AREF MOHAMED AREF ;
Il serati, paraît-il, désigné par le Barreau (évidemment il est actuellement difficile de prouver le contraire), suite à l’Arrêté n°2008-446/PR/MJAP du 16 juillet 2008 portant nomination des membres de la Commission Nationale des Droits de l’Homme (C.N.D.H).

Il est choquant de constater que cet avocat, qui ne respecte pas la déontologie ni de l’ordre, ni de la profession, soit toujours maintenu comme membre de la Commission Nationale des Droits de l’homme, sous la protection du Barreau de Djibouti.

Alors que les membres de cette commission devraient être par définition même, des personnes libres et indépendantes.

En tant que Défenseurs des Droits Humains, nous tenons à préciser que, hormis certains cas très particuliers, comme celui de Me Aref, la majorité des Avocats djiboutiens (nes) inspire une confiance agréable aux observateurs et “usagers” du droit et de la justice.

Dans ce contexte, il est nécessaire de rappeler, que ce même avocat avait déposé récemment, fait rarissime, une plainte contre les élections des membres du Barreau de l’Ordre des Avocats.

Cela traduit à l’évidence, un comportement autant inélégant qu’absurde quant à sa fidélité à l’égard de ses confrères.

M. NOEL ABDI Jean-Paul