31/10/09 (B523) Le journal de la Flibuste (7 articles en Français)

_______________________ 7 – RFI

Des gardes armés pour les thoniers espagnols

Vendredi, le Parlement espagnol a voté une loi qui autorise la présence de gardes armés à bord de bateaux civils naviguant en zone dangereuse. Cela fait maintenant des mois que les forces internationales naviguent désormais sur zone au large du golfe d”Aden pour prévenir les attaques contre les navires marchands.

Depuis juillet, les thoniers français qui sillonnent l’océan Indien embarquent à leur bord des militaires pour assurer leur protection. Ici le thonier Franche-Terre, en juin 2009.

Avec notre correspondante à Barcelone, Martine Pouchard

Les thoniers espagnols pourront embarquer des gardes privés qui utilisent des armes de guerre pour se défendre des attaques des pirates. Les autorisations seront délivrées sous condition : respecter les caractéristiques définies par les ministères de la Défense et de l’Intérieur. Les armes de gros calibre pourront être embarquées sous surveillance des autorités qui vont contrôler l’acquisition et l’utilisation de ces armes.

Il s’agit de protéger au mieux les marins pêcheurs dans les eaux de l’océan Indien. Certains bateaux ont d’ailleurs déjà embarqué à bord des gardes privés, mais armés de petits calibres. Le gouvernement espagnol a d’ailleurs annoncé que le décret autorisant les armes plus conséquentes à bord des bateaux entrerait en vigueur la semaine prochaine.

Les autorités ont décidé de prendre cette mesure alors qu’elles se refusent toujours à embarquer des militaires à bord des bateaux. Et parallèlement, le gouvernement espagnol a confirmé qu’il faisait tout le nécessaire pour libérer les trente-six membres d’équipage du thonier Alakrana, retenus par des pirates somaliens depuis le 2 octobre dernier. Les pirates réclament quatre millions de dollars de rançon.

_______________________ 6 – EITB

Encore un thonier basque menacé en Somalie

Une nouvelle attaque de pirates a mis en danger le thonier basque Artza de Bermeo (Pays Basque sud), l’un des premiers à disposer désormais d’une sécurité privée à bord.

C’est aux premières heures de ce samedi que le thonier Artza de Bermeo (Pays Basque sud) a fait l’objet d’une attaque de pirates somaliens dans les eaux internationales à 250 milles de la côte.

A bord de trois embarcations, les pirates ont essayé de s’approcher du thonier basque, avant que, finalement, il ne réussisse à échapper à son abordage.

Le thonier Artza est l’un des 9 premiers thoniers accueillant à son bord des forces privées de sécurité, selon l’accord trouvé entre les fédérations basque de pêche et le gouvernement autonome d’Euskadi.

Il s’agit de la seconde attaque en moins de 24 heures de la flotte thonière basque, après qu’un premier d’entre eux, le "Iria Flavia", de la société Albacora, ait été lui aussi menacé la veille.

Un thonier français également menacé

C’est dans la même zone que le thonier français Avel Vad a lui aussi dû faire face à une attaque de pirates dans les mêmes heures;

L’Avel Vad transporte lui aussi des hommes armés à bord, chargés de la sécurité du bateau, ce qui aurait incité les pirates à battre en retraite.

_______________________ 5 – Euro Investors avec Reuters

Des pirates somaliens détournent un bateau de pêche yéménite

Des pirates somaliens ont annoncé samedi avoir détourné au cours de la nuit un navire de pêche yéménite et qu’un des assaillants a été tué lors d’échanges de coups de feu.

"Nous avons attaqué un bateau de pêche yéménite. Il était en train de pêcher près d’Eyl la nuit dernière", a dit un pirate joint au téléphone par Reuters à Eyl.

"Ils avaient des armes et ils nous ont affrontés. Ils ont tué l’un des nôtres et en ont blessé un autre mais nous avons finalement réussi à détourner le bateau. Il est entre nos mains maintenant", a-t-il ajouté.

(Abdiqani Hassan;
version française Pierre Sérisier)

_______________________ 4 – Romandie News (Ch) avec ATS

Les pirates veulent 7 millions pour le couple britannique

Les pirates somaliens qui retiennent en otage un couple britannique demandent une rançon de 7 millions de dollars en échange de leur libération. Selon un porte-parole du Foreign Office, le gouvernement britannique a connaissance de cette demande de rançon, mais ne peut encore en confirmer l’authenticité.

La BBC a diffusé vendredi l’enregistrement d’un appel téléphonique, dans lequel un homme se présentant comme un membre du groupe détenant les deux plaisanciers exige cette somme.

Le couple de quinquagénaires a été capturé vendredi dans les eaux internationales au nord des Seychelles. Ils sont à présent détenus en Somalie.

"Nous n’avons besoin que de la petite somme de sept millions de dollars. Si on ne nous fait pas de mal, nous ne leur ferons pas de mal", déclare l’homme, qui ne donne pas son nom dans l’enregistrement.

Un porte-parole du Foreign Office a indiqué que le gouvernement britannique avait connaissance de cette demande de rançon, mais qu’il ne pouvait encore en confirmer l’authenticité.

Cette semaine, un homme se présentant sous le nom de Hassan avait indiqué que le couple avait été transféré à bord d’un porte-conteneurs singapourien afin d’empêcher une attaque de la marine britannique pour libérer les otages.

_______________________ 3 – Nouvel Obs avec AP

Des pirates somaliens réclament une rançon en échange de la libération d’un couple britannique, selon la BBC

La BBC a annoncé vendredi que des pirates somaliens l’avaient contactée pour réclamer une rançon de sept millions de dollars (4,7 millions d’euros) en échange de la libération d’un couple britannique dont le bateau a été détourné au large de l’Afrique.

L’organe de diffusion et de production de programmes de radio-télévision a cité un correspondant non identifié, qui a justifié le montant de la rançon en expliquant que des forces de l’OTAN dans la région avaient arrêté des pêcheurs somaliens et détruit leurs équipements. "S’ils ne nous font pas de mal, nous ne leur ferons pas de mal", a déclaré le correspondant, selon la BBC. "Nous avons seulement besoin d’une petite somme de sept millions de dollars".

Paul et Rachel Chandler faisaient route vers la Tanzanie à bord de leur bateau, le "Lynn Rival", quand un signal de détresse a été envoyé le 23 octobre. La marine britannique a trouvé leur voilier vide jeudi et tous deux ont été en contact avec des médias britanniques depuis.

Rachel Chandler a déclaré à son frère, Stephen Collett, lors d’un appel téléphonique diffusé vendredi par ITV News, que le couple "tenait". "Ils nous ont dit que nous étions en sécurité et que nous ne devrions pas nous inquiéter", a-t-elle expliqué. "Ce sont des gens très hospitaliers, alors ne te fais pas de souci. Physiquement, nous allons bien", "nous sommes en bonne santé".

Un peu plus tôt vendredi, un pirate somalien affirmant s’exprimer au nom du groupe qui retient le couple, avait déclaré qu’il envisageait d’emmener les deux Britanniques sur un bateau avec d’autres otages, au large de la côte est de la Somalie.

L’homme, qui s’était seulement présenté sous le nom d’Abdinor, avait affirmé que les Chandler étaient en bonne santé et que son groupe les avait emmenés se reposer à terre jeudi soir dans la localité côtière de Harardhere. Il avait alors précisé qu’ils n’avaient pas encore présenté de demande de rançon.

La BBC a rapporté que les pirates avaient discuté plusieurs heures durant du montant de la rançon à exiger en échange de la libération des deux Britanniques.

Leah Mickleborough, une nièce du couple, a déclaré que la famille n’était pas au courant de la demande de rançon avant l’annonce de la BBC. "Nous avons vu le reportage sur la BBC et nous allons l’étudier", a-t-elle dit.

Le Foreign Office a de son côté souligné qu’il était au courant mais n’a pas fourni d’autres détails dans l’immédiat.

Les autorités britanniques ont eu une réunion sur la situation des otages vendredi. Selon le Foreign Office, une équipe de représentants de plusieurs services du gouvernement est mobilisée.

Les ministères britanniques des Affaires étrangères et de la Défense se sont refusés à tout commentaire quant à la mise en oeuvre d’une possible opération de secours.

_______________________ 2 – EuroNews

Contact avec les Britanniques, otages en Somalie

Paul et Rachel Chandler sont bien aux mains des pirates somaliens. Le voilier de ce couple de plaisanciers britanniques a été retrouvé vide dans l’Océan Indien, mais un contact téléphonique a pu être établi avec les otages par un journaliste britannique.

Paul Chandler a ainsi confirmé qu’ils avaient été transférés à bord d’un cargo, capturé plus tôt ce mois-ci… Concernant l’attaque dont ils ont été victimes vendredi, voici son récit :

“Trois bateaux sont venus le long du voilier, je ne les ai pas vus, je dormais, et des hommes armés sont montés à bord. Ensuite ils nous ont forcés à faire route vers la Somalie pendant six jours”.

Les pirates et leurs otages seraient donc actuellement vers Harardhere, leur base arrière, située à 300 km environ au nord de Mogadiscio.

La force navale européenne Atalante multiplie les opérations de surveillance dans le golfe d’Aden, ce qui oblige les pirates à aller plus loin au large pour capturer des navires.

Ainsi un bateau de pêche battant pavillon thaïlandais a éte pris d’assaut aujourd’hui au nord des Seychelles, à environ mille kilomètres des côtes somaliennes.

Les pirates somaliens ont mené 174 attaques jusqu’ici cette année, touchant 35 bateaux et 587 membres d‘équipage.

____________________________ 2 – Ria Novosti (Russie)

Piraterie: le propriétaire du navire détourné avec un équipage russe prêt à négocier

Sayan Fishing, société singapourienne propriétaire du navire de pêche Thai Union détourné jeudi avec 23 Russes à bord dans la zone des Seychelles, est prête à négocier avec les pirates, a annoncé à RIA Novosti un représentant d’une société de recrutement à Kaliningrad.

D’après le représentant de la société de recrutement, Sayan Fishing projette d’entamer des négociations avec les pirates après l’arrivée du navire détourné dans un port. Actuellement, le Thai Union se trouve à 400 milles de la côte dont il s’approche à une vitesse moyenne de huit noeuds. Il ne sera pas en Somalie avant le 1er novembre, a-t-il expliqué.

Le détournement du navire dont l’équipage compte 23 originaires de la région de Kaliningrad, dont le capitaine, ainsi que deux Philippins et deux Ghanéens, n’a pas fait de blessés, selon les informations préalables.

____________________________ 1 – Ria Novosti (Russie)

Piraterie: 23 Russes à bord d’un navire détourné dans l’océan Indien (expert)

Vingt-trois Russes se trouvent à bord du navire détourné par des pirates dans la région des Seychelles, a annoncé vendredi à RIA Novosti l’inspecteur de la Fédération internationale des travailleurs des transports, Piotr Ossitchanski, en référence à la société opératrice du navire.

"Parmi l’équipage du navire se trouvent vingt-trois Russes, deux Philippins et deux Ghanéens", a-t-il précisé.

Jeudi on a appris que des pirates ont détourné dans la zone des Seychelles un chalutier battant pavillon thaïlandais. Selon une infirmation publiée sur le site du commandement de l’opération navale de l’Union européenne contre la piraterie, le navire se dirigeait vers les côtes somaliennes.