20/01/10 (B534) Le Journal de la Flibuste. Les Pirates se déchirent à propos des rançons … (5 articles en Français)

______________________ 5 – Romandie News (Suisse) avec AFP

Somalie: 4 tués dans des combats entre pirates pour la rançon du supertanker

Quatre personnes ont été tuées depuis lundi dans le centre de la Somalie au cours de violents combats entre deux groupes de pirates se disputant la rançon de plusieurs millions dollars versée pour la libération d’un supertanker, a-t-on appris mardi de sources concordantes.

Les violences ont éclaté lundi dans le village côtier de Harardere, repaire de pirates situé à 300 km au nord de Mogadiscio, au lendemain de la remise de près de sept millions de dollars pour la libération du superpétrolier grec Maran Centaurus, l’une de leurs plus grosses prises à ce jour.

“La situation est calme ce matin mais il y a toujours beaucoup de tension. Trois pirates, dont un leader, ont été tués et trois autres ont été blessés”, a indiqué un notable local, Moalim Abdalla Hasan.

“Un civil a également été tué (…). Nous tentons d’organiser une médiation entre les deux groupes”, a expliqué cette source, interrogée au téléphone par l’AFP depuis Mogadiscio.

Selon un commerçant témoin des événements, Hasan Nile, les combats dans la nuit de lundi à mardi se sont déroulés à l’arme lourde et ont impliqué également des “technicals”, véhicules 4X4 surmontés de mitrailleuses lourdes ou de batteries anti-aériennes.

“Tout lien est complètement rompu entre les deux groupes. Trois pirates sont morts depuis hier (…), d’autres gens risquent de mourir, dont des civils”, a-t-il mis en garde.

Lundi matin, plusieurs sources avaient annoncé la libération du superpétrolier contre une rançon comprise entre 5,5 et 7 millions de dollars, l’une des plus importantes jamais versées aux pirates somaliens.

La compagnie propriétaire du navire, Maran Tankers Management Inc. basée à Athènes, ainsi que la force antipiraterie de l’Union européenne Atalante, ont confirmé la libération du Maran Centaurus, capturé le 29 novembre dans l’océan Indien.

Le Maran Centaurus a quitté Harardere le jour-même en direction de Durban en Afrique du sud, sous escorte d’un navire de guerre d’Atalante.

Le superpétrolier de 332 mètres de long, le deuxième plus gros cargo jamais capturé par les pirates somaliens, transporte dans ses cales deux millions de barils de brut, soit un peu plus de la production quotidienne du Nigeria, 8e exportateur mondial.

En novembre 2008, les pirates s’étaient emparés du tanker saoudien Sirius Star, qu’ils avaient libéré début janvier 2009 contre une rançon de trois millions de dollars selon eux.

Des sources proches de ces négociations ont depuis indiqué à l’AFP que près de huit millions de dollars avaient en fait été déboursés, incluant le paiement de divers intermédiaires.

______________________ 4 – 20 minutes (Suisse) avec AFP

Corsaire, un métier d’avenir en Somalie

Alors que les marines de guerre du monde entier se félicitent de leur «succès» contre les pirates somaliens, responsables locaux et experts s’alarment du nombre croissant de candidats qui viennent s’enrôler chez les flibustiers.

Le 10 décembre, la force européenne anti-piraterie Atalante réunissait ses principaux commandants pour célébrer une «année de succès» contre les pirates.

Pour les pirates, décembre aura pourtant marqué la poursuite de l’extension de leur zone d’opération dans l’océan Indien, bien au-delà du golfe d’Aden, jusque dans les eaux de l’archipel des Seychelles.

«Beaucoup de miliciens nous rejoignent chaque jour et c’est l’une des raisons du nombre croissant d’attaques», explique à l’AFP Abdi Yare, pirate du village de Harardere, sorte de capitale régionale de la flibuste située à 300 km au nord de Mogadiscio. De fait, la saison a été fructueuse: les pirates somaliens détiennent actuellement 11 navires et près de 270 marins.

«Une centaine de nos hommes sont actuellement en chasse» dans les eaux du golfe d’Aden et de l’océan Indien, confie Abdi Yare: «c’est un grand nombre, vu les conditions météo défavorables ces jours-ci, et qui va encore augmenter quand les vents baisseront d’intensité».

Même si elles sont partagées entre des dizaines d’individus, les rançons se chiffrent parfois en millions de dollars et suscitent de nombreuses vocations, dans un pays plongé dans la guerre civile depuis 1991, où le chômage et la misère sont endémiques. «Des jeunes désoeuvrés entendent parler d’énormes rançons récupérées par les pirates, c’est la seule incitation dont ils ont besoin», s’inquiète Mohamed Abdule, un notable de Harardere.

En 2007, il suffisait d’un grappin, de quelques kalachnikov et d’une petite embarcation pour se lancer à l’assaut de l’un des 20.000 navires passant chaque année dans le golfe d’Aden, l’une des principales routes du commerce maritime mondial. La menace des pirates a depuis lors entraîné le déploiement d’une armada formée par plus de 15 nations, essentiellement concentrée dans le golfe d’Aden. Mais les pirates se sont adaptés en frappant beaucoup plus à l’est dans l’océan Indien.

«Personne ne nous pourchasse vraiment. Nos hommes vont capturer des bateaux au nez et à la barbe des bâtiments de guerre étrangers», fanfaronne Hassan Ganey, autre pirate basé à Harardere: «quand on voit des bateaux de guerre étrangers, on change tout simplement de route, ils ne nous suivent pas».

«Le business est florissant. Vous vous faites de vrais amis, vous capturez un bateau sans tirer une cartouche et quelques semaines plus tard vous touchez la monnaie!», raconte Gure, apprenti pirate de 23 ans. Farah Qare, chef d’une marine somalienne embryonnaire, confirme cette popularité grandissante, constatant «depuis quelques mois une augmentation de près de 50% du nombre de jeunes qui s’engagent chez les pirates».

Beaucoup de ces nouvelles recrues s’enrôlent pour une expédition unique, rendant difficile toute estimation du nombre total de pirates en Somalie. Dans la région de Hobyo et Harardere, les pirates reconnaissaient être au nombre d’environ 500 à la mi-2009.

Harardere, modeste bourgade côtière, s’est ainsi métamorphosée en eldorado de la flibuste, avec ses nouveaux riches et ses aspirants pirates. «Beaucoup ne connaissent rien à la mer, ils ne sortent pas aujourd’hui à cause de la forte houle. Mais quand le temps va s’améliorer, des centaines vont s’embarquer», promet un ancien, Mohamoud Adan Tuke, qui pour 2010, prédit «la pire année dans l’océan Indien».

______________________ 3 – L’Echo touristique

Piraterie : Star Clipper abandonne l’Asie

Compte tenu de la multiplication des actes de piraterie, la compagnie repositionne l’un de ses trois voiliers.

Depuis plus de 10 ans, le Star Clipper était présent en extrême Orient pour la saison d’hiver, afin d’effectuer des croisières au large de la Thaïlande, la Malaisie et Singapour. Mais les conditions géopolitiques ont incité Mikael Krafft, l’armateur, à abandonner cette zone de navigation. « Assurer la sécurité de nos passagers et de nos équipages est notre priorité, explique-t-il.

Au vu de l’augmentation des actes de piraterie dans le détroit de Malacca, le golfe d’Aden et l’océan Indien, nous pensons qu’il n’est pas prudent de naviguer dans ces eaux qui se trouvent entre nos zones de croisières Extrême Orient et Méditerranée. L’équilibre de la région est trop imprévisible. Lorsque les problèmes liés à la piraterie seront résolus, nous prévoyons de revenir en Thaïlande et en Malaisie », ajoute Mikael Krafft.

Le Star Clipper termine donc sa saison en Asie, pour prendre ses quartiers d’été à Athènes, avant de s’amarrer pour l’hiver à St Martin (à partir du 20 novembre 2010).

______________________ 2 – Marine marchande avec AFP

Un navire jamaïcain échappe à une attaque au large du Yémen (Ve Flotte)

Un navire marchand battant pavillon jamaïcain a échappé dimanche à une attaque de pirates au large du Yémen en recourant à des mesures de sécurité, a annoncé lundi la Ve Flotte américaine basée à Manama.

Selon un communiqué, le Miltiades a été la cible d’une attaque à environ 130 milles (240 km) au large du port yéménite de Moukalla (sud-est).

Les pirates ont tiré en sa direction avec des fusils d’assault AK-47 mais l’équipe de sécurité embarquée a répliqué en tirant des balles traçantes et le navire a entrepris des manoeuvres pour se dégager qui ont permis, selon la Ve Flotte, de faire échouer l’attaque.

La Ve Flotte a rappelé à l’occasion ses conseils aux navires marchands de recourir à des mesures de sécurité contre les pirates qui écument le golfe d’Aden et l’océan Indien, dont l’usage des balles traçantes, des jets d’eaux et des grilles de protection électrifiées.

Depuis 2008, les marines internationales visent à sécuriser la navigation dans le golfe d’Aden, une route maritime cruciale notamment pour le transport de pétrole brut.

Mais malgré la présence de nombreux bâtiments de guerre, les pirates ont mené en 2009 environ 200 attaques et capturé 68 bateaux, la plupart au large, dans l’océan Indien.

Au moins treize navires et près de 300 marins sont actuellement aux mains de pirates somaliens, selon l’ONG environnementaliste Ecoterra International.

______________________________ 1 – Le Figaro avec AFP

Somalie : violents combats entre pirates

Des pirates somaliens se disputant la rançon de plusieurs millions de dollars du cargo grec Maran Centaurus, libéré aujourd’hui, s’affrontaient dans l’après-midi à l’arme lourde dans les rues du village côtier de Harardhere. On ignorait précisément le bilan de ces combats mais plusieurs sources ont fait état de victimes.

“Il y a de violents combats entre les deux groupes qui se querellaient à propos du cargo grec. Je n’en connais pas le bilan pour le moment mais les combats ont éclaté et je suis sûr qu’il y a des victimes”, a rapportéun chef de pirates somaliens, Abdi Yare.

Plusieurs résidents de Harardhere, un repaire de pirates somaliens (300 km au nord de Mogadiscio) où le cargo grec Maran Centaurus était retenu captif ces dernières semaines, ont confirmé ces affrontements entre deux groupes de pirates rivaux mais qui appartiennent toutefois au même clan.