28/06/10 (B558) Cassim Dini : la réaction de M. Mohamed Daoud Chehem, président d’un PDD exclu de l’UAD en 2005, avec qui j’ai les rapports les plus cordiaux, n’est pas pour m’étonner :

1) il est effectivement un ami personnel de M. Boreh qui est, soit dit en passant, une de mes connaissances d’adolescence ;

2) M. Mohamed Daoud, quand bien même son parti a été exclu de l’UAD, a gardé de bons rapports avec Mahdi Ibrahim et moi en Europe : je ne saurais te dire quelles ont été ses démarches pour réintégrer une UAD qui, de mon point de vue et dès son premier meeting, lui a donné la parole au cours d’un fameux meeting en mai 2005 ;

3) considérant les nombreuses discussions entre lui et moi, je le crois volontiers lorsqu’il m’assure qu’il a maintes fois mis en garde M. Boreh, de s’engager dans une alliance qui excluerait, sinon toute l’UAD, du moins l’ARD ;

4) au vu de tout ce qui précède, il me semble, et c’est ce en quoi vous n’avez pas tout à fait tort, que la coalition telle que mise en scène par Maître Morice ne correspond pas exactement au positionnement de M. Mohamed Daoud Chehem : c’est un "carrosse à cinq roues" dans lequel Daf et Kadamy ont, depuis 2005, une alliance visant à l’affaiblissement de l’ UAD. Les deux gagnants dans cette affaire étant Abdourahman Boreh (utilisant Kadamy comme faire-valoir afar (un Dilleyta mis à jour pour l’évincer au profit d’un Agaba) et Aden Robleh dont l’ancien collabo, après maints clonages, a justement rejoint les rangs des Agaba et qui accueille favoralement la "demande d’embauche" de mon ami Mohamed Daoud.

Cher ARDHD, la chorégraphie de cette conférence de presse vous donne raison : qu’il le veuille ou non, M. Mohamed Daoud a, de facto, cautionné une alliance dans laquelle il ne se reconnaît pas du tout.

Peut-être parce que sa réelle sincérité le rend aveugle à l’alliance fondatrice de cette usurpation prétendant, sinon affaiblir toute l’UAD (que Daf et Kadamy combattent depuis 2005) du moins isoler l’ARD : se joue ici une lutte pour la représentation politique del’ethnie afar au sein de l’opposition, lutte dans laquelle les intérêts de Kadamy rejoignent fondamentalement ceux des Agaba de Jean-Marie et d’Ismael Ibrahim, mais qui ne sont nullement ceux de Mohamed Daoud.

Espérant avoir modestement contribué à l’obectivation des véritables enjeux de cette mascarade, et j’autorise l’ARDHD à publier mon point de vue pour engager un débat constructif,

Cassim Ahmed Dini
Délégué plénipotentiaire de l’ARD

28/06/10 (B558) Courrier des lecteurs : Vers une union de l’opposition djiboutienne? Mais quelle union?

Aujourd’hui, on voit une partie de l’opposition djiboutienne s’unir autour de la personne de M.A.Boreh … Une chose normale en politique, me vous, surtout si on se réfère au fameux adage « l’ennemi de mon ennemi est mon ami. ».

Certes, cela est vrai d’autant plus que M. A.Boreh ne semble pas manquer d’arguments financiers pour faire plier la maison IOG et lui faire mal, mais ce que je trouve sincèrement désolant, c’est que que ce ralliement soit un peu comme l’arbre qui cache la forêt.

En effet, il va de soi que l’affaire Boreh relève plus de l’anecdote judiciaire dont nous sommes coutumiers à Djibouti que d’un véritable événement politique en soi…cet imbroglio juridico-financier rejoindra bientôt la rubrique des faits divers comme le fut à une certaine époque l’affaire des farines de M.Aref, l’emprisonnement pour conspiration de Gabayo, de Moumin ou encore le coup d’état de Yabeh … après avoir fait les manchettes dans les mabrazes, toutes ces affaires ont été reléguées aux oubliettes de l’histoire…Pourquoi ?

Parce que cela ne présentait aucun intérêt pour le peuple, je veux dire le petit peuple qui attend autre chose que des chroniques insipides et infantiles…

Et même si parfois le peuple ne pouvait que se réjouir de ces règlements de comptes entre ceux qui étaient complices, hier, aux dépens de ce petit peuple qu’ils disent défendre une fois qu’ils sont tombés en disgrâce auprès du prince si généreux mais aussi si sévère avec ses courtisans…Et ce ne sont pas les travailleurs du port, licenciés injustement en 2005 par un certain ?qui diront le contraire…

Donc, on peut se demander aujourd’hui si une union de l’opposition autour de l’affaire Boreh n’est pas, en réalité, le signe d’une absence d’un véritable programme d’alternance démocratique pour contrecarrer les ambitions affichées du prince-manitou qui fait fi de la constitution et de ses courtisans comme du reste du monde.

L’opposition, va-t-elle, encore une fois, nous rejouer cette mascarade grotesque qui a permis la pérennité du régime de Hassan Gouled et de son corollaire tribal alors que tous les facteurs étaient réunis pour un changement profond de notre société en 1993 ?

N’est ce pas messieurs Aden Robleh, Elabeh , Dini et consorts ? Ah des regrets, que des regrets !!!

Notre opposition, est-elle si indigente en idées et en hommes au point d’être incapable de trouver une seule plateforme commune pour sauver ce peuple en détresse ?

Peut-elle faire taire ses discordes intestines au nom de l’intérêt supérieur de la nation ?

Peut-elle avoir le courage de constituer un seul bloc de salut public autour d’un homme intègre comme M.Abdi Noel alliant expérience, éthique et engagement ?

On a vu en la personne de M.Obama le premier président noir des Etats-Unis, qu’est ce qui empêcherait de faire pareil avec M. Noel à Djibouti ?

Le voulons-nous ? Le pouvons-nous ? Est–ce anti-démocratique un tel geste ?

Alors, chers messieurs de l’opposition, voulez-vous une vraie démocratie à Djibouti, où utilité publique et égalité des citoyens seraient érigées en valeur suprême ? Ou bien préférez-vous une démocratie biaisée, à la sauce djiboutienne au parfum de Eychaha ou de Hanleh, préservant du coup ce fameux droit préhistorique de la primauté de la naissance et la survie de la tribu en prenant soin de ne jamais « casser la colonne vertébrale » même si elle peut faire le lit d’un tyran et la misère du peuple entier sans distinction ?

A quand un passage réussi dans une véritable ère démocratique ?

Bref, autant de questions que je me pose, que les gens sensés se demandent… Il est grand temps de tourner la page des faits divers, du tragi-comique et de crever l’abcès pour éviter la gangrène (déjà entamée ?)…et un scenario à la somalienne ou à la rwandaise… Tabula rasa ou statut quo ?

Des choix s’imposent aujourd’hui et dans l’urgence. Pour cela, on a besoin d’hommes de bonne volonté…

Pas de remue-méninges stériles ni de ballet scénique ni de danse du ventre repu…

A bon entendeur salut.

28/06/10 (B558) Poursuite de la mise en ligne des enregistrements sonores de la table ronde de l’UAD du 26 juin à Bruxelles.

L’équipe a déjà mis en ligne l’enregistrement intégral des interventions et des débats (2h05 env.). Elle s’attache maintenant à découper les interventions de chacune et de chacun, pour que les internautes puissent retrouver facilement les enregistrements d’une personnalité.

Cela prend beaucoup de temps, mais l’équipe progresse, selon l’ordre de passage des intervenants. Sont disponibles aujourd’hui :
– l’ouverture par Mahdi Ibrahim God, pour l’UAD / ARD,
– l’intervention de Jean-Loup Schaal pour l’ARDHD,
– l’intervention d’Ismaïl Bouh Robleh pour le CDS,
– l’intervention d’Ali Iftin pour le GED.

Un peu de patience, car les autres interventions (Uguta, ARD, Balbala Reyalleh, …) vont être ajoutées rapidement sous 48 heures environ.

Vous retrouverez l’ensemble en cliquant sur ce lien direct

27/06/10 (B558) Table ronde de l’UAD. Nous mettons en ligne l’enregistrement intégral des présentations et des débats.

L’équipe de l’ARDHD offre dans un premier temps, aux internautes, la possibilité d’écouter l’intégralité des débats qui ont été enregistrés à Bruxelles. (2h05 env.)

Nous allons d’essayer la qualité sonore en réduisant l’effet d’écho, que l’on perçoit parfois.

Après un travail « de découpage » et si possible « de correction sonore », nous proposerons dans un deuxième temps, un extrait des enregistrements de chacune des oratrices et chacun des orateurs.

1°) Ecouter l’enrgistrement en ligne (WMA – 2h05)

2°) Télécharger le fichier (MP3 – 18 Mo env.)

Lien de téléchargement

27/06/10 (B558) Camer.be : Bruyante manifestation à Bruxelles des djiboutiens contre un troisième mandat du président Ismael Omar Guelleh et une table ronde à l’appel de l’UAD

Malgré la cannicule avec au menu un thermomètre affichant plus de 28 degrés , les djiboutiens, africains et amis du Djibouti sont venus nombreux à manifester ce 26 juin 2010 entre 11h30 et 13h30, devant les locaux abritant les services de la commission Européenne à Bruxelles, contre le 3ème mandat présidentiel qu’à l’intention de briguer le chef d’Etat de Djibouti, en avril 2011.


Photo Camer.be

Les manifestants, venus des quatre coins de la Belgique de l’Allemagne, de la Grande Bretagne etc.,ont scandé pendant 2 heures des slogans hostiles au 3ème mandat de Guelleh, « à la présidence à vie » que prépare ce dernier. Ils ont aussi condamné les actes de tortures et des exactions des populations civiles

C’est la 1ère fois, qu’une manifestation de telle ampleur réunit des partisans des partis politiques, de la résistance, des associations de la diaspora et des mouvements syndicaux tous opposés au 3ème mandat de Guelleh et tous favorables à l’unité de l’opposition.

En solidarité avec le peuple djiboutien partisan de la lutte contre le régime de Guelleh, plusieurs activistes camerounais, belges et africains ont participé à cette manifestation.

Photos Uguta – Toosa

Table ronde à l’appel de l’UAD


Photo ARDHD
Par ailleurs, à l’occasion du 33ème anniversaire de l’Indépendance du Djibouti, l’UAD (Union pour une Alternance Démocratique) organise, en coordination avec plusieurs forces politiques de l’opposition djiboutienne avec la participation du GED en qualité d’invité et de Survie en qualité d’observateur, une table ronde autour du thème « la contribution de la diaspora à l’actuelle mobilisation populaire contre un troisième mandat et pour un réel changement démocratique.

Cette table ronde aura lieu le 26 juin 2010 à Bruxelles, de 14 heures à 17 heures à l’adresse suivante à l’ESPACE PIANO FABRIK 35, Rue de Fort 1060 Saint-Gilles.

Selon Monsieur Mahdi Ibrahim, président du comité d’organisation de cette conférence, il s’agira de définir le cadre unitaire le plus approprié afin que la diaspora djiboutienne s’organise pour concrètement soutenir la mobilisation populaire grandissante lancée par l’UAD (Union pour une Alternance Démocratique) à Djibouti, c’est-à-dire le véritable terrain de lutte. Nous y reviendrons à travers un développement ultérieur.

27/06/10 (B558) Table ronde de l’UAD – Mes impressions « à chaud » par Jean-Loup Schaal.

Invité à présenter l’état de la situation des Droits de l’Homme à Djibouti, au nom de l’ARDHD et en qualité de délégué de la LDDH, j’ai pris quelques notes et je vous livre mes impressions « à chaud ». (Présentation disponible en téléchargement – format PdF)

Nous avons mis à la disposition des internautes la version « audio » et intégrale des débats qui ont été enregistrés (archives audio-visuelles de l’ARDHD). Progressivement nous mettrons en ligne les enregistrements indexés de chacun des intervenants pour faciliter la recherche et l’écoute.

En attenant, voici ce que j’ai retenu « à chaud » :

– tous les intervenants ont insisté sur la dégradation des conditions de vie à Djibouti et la nécessité d’intervenir rapidement pour inverser la situation.

– plus personne n’a espéré que le régime actuel soit capable de modifier quoi que ce soit et chacun pense que seule l’alternance démocratique permettra de sortir de l’impasse et de la faillite dans lesquelles Guelleh et ses « associés » ont conduit le pays.

– les intervenants ont reconnu qu’il y avait des divergences entre les différents dirigeants politiques, mais que ces divergences étaient beaucoup plus liées à des « affaires personnelles » qu’à des incompréhensions sur le but à atteindre : « chasser la dictature et ramener la démocratie ».

– les « affaires personnelles » peuvent se régler avec des compromis. Tous les intervenants se sont accordés pour dire qu’il fallait organiser très rapidement des rencontres entre tous les leaders politiques, sans exclusion aucune, pour construire une plateforme et une charte communes d’action, à respecter scrupuleusement ensuite …

– l’option « lutte armée » n’était absolument pas envisagée pour le moment, car elle ferait courir de trop gros risques aux populations et qu’elle ne pourrait être évoquée, seulement dans l’hypothèse où tous les recours démocratiques auraient été épuisés et qu’il n’y aurait plus d’autre espoir. Dans ce cas, il a été précisé que la lutte armée devrait concerner l’ensemble du pays et ses composantes et pas seulement une région ou une ethnie,

– que l’UAD est une structure active dans le pays et qu’elle mobilise chaque vendredi, des milliers de manifestants qui bravent à Djibouti, la peur des répressions ordonnées par le régime.

– que la confirguration actuelle l’UAD, qui ne regroupe que des partis légalisés, n’est pas adaptée sous cette forme, pour conduire des actions depuis l’étranger. D’abord parce que certaines formations qui sont membres de l’UAD à Djibouti, ne s’associent pas à l’étranger aux actions de l’organisation. Ensuite parce que des formations actives à l’étranger, comme Uguta-Toosa, le Ged et d’autres, ne sont pas membres de l’UAD et ne pourraient pas l’être puisqu’elles ne sont pas légalisées à Djibouti. Des réflexions doivent être conduites pour apporter des réponses, tant à Djibouti, qu’à l’étranger.

– que le tribalisme est une calamité, soutenue par un régime qui divise pour régner et qu’il fallait absolument oublier les appartenances tribales, même si elles sont très présentes, pour construire une nation de citoyens ayant les mêmes droits, les mêmes devoirs et les mêmes chances,

– enfin plusieurs associations ont pris la parole pour dénoncer les mutilations génitales féminines et la consommation de Khat qui sont des fléaux nationaux.

Pardonnez- moi, si j’ai oublié des sujets d’actualité, mais je suis certains que les différentes composantes qui ont participé à cette table ronde, complèteront rapidement en nous adressant des comptes-rendus plus complets.

26/06/10 (B558) Bruxelles : 26 juin. 1°) des signes encourageants vers la réalisation de l’union de l’oppositon qui permettent un certain espoir. 2°) L’ARDHD a besoin d’un ou deux jours pour mettre en ligne tous les documents vidéos, sons, photos et textes. En attendant, bonne fête à toutes et à tous pour le 27 juin.

___ 1°) Des premiers avancées vers l’union de l’opposition

Il s’est passé beaucoup de choses à Bruxelles en ce samedi 26 juin, veille de la fête de l’indépendance de la République de Djibouti.

Beaucoup de choses : ce sont des actions / manifestations avec le rassemblement devant l’Union européenne, puis la table ronde organisée par l’UAD.

Beaucoup de choses : c’est aussi un espoir d’union des oppositions. Rien n’est fait. Mais il semble que le dialogue soit possible entre les deux groupes différents qui rassemblent à eux deux, l’ensemble de l’opposition crédible.

Oh, ce ne sont encore que des signes, que des paroles d’ouverture pour le moment, mais le dialogue pourrait suivre pour construire les bases d’une plateforme commune, sans aucune exclusive, afin de mettre un terme au régime dictatorial et sanguinaire de Guelleh.

L’équipe de l’ARDHD a toujours été optimiste. Aujourd’hui, elle a confiance dans la sincérité de tous les opposants et dans leur volonté réelle de s’unir autour d’un objectif commun.

Les bases ont été jetées en ce 26 juin. Nous suivrons avec intérêt les développements dans les prochaines semaines.

__ 2°) Un délai de un à deux jours pour
mettre en ligne tous les documents

Le représentant de l’ARDHD est revenu de Bruxelles, où il avait été chaleureusement accueilli par les dirigeants de l’UAD, qu’il remercie infiniment, avec beaucoup de matériel : photos, vidéos, sons et texte. Un ou deux jours seront nécessaires à l’équipe pour mettre en ligne tout ce matériel et nous remecions les internautes pour leur patience …

26/06/10 (B558) Conférence Boreh à Paris avec Me Morice, Kadamy, Daf et Mohamed Chehem Daoud. L’intégralité de l’enregistrement sonore est mis en ligne sur le site de l’ARDHD.

Plusieurs internautes nous ont demandé de pouvoir écouter la version intégrale de la conférence de presse organisée par Me Morice le 24 juin à Paris. Elle est disponible sur notre site !

Nous l’avons mis en ligne dans notre rubrique spécialisée sur ardh-media :

1°) accès direct à la page

2°) accès à nos archives sonores