14/04/2012 (B652) Disparition de Jean-Paul Noël Abdi / Message d’Adallah Deberkalleh

Dubaï 13 Avril 2012



‘’ Inaa lilaahi Wa Inaa Ileyhi Raajicuun ‘’



Ce message s’adresse à la famille (ses 2 fils et sa sœur Thérèse Noel Abdi), au Peuple de Djibouti, à ses amis ( en particulier Jean-Loup Schaal et les collabotateurs de l’ÁRDHD qui ont toujours été à ses cotés) et à tous les autres organismes qui luttent pour les Droits de l’Homme a travers le Monde … ) sur le décès à Marseille du Président de la Ligue des Droits de L’Homme Jean-Paul NOEL ABDI.

____________________________



‘’ Mon ami et frère le Président de la Ligue des Droits de L’Homme Jean-Paul NOEL ABDI. Grand Politicien de Djibouti dont le combat remonte  aux débuts des années  1960, ancien cadre supérieur du Front de Libération de la Cote des Somalis, membre du LPAI, ancien député, vient de  livrer son dernier combat sur son lit d’hôpital en France ( Marseille ) ce vendredi 13 Avril 2012 à 6 h du matin pour rejoindre dans l’au-delà , sa dernière demeure .



*** Homme de principes, homme d’action et homme d’État, il a été tout cela, en même temps. La conjonction de ces domaines fait de lui un homme d’exception.



C’est avec émotion  et consternation que j’apprends le deuil qui vous frappe si cruellement et je tiens à m’associer à votre peine.



Au nom de la famille DEBERKALEH  et en mon nom personnel, dans cette difficile épreuve, je vous renouvelle mon  amitié et ma fidélité. Soyez assurés de ma chaleureuse sympathie et de notre indéfectible amitié,  je vous adresse  toute mon affection fraternelle, et prie Allah de l’accepter au Paradis Éternel.



Que la terre lui soit légère et sa dernière demeure, meilleure que celle sur terre ; prions tous pour lui et tous ceux qui nous y ont précédé.



Nous savons tous qu’un jour l’existence viendra à son terme pour chacun d’entre nous. La mort n’est pas l’obscurité. C’est une lampe qui s’éteint car le jour se lève.



Ces quelques mots, bien que sincères, ne soulagerons guère votre tristesse.



Pourtant je tenais à vous témoigner ma profonde compassion, partageant votre douleur.



‘’ Amiin Ya Rabii ‘’

‘’ Inaa lilaahi Wa Inaa Ileyhi Raajicuun ‘’

Son frère de Lutte :

Abdallah DEBERKALEH Ahmed

14/04/2012 (B652) Flash Info / Disparition de Jean-Paul Noël Abdi / Communiqué de l’ARD

ARD – ALLIANCE REPUBLICAINE
POUR LE DEVELOPPEMENT




Djibouti, le 13 avril 2012



HOMMAGE A JEAN PAUL NOEL ABDI



C’est avec une profonde tristesse que les membres de l’ARD et moi-même avons appris aujourd’hui le décès de Jean Paul Noel Abdi survenu à Marseille.



L’ami intime qui vient de nous quitter était un patriote accompli et un digne fils de ce pays qui l’a vu naître le 2 juillet 1947. Après ses études en France, Jean Paul s’est courageusement investi dans l’émancipation de notre pays.



Cadre de la LPAI et proche collaborateur d’Ahmed Dini, il a pris une part active à la lutte pour l’indépendance nationale, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur lors de ses multiples déplacements aux côtés des principaux dirigeants du mouvement indépendantiste national.



Il était alors connu sous le nom de code somali Baxwel. Après le référendum du 8 mai 1977, il devient membre de la première Assemblée Nationale et occupe les fonctions de secrétaire du Bureau de l’Assemblée.



Il y siègera jusqu’en 1996.



A cette date, il rejoint les rangs de l’opposition. En 1999, il s’éloigne de la politique et fonde la LDDH (Ligue Djiboutienne des Droits Humains) dont il est élu Président lors de la séance constitutive organisée par ses membres fondateurs.



Une grenade est alors lancée dans la cour de sa maison au quartier 5.



La création de la LDDH tombait à point nommé : après la relève dynastique au sommet de l’Etat, des exécutions sommaires de civils continuaient à être perpétrées par les soldats gouvernementaux, en toute impunité.



Sa contribution à la défense des droits humains à Djibouti lui a valu une reconnaissance internationale fondée sur le courage de son engagement au service du sérieux de son travail. Les terribles conditions de ses multiples emprisonnements par le régime n’ont jamais entamé sa détermination.



Parmi les épisodes les plus douloureux de l’acharnement du régime, on retiendra son incarcération à la suite de ses publications relatives à la découverte en 2007 d’un charnier au Day et au viol perpétré dans le même village d’une jeune fille sourde-muette par un sous-officier de la garde présidentielle.



Au « procès » qui s’ensuivit, il était défendu par Me Zakaria Abdillahi ainsi que par Me Michel Tubiana, président d’honneur de la Ligue Française des Droits de l’Homme, qu’il présida cinq années durant et vice- président de la Fédération Internationale des ligues des Droits de l’Homme (FIDH), spécialement venu de Paris



C’est à cette constance dans la dénonciation de toutes les formes d’injustice et de déni de droit que ses compatriotes rendent unanimement hommage, en conférant à ce triste jour une dimension authentique de deuil national.



Au nom de toute la direction et des militants de l’ARD, ainsi qu’en mon nom personnel, j’adresse nos condoléances les plus attristées à la famille du regretté Jean-Paul Noel Abdi.



Que Dieu lui accorde son Paradis Eternel. Amin.

Président Ahmed Youssouf

13/04/2012 (B651) Flash Info / Disparition de Jean-Paul Noël Abdi (Par Jean-Loup Schaal)

Bien que nous y étions préparés, la nouvelle de la disparition de Jean-Paul Noël Abdi, a été ressentie comme un choc profond par toute l’équipe de l’ARDHD.



Au fil des années, Jean-Paul était devenu un véritable ami. Nous avions tant de choses en commun. La plus importante étant certainement la plus extrême confiance. Grâce à elle, nous avons pu mener des combats difficiles, que ce soit pour défendre des victimes de la dictature ou pour le protéger lui-même des harcèlements incessants dont il était l’objet.



Grâce à cette confiance, nous avons pu agir et réagir très vite et fournir des informations fiables et vérifiées sur le terrain.



Nous garderons de Jean-Paul le souvenir de, sa gentillesse, de son sourire à chaque fois qu’il venait nous rendre visite et de son sens inaltérable de l’humour. C’est cet humour qui lui a certainement permis aussi de résister aux traitements les plus cruels et sa force de caractère pour affronter les bourreaux en face, les yeux dans les yeux.



C’était un homme juste !



Son départ est une perte immense pour l’ensemble de la communauté djiboutienne, car il sera difficile de le remplacer. Qui saura combattre pour les Droits Humains à Djibouti, avec autant d’opiniatreté, de courage, de détermination et d’abnégation, même quand sa vie pourrait être en danger ?



Nous présentons à ses enfants, à sa soeur et à tous ses proches et ses amis, nos plus sincères condoléances.



Que Dieu l’accueille en son paradis éternel

17/04/2012 (B652 -B ) Dissparition de Jean-Paul Noël Abdi – Message de condoléances du CNDD qui nous est adressé par Aïnache et publié à sa demande

Coordination nationale pour la démocratie à Djibouti (CNDD)

Bruxelles, le 15 avril 2012

Hommage au regretté Jean-Paul NOEL ABDI

La Coordination nationale pour la démocratie à Djibouti (CNDD) apprend avec douleur la disparition le 13 avril 2012 en France de Jean-Paul NOEL ABDI.

Le peuple djiboutien perd en lui l’un de ses fils les plus courageux, les plus généreux et les plus patriotes.

Nous perdons un camarade d’une immense valeur. Au confort d’une carrière coloniale, le grand Jean-Paul avait préféré la liberté et la dignité. Il avait embrassé la lutte nationale pour l’Indépendance qui avait abouti à la proclamation de l’Indépendance le 27 juin 1977.

Puis, devant la confiscation de l’Indépendance par un système fossoyeur fondé sur la prédation, l’exclusion et la répression, il avait fini par reprendre le combat, cette fois pour la démocratie et les droits de l’Homme. Ainsi, et après un passage dans les rangs de l’opposition de 1996 à 1999, il avait investi le terrain de la défense des droits de l’Homme avec la Ligue djiboutienne des droits humains (LDDH) dont il était membre fondateur et président jusqu’à sa mort.

A cet engagement, il avait payé un lourd tribut, connaissant l’arbitraire du régime sous toutes ses formes : arrestations, détentions, condamnations, menaces de toutes sortes, injures…

La dictature d’Ismaël Omar Guelleh ne lui avait rien épargné. Elle se sera même opposée à une digne annonce de la nouvelle de son décès par la Radiotélévision de Djibouti (RTD) et le journal La Nation, médias que finance pourtant l’argent public.

Mais Jean-Paul n’avait que faire, n’a que faire de ce vil acharnement. Vivant, il avait une place de choix dans les cœurs et les esprits des Djiboutiens. Disparu, il gagne définitivement cette reconnaissance.

Nous adressons nos sincères condoléances à la famille du regretté, en particulier à son fils Hassan, à sa sœur Thérèse et à celle qu’il aimait. Repose en paix, Jean-Paul, la lutte continuera. Jusqu’à la victoire. Pour la CNDD,

Le porte parole désigné
Daher Ahmed Farah

02/02/11 (B589) Depuis des mois la violence entre jeunes des quartiers continuent. (Jean-Paul)

A la sortie des CES les pierres pleuvent, il faut éviter de passer certains axes routiers.

Hier soir 1er février 2011, c’était encore plus violent et c’est la première
fois que des Cocktail Molotov et des grenades lacrymogènes ont été utilisés de part et d’autre, les jeunes des quartiers 4 et 6 se sont affrontés
dangereusement.

Un jeune est mort, les blessés sont nombreux, les mamans pleurent depuis hier soir dans tous les quartiers et même le quartier d’Engeuilla n’a pas été épargné.

Mais qui est derrière tout ça?

Est-ce un conflit entre deux Colonels de la Police?

Est-ce une nouvelle méthode de recrutement des jeunes dans la Gendarmerie ou la
Garde Républicaine, après avoir constaté la virulence de ces jeunes?

Ou est-ce tout simplement une volonté de semer la peur et dire qu’il faut un couvre-feu prématuré ?

Dans tous les cas, il faut descendre rapidement dans la Rue pour chasser le mafia au pouvoir!

Le vieux Jean-Paul
qui suit avec beaucoup d’attention
les provocations du régime
en décadence.