18/04/2012 (B652 -B ) Dissparition de Jean-Paul Noël Abdi – Message de condoléances de Mahdi Ibrahim God

HOMMAGE
A mon grand frère
Jean-Paul NOEL ABDI.

Jean-Paul n’est plus.

L’annonce de son décès le vendredi 13 avril 2012 à Marseille m’a personnellement secoué. Depuis, je n’arrive pas à accepter son décès qui fait partie pourtant de la destinée de chaque être humain.

Je me demande encore aujourd’hui si notre récente rencontre à Djibouti, après 7 ans, était pour quelque chose dans le retour de cet ami très cher vers notre Créateur.

Je l’appelai JP et lui son jeune frère Mahdi. Ami de longues date de ma famille et enfant de quartier 5, comme moi, ce grand frère était devenu au fil des années un ami intime et plus tard un compagnon de lutte. Il était pour moi une archive vivante de notre histoire surtout celle des années de lutte pour notre indépendance ou sous le pseudonyme de Baxwell,

il combattait aux côtés d’hommes de conviction et de constance idéologique comme nos regrettés Ahmed DINI et Mohamed Ahmed Issa dit CHEIKO.
De notre rapprochement dans cette lutte pour la démocratie et les Droits de l’Homme, je ne souhaiterai pas m’y étalé plus sauf pour dire qu’à l’approche des élections présidentielles de 1999, nous avions décidé après discussions et mûres réflexions, l’indispensable nécessité de créer une association défendant les droits de nos concitoyens.

Car, à cette époque, la situation du pays était marquée par l’amplification de la répression du régime et la mise à mal des partis et mouvements politiques, ouvrant ainsi la voie à l’instauration d’un régime plus fort dirigé par le dauphin de Gouled,

Ismail Omar Guelleh dont la réputation dans l’arsenal répressif n’était plus à faire.
Le choix des membres fondateurs pour la nomination du Président de la LDDH avait naturellement porté sur celui de Jean-Paul NOEL ABDI car, non seulement il fut législateur depuis l’indépendance jusqu’en 1997, mais aussi répondait à plusieurs critères et qualités comme le dévouement, l’intégrité, le courage et les devoirs de responsabilité.

Dès sa prise de fonction il fut victime d’une grenade lancée par les agents du nouveau régime pour avoir dénoncé des exécutions et autres sévices à l’encontre de victimes civiles à Meldeho. Un acte lâche qui, loin de le décourager, a fait l’effet inverse Jean-Paul, Président de la LDDH ayant réussi cette fois à convaincre les instances parlementaires européennes de la répression et de l’emprisonnement, le 23 septembre 1999, à l’encontre du candidat de l’Opposition Djiboutienne Unifiée Monsieur Moussa Ahmed Idriss et de plusieurs membres de sa famille.

Ceci pour dire que Jean-Paul fut cette homme dont le courage et la détermination ont permis à la toute nouvelle LDDH sa reconnaissance internationale en un temps record.
De 1999 jusqu’au dernier souffle, mon grand frère n’a jamais failli à ses responsabilités pour dénoncer les crimes et autres exactions et répressions du pouvoir dictatorial en place, malgré les risques et les atteintes sur sa propre personne.

Sa dernière apparition officielle et en public fut la table ronde du 29 février 2012 tenue et organisée par l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique, en présence des Chancelleries de France, d’Allemagne, du Japon et de l’Union Européenne.
Lors de cette rencontre à laquelle j’avais participé pour représenter mon parti l’ARD, Jean-Paul, à peine sorti de l’hôpital et très mal au point, avait tout de même honoré de sa présence pour lire et remettre un mémorandum de la LDDH.

A cette occasion et lors des discussions qu’il dénonçait entre autres, «la mascarade des récentes élections régionales, surtout et une fois encore la persistance du refus obstiné du régime pour l’attribution des pièces d’identité aux véritables Djiboutiens et la recrudescence intolérable des distributions de cartes d’identité à des étrangers venus des pays de la région. Jean-Paul dénonçait cette situation dangereuse pour la stabilité et l’avenir du pays, dont les dirigeants actuels étaient opposés à l’émergence de la Démocratie et des Droits de l’Homme ».

Oui, cher frère ainé, tu n’es pas mort, tu fais partie de cette race d’hommes dont les œuvres les maintiennent vivant à jamais. Tu es un Monument du pays : par ta constance et ton courage, tu avais énormément contribué à l’avènement de l’indépendance et depuis plus de 16 ans tu fus en première ligne pour combattre toute forme d’injustice perpétrée par la dictature.

Oui cher JP ton œuvre en faveur de la Démocratie et des Droits de l’Homme tiendra l’importante place qu’elle mérite.

Repose en paix grand frère et que Dieu t’ouvre tout grand son Paradis Eternel. Amin

Toutes mes condoléances les plus sincères à toute la famille de Jean-Paul NOEL ABDI.

De la part de ton jeune frère.
MAHDI IBRAHIM GOD

Vice-Président de l’ARD

22/04/2012 (B653) Disparition de Jean-Paul Noël Abdi. A un grand Monsieur qui s’appelait Jean-Paul Abdi Noël (Aldagal)

Je me joins à tous ceux qui sont tristes d’avoir perdu un homme aussi courageux, exemplaire et brave qu’était Jean-Paul Abdi Noël.

Je présente mes incères condoléances à toute sa famille, proches et amis.

A travers lui, tous les opprimés s’exprimaient.

A travers lui, on avait un semblant de vie dans un pays où la dignité humaine n’existe pas.

Juste : il était : car ses actions ne se limitaient pas à une tribu, famille ou autre mais à l’ensemble des djiboutiens (ennes) qui étaient harcelés, menacés et dont les droits les plus élémentaires étaient constamment bafoués

Patriote : il était : car son seul intérêt était son pays et les droits des citoyens. Après avoir occupé des postes importants, il a préféré affronter un régime que de profiter de ses largesses.

Altruiste : il était : car la communauté le préoccupait plus que son bien-être personnel, il était le « Zorro » djiboutien au point de se désintéresser de son état physique malgré les incarcérations permanentes, les abus d’un régime policier illégal et voyou

Noble : il était par ses actions permanentes au profit des opprimés sans vouloir en tirer la moindre gloire personnelle et tout en restant toujours humble et bienveillant auprès des personnes qui le sollicitaient.

C’était tout cela JPAN.

Un jour, au centre ville, je l’ai rencontré et au moment où il descendait de sa X-trail, je suis allé vers lui pour discuter et c’était la première fois. Je me suis senti tellement petit devant lui (alors que physiquement je suis grand) ; après la présentation, il m’a reconnu, m’a souri et m’a regardé dans les yeux en me demandant si je voulais prendre un café avec lui.

Jamais je n’oublierai ce moment avec un grand monsieur comme JPAN car il était intervenu au moment le plus difficile de mon existence sans me demander qui j’étais, de quelle tribu je venais, quelle religion je pratiquais.

Maintenant, je sais aussi qu’il nous regarde d’en haut et de sa petite voix il nous dit « continuez le combat, je suis là avec vous, battez-vous pour votre liberté, votre dignité et si un jour vous vous sentez découragé ou fatigué, alors dites vous aussi que vos adversaires sont dans un état pire que le vôtre et vous repartirez encore sur le terrain ».

Aldagal qui a  été honoré et fier d’avoir connu une personne comme JPAN.

21/04/2012 (B653) Conseil national de la LDDH : disparition de Jean-Paul Noël Abdi et appel à la population à venir lui rendre hommage ce soir à l’aéroport d’Ambouli vers 21h25 et dimanche matin vers 8h pour l’accompagner à sa dernière demeure.


Le Président
COMMUNIQUÉ DE PRESSE :

Disparition d’une grande figure nationale :
Le héros national JEAN-PAUL NOEL ABDI,
Président de la L.D.D.H n’est plus

C’est avec beaucoup de tristesse et un grand émoi que nous avions appris le décès de notre ami et frère, JEAN-PAUL NOEL ABDI, président de la Ligue Djiboutienne des Droits Humains (L.D.D.H), survenu en ce matin de vendredi 13 avril 2012 vers six heures dans un hôpital de Marseille en France.

Grand défenseur des droits de l’homme et grand héros national de l’indépendance de Djibouti, il incarnait à lui seul dans cette Corne de l’Afrique agitée par des conflits incessants la voix de sans voix des droits de l’homme. Il était toujours au service des plus modestes et de l’intérêt suprême de sa nation.

En la personne de JEAN-PAUL NOEL ABDI, le pays vient de perdre un grand homme et un être très cher qui appartenait sans aucun doute au cercle restreint des hommes qui ont marqué l’histoire de l’humanité : Mahamoud Harbi, Ahmed Dini, Nelson Mandela, Mahatma Gandhi, Martin Luther King…

Ainsi, ayant reçu la confirmation de la part de la famille du regretté, le Conseil National des Droits de l’Homme de la Ligue Djiboutienne des Droits Humains (L.D.D.H) lance un appel solennel à toute la communauté djiboutienne

– de venir nombreux à l’aéroport d’Ambouli le samedi 21 avril vers 21h25 afin de rendre hommage à la dépouille de notre regretté JEAN-PAUL NOEL ABDI qu’Allah l’accueille en Son Paradis Éternel

– et de participer massivement à son inhumation qui aura lieu dimanche matin vers 8h00 dans le cimetière situé derrière le CERD après que son corps sera transporté de l’hôpital Peltier.

Enfin, les membres du Conseil National de la Ligue Djiboutienne des Droits Humains (L.D.D.H) adressent leurs condoléances les plus attristées à sa famille et à ses proches.

SAID HOUSSEIN ROBLEH
Défenseur des Droits de l’Homme et Secrétaire

15/04/2012 (B652) Parmi les nombreux messages de condoléances adressés à la famille de Jean-Paul Noël Abdi, nous publions ceux de MM Houssein Andoleh (mandataire de la LDDH au Canada) et Mohamed Alhoumekani (Bruxelles)

__________________________ 1 – Houssein Andoleh



Message de condoléances à la famille Abdi Noel.



C’est avec une grande tristesse que je viens d’apprendre le décès de Jean-Paul Abdi Noel, le Nelson Mandela djiboutien, grand défenseur des droits de l’homme et grand héros de l’indépendance de Djibouti.



Tout au long de sa carrière comme homme politique et défenseur des droits de l’homme, il a constamment cherché à rassembler les Djiboutiens au profit d’une noble cause. Pour sa droiture et son amour envers notre pays, il est un exemple pour nous tous et il laissera un grand vide. Par sa personnalité, ses idées et sa détermination il a su conquérir le cœur de nombreux Djiboutiens.



Jean-Paul était un homme courageux, les démocrates et l’ensemble des Djiboutiens doivent se rassembler et continuer son combat pour faire de ce pays un meilleur endroit où vivre.



Les Djiboutiens du Canada adressent leurs sincères condoléances à la famille Abdi Noel.

Houssein Andoleh

Mandataire de la LDDH au Canada

_________________________ 2 – Mohamed Alhoumekani



C’est avec une grande tristesse que j’ai appris le décès de M. Jean Paul Noël Abdi. Grand défenseur des droits de l’homme à Djibouti, il a été un acteur exemplaire pour la lutte pour la liberté, démocratie et les droits pour tous (tes) citoyens (nes) de notre pays.



Jean Paul Noël a été le premier à dénoncé l’expulsion illégale de ma famille par le régime,en dénonçant cet acte alors qu’il était présent dans le pays. Il avait pris des risques considérables, alors que certains représentant de l’opposition résidant à l’étranger n’ont même pas fait un geste.



Je lui rend personnellement un grand hommage. Son nom a désormais marqué le combat pour la liberté, et le régime dictatorial. IOG devra s’expliquer un jour pour toutes les souffrances qu’il a fait subir.



Je présente ainsi toutes mes sincères condoléances à la famille du défunt qui est un héros national



INA LILAH OU INA LILAHOU RAJIINE

22/04/2012 (B653) Disparition de Jean-Paul Noël Abdi. Les premières photos de l’inhumation ce dimanche matin à Djibouti (Lecteurs)

Ces photos n’ont pas besoin de commentaire

enterrement JPNA enterrement JPNA
inhumation JPNA inhumation_jpna

16/04/2012 (B652) Disparition de Jean-Paul Noël Abdi. De nouveaux témoignages continuent d’arriver au siège de l’ARDHD. Parmi eux : 1°) les mandataires de la LDDH au Canada (avec ouverture d’un registre de condoléances à Ottawa) 2°) Mohamed Doubad Wais pour l’intersyndicale UDT-UGTD, 3°) Abdoulkader Mohamed pour l’ACSAO

_________________ Les mandataires de la LDDH au Canada



DERNIER HOMMAGE DES DJIBOUTIENS AU DEFUNT JEAN –PAUL ABDI NOEL



La mort de notre compatriote JEAN–PAUL ABDI NOEL, héraut de la défense des droits humains à Djibouti endeuille le peuple djiboutien et le reste du monde épris de justice et de paix.

Sa mort venue avant l’heure nous laisse tous orphelins.



Notre frère a été rappelé par dieu et nous pouvons rien contre la volonté du tout puissant. Notre devoir est donc de l’accompagner avec nos prières dans sa dernière demeure en lui souhaitant paix en son âme dans l’au-delà.



Le corps de JEAN–PAUL ABDI NOEL sera inhumé à Djibouti. Le régime djiboutien ne devrait pas avoir ce geste moral et éthique ce et de reconnaissance pour lui offrir des funérailles nationales.



Par contre nous demandons aux Djiboutiens de sortir en masse pour rendre un dernier hommage à notre compatriote JEAN–PAUL ABDI NOEL le jour de sa mise à terre.



Ici à Ottawa où vit une importante communauté djiboutienne nous avons mis un registre de condoléances à sa disposition. Vous pouvez signer ce livre de condoléances à l’adresse suivante :

CENTRE ARTA MUSIC

425 MC ARTHUR

OTTAWA

Que dieu l’accueil en son paradis eternel! Amen!

HOUSSEIN ANDOLEH

(mandataire de la LDDH) au canada.



MOHAMED HOUSSEIN

(mandataire de la LDDH) en Amérique du nord

_______________ 2 – MOHAMED DOUBAD WAIS (UDT-UGTD)



Message de condoléances à la famille et aux proches  de notre grand héros JP NOËL.



C’est avec beaucoup de tristesse que je viens d’apprendre le décès de jp NOËL ABDI.


C’était un grand homme de courage de vérité et surtout un patriote exemplaire qui aimait son pays et un grand militant pour la justice et la liberté.


Admiré par l’ensemble du peuple djiboutien pour son dévouement,son courage et son honnêteté

il restera gravé a jamais  dans les mémoires de tout les djiboutiens.


Je présente mes sincères condoléances à toute sa familles et à ses proches.

MOHAMED DOUBAD WAIS

Représentant en Europe de l’intersyndicale

des travailleurs de Djibouti UDT-UGTD

______________ 3 – Abdoulkader Mohamed pour l’ACSAO

Comme un dernier sourire…



Ottawa, samedi 14 avril 2012

C’est avec une grande tristesse et beaucoup d’émotion que nous avons appris le décès hier de Jean-Paul Noël Abdi, président de la Ligue djiboutienne des droits de l’Homme (LDDH).



« La voix» des droits de l’homme à Djibouti s’est éteinte dans un hôpital de Marseille où il avait été admis il y a quelques semaines.(*)



Silhouette frêle mais au courage indéniable, longtemps il aura faussé compagnie à la faucheuse en uniforme ou en civil qui de jour comme de nuit, la faux devant, a décimé les plus farouches opposants du régime liberticide et bientôt quarantenaire de Djibouti.



Répondant à l’invitation du bureau du Mrd en Amérique du Nord et des mouvements associatifs dont la nôtre, Jean-Paul Noël Abdi avait séjourné à Ottawa en juillet 2011 pour y donner une conférence sur le thème des droits de l’homme. À l’époque, l’Acsao lui avait remis un certificat d’honneur pour son engagement exceptionnel en faveurs des droits humains à Djibouti.



Nous retiendrons de lui le souvenir d’un homme au franc-parler et au sourire permanent qu’un rire contagieux interrompait de temps en temps après qu’il eut raconté une de ses croustillantes anecdotes.



Sacré blagueur !  Il est parti un vendredi 13, synonyme d’événements malheureux en occident mais jour saint de l’islam dont la sourate qui porte le même nom nous avertit dans son verset 8 en ces termes : Dis: ‹La mort que vous fuyez va certes vous rencontrer.



Ensuite vous serez ramenés à Celui qui connaît parfaitement le monde Invisible et le monde visible et qui vous informera alors de ce que vous faisiez›. Lui qui ne reniait pas sa foi catholique a-t-il voulu figurer malicieusement au régime des janissaires la fin de sa tartufferie ?



Et pour larguer les amarres, il a choisi la Cité Phocéenne. Comme un dernier sourire !



La nation djiboutienne a perdu un digne fils. Un de ses plus vaillants !



Nos condoléances et notre sympathie à sa famille et ses proches.



Nos pensées vont vers eux et vers les membres de la LDDH qui l’ont côtoyé et épaulé dans son travail.

Pour l’Acsao,

Abdoulkader Mohamed

* Lire l’hommage de la FIDH http://jean-paul-noel-abdi.posterous.com/

22/04/2012 (B653) Disparition de Jean-Paul Noël Abdi. Message de Condoléance de Omar Ali Iwado, Vice Président de la Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH)

Adresse mail Iwado_lddh@yahoo.fr

C’est avec beaucoup de tristesse et d’émotions que nous avons appris  la disparition de notre ami Jean Paul Noel suite à une crise cardiaque à l’Hôpital de Marseille.

Jean Paul Noël Abdi, Président de notre organisation, n’a ménagé ni son effort, ni son énergie, ni sa santé depuis la création de la Ligue Djiboutienne des Droits Humains, pour défendre les libertés à Djibouti et dans la Corne de l’Afrique.

Jean Paul Noël Abdi a dénoncé les arrestations arbitraires, les tortures, les exécutions extrajudiciaires et le charnier du Day. Il a continué à défendre les Droits Humains, jusqu’à son dernier souffle.

C’est un homme d’un extraordinaire courage qui a résisté aux pressions, et aux différents emprisonnements du pouvoir pour rester jusqu’au bout la « voix des Droits Humains à Djibouti ».

En  mon  nom  personnel,  et  aux  noms  de  tous  les  autres membres de la LDDH, nous adressons, nos sincères condoléances, à sa famille, ses enfants, sa sœur.

Que dieu l’accueille en son paradis éternel.

Djibouti, le 14 Avril 2012

Omar Ali Iwado
Vice Président et membre fondateur de la L.D.D.H

16/04/2012 (B652) Disparition de Jean-Paul Noël Abdi. Yonis Houssein Chireh adresse un message de condoléances à la famille.

C’est avec une profonde affliction et une grande tristesse que nous avons appris le décès du président de la ligue de droit djiboutien, M. Jean-Paul Noël Abdi en vendredi 13 Avril.



La force de caractère et de détermination dont il a fait preuve tout au long de sa carrière pour la lutte de droits humain a fait de lui un citoyen modèle et respecté par tous Djiboutiens.



Il fut également un vaillant combattant pour l’indépendance de sa nation.



C’est sans surprise que son décès est une perte nationale et qu’il restera toujours dans la mémoire de tous Djiboutiens. Par conséquent, il est important que tous Djiboutiens, et l’ensemble des chefs quartier organisent une minute de silence pour lui rendre hommage.



On sollicite également de bien respecter l’homme en tant que héros et de baisser le drapeau nationale durant la minute de silence.



Enfin, je présente mes sincères condoléance à sa famille et à ses proches ,et que dieu-puissant l’accueille dans son paradis eternel .

M. Yonis Houssein Chireh

Représentant de l’UDJ en Europe

Doyen d’opposition en Angleterre