24/08/2011 (B618) Ali Mohamed Abdou, un personnage à suivre ! Président de la commission “maison” des Droits de l’homme, émanation contestable du régime mafieux, déjà nommé à deux reprises dans l’Ordre prestigieux des Brosses à Reluire, il franchit une nouvelle étape dans sa carrière d’opportuniste en obtenant le titre “d’Homme de la Semaine”.

Coopté “Chevalier de l’Ordre des Brosses à Réluire”, le 13 décembre 2008 au grade de “Baratineur intarissable” (Lien) , il récividait un an plus tard puisque le 11 décembre 2009, il était élévé “Officier” de l’Ordre des Brosses à Reluire avec le grade de “Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine” (Lien).

Aujourd’hui et grâce à un nouvel article de la pire hypocrisie, Ali Mohamed Abdou est nommé “Homme de la Semaine”. Cette succession de promotion, est sans équivalent en royaume de Pacotilles. Et Ali Mohamed Abdou n’est pas n’importe qui : il se positionne comme le président de la Commission nationale des Droits de l’homme (CNH).

Au lieu de défendre les victimes du régime, celles et ceux qui sont torturés et/ou emprisonnés arbitrairement, qui sont exécutés extra-judiciairement (etc..), il ose affirmer (le bougre !) que les Droits de l’Homme sont respectés en république bannanière, que la justice est impartiale, qu’il n’y a pas de torture et que les prisonniers ont accès à leurs avocats, à des médecins et à des infirmiers. Il n’hésite pas… un seul instant.

Et en plus il en profite pour cracher son venin (sait-il faire autre chose ?) sur la LDDH, qu’il se garde bien de désigner, mais qu’il vise spécialement …

Même dans les pays les plus civilisés sur le plan du respect des Droits hummains, jamais président d’une commission des D.H. n’aurait osé écrire de telles absurdités !

Même pas une critique de sa part, aussi minime soit-elle. Tout est beau à Gabode, même l’alimentation …. (sic !)

Pour lui (et pour lui seul ??), Guelleh et son système seraient des exemples parfaits pour cet obligé qui voudrait se prendre pour un grand courtisan ! Mais il lui manque quand même l’étoffe d’un grand ! Il sait que Guelleh lui donnera, en récompense, quelques miettes et que cela devra suffire à son bonheur !!!!

____________________________ Extrait de La Nation

LA commission nationale des droits de l’homme a rendu hier public un conmuniqué de presse sur les conditions
d’lncarcéralion
de mise
dans la
prison civile de
Gabode.

Que faut-il retenir du document ?

Suite à l’enquête diligentée par la Commission Nationale des Droits de l’homme concernanI des allégtaions de violation des droits de l’homme à Djibouti, diffusées sur la toile, il ressort les faits suivants.

Les lnformations en question sont parcellaires et partiales, car elles ne sont étayées par aucune preuve matérielle ou testimonialle fiable,

La visite effectuée
par La CNDH la prison civile de Gabode a permis de constater que plusieurs personnes citées par ces allégations sont incarcérées à la prison de Gabode, soupçonnées d’avoir commis des infractions en relation avec une entreprise terroriste de complot contre la sûreté de l’Etat. Elles n’ont fait l’objet d’aucun sévices ni brutalités à aucun moment de la procédure, contrairement aux rumeurs propagées en la matiére.

Le droit à un avocat et aux visites familiales ne semble faire l’objet d’aucune restriction. L’hygiène et la sécurité des locaux ainsi que l’alimentation répondent aux standards internationaux des normes minimas des Nations Unies.

Les soins sont prodigués par un médecin et des infirmiers, à l’infirmerie de la prison où une ambulance équipée a récemment été mise à leur disposition pour toute évacuatlon décidée par le médecin.

En tout état de cause, il résulte de l’enquête effectuée que les allégations de violation de droits de l’homme sont dénués de tout fondement comme étant fantaisistes et partiales.

Elles sont destinées à discréditer les véritables défenseurs des droits de l’homme en proclamant comme tels des individus qui utilisent les Droits de I’homme comme un moyen de règlement de compte politique.

La Commission Nationale des droits de l’homme s’élève contre de tels agissements de nature à porter le discrédit heureusement en vain contre la Justice et les valeurs des droits de l’homme auxquels nous adhérons tous.

11/12/09 (B528) Réunion du Comité international de l’Ordre des Brosses à reluire, portant nomination de Monsieur Ali Mohamed Abdou en qualité de CNDH. “Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine.”

Contrairement à ce que pouvait imaginer une opinion publique amère et frustrée, toujours disponible pour critiquer le pouvoir et ses hauts dignitaires, le prestigieux Ordre des Brosses à Reluire n’est pas inactif. Il accomplit chaque jour un travail énorme de réflexion, sous l’impulsion de son Président, travailleur acharné et grand communicateur devant l’éternel, Dileita Mohamed.

Réunis ce jeudi 10 décembre sur convocation extraordinaire, tous les membres se sont retrouvés dans un grand hôtel djiboutien, dont nous tairons le nom, pour éviter d’être soupçonnés d’en faire la publicité. (activité “bassement commerciale” à laquelle l’ARDHD n’a jamais cédé, contrairement aux sites “officielles” : RTD, La Nation, …).

Sous la présence de Dileita, qui avait pris soin de fixer l’heure de la réunion vers 17h00, afin de ne pas réduire le temps de sa sieste habituelle, ni de se priver de sa partie de cueillette de fraises délicieuses au PK 20, (fraises qu’il sucre de plus en plus, dit-on dans son entourage …)

Le bureau, au grand complet, avec ses deux vice-présidents : Djama Ali Guelleh (de l’EDD), Yacin Elmi Bouh, Ministre et son Haut-Trésorier général Djama Mahamoud Haid, qui avait tiré le rideau de la Banque à cette occasion pour se rendre disponible. (Cf article ci-dessous)

En sa qualité hautement reconnue de “Beauf”, Djama Haid a tenu à prendre le micro afin de présenter l’ordre du jour et le point unique, qui concernait la promotion d’Ali Mohamed Abdou au grade d’officier de l’Ordre. (Ali Mohamed Abdou avait été coopté dans l’Ordre il y a un an (13/12/08) sous le nom de “Baratineur intarissable” – lien – Note de l’ARDHD)

Pour appuyer cette proposition, il a tenu à reprendre la dernière interview que M Abdou a donné à La Nation et à lire à haute voix quelques passages succulents :
__________________________
“(..) Fondée sur les valeurs cardinales de l’état de droit et de la démocratie, notre constitution affirme dans son préambule l’engagement du peuple Djiboutien à garantir l’exercice effectif des droits collectifs et individuel ainsi que sa souscription aux valeurs universelles des droits de l’homme de 1948 et aux instruments internationaux traitant des droits de l’homme. (…)

(…) Parmi les droits civils et politiques ainsi définies par la constitution. On peut relever le droit à la liberté, à l’égalité de tous les Djiboutiens et l’égale jouissance de tous les droits, la prohibition de toutes les formes de discriminations, le droit à la vie, à la sûreté et à l’intégrité physique, l’égale protection de la loi, le droit de ne pas être détenu, gardé, déporté arbitrairement, la présomption d’innocence, le droit à la non rétroactivité de la loi pénale, l’inviolabilité du domicile,de la vie privée et familiale, la liberté de croyance, de conscience et de culte, les libertés d’opinion, de presse, le droit d’aller et venir, le droit de vote et le droit de participer à la gestion des affaires de l’état et de la société. (..)

(…) De même sans l’ombre d’un doute le Président de la République est en vertu des pouvoirs importants que lui confère la constitution est investi, comme le garant de l’indépendance de la justice et de l’application effective des dispositions légales, notamment les accords et traités internationaux. (…) ”

_______________________________

L’ARDHD interrompt la citation à ce point, car tout le reste est à l’avenant et il n’y a rien à jeter. Toutes les réponses sont des pures merveilles !

C’est Guelleh et Paulette qui ont du se réjouir en lisant ce tissus de flagorneries d’un niveau intellectuel inégalable.

En conclusion, c’est à l’unanimité à et à mains levées que l’ensemble des membres du prestigieux Ordre à Reluire ont voté en faveur de l’élévation d’Ali Mohamed Abdou, à la dignité d’officier de l’Ordre et au grade de CNDH “Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine”

Yacin Elmi Bouh a enfin pu récupérer le micro des mains du “Beauf’ qui ne voulait pas le lacher, pour prononcer les formules rituelles :

En vertu des pouvoirs qui m’ont été conférés
ce jour par l’Assemblée extraordinaire des
Membres de l’Odre des Brosses à Reluire,
mon cher camarade, Ali Mohamed ABDOU,
je t’élève à la dignité d’Officier dans notre Ordre.

Désormais tu seras reconnu par nous tous
sous ton nouveau nom de CNDH
“Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine”

et tu devras en porter les insignes que je te remets.

13/12/08 (B478) Nouvelle nomination en urgence dans l’Ordre des Brosses à Reluire. Et pas n’importe qui, puisqu’il s’agit d’Ali Mohamed Abdou, qui assure parler au nom des Droits de l’Homme (Le bougre !!!).

Réunis en séance extraordinaire sur convocation du Président Dileita, tous les membres de l’Ordre prestigieux des Brosses à Reluire, présents à Djibouti, ont tenu à participer à la session destinée à approuver la cooptation du Président de la Commission nationale des Droits de l’Homme, Ali Mohamed Abdou.

L’événement étant d’autant plus attendu, qu’en général, les structures qui interviennent en faveur du respect des Droits de l’Homme en particulier à Djibouti, n’ont que des mots durs pour décrire la situation et les dérives autoritaires et meurtrières du régime. Enfin un personnage impliqué dans la Défense des Droits de l’Homme, qui trouve que tout va bien sur ce plan. C’est tellement rare qu’aucun des membres n’avait voulu manquer cette occasion exceptionnelle.

Selon l’usage, le Président Dileita a pris la parole pour rappeler l’Ordre du jour et il a proposé à Aref Mohamed, en sa qualité d’ancien défenseur des Droits de l’Homme, repenti désormais et flagorneur de Guelleh, de présenter le dossier de cooptation, déposé la veille par Ali Mohamed Abdou.

Aref s’est déclaré flatté d’avoir à défendre une candidature aussi illustre, qui fait honneur à la profession et aux spécialistes du double langage. Il a cité certaines phrases extraites des déclarations d’Ali Mohamed Abdou pour convaincre les membres éminents de l’Ordre de voter en faveur de sa cooptation.

“(…) En ce qui concerne à présent la situation des Droits de l’Homme dans notre pays, ceux qui suivent son évolution savent qu’en matière de droits et libertés, des progrès remarquables ont été accomplis depuis l’accession d’Ismaïl Omar Guelleh à la magistrature Suprême aussi bien sur le plan des principes que sur celui de leur application. Quant aux principes tout d’abord, Djibouti a signé et ratifié de nombreux instruments juridiques internationaux, relatifs aux Droits de l’Homme.

(…) Par ailleurs, avec la mise en place d’une Commission Nationale des Droits de l’Homme, que j’ai l’honneur de présider, la République de Djibouti sous l’impulsion du Président de la République a fait un pas de géant en matière de protection et promotion des Droits de l’Homme en comblant un vide institutionnel.

(…) La promotion et la protection des Droits de l’Homme sont, avant tout une responsabilité nationale. La Communauté Internationale peut nous assister, nous conseiller, nous appeler à respecter nos engagements. Elle ne peut se substituer à nous. C’est à nous de construire l’édifice démocratique qui assurera le plein exercice de tous les Droits et libertés.

La démocratie et les Droits de l’Homme sont en effet des combats permanents. Ils ne sont jamais acquis et sont toujours perfectibles. Il faut permettre que les associations, les médias, les partis exercent leurs fonctions critiques dans le respect des dispositions légales en vigueur. Mais l’évolution la plus importante que je voudrais saluer et encourager, c’est le dialogue entre les pouvoirs publics et les ONG dont le courage et la persévérance ont fait faire des progrès considérables aux Droits individuels et collectifs.

(…)Aucune circonstance ne pourra jamais justifier qu’on dénie à un homme ses Droits les plus élémentaires, aucune situation ne peut nous faire accepter que certains ne voient jamais satisfaits leurs besoins les plus essentiels et surtout s’agissant des enfants. “

Il n’était pas nécessaire d’en dire plus. Yacin Elmi Bouh, en sa qualité de Vice-Président a proposé aussitôt de passer au vote. C’est à mains levées et à l’unanimité de tous les présents que la cooptation d’Ali Mohamed Abdou a été adoptée.

Aussitôt l’impétrant a été invité à rejoindre la salle de délibération. Dans la continuité, Aref Mohamed Aref a tenu à lui remettre personnellement les insignes de son Grade

En vertu des pouvoirs qui m’ont été délégués, Mon cher Ami, toi avec qui je partage tant de combats, tant de mensonges et tant de retournements de veste, je suis particulièrement heureux de t’élever à la dignité de Chevalier de notre Ordre prestigieux des Brosses à Reluire.

Désormais tu porteras le titre de “Baratineur intarissable” et tu devras porter cet insigne en tous lieux et en toutes circonstances. Il t’ouvrira toutes les portes dans tous les régimes autoritaires, dictatoriaux et anti-démocratiques, dont nous assurons la promotion sans faille, sans regret et sans honte.

19/03/07 (B387-A) ALI MOHAMED ABDOU, conseiller au Ministère de la Justice, vient d’être coopté dans l’ordre des Brosses à Reluire, à l’unanimité.

Ce
lundi matin, le Comité des Brosses à Reluire s’est réuni
au grand complet sur convocation du Président Dileita. Même l’Ambassadeur
de France (“Pompier de la dernière chance”), Jean-Paul Angelier
avait tenu à assister personnellement à cette réunion
pour débattre de la cooptation d’Ali MOHAMED ABDOU, conseiller auprès
du Ministre de la Justice.

Le Président
Dileita, légèrement endormi, a ouvert la séance et il
a passé immédiatement la parole à Yacin Elmi Bouh qui
a rappelé que la session devait statuer sur la Cooptation d’Ali
MOHAMED ABDOU au sein de l’Ordre.

Yacin
Elmi Bouh a lu les principaux passages de la déclaration de l’impétrant,
parue dans La Nation et reprise par la RTD. Elles concernent le cas de Jean-Paul
Noël Abdi, qui prétend empêcher la dictature de tourner
“rond” (a-t-il ajouté):

____________________________
Extraits lus par Yacin Elmi Bouh

“Les
autorités judiciaires lui reprochent (NDLR :à J-P ABDI),
entre autres, d’avoir sciemment diffusé de fausses nouvelles et ce
faisant diffamé et porté le discrédit sur les institutions
de la République ainsi que leurs dirigeants.

Monsieur
Abdi Noël qui manie avec outrance la provocation est coutumier de
ce genre de dérapages écrits
, diffusés par voie de
communiqués de presse sur les ondes étrangères, et ce
sans la moindre vérification de ses sources d’information ni consultation
des personnes mises en cause.

Yacin
Elmi Bouh s’est longuement attardé sur le final : un chef d’oeuvre
remarquable (a précisé ce grand expert, mondialement reconnu
en cirage de pompes présidentielles)

En
tout état de cause, la République de Djibouti est une démocratie
où l’on respecte l’Etat de droit y compris tes droits fondamentaux
de la personne humaine érigés en principes constitutionnels
,
dans la mesure où l’on ne s’écarte pas du cadre légal
en vigueur sans porter atteinte aux droits et à la dignité des
autres citoyens.

II
convient de rappeler que nul n’est au dessus de la loi
. Cette dernière
sera dès lors appliquée dans toute sa rigueur à l’égard
d’individus ou organisations qui, sous le couvert de prétextes et de
prétendues violations des ” droits de l’homme “, s’arrogent
délibérément le droit de dénigrer et diffamer
injustement toute autre personne au institution qui ne soient pas de leur
bord politique.
_______________________________________

Ces déclarations ont été applaudies chaleureusement par
tous les membres présents. Jusqu’à ce jour, nul officiel n’avait
jamais osé aller aussi loi et affirmer solennellement que la République
de Djibouti était un Etat de Droit. Ali Mohamed ABDOU a osé
lui et il a franchi le pas.

Qui a fait mieux,
à ce jour, en faveur de la défense de la dictature et de notre
régime qui asservit scientifiquement le Peuple ? a demandé Yacin
Elmi Bouh. Personne, a-t-il dit, et je suis fier et honoré de soumettre
sa candidature à votre appréciation.

L’Ambassadeur
de France a levé la main pour s’exprimer avant le vote :

“Pardonnez-moi, si je connais encore mal les règles de fonctionnement
de notre ordre prestigieux, mais compte-tenu de la qualité et de la
contribution de notre impétrant à la Gloire de Guelleh, je voudrais
savoir s’il serait possible de le nommer directement au Grade d’officier,
sans passer par le Grade de Chevalier”.

“Je sais que cela est possible en France, puisque je l’ai fait récemment
en faveur d’Ibrahim Zaccharia, qui a été élevé, par dérogation spéciale des plus hautes autorités politiques de mon pays,
au Grade de Commandeur dans la Légion d’Honneur, sans passer par celui d’Officier ni de Chevalier.”

Yacin
Elmi Bouh, après avoir consulté les statuts, lui a répondu
que cela n’était pas possible en Droit djiboutien, mais qu’il le regrettait
personnellement aussi.

L’impétrant devra réaliser un nouvel exploit pour être
élevé au Grade d’Officier dans l’Ordre des Brosses à
Reluire.

En vertu
des Pouvoirs qui nous ont été conférés,
ALI MOHAMED ABDOU
Conseiller au Ministère de la Justice,
nous vous élevons au Grade de Chevalier
dans l’ordre prestigieux des Brosses à Reluire

Vous devrez arborer avec fierté
cette nouvelle décoration que nous
vous remettons aujourd’hui.
Vous porterez le titre de “Grand farceur”

Votre nom
sera ajouté à la liste publiée en permanence, afin qu’il
puisse être référencé par tous les moteurs de recherche
et que vos exploits soient connus ….

L’équipe
de l’ARDHD a tenu à s’associer à la fête et félicite
le nouveau Chevalier.

28/05/2000 – Le Ministre de la Justice Ibrahim Idriss DJIBRIL et le Procureur Général Ali Mohamed ABDOU vont participer à une Conférence sur les Droits de l’Enfant à Genève. Provocation ???

Quand on sait, pour avoir suivi cette affaire, les conditions dans lesquelles ils ont incarcérés illégalement 29 enfants mineurs, innocents dans la sinistre prison de Gabode – Quartier des Adultes. Ces enfants ont été victimes pendant plus de cinq mois des pires sévices, y compris sexuels et cela n’a pas altéré la bonne-conscience de nos deux personnalités.

Le Procureur Général M. Ali Mohamed ABDOU avait même osé justifier le 27 avril cette incarcération dans un communiqué de Presse où il avait affirmé que ces enfants avaient été condamnés pour avoir “sniffé de la colle” et d’autres choses et qu’il avaient agi avec discernement à l’âge de 10 ans.

Seront-ils les bienvenus à une Conférence sur les Droits de l’Enfant ?

L’hypocrisie doit avoir des limites et nous lançons une information à toutes les Associations présentes à Genève pour qu’elles informent avec précision la Presse sur les actes honteux et répréhensibles commis par ces deux personnalités.

La libération des enfants éthiopiens et somaliens n’a été décidé que pour leur permettre d’effectuer ce déplacement !!! Qu’ont ils fait des 29 enfants, libérés en secret et transportés vers une destination inconnue … ?

Texte de l’appel de l’ARDHD envoyé dimanche 28 mai.

Nous apprenons la libération des 29 enfants mineurs innocents,

incarcérés illégalement dans la sinistre prison de Gabode à Djibouti.

Ils ont été libérés ‘secrètement jeudi dernier 24 mai 2000 et ils ont été envoyés vers une destination inconnue.

Notre Association se réjouit de l’annonce de cette libération et elle remercie tous ceux qui ont répondu à ses appels et qui sont intervenus en leur faveur :
(Il nous est absolument impossible de citer de façon exhaustive tous ceux qui ont agi efficacement – que ceux qui ne sont pas nommés nous pardonnent) :

parmi eux
MM les députés Maxime GREMETZ, Roland GARRIGUES, et beaucoup d’autres,
les Associations : OMCT (Organisation Mondiale Contre la Torture – Genève),
Agir Ensemble pour les Droits de l’Homme, Avocats sans Frontières (Belgique),

Cyber-Action, Survie, AFADD, … etc..

Mais notre Association s’inquiète, car ces enfants, qui ont subi les pires sévices dans la Prison de Gabode (y compris sexuels) n’ont pas été remis,
comme nous le demandions, à une ONG qui aurait assuré leur prise en charge et leur réinsertion.

Il est indispensable d’obtenir une réponse des autorités djiboutiennes pour connaître le lieu de séjour des enfants afin de leur porter secours.

Nous apprenons que MM. Ibrahim Idriss DJIBRIL,
Ministre de la Justice
et Mohamed Ali ABDOU, procureur général, osent se rendre à Genève pour participer à une Conférence sur les Droits de l’Enfance !!!

nous demandons à toutes les Associations qui défendent les Droits de l’Homme et qui sont implantées à Genève, de leur réserver un accueil à la hauteur de leurs crimes.
Nous souhaitons qu’elles informent les journalistes présents des conditions dans lesquelles ont été incarcérés 29 enfants mineurs âgés de 10 à 18 ans dans la Prison de Gabode.

28/05/2000 – L’Homme ou la femme de la semaine : deux nominés encore cette semaine !
Ibrahim Idriss DJIBRIL et Mohamed Ali ABDOU (2ème nomination)

1 – IBRAHIM IDRISS DJIBRIL
Ministre de la Justice

2 – ALI MOHAMED ABDOU
Procureur Général (2ème nomination)

Ces deux personnalités sont responsables de l’incarcération de vingt-neuf enfants mineurs et innocents (entre 10 et 15 ans pour la majorité) dans la sinistre prison de Gabode pendant plus de cinq mois et de complicité d’actes de torture sur mineurs. Étant informés de tous les sévices qu’ils devaient supporter (y compris sexuels), ils n’ont rien fait pour leur apporter ni une aide ni le moindre secours. Bien au contraire dans un communiqué de presse tragique le 27 avril, le Procureur Général a justifié sa décision en affirmant le plus sérieusement du monde que “ces enfants avaient agi avec discernement…”

Jeudi dernier, inquiets du retentissement international donné à cette situation et dans le but de se rendre à la Conférence sur les Droits de l’Enfant à Genève (on croit rêver !), ils ont décidé leur libération en ‘cachette’…. mais nul ne sait aujourd’hui la direction prise par ces enfants. Que sont-ils devenus ? Un appel est lancé pour les retrouver.

En agissant ainsi, nous deux élus de la semaine imaginaient peut-être pouvoir revêtir une nouvelle vertu. Qui trompera-t-elle ?

nous espérons qu’ils seront bien accueillis à Genève et que toutes les Associations informeront les journalistes présents de leurs comportements criminels contre les Droits de l’Homme et complicité de tortures sur des Enfants mineurs.

Nous les félicitons pour leur hypocrisie. Que pensent leurs propres enfants ?

Rappel des personnages déjà élus :

N° 17 – Mme Leila, juge d’instruction
N° 19 – Omar FARAH, gendarmerie d’Ali Sabieh
N° 29 – Le général Yacin YABIEH,
N° 32 – Le directeur de la Prison de Gabode,
N° 33 – Ali Mohamed ABDOU, procureur général
N° 35 – Mme Hawa Ahmed Youssouf Ministre déléguée

N° 35 – conjointement avec M. Le Représentant de l’UNICEF à Djibouti.

09/05/2000 – L’HOMME DE LA SEMAINE: ALI MOHAMED ABDOU QUI JUSTIFIE UNE CONDAMNATION A UN AN DE PRISON DE FERME POUR DES MINEURS AYANT “SNIFFE DE LA COLLE” ET …

Monsieur Ali Mohamed ABDOU est une “vieille connaissance”. Il avait signé fin janvier 2000 le communiqué commun “de la famille judiciaire” qui prétendait que Djibouti était un état de Droit.

Cette fois, il persiste, mais il est le seul signataire …

Il ose prétendre que des enfants âgés entre 10 et 15 ans ont le discernement suffisant pour juger de leurs actes … et que leur condamnation à un an de prison ferme pour avoir “SNIFFE de la COLLE” est une mesure douce, puisqu’ils encouraient CINQ ANS …

Il ose prétendre que des réfugiés ont pu reconnaître “librement” les faits qui leur sont reprochés, alors qu’ils ne parlaient probablement pas la même langue que les policiers et qu’ils ne savent probablement pas lire …

Monsieur le Procureur Général, vous gagnez le titre cette semaine. Nous espérons simplement que vous n’avez pas d’enfants, car vous pourriez avoir du mal à leur expliquer un jour vos actes honteux sur des mineurs …