Articles

25/04/04 (B244) J’ai ma réponse ! Merci et bravo l’ARDHD ! (Lecteur)

La semaine dernière,
j’avais lancé via votre site, un appel aux Djiboutiens pour qu’ils
essayent de trouver une arnaque possible à soumettre à IOG.

Le problème que
j’avais posé, était le suivant :

Guelleh sait faire
de l’argent avec tout, y compris avec le malheur des autres (cf son appel après les inondations). Comment pourrait-il
s’y prendre pour en faire avec ses propres ennuis, à savoir l’affaire
Borrel.

Eh bien, c’est l’équipe
de l’ARDHD qui me semble avoir gagné !

J’ai découvert
avec intérêt votre dessin en haut à droite du journal.
Pas besoin d’en dire plus, vous êtes les gagnants. Guelleh va surement
vous proposer une petite commission, comme il sait bien le faire, pour lui
avoir donné cette nouvelle idée.

Mais je vous en prie,
ne l’acceptez pas ! Oh ce n’est pas vraiment que je sois inquiet car depuis
six ans, vous avez du recevoir un certain nombre de propositions pour arrêter
votre action. Si vous la continuez sans aucune interruption, c’est que vous
n’avez jamais cédé au chant des sirènes …

25/04/04 (B244) Radio-Trottoir : les nouvelles mésaventures du petit LT/ Colonel Zakaria. (Lecteur)

1 –
Les nouvelles mésaventures du Petit L.C. Zakaria

Jeudi dernier,
le Lieutenant Colonel Zakaria devait partir, avec d’autres officiers de
la Gendarmerie (son corps) et de la Police pour les USA afin d’y suivre
des stages de perfectionnement.

Mahdi, son patron, a annulé
son départ, de peur qu’il ne se fasse arrêter par la Police francaise
des frontières à Paris. Mahdi Cheik, en toute légitimité,
a pensé ! En gros, il a fait le raisonnement suivant : ce petit Zakaria
est relativement fragile, puisque j’ai pu le manipuler sans difficulté
et qu’il s’est fait avoir par Iftin en Ethiopie. Comment pourrait-il résister
à la Police française ?

Pour tenter de faire fléchir
son Chef, Zakaria a tenu à lui préciser qu’il était en
possession d’un Passeport de service et d’un ordre de mission. Mahdi lui a
rétorqué que les Francais n’accordaient même plus d’immunité
aux titulaires d’un Passeport diplomatique.

Pour le convaincre, il
a fait référence à l’arrestation du Directeur général
de la Police nationale du Gongo Brazzaville. Selon les informations cette
personne, pourtant munié d’un Passeport diplomatique aurait passé
une bonne journée à la prison de la Santé, afin d’être
finalement libéré.

Conclusion : si mes informations
sont bien confirmées, le Lieutenant Colonel reste à la maison
et il pourra garder les bâtiments … pour tuer le temps(*), en attendant
le retour des copains.

(*) Certaines mauvais
langues affirmeraient que le L-C Zakaria a toujours envie de tuer … surtout
lorsqu’il est contrarié, ce qui est certainement le cas. Ce serait
une sorte de deuxième sens chez lui. Pour la sécurité
de tous, il faut mieux qu’il tue le temps … !

2
– Suite de l’affaire Borrel et des réactions d’IOG.

Le lendemain de la diffusion
du reportage de TF1, IOG était complètement déstabilisé.
Il a aussitôt pris une série de mesure d’urgence absolue.

1°) Interdire aux
FFDJ de continuer à chercher les morts, victimes des innondations et
d’intervenir pour réouvrir les routes, que ce soit en ville ou en brousse,

2°) Faire intervenir
l’AND en remplacement des FFDJ, (*)

3°) Annoncer que le
Port avait fait un bénéfice de deux milliards de FD.

Quand à la BBC
section Somalie, elle a diffusé des chansons (significatives ?)


Extraits traduits par l’auteur :

Les ordres de Dieu
sont ceux qui sont exécutés,
Ces derniers temps, tu te croyais un dirigeant,
C’est la vie, il n’y a pas d’éternel,
La fleur montante, te voilà en sécheresse (panne),
Te voilà en sécheresse.

La non-assistance du
malheur était entre nous,
Moi, j’ai goûté le mal, il te faut le goûter aussi,
Bien observez
Bien observez toujours,
Bien observez toujours,

Il y a une époque où toi aussi, tu t’amusais …

(*) On dit que des
bâteaux ont repêché des cadavres près de la plage
de Tadjourah. Cela montre l’incompétence de l’équipe au pouvoir
et la déraison des décisions qu’IOG prend sous le coup de la
colère.

22/04/04 (B244) RSF / RFI 4e édition du Prix du Reportage. Appel à candidature.

Communiqué
de presse,
Paris, le 23 avril 2004


RFI – Reporters sans frontières
Appel à Candidatures


RFI et Reporters sans frontières organisent un concours de journalisme
en Afrique francophone. Ce prix récompensera le meilleur reportage
d’actualité de l’année dans quatre catégories : la presse
écrite, la photographie, le dessin de presse et le prix radio «
Jean Hélène ».

RFI, première radio
d’actualité internationale en continu, et Reporters sans frontières,
organisation internationale de défense de la liberté de la presse
se sont associées, en 2001, pour créer un concours de journalisme.
Le Prix du reportage RFI-Reporters sans frontières a pour but de découvrir
et d’encourager des talents journalistiques dans 22 pays francophones d’Afrique
et de l’océan Indien et de les promouvoir sur le plan international.
Quatre prix seront décernés ; ils récompenseront le meilleur
reportage d’actualité dans chacune de ces quatre catégories
: presse écrite, photographie, dessin de presse et le prix radio «
Jean Hélène ».

Les lauréats recevront
leur prix à Paris en octobre, à l’occasion de la Conférence
de presse de rentrée de RFI. Ils bénéficieront chacun
d’une enveloppe de 1 000 euros à investir, par l’intermédiaire
des organisateurs, en équipement professionnel choisi par le lauréat,
d’un séjour de 7 jours à Paris et d’un stage professionnel,
dispensé en partenariat avec l’Ecole des métiers de l’information-cfd.

Les candidatures doivent
être envoyées avant le 31 mai 2004 (le cachet de la poste faisant
foi) au CCF ou à l’Alliance Française de la ville du candidat
ou à Reporters sans frontières, 5 rue Geoffroy Marie, 75009
Paris, France.

Le concours est ouvert
aux journalistes professionnels travaillant dans l’un des 22 pays suivants
: Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Comores, Congo, Côte
d’Ivoire, Djibouti, Gabon, Guinée, Madagascar, Mali, Maurice, Mauritanie,
Niger, République centrafricaine, République démocratique
du Congo, Rwanda, Sénégal, Seychelles, Tchad et Togo.

Pour participer, il suffit
de retirer dans les Centres culturels français de ces pays un formulaire
d’inscription et le règlement du prix, également téléchargeables
sur les sites de RFI (www.rfi.fr rubrique « Concours ») et de
Reporters sans frontières (www.rsf.org rubrique « Afrique »).
Les candidats devront envoyer, avant le 31 mai 2004, à Reporters sans
frontières, un article (enquête ou reportage), un reportage radio,
une photographie ou un dessin de presse ayant pour sujet un événement
d’actualité des 12 derniers mois soit du 1er juin 2003 au 31 mai 2004).

Un comité de présélection,
composé de professionnels de RFI et de Reporters sans frontières,
désignera les meilleurs reportages dans les quatre catégories.
Ces candidatures seront ensuite soumises à un jury final, composé
de journalistes spécialistes de l’Afrique et de membres partenaires,
qui sélectionnera chacun des lauréats « presse écrite
», « photographie », « dessin de presse » et
« radio Prix Jean Hélène ».

Du 22 mars au 16 mai 2004,
RFI diffuse sur ses antennes une campagne d’appel à candidatures. Des
affiches, annonçant le lancement du prix, sont également envoyées
aux rédactions africaines dans le cadre du réseau Presse et
Démocratie (Réseau électronique africain pour la liberté
de la presse).

En partenariat avec l’Agence
intergouvernementale de la de la francophonie et avec le concours du
Ministère des Affaires étrangères


Contact : Reporters sans frontières
Sara Kianpour
5, rue Geoffroy-Marie
75009 Paris
tél : + 331 44 83 84 75
Fax : + 331 45 23 11 51
e-mail : prix-rsf-rfi@rsf.org

23/04/04 (B244) A lire sur LOI cette semaine.

LA LETTRE
DE L’OCEAN INDIEN – 24/04/2004

DJIBOUTI – Les Américains confortent leur aide militaire

En deux ans, la petite république de Djibouti est devenue un maillon
important du système de lutte antiterroriste des Etats-Unis qui y ont
établi le quartier général de la Combined Joint Task
Force-Horn of Africa (CJTF-HOA), laquelle supervise l’action de la coalition
antiterroriste dans les pays d’Afrique de l’Est et au Yémen. (…).
[Total : 347 Mots].

LA LETTRE
DE L’OCEAN INDIEN – 24/04/2004

CDE – Vers la mise en concession du Chemin de fer djibouto-éthiopien
Les gouvernements de Djibouti et d’Ethiopie ont lancé un appel
à manifestation d’intérêt pour la gestion du Chemin de
fer djibouto-éthiopien (CDE). (…). [Total : 61 Mots].

23/04/04 (B244) Appel à envoyer des dons au HCI pour les sinistrés des Inondations à Djibouti (En anglais) Djibouti Canadian Center.

Djibouti Canadian Center
Center de Djibouti Canadien
1910 St Laurent P.O.B 41168
Ottawa, On K1G 5K9
Canada
(613) 266 5571


http://humanconcern.org/djibouti_urgent.html


Disaster In Djibouti

Urgent Appeal For Help

They need….

Food Shelter Water
Medicines


Djibouti group seeks flood donations

Ottawa’s Djibouti
community has issued a plea for donations to help those reeling after flooding
devastated the tiny East African nation earlier this Week.

«  We are calling for
donations Either medicine, clothing, and food provisions, anything we can
send in to the people as soon as possible over there,«  Mohamed Awaleh of
the Djibouti Canadian Center said yesterday. Awaleh said the worst is yet
to come as malaria and diarrhea are likely to be the big killers once the
flooding stops. Donations can be dropped off at caledon place or call (613)
266 5571 for more information.

· Hundreds of thousands
affected

· Dozen of people
died

· Homes washed
away

· Tens of thousands
Homeless & displaced

Torrential rain cause
the Ambouli River to burst its banks lost shelter and belongings Malaria,
diarrhea and other diseases becoming rampant due to water contamination affecting
over 250,000 inhabitant. After-effects would cost more lives as the water
recede.

Please Donate Generously
to HCI

HCI Fundraising Program
for Djibouti disaster victims:

Saturday, May 1, Alumni
theatre, Carleton University, 6:00-8:00 PM

Please attend with your
family and friend. Inform and encourage other to attend

Yes, I would like to donate
to Djibouti

Attached is my donation for $——————–

Name: —————————————————-

Address: ————————————————-

Post Code: ————————————————

Tel Home: ————————

Tel
Work: ——————————–Cell: —————–

Email: ——————————————

Web: ————————————————

( ) Cheque ( ) American
Express ( ) Master Card ( ) Visa

Card No————————————————

Expiry
Date: ——————————-

Signature: ————————————————–

Djibouti:
Floods Information Bulletin No. 01/2004


The Situation

News was received yesterday
15 April from Red Crescent Society of Djibouti that torrential rains and high
winds hit Djibouti town and the surrounding areas between Sunday 11 to Tuesday
13 April. There has been an almost complete communication blackout as the
storm brought down telephone poles. The rains caused flash flooding in Djibouti
town. As flood waters surged along the dry river bed between Djibouti town
and Balbala suburb many homes were washed away. Electricity supply had been
cut off to many parts of the city but partly restored by Tuesday 13 April.
Government ministers reported on 15 April that 48 people had been killed and
1,500 people were evacuated by the Djibouti military, with the assistance
of US and French military helicopters, to two schools (also reported in an
IRIN1 report). A representative from ECHO had reported yesterday afternoon
that 50 bodies had been found, the government was expecting another 100 or
so and that 5,000 people were affected but who were able to return to their
homes. The Red Crescent of Djibouti reported last night that the Government
had revised the death toll to 156 people and that around 10,000 people had
lost shelter and property. Red Crescent of Djibouti has also expressed fears
that up to 100,000 people may be affected. This may be half the population
of Djibouti (300,000-400,000) that live in basic housing very vulnerable to
the torrential rains and high winds.

According to the UNDP
Resident Representative there has been no UNDAC2 deployment, they confirm
official Ministry of Interior figures of 100,000 affected, but their visit
of yesterday to the affected area confirms approximately 1,500 only affected.
Power and water supply has been re-established to around 50% of population.

ECHO has expressed concerns
that only 40% of the urban water supply is presently functioning (although
the water supply is normally inadequate for the needs of the population, especially
in the poorer suburbs). This is of concern as Djibouti is prone to cholera
and malaria especially as the temperature is getting hotter.

The evacuation phase appears
complete and the search for bodies continues. The Government Ministries of
Interior and Foreign Affairs will hold a meeting early today 16th where the
outcome of the evaluation of the damage will be reported and roles assigned
to various organizations.

23/04/04 (B244) Radio-Trottoir : mais où est donc passé Me Aref ? (Houmed Daoud)

Depuis quelque temps,
Aref Mohamed Aref, Avocat au Bareau de Djibouti, internationalement connu
pour ses engagements en faveur des Droits de l’Homme à Djibouti, se
fait trés discret, trop même pour un homme de son charisme …
!

Selon certaines sources, Aref aurait négocié un compromis politique
avec son cousin Dilleita, qui l’aurait accompagné à un rendez-vous
chez IOG.

Aussitôt après
cet entretien, le célèbre Avocat djiboutien a commencé
à bénéficier de toutes les largesses du régime,
qui l’avait asphyxié et emprisonné durant des années,
il est vrai.

Aujourd’hui, il faut noter
que l’homme qui fut, pendant des années, le meilleur Ambassadeur de
la Démocratie sur la scène internationale, de la Justice et
des Libertés en faveur des Djiboutiens ; celui qui prenait toujours
la défense des syndicalistes et des opprimés a beaucoup évolué
(sic !)

Il serait devenu patron
d’une Société de Transit. Notre avocat a-t-il obtenu gain de
cause / réparation, dans les affaires politico-politiciennes qui l’opposaient
aux Autorités djiboutiennes ?

Si ce n’est pas cela,
il faudrait en déduire immédiatement que le régime djibouti
est devenu subitement un régime fréquentable pour les Défenseurs
des Droits de l’Homme et des Peuples opprimés ?

Le cas d’Aref n’est pas
isolé, il faut bien le reconnaître. A l’instar de nombreuses
personnalités djiboutiennes, aujourd’hui ralliées à Guelleh
et regroupées dans le même camp que lui, on constate que les
dirigeants djiboutiens, Dilleita en tête, sont devenus des vulgaires
serviteurs de la dictature.

Finalement, je suis en
train de me rendre compte, qu’  » il n’y a que le décor qui évolue,
les mentalités sont les mêmes, tous des tocards, tous des faux
c…… « , comme l’a si bien chanté Renaud

Houmed
DAOUD

23/04/04 (B244) Un proverbe de chez nous dit : Ad gayrin ounaa alloshi ka shoygaba qui veut dire : Celui qui a mange la viande crue doute de son ventre. (Lecteur)

IOG est vraiment déstabilisé
et crie que le peuple est derrière lui alors que même ceux qui
sont au gouvernement sont la pour faire semblant. Même son cabinet qui
avait dresse le communique avait fait semblant. Ces intellos qui travaillent
pour IOG ont écrit un communique digne du bla bla. Ils parlent d’une
soi-disant jalousie des intérêts francais en raison des contrats
qui auraient été donnés à des entreprises américaines…

La France connaît
trés bien la situation et n’a jamais cherché à déstabiliser
IOG. En tout cas rien le me le laisse penser. Un seul communiqué du
Quai d’Orsay sur les élections serait suffisant, mais nécessaire
pour renvoyer IOG à Dire Dawa.

D’ailleurs il n’est un
secret pour personne que les Djiboutiens, nés à une autre date
que le 1er janvier, regrettent le divorce avec la Métropole : l’indépendance
!

Eh oui ! L’indépendance
a surtout servi les intérêts des non-djiboutiens. C’est notre
paradoxe ! Autrefois, nous avions des soins, un système d’éducation,
de l’eau et la securite. Nous pourrions bénéficier des mêmes
avantages que ceux des Dom Tom et pourtant nous en sommes privés …

Comme par magie, ce matin
l’Armée nationale s’est mise à ramasser la boue sur la route
qui passe dans le quartier 7. IOG est trés mal a l’aise au sujet du
mouvement qui commence a s’organiser entre des soldats / policiers qui portent
l’uniforme et qui refuseraient désormais de cautionner plus avant la
dictature.

IOG ne veut pas procéder
à un grand nettoyage, mais il lui importe d’identifier les organisateurs
de ces mouvements au sein de l’armée.

Ce mouvement libre des
hommes en uniforme est né depuis la levée du Secret défense
au sujet de l’affaire Borel.

Autre sujet important
qui decoule de l’affaire Borel:

Pour la 1ere fois la RTD
parle d’un bénéfice de 2 milliards pour le Port. Eh oui, le
Port !.