Articles

10/07/08 (B455) Garowe On Line / Un cargo allemand pris en otage depuis 41 jours, relâché par les pirates du Puntland, contre le versement d’une rançon de US$ 750.000 (En Anglais – Info lecteur)

Somali pirates who have held a German-owned vessel and its 15-member crew for more than one month released the ship on Tuesday after receiving a ransom payment, a local mayor told Puntland-based Radio Garowe.

Abdullahi Said O’Yusuf, mayor of the coastal village of Eyl, said that all 15 crew members of MV Lehmann Timber were safely released after another ship brought ransom payment totaling US$750,000.

The exchange was made at the high seas and the ship’s owners and the pirates had “direct communication,” Mayor O’Yusuf told Radio Garowe from his office in Eyl.

Currently, there are no hijacked ships that are being held captive near the coast of Eyl, according to the mayor.

But he said that there were “emerging reports” that another ship was hijacked Monday in the Gulf of Aden, but he did not have details.

Somalia’s pirates have netted millions of dollars in ransom payments so far this year, as the pirates exploit weak governance in the region of Puntland, which has become a major hub for piracy in recent years

10/07/08 (B455) Hier soir, Guelleh a dissout le MRD par décret… en lui reprochant ses prises de position en faveur d’une intervention érythréenne, pour mettre fin à son régime dictatorial … (Info lecteurs – 2 articles)

___________________________________________ ADI
09/07/2008 – Le chef de l’Etat dissout le Mouvement pour le renouveau démocratique (MRD) de DAF

Le ministère de l’Intérieur a annoncé mercredi la dissolution par décret présidentiel du parti d’opposition “Mouvement pour le renouveau démocratique (MRD)”, dont le chef, Daher Ahmed Farah dit DAF, aurait “invité” le dirigeant érythréen à “envahir” Djibouti.

“Les biens du Mouvement pour le renouveau démocratique seront liquidés conformément aux dispositions de ses statuts ou à défaut conformément aux dispositions régissant les associations”, indique le décret.

Cette décision intervient après que le chef du parti, qui vit à Bruxelles, eut adressé au président Issayas Afeworki un courrier dans lequel il l’invite à “envahir la République de Djibouti et à atteindre ainsi à l’Indépendance Nationale, à l’intégrité du territoire et à l’unité de l’état”.

Selon ce courrier dont l’ADI a pu se procurer une copie, DAF aurait dit à Issayas Afeworki que “le peuple djiboutien vit sous la dictature d’un chef d’Etat et d’un général cousins”.

Daher Ahmed Farah aurait également prié le chef de l’Etat érythréen à “mettre fin à ce règne” pour que l’opposition djiboutienne puisse enfin “gérer le pays dans la transparence”.
______________________________________ APA
Un parti d’opposition dissous à Djibouti, pour “atteinte à l’intégrité territoriale”

APA – Djibouti (Sénégal) Le Mouvement pour le Renouveau Démocratique (MRD, opposition djiboutienne) a été dissout mercredi, par un décret du Président de la République, M Ismaîl Omar Guelleh sous l’accusation de « porter atteinte à l’indépendance nationale, à l’intégrité du territoire et à l’unité de l’Etat ».

Le MRD aurait lancé un appel au Président érythréen, Issayas Afeworki, à « envahir la République de Djibouti », selon les autorités de ce dernier pays, qui s’appuient sur un document, dont copie a été présentée à la presse.

La lettre incriminée et attribuée au MRD, serait datée du 6 juillet dernier et partie de Bruxelles, en Belgique où vit en exil, le leader du parti, Daher Ahmed Farah.

Un différend frontalier oppose Djibouti et l’Erythrée, depuis février dernier. Le 10 juin dernier des accrochages entre les soldats de deux pays ont fait une vingtaine de morts côté djiboutien.

Si cela été avéré, l’appel attribué au MRD serait d’autant mal venu que la République de Djibouti, qui a saisi la communauté internationale suite à « l’agression injustifiée de l’Erythrée », a obtenu du Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union africaine (UA) une « condamnation ferme de l’opération menée (…) à Ras Doumeira et sur l’île portant le même nom ».

Le CPS a exigé, mardi 1er juillet dernier, un « retrait immédiat et sans condition », des troupes érythréennes présentes sur le sol djiboutien.

La vie politique à Djibouti, petit territoire de la Corne de l’Afrique et ancienne colonie française, est marquée par une sorte de bipolarisation informelle, avec deux groupes distincts de partis, qui aux législatives de 2003, s’étaient lancés dans la course aux sièges.

Ceux du pouvoir sont regroupés autour du Rassemblement Populaire pour le Progrès (RPP) du Président M Ismaîl Omar Guelleh, avec lequel ils composent l’Union pour la Majorité Présidentielle (UMP) et en face, l’opposition constitutive de l’Union pour l’Alternance démocratique.(UAD).

La Présidentielle de 2005 avait été boycottée par l’essentielle des partis de l’opposition.

La formation dirigée par Daher Ahmed Farah, faisait partie de l’UAD. Les observateurs relèvent que, jusqu’à mercredi dans la soirée, ni le leader du MRD, ni un quelconque membre du parti n’avait encore réagi à la mesure de dissolution.

10/07/08 (B455) AFP / Somalie: le Premier ministre espère que la paix règnera “bientôt”.

LA HAYE (AFP) — Le Premier ministre somalien Nur Hassan Hussein espère que la paix et la stabilité règneront bientôt dans son pays et a demandé à l’ensemble des Somaliens de soutenir les accords de paix signés il y a un mois à Djibouti, lors d’une visite à La Haye jeudi.

“Après avoir été affecté pendant dix-huit ans par les difficultés et les problèmes, il y a de nouveau l’espoir que la paix et la stabilité règnent bientôt en Somalie”, a déclaré M. Hussein, en marge d’une rencontre avec le ministre néerlandais de l’Aide au développement, Bert Koenders.

Le chef du gouvernement somalien a estimé que l’espoir de paix était permis “si le gouvernement, les chefs traditionnels, les chefs religieux et la diaspora jouent leur rôle”, a-t-il ajouté.

M. Hassan Hussein a estimé que “les tueries sont un problème pour l’assistance humanitaire” dont la Somalie est largement tributaire.

Dimanche, le chef par intérim de la mission du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), Osman Ali Ahmed, de nationalité somalienne, est tombé sous des tirs alors qu’il quittait une mosquée dans un quartier sud de la capitale.

“Nous n’en sommes pas encore (à l’application d’accords de paix), mais les parties y travaillent”, a estimé M. Koenders, insistant sur le rôle que l’Union africaine et le Conseil de sécurité des Nations unies ont à jouer pour renforcer le camp de la paix.

Le 9 juin, le Premier ministre somalien et l’un des chefs de l’opposition, cheikh Sharif Cheikh Ahmed, avaient signé à Djibouti un accord renouvelable de cessation de hostilités de trois mois, déjà remis en question par d’autres membres importants de l’opposition qui dénoncent l’absence de calendrier de retrait des forces éthiopiennes.

L’armée éthiopienne, venue soutenir le gouvernement de transition, a mis en déroute fin 2006-début 2007 les forces des tribunaux islamiques qui contrôlaient la majeure partie du centre et du sud de la Somalie, dont Mogadiscio.

Depuis, des insurgés dirigés par les islamistes mènent des actions de guérilla quasi-quotidiennes visant en particulier les soldats éthiopiens et somaliens et des représentants du gouvernement somalien, à Mogadiscio mais aussi en province.

Depuis le début en 1991 de la guerre civile, qui a fait environ 300.000 morts, une dizaine de tentatives de ramener la paix en Somalie se sont soldées par des échecs.

10/07/08 (B455) Le FIGARO avec AFP / Somalie: un cargo relâché par des pirates (Info lectrice)

Des pirates ont relâché un cargo saisi 41 jours plus tôt au large de la Somalie avec 15 membres d’équipage, a-t-on appris aujourd’hui auprès du propriétaire allemand du navire.

La compagnie s’est refusée à toute précision sur les modalités de la libération.

Les eaux proches des côtes de la Somalie, ravagée par la guerre civile depuis 17 ans, sont considérées comme les plus périlleuses du monde pour la navigation. En 2007, plus de 25 navires ont été détournés par des pirates dans ses eaux.

10/07/08 (B455) AFP DU 8/07/08 / Affaire Kieffer: Simone Gbagbo n’a reçu aucune convocation, selon son avocat (Info lectrice)

ABIDJAN (AFP) – L’épouse du chef de l’Etat ivoirien, Simone Gbagbo, n’a reçu aucune convocation du juge français Patrick Ramaël dans le cadre de son enquête sur la disparition en 2004 en Côte d’Ivoire du journaliste franco-canadien Guy-André Kieffer, a indiqué à l’AFP son avocat Rodrigue Dadje.
(Publicité)

“Nous n’avons reçu aucune convocation d’un quelconque juge, notamment nous n’avons pas reçu de convocation du juge Ramaël dans le dossier Kieffer”, a affirmé Me Dadje.

L’avocat de Mme Gbagbo a regretté l’annonce dans la matinée sur Radio France internationale (RFI) de la convocation à Paris de Mme Gbagbo et du ministre ivoirien du Plan Paul-Antoine Bohoun Bouabré par le juge Ramaël, estimant qu’il aurait fallu attendre d’avoir “la certitude que la convocation est arrivée”.

“On ne s’oppose pas par principe à une convocation mais nous n’avons pas reçu de convocation. Nous l’avons appris par voie de presse”, a par ailleurs indiqué à l’AFP Léonard Guédé, conseiller spécial du ministre Bohoun Bouabré.

“Tout ce débat sur sa présence en France est inutile”, a poursuivi l’avocat du chef de l’Etat Laurent Gbagbo, qui n’a pas exclu d’attaquer en diffamation les médias français qui ont repris l’information.

“Il ne faut pas qu’on donne l’impression que Mme Gbagbo fait obstruction à l’appareil judiciaire français”, a souligné Me Dadje, ajoutant que “Mme Gbagbo souhaite aussi que la vérité soit faite sur ce dossier et que la page soit tournée”.

“Les citoyens ivoiriens résidant en Côte d’Ivoire, et par surcroît des ministres, ne peuvent être convoqués devant les autorités judiciaires étrangères que sous le couvert de l’autorité judiciaire nationale (ivoirienne) et non par voie de presse”, a rappelé le conseiller du ministre.

“Je crois même qu’à ce titre, le gouvernement (ivoirien) devrait protester”, a-t-il ajouté.

Journaliste indépendant enquêtant notamment sur des malversations dans la filière cacao en Côte d’Ivoire, Guy-André Kieffer a disparu le 16 avril 2004 à Abidjan. Son corps n’a jamais été retrouvé.

Selon les enquêteurs français, il a été enlevé par un commando sur un parking de supermarché d’Abidjan alors qu’il avait rendez-vous avec Michel Legré, beau-frère de Simone Gbagbo. Michel Legré a été inculpé par le juge Ramaël le 11 octobre 2004.

Les enquêteurs n’ont pas pour autant soupçonné le couple présidentiel d’être impliqué directement dans cette affaire, mais plutôt certains cadres du régime liés aux milieux d’affaires, notamment du cacao.

10/07/08 (B455) Les Ethiopiennes rompent l’embargo sur les armes à destination de la Somalie. 15 avions, dont 7 remplis d’armes lourdes auraient atteri à Baïdoa en Somalie en contravention avec la résolution votée par les Nations unies. Et il y aurait eu d’autres vols avant, transportant des armes et de l’artiellerie. Ethiopia breaks UN Somali arms ban (En Anglais – Info lecteur)

80% of ammunition on sale is from Ethiopian and Somali troops.

About 15 planes loaded with military weapons for Ethiopian troops have landed in Somalia despite a UN arms embargo on the country.

At least seven flights carrying heavy weapons and military hardware landed in Baidoa airport about 250km from Mogadishu, while another eight landed in the capital city’s Aden Adde airport, a government official who refused to be named told Press TV on Tuesday.

The government-backed Ethiopian troops have transported the weapons to their military bases across Somalia, the official added.

The airport in the breakaway Somaliland has also been used in the past three days to import massive amounts of artillery into the war-shattered Horn of Africa nation.

According to the United Nations, Somalia is awash with weapons despite a 1992 weapon ban that followed the collapse of the central government a year before. Somalia has been engulfed in civil conflict ever since.

Ethiopia and other neighboring African countries have denied accusations by a UN weapons sanctions committee that their soldiers broke the world body’s arms embargo on the conflict-torn country.

Boats, planes and donkeys mainly transport weapons and military hardware to Somalia’s numerous arms markets. Experts say 80 percent of ammunition on sale in Somali markets come from Ethiopian and Somali troops.

10/07/08 (B455) Afrik.com Côte d’Ivoire : Simone Gbagbo prochainement entendue par la justice française (Info lecteur)

___________________________________ Note de l’ARDHD
Cette affaire pourrait présenter certaines similitudes avec l’affaire Borrel et il est intéressant de constater que la Justice française convoque l’épouse d’un Chef d’Etat qui n’est pas protégée par une immunité …
________________________________________________________

La première dame de Côte d’Ivoire Simone Gbagbo et un ancien ministre de l’Economie Paul Antoine Bohoun Bouabré seront entendus par la justice française le 10 juillet à Paris dans le cadre de l’affaire Kieffer, informe RFI. Guy-André Kieffer, journaliste indépendant franco-canadien, collaborait pour différentes publications sur l’Afrique, lorsqu’il a disparu le 16 avril 2004 dans des circonstances toujours indéterminées.

Il enquêtait à cette époque sur les malversations financières en lien avec la filière cacao. Le jour de sa disparition, il avait rendez-vous avec Michel Legré, le beau-frère de Simone Gbagbo. Depuis, l’affaire s’est enlisée.

10/07/08 (B455) Mot d’humeur / Et si la Justice française décidait d’interroger Paulette dans le cadre de l’affaire Borrel. Elle sait probablement des choses sur lesquelles elle pourrait témoigner sans crainte, puisque contrairement au Prince régnant, elle n’est pas immunisée … (ARDHD)

L’affaire de la disparition du journaliste Guy-André Kieffer présente un certain nombre de similitudes avec la disparition du juge Borrel.

Comme il est de notoriété publique que Paulette est au courant de toutes les affaires importantes qui se déroulent dans la principauté, il est fort possible qu’elle détienne des informations capitales qui pourraient éclairer la Juge Clément dans son enquête sur le meurtre du Juge Borrel.

Pourrions-nous conseiller (sans outrepasser nos droits) à la Justice française de demander à Paulette de venir témoigner et de dire ce qu’elle sait ?