Articles

30/09/08 (B467-B) Polémiques sur la véritable destination des armes transportées dans le cargo ukrainien qui a été arraisonné par les pirates. (3 dépêches – Infos lecteur et lectrice)

________________________________ ARDHD
Comme nous l’avions déjà supposé hier dans un article qui a été publié avant le début de la polémique médiatique, il serait surprenant que tout l’arsenal du cargo soit destiné exclusivement aux forces armées du Kenya.

Notre source laissait supposer « qu’il pourrait y avoir d’autres clients placés sous embargo et qu’il y aurait un détournement de cet embargo. Djibouti pouvant être le commanditaire, comme cela aurait déjà pu se produire dans le passé.« 

Actuellement la polémique concerne soit le Kenya, soit le Soudan, comme destinataire final. Mais il y en a peut-être d’autres. L’UIC pourrait ne pas être étrangère … d’autant que le cargo n’a pas été ancré à Eyl, mais dans un autre village (port ?) à 500 km au nord de Mogadiscio.

Quelles forces tiennent actuellement ce village ?

_______________________________ Romandie News avec AFP

La cargaison du cargo ukrainien destinée au Soudan

DUBAI – La cargaison de chars et d’armements du cargo ukrainien capturé par des pirates au large de la Somalie était destinée à un client au Soudan, et non au Kenya comme indiqué par le gouvernement de Nairobi, a déclaré lundi un porte-parole de la Ve flotte américaine basée à Bahreïn.

« Nous avons des informations indiquant que le cargo et la cargaison étaient en route pour le Soudan », a déclaré le lieutenant Nathan Christensen, interrogé par téléphone depuis Dubaï.

Il a refusé d’indiquer l’identité du client soudanais auquel les armes étaient destinées, disant « préférer ne pas spéculer » à ce sujet.

Le ministère kényan de la Défense a toutefois maintenu lundi que le matériel militaire à bord du cargo ukrainien était destiné à son armée, dans une déclaration à l’AFP.

De nombreux acheteurs potentiels existent au Soudan: l’armée du régime du président Omar el-Béchir, les forces de défense sudistes des anciens rebelles du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM) et une multitude de groupes rebelles actifs dans la province du Darfour (ouest) en guerre civile.

Le cargo ukrainien Faina a été capturé jeudi par des pirates au large de la Somalie, alors qu’il se dirigeait vers le port de Mombasa (sud-est du Kenya) avec à son bord 17 Ukrainiens, trois Russes et un Letton.

Les autorités kenyanes et ukrainiennes avaient indiqué auparavant que la cargaison était destinée à l’armée du Kenya.

Des navires de guerre étrangers, dont un destroyer américain, surveillaient toujours lundi au large de la Somalie le cargo capturé par des pirates, qui exigent une rançon de 20 millions de dollars pour relâcher le bateau chargé d’armes.

Un navire de guerre américain « surveille activement » à vue le cargo ukrainien, selon un communiqué de la Ve flotte américaine. Dimanche déjà, plusieurs navires de guerre étrangers encerclaient le Faina.

Le destroyer USS Howard est à portée de vue du cargo ukrainien, « qui est ancré devant le port d’Hobyo » (environ 500 km au nord de Mogadiscio), a ajouté la marine américaine, précisant que deux autres cargos capturés par les pirates étaient au mouillage dans la même zone.

La région d’Hobyo est dominée par les islamistes qui mènent depuis début 2007 une guerre acharnée contre le gouvernement somalien.

Le capitaine du Faina, Viktor Nikolski, interrogé par Radio France Internationale (RFI), a également confirmé lundi la présence de navires militaires à proximité de son cargo.

Le capitaine de ce cargo battant pavillon de Belize a également confirmé à RFI que l’un des membres d’équipage était décédé d’une crise d’hypertension.

« A bord, nous sommes 21 membres d’équipage, dont un homme mort. Il a été mis dans une chambre froide », a déclaré M. Nikolski. « Il était malade, il est mort d’hypertension », a-t-il précisé sans donner la nationalité de la victime.

Dimanche, un porte-parole des pirates, Sugule Ali, interrogé par l’AFP via un téléphone satellitaire, avait affirmé que l’un des otages « était décédé de mort naturelle ».

___________________________________ Romandie News avec AFP

Les armes prises par les pirates bien destinées au Kenya

KIEV – Le ministère ukrainien des Affaires étrangères a affirmé lundi à l’AFP que les chars et armements saisis par des pirates somaliens à bord d’un cargo ukrainien étaient destinés au Kenya et non au Soudan, contrairement aux affirmations de la Marine américaine.

« Selon mes informations, la cargaison était destinée au Kenya, à son ministère de la Défense », a dit au téléphone le porte-parole du ministère Vassyl Kyrylych.

Un porte-parole de la Ve flotte américaine basée à Bahreïn avait indiqué plus tôt dans la journée que la cargaison du cargo ukrainien capturé par des pirates au large de la Somalie était destinée à un client au Soudan, et non au Kenya.


Ces informations ont été aussitôt démenties par le ministère kenyan de la Défense qui a maintenu que le matériel militaire était destiné à son armée, dans une déclaration à l’AFP.

__________________________________ AFP

Somalie: des frégates surveillent les pirates, polémique sur la cargaison

Plusieurs navires de guerre américains surveillaient lundi les pirates à bord du bateau ukrainien dont la cargaison militaire était, selon la Marine américaine, destinée au Soudan et non au Kenya, suscitant un démenti de Nairobi et une mise au point d’Ukraine.

« Plusieurs navires américains opèrent maintenant dans la zone du cargo Faina, battant pavillon du Belize, qui avait été capturé le 25 septembre et qui est ancré au large de la Somalie près du port de Hobyo (500 km au nord de Mogadiscio) », a indiqué la Ve flotte dans un communiqué.

« Nous allons maintenir une surveillance vigilante du cargo et rester en place tandis que se poursuivent les négociations », a indiqué le vice-amiral Kendall Card, qui commande l’opération visant à empêcher que les armes à bord du Faina ne soient débarquées.

Dans un précédent communiqué parvenu lundi à l’AFP, la Ve flotte avait indiqué qu’un navire de guerre américain, l’USS Howard, surveillait « activement » à vue le Faina.

Selon une source militaire proche du dossier interrogée par l’AFP à Nairobi et ayant requis l’anonymat, « tous les bateaux militaires autour du Faina sont américains ».

Cependant, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a indiqué qu’un navire de guerre russe et deux frégates malaisiennes « se dirigeaient » vers la zone, lors d’une conférence de presse à New York.

Les pirates réclament une rançon de « 20 millions de dollars » (13,6 millions d’euros) pour libérer le cargo, une somme environ dix fois plus élevée que le montant habituel, vraisemblablement en raison de la nature du chargement.

Alors que l’étau militaire se resserrait sur les pirates, la polémique enflait sur le véritable destinataire de la cargaison du Faina, comprenant notamment 33 chars.

« Nous avons des informations indiquant que le cargo et la cargaison étaient en route pour le Soudan », a déclaré lundi à l’AFP un porte-parole de la Ve Flotte, le lieutenant Nathan Christensen, qui a refusé de préciser l’identité du destinataire soudanais.

De nombreux acheteurs potentiels existent au Soudan: l’armée soudanaise, les forces de défense sudistes des anciens rebelles du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM) et une multitude de groupes rebelles actifs dans la province du Darfour (ouest) en guerre civile.

Les autorités kényanes et ukrainiennes ont immédiatement réagi, assurant une nouvelle fois que le chargement était bel et bien destiné à l’armée kényane.

« Les gouvernements kényan et ukrainien ont tous les documents permettant de prouver que ce chargement appartient au gouvernement kényan et non à des acheteurs inconnus au Soudan », a ainsi déclaré le porte-parole du ministère kényan de la Défense, Bogita Ongeri.

« Selon mes informations, la cargaison était destinée au Kenya, à son ministère de la Défense », a renchéri le porte-parole du ministère ukrainien des Affaires étrangères, Vassyl Kyrylych.

L’armée semi-autonome du Sud-Soudan a pour sa part affirmé que les chars ne lui appartenaient pas: « nous démentons ces allégations », a assuré à l’AFP le porte-parole de l’armée du Sud-Soudan, Peter Parnyang Daniel.

Le Centre des médias soudanais, proche des services de renseignement à Khartoum (nord), avait également rapporté lundi que les chars étaient destinés au Sud-Soudan.

Le Faina a été capturé jeudi au large des côtes somaliennes alors qu’il se dirigeait vers le port de Mombasa (Kenya) avec à son bord 17 Ukrainiens, trois Russes et un Letton.

Selon un des membres d’équipage interrogé par des télévisions russes, le capitaine, russe, Vladimir Kolobkov, est décédé à bord d’une crise d’hypertension.

Selon le Bureau maritime international (BMI), au moins 55 bateaux ont été attaqués dans le golfe d’Aden et l’océan Indien depuis janvier 2008 par des pirates somaliens.

30/09/08 (B467-B) Ria Novosti (Ru) Cargo ukrainien abordé par des pirates en Somalie: trois morts dans une fusillade (TV)

Une fusillade a fait trois morts à bord du cargo ukrainien Faïna, détourné le 25 septembre par des pirates au large des côtes somaliennes, a annoncé mardi la chaîne de télévision russe Vesti.

Selon la chaîne, les coups de feu ont retenti suite à une querelle entre les pirates et n’ont pas fait de victimes parmi l’équipage.

Les pirates ont récemment revu à la baisse le montant de la rançon réclamée pour la libération des marins détenus, dont deux Russes, 17 Ukrainiens et un Letton, de 35 à 20 millions de dollars. Auparavant, on a appris le décès du capitaine du cargo et citoyen russe Vladimir Kolobkov des suites d’une insuffisance cardiaque aiguë.

Le ministre ukrainien de la Défense Iouri Ekhanourov avait déclaré le 26 septembre à la presse que le navire battant pavillon du Belize transportait entre autres 33 chars russes T-72 destinés au Kenya conformément aux normes internationales. Les Etats-Unis affirment toutefois que le fret devrait en réalité arriver au Soudan.

30/09/08 (B467-B) Ria Novosti (Ru) Somalie: les pirates épaulés par des mercenaires étrangers (témoin)

Les pirates somaliens sont soutenus dans leurs forfaits par des mercenaires étrangers, notamment russophones, a raconté au quotidien égyptien Al-Ahram un armateur égyptien dont un navire est récemment tombé entre les mains de pirates.

Début septembre, un navire égyptien de faible tonnage transportant du ciment a été détourné près des côtes somaliennes, avec 25 membres d’équipage.

« Les agresseurs parlaient en arabe, en russe et en anglais, le négociateur changeait constamment », a déclaré Abdel Magid Matar.

Selon lui, il s’est avéré par la suite que des mercenaires aident les pirates à manoeuvrer les bateaux pris en otage, tandis que seuls des Somaliens participent à l’abordage proprement dit.

Les pirates, qui réclamaient pour le navire égyptien 3 millions de dollars, ont revu leurs exigences à la baisse en acceptant la somme de 600.000 dollars. Après remise de la rançon le 26 septembre, le navire et l’équipage ont été libérés.

30/09/08 (B467-B) AFP / Somalie: la marine US cherche à dissuader les pirates de décharger les armes.

Des navires de guerre et hélicoptères américains tentaient mardi de dissuader, devant la côte somalienne, les pirates de décharger les armes du bateau ukrainien capturé jeudi, tandis que la confusion régnait sur la destination de la cargaison.

Les pirates, joints par l’AFP depuis Nairobi, ont affirmé mardi que la cargaison militaire, dont 33 chars, était destinée au Sud-Soudan, région semi-autonome du Soudan, et non au Kenya, ce que Nairobi et l’Ukraine démentent formellement.

Mardi, le face-à-face se poursuivait au large d’Hobyo, localité portuaire située à environ 500 km au nord de Mogadiscio, entre les pirates à bord du Faina et plusieurs navires de guerre américains.

La région d’Hobyo est dominée par les islamistes qui mènent depuis début 2007 une guerre acharnée contre le gouvernement somalien.

Selon la Ve Flotte américaine, basée à Bahreïn, l’intégralité des navires qui surveillent « à vue » le Faina -trois selon les pirates- sont américains.

Le lieutenant de vaisseau Stephanie Murdock, porte-parole de la Ve Flotte, a ajouté ignorer la date d’arrivée dans cette zone d’un navire de guerre russe et de deux frégates malaisiennes annoncés lundi par le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, expliquant « ne pas être en coordination avec d’autres marines pour le moment ».

En attendant l’issue de négociations ou une éventuelle intervention militaire, les navires de guerre américains, dont le destroyer USS Howard, s’employaient à dissuader les pirates somaliens de décharger à terre la cargaison.

« La situation sur le bateau ukrainien est différente aujourd’hui. Il y a des négociations en cours entre les pirates et les navires (américains). Les pirates ont accepté de ne pas décharger la cargaison et ont, en échange, été autorisés à demander ce dont ils avaient besoin », a expliqué à l’AFP le ministre adjoint des Ports pour la région semi-autonome du Puntland (nord-est de la Somalie), dont Hobyo fait partie.

Plusieurs pêcheurs interrogés par l’AFP à Hobyo ont confirmé que les pirates avaient pu, à bord de petites embarcations, chercher du ravitaillement à terre, sous la surveillance étroite d’hélicoptères américains.

« J’ai vu des hélicoptères militaires survoler le bateau ukrainien. Trois autres gros navires de guerres sont visibles dans les environs. Il y a aussi les petits bateaux de pirates qui ont la possibilité de se déplacer », a raconté à l’AFP un pêcheur, Mohamed Dhegosin.

« Nous sommes toujours encerclés par les navires étrangers. C’est une surveillance 24 heures sur 24: les hélicoptères sont au-dessus de nos têtes mais aucune action n’a été entreprise contre nous », a expliqué à l’AFP le porte-parole des pirates, Sugule Ali, joint par téléphone satellitaire.

« Nous confirmons que ces armes n’appartiennent pas au gouvernement du Kenya, mais appartiennent (aux autorités) du Sud-Soudan », a-t-il également affirmé.

« Toutefois, a-t-il ajouté, le propriétaire des armes n’est pas notre problème, notre problème c’est les 20 millions de dollars », exigés pour relâcher le Faina et son équipage.

« Ce n’est pas une rançon, mais une amende pour transport illégal d’armes dans les eaux somaliennes », a-t-il justifié, précisant que tout était calme mardi matin à bord du cargo.

Un porte-parole de la Ve flotte américaine basée à Bahreïn avait indiqué lundi que la cargaison du Faina était destinée à un client au Soudan, et non au Kenya, suscitant des démentis de Kiev, de Nairobi et de l’armée semi-autonome du Sud-Soudan.

L’Ukraine a réaffirmé mardi que les chars et armements saisis par des pirates étaient destinés au Kenya.

Selon le Bureau maritime international (BMI), au moins 55 bateaux ont été attaqués dans le golfe d’Aden et l’océan Indien depuis janvier 2008 par des pirates venus de Somalie, pays plongé dans le chaos depuis le début d’une guerre civile en 1991.

30/09/08 (B467-B) Romandie News avec ATS / Somalie: le cargo capturé contient des chars destinés au Sud-Soudan.

Le chargement d’armes, dont 33 chars d’assaut, à bord du cargo ukrainien capturé par des pirates somaliens est destiné au Sud-Soudan et non au Kenya, a déclaré le porte-parole des ravisseurs. Nairobi et Kiev affirment le contraire.

« Le propriétaire des armes n’est pas notre problème, notre problème c’est les 20 millions de dollars », exigés comme rançon pour relâcher le Faina et son équipage, a ajouté la même source. Un porte-parole de la Ve flotte américaine basée à Bahreïn avait lui indiqué lundi que la cargaison du navire, capturé le 25 septembre, était destinée à un client au Soudan, et non au Kenya.

Les gouvernement kényan et ukrainien avaient aussitôt réaffirmé que les armes faisaient partie d’une livraison effectuée dans le cadre d’un contrat d’achat d’armement du Kenya à l’Ukraine.

Trois des pirates qui retiennent le cargo ukrainien sont eux décédés lors d’une querelle à bord, a indiqué une organisation maritime kényane.

Selon le responsable du Programme d’assistance maritime d’Afrique de l’Est, des dissensions se sont formées parmi la cinquantaine de pirates sur le point de savoir s’il fallait céder aux pressions internationales et libérer le navire et ses 20 membres d’équipage.

La marine américaine a dépêché un contre-torpilleur et plusieurs autres navires de guerre à portée de vue du MV Faina

30/09/08 (B467-B) Déclaration du Président du GED pour souhaiter une bonne fête de l’AID à toutes les musulmanes et à tous les musulmans, avec des voeux particuliers pour les populations djiboutiennes.

Le Président a adressé des voeux en particulier, à toute la population djiboutienne et plus largement à tous les musulmans pour une bonne fête de l’Aïd.

Hier, le Président du GED, au nom de tous les membres du Gouvernement en Exil a adressé tous ses voeux de bonne fête de l’Aïd à toutes les musulmanes et à tous les musulmans du monde.

Il nous a prié de reprendre son message sur le site de l’ARDHD, en rappelant combien les membres du GED sont concernés par la dégradation de la situation à Djibouti et par les nouvelles difficultés auxquelles sont confontrées toutes les femmes et les mères de famille pour assurer l’approvisionnement alimentaire et tous les hommes pour gagner équitablement le salaire de la famille.

Les risques d’éclatement d’un nouveau conflit avec l’Erythrée, a-t-il dit, représentent de nouvelles menaces qu’il faut prendre très au sérieux et qui ne pourront qu’avoir un effet négatif sur le quotidien des familles.

Il a poursuivi avec une pensée toute particulière pour les militaires qui sont au front et qui font face aux armées érythréennes, manquant même des moyens minimum, sur le plan des abris, de la nourriture et des soins.

Il a conclu en désignant la corruption généralisée dans les plus hautes sphères de l’Etat, l’accaparement de toutes les ressources au profit d’une minorité et la cession des actifs nationaux à des intérêts privés, comme étant les principaux facteurs de la crise. D’autant plus que le contexte international tendu, à la fois sur le plan économique et sur le plan géo-stratégique, amplifie les problèmes actuels.

Avant de souhaiter une bonne fête de l’Aïd, il a rappelé à tous, les efforts que déploient tous les membres du GED pour trouver des solutions qui permettront le rétablissement de la démocratie à Djibouti, l’instauration d’un régime juste et le partage équitable des richesses entre toutes et tous.

30/09/08 (B467-B) Shabelle : Un haut responsable de la Police d’Agfoi a été tué par des hommes armées. Gunmen have killed the commissioner of Afgoi district in southern Somalia on Sunday night, residents said. (En Anglais – Info lecteur)

Mohamed Omar Mudey was shot dead in Bulalow village in Afgoi district after minutes of gunfire between his bodyguards and the assailants.

“We heard additional gunfire and we came out we saw the commissioner and one of his bodyguards dead on the ground” resident Muno Haji Habow said.

It is the latest in a string of attacks on officials, which is plagued by lawlessness after years of conflict.

Its yet unknown the motives/groups behind the killing of Mr.Mudey who was described as peace lover.

The neighbour said Mr Mudey had been covered in blood from bullets riddled his body.

Recent violence in Somalia has come despite a ceasefire pact signed by the government and opposition Islamist groups, some factions rejected the deal.

Thousands of people have fled the country this year as the security situation has deteriorated.

Somalia has experienced almost constant civil conflict since the collapse of Mohamed Siad Barre’s regime in January 1991.

30/09/08 (B467-B) Garowe On Line / Un représentant officiel de l’opposition somalienne (Secrétaire de l’ARS) condamne l’occupation par les troupes éthiopiennes et affirme simultanément que « Les Al Shabbab sont des criminels ». Il y a quelques jours, un parlementaire somalien avait accusé les forces de paix de l’AMISOM, d’avoir causé un massacre à Mogadiscio. // al Shabaab are criminals’: Somalia opposition official. (En Anglais – Info lecteur)

A senior opposition official in Somalia has condemned African Union Mission in Somalia (AMISOM) peacekeepers and al Shabaab insurgents for “targeting civilians.”

Col. Omar Hashi, the secretary of the Alliance for the Re-liberation of Somalia (ARS), told Mogadishu-based Radio Codka Nabada (Voice of Peace) that both sides must be held to account.

“The responsibility [for the bombing] lies with both sides, but AMISOM committed the bigger crime by bombarding civilian areas,” Hashi said, adding “The al Shabaab group who made the wrong decision are also criminals.”

The ARS official said AMISOM peacekeepers “did not start the violence,” but responded to al Shabaab mortars “launched from civilian areas.”

Last week, al Shabaab rebels launched mortars at Mogadishu’s Aden Adde International Airport, which is a major base for AMISOM peacekeepers.

More than 50 people have been killed in airport-related violence since September 16, when al Shabaab issued the threat to shoot down airplanes landing at the airport.

Col. Hashi condemned both sides for the bombing of civilians, while calling on al Shabaab to rescind their decision to shoot down airplanes.

In June, the Islamist-led ARS opposition umbrella split into two camps after ARS Chairman Sheikh Sharif Sheikh Ahmed inked a peace deal with Ethiopian-backed Somali Prime Minister Nur « Adde » Hassan Hussein.

ARS officials based in Eritrea are led by Islamist hardliner Sheikh Hassan Dahir Aweys, who has rejected peace talks until Ethiopian troops withdraw from Somali soil.

Col. Hashi is allied to the Sheikh Sharif-led ARS wing, which has been based in Djibouti since June 9.

Yesterday, a Somali MP accused AMISOM peacekeepers of committing « a massacre » in Mogadishu.