Articles

03/01/2013 (Brève 080) Un lecteur nous adresse des photos de la manifestation du 29 décembre 2012 à Obock

Sur ces photos, les internautes pourront mesurer la détermination d’une bande organisée de jeunes lourdement armés de banderolles, face à un petit détachement de pauvres gendarmes, totalement désarmés et sans protection personnelle.

Cessons l’humour !

Mais,
qui pourrait imaginer en visualisant ces photos que ces jeunes représentaient un danger pour l’ordre public et une menace pour la stabilité du régime et de la république, justifiant l’utilisation massive de tirs à balles réelles, dans un dernier sursaut désespéré pour défendre le pays.

Personne ne pourrait l’imaginer. Il s’agit bien d’un meurtre avec préméditation et des blessures volontaires. La justice pénale doit instruire l’affaire et punir les coupables.

Mais au fait où est la justice pénale qui instruit contre les dignitaires du Pharaon. Nous avons eu beau chercher, impossible de la trouver.

La seule justice pénale que nous ayons rencontrée facilement est celle qui condamne les innocents à Djibouti et qui accuse les opposants des pires crimes qu’ils n’ont jamais commis.

C’est comme cela sous le régime dictatorial et sanguinaire de Guelleh

Manifestation pacifique de jeunes lycéens à Obock -Djiboiuti
Manifestation le 29 décembre des lycéens à Obock - Djibouti Manifestation jeunes lycéens à Obock - Djibouti
Les forces djiboutiennes tirent à balles réelles sur les lycéens désarmés