25/11/2015 (Brève 525) Pour permettre aux lecteurs de se retrouver parmi les différentes contributions qui évoquent le 4ème mandat de Guelleh ou des candidats déclarés, il faut se reporter à la constitution actuellement en vigueur, même si la forme utilisée pour l’adoption des modifications à la demande de Guelleh par une Assemblée nationale totalement soumise, est particulièrement critiquable et totalement anti-démocratique …. (ARDHD)

Prenons un seul extrait des modifications concernant l’élection présidentielle tel qu’il a été promulgué et repris au JO de la République.

Source http://www.presidence.dj/texte.php?ID=92&ID2=2010-04-21&ID3=Loi

__________________________________________

TITRE III : DU PRESIDENT

Article 23
« Le président de la République est élu pour six ans au suffrage universel direct et au scrutin majoritaire à deux tours. Il n’est rééligible qu’une seule fois ».

Article 24
« Tout candidat aux fonctions de président de la République doit être de nationalité djiboutienne, à l’exclusion de toute autre, jouir de ses droits civiques et politiques et être âgé de quarante ans au moins ».

Est modifié comme suit :

TITRE III : DU POUVOIR EXECUTIF

Article 23
« Tout candidat aux fonctions de président de la République doit être de nationalité djiboutienne, à l’exclusion de toute autre, jouir de ses droits civiques et politiques et être âgé de quarante ans au moins et de soixante quinze ans au plus à la date de dépôt de sa candidature ».

Article 24
« Le président de la République est élu pour cinq ans au suffrage universel direct et au scrutin majoritaire à deux tours. Il est rééligible dans les conditions fixées à l’article 23 ».

Le reste sans changement.
______________________________________________________

Notes d’explication :
1°) Contrairement à ce qui a pu être écrit récemment, Guelleh, tant qu’il ne sera pas atteint par la limite d’âge de 75 ans au jour du dépôt de sa candidature, peut se représenter autant de fois qu’il le souhaitera, ce qui n’était pas le cas dans la version originale de la constitution promulguée en 1992….

2°)
Tout candidat doit n’avoir exclusivement que la nationalité djiboutienne, ce qui exclut de fait un certain nombre de candidatures qui sont annoncées sur les réseaux sociaux.

3°) En rédigeant cet article, l’équipe de l’ARDHD n’a pas l’intention de prendre position dans un débat alors qu’elle n’aurait aucune légitimité pour le faire, mais par principe, elle respecte les lois en vigueur, ce qui ne l’empêchera pas de critiquer et de continuer à dénoncer avec la plus grande force, les abus, les dérives autoritaires et l’utilisation détournée à des fins personnelles, de tous les moyens de la Loi, de l’Etat, de la Police et de la Justice.