12/04/05 (B293B) RTD : chiffres officiels de la participation. (Info lecteur)

Nous apprécions
que le régime puisse affirmer que 94 % des Djiboutiens exilés
se soient prononcés en faveur du maintien de la dictature, qui les
a pourtant contraints à l’exil. Paradoxe ! Mais cela n’arrêtera
pas la dictature qui n’a même pas eu l’honneur d’éviter l’incohérence
manifeste, dont elle est l’auteur, directement ou indirectement du fait des
manipulations hasardeuses de ses Ambassadeurs fervents obligés de la
famille Guelleh et associés.

D’autant que d’autres
chiffres officiels ont été rendus publics et qu’ils annonçaient
un taux autour de 68 % plus des décimales.

____________________________
Extrait du site de la RTD

District Taux de participation En faveur de IOG
Djibouti 62,8% 95,63%
Dikhil 94.4 % 89 %
Obock 77.4% 98.7%
Tadjourah 78% 99.4 %
Ali-Sabieh 75.3% 74.5%
Arta 82.37% 99.17%
Centres de vote
à l’étranger
94% 99.30%

Soit un taux général
de participation de 79,89%, le président sortant a donc été
réélu à 94 ,3%.

11/04/05 (B293) ADD : remerciements à tous les opposants qui ont participé à la manifestation de Paris le 8 avril 2005

ASSOCIATION
POUR LA DEMOCRATIE ET LE DEVELOPPEMENT

L’Association pour la
Démocratie et le Développement (ADD) remercie tous ceux qui
ont participé au rassemblement organisé le 8 Avril 2005 à
Paris contre l’élection plébiscite d’Ismael Omar Guelleh.

Le rassemblement a été
un succès dans la mesure où plus de 200 personnes ont bravé
la pluie et le mauvais temps de 11 heures à 16 h30 pour dénoncer
l’élection mascarade et la dictature d’Ismael Omar Guelleh.

Nous remercions l’ensemble
des mouvements de l’opposition, les associations, les personnalités
djiboutiennes et plus particulièrement ceux qui ont fait le voyage
depuis la Belgique.

L’A.D.D remercie toutes
les organisations françaises et africaines qui ont soutenu ce rassemblement
en solidarité avec les démocrates djiboutiens et celles qui
ont marqué par leur présence leur solidarité :

Les responsables des femmes
solidaires, de la Commission Transnationale des Verts, Le secrétaire
à l’organisation de l’Amicale Panafricaine, le responsable de la Diaspora
Togolaise, La Représentante de la Ligue Internationale des Femmes pour
la Paix et la Liberté, Le représentant de Survie, l’artiste
comorienne NAWAL, le groupe malien Koumba Foli et la chanteuse djiboutienne
Ouwali.

ADD-Djibouti@hotmail.fr

11/04/05 (B293) Djibouti: Présidentielle boycottée à plus de 80% (SaphirNet.info – Information transmise par un lecteur)

Dimanche 10 Avril 2005

SaphirNet.info, l’information
en continu…
http://www.saphirnet.info/breves_5411.html

«Plus de 80%»
des électeurs djiboutiens ont suivi l’appel au boycottage lancé
par l’opposition pour la présidentielle remportée sans surprise
vendredi par le chef de l’État sortant Ismaël Omar Guelleh, seul
candidat en lice, a affirmé l’opposition dimanche.

«Le boycottage actif»
a été «suivi à plus de 80%», selon un communiqué
de l’Union pour l’alternance démocratique (UAD), qui réunit
trois des quatre partis d’opposition.

Les autorités avaient
annoncé samedi que le taux de participation avait été
de 78,9%.

«La démesure
des chiffres officiels est à la mesure de la sanction populaire: c’est
parce que nos concitoyens l’ont si massivement sanctionné que le non-élu
s’invente un plébiscite qui, de toute évidence, n’a aucune réalité
concrète», affirme l’UAD.

«L’immense succès
citoyen du boycottage actif a définitivement condamné le candidat
solitaire au pitoyable destin d’un cachalot prétentieux rejeté
sur le rivage par une mer impétueuse», ajoute l’opposition, affirmant
en outre avoir recueilli «près de 100 000 signatures» pour
une pétition où elle dénonçait une «mascarade
électorale». Djibouti comptait 198 332 électeurs inscrits
à la présidentielle, selon la Commission électorale nationale.

10/04/05 (B293) DJIWATCH – Texte en Anglais du memorandum qui a été remis à S.E. Paul Cellucci, Ambassadeur des Etats Unis auprès du Canada, avec copie à Mme C. Rice, Ministre des Affaires étrangères des USA.

Djibwatch
Association against human rights violations in Djibouti
210-17 Willow Ottawa,
On K1r 6V5 Tel (613) 864-9031

Ottawa
April 4, 2005

Attention to:

Paul Cellucci
U.S. Ambassador in Canada

Constance
Berry Newman

Assistant Secretary, Bureau of African Affairs

Dr.
Condoleezza Rice

Secretary of State

MEMORANDUM
ON DJIBOUTI By Djibwatch

SMALL COUNTRY BUT GREAT
STRATEGIC VALUE

The Republic of Djibouti
is a small East African country located between Ethiopia, Eritrea and Somalia.
This former French colony became independent on June 27, 1977. Djibouti territories
cover 23 000 km2 with a population of 700 000 inhabitants mainly Afars, Arabs
and Somali. Its privileged geographic location at the cross-roads of Africa
and Arabia, on the banks of the Red Sea, this maritime link is important for
the international trade. Djibouti gets a real strategic and geopolitical value
which justifies the presence of thousands western soldiers, two important
military bases. France has been keeping its most important base in Africa
(about three thousands soldiers) since Djibouti became independent in 1977,
and as part of anti-terror force the United States of America (USA) has stationed
about 1500 soldiers (camp lemonier) while Spain and Germany have hundreds
of servicemen. Djibouti benefits from the military presence (France alone
gives about 30 millions euros per year and USA 15 millions dollars as well)
and the presence expenditures. Djibouti port activities have increased since
the hostility begun between Ethiopia and Eritrea in 1998. Djibouti port became
a vital link to the sea for Ethiopia.

BLATANT UNDER-DEVELOPMENT

However, Republic of Djibouti
suffers from a serious under-development. Unemployment rate is more than half
of the potentially working population, health care and education system are
stricken, roads are in bad condition, water and power supply unreliable…
Youth faces idleness and hopelessness, AIDS wreaks havoc (11.7% according
to 2000 UNAIDS’ survey) and migration is a real phenomenon. According
to UNDP report issued on July 14/2004 poverty rate have almost doubled between
1996 and 2002. About 75% of the population has lived with less than 3 US dollars
a day in 2002 for 45% in 1996! Poverty, illiteracy, diseases and hunger still
remain widely spread. Extreme poverty (with less than 1.8 US dollars a day)
has risen from 9.6% in 1996 to 45.2% in 2002! In the same way, democracy and
civil liberties guaranties have never been effective along with a very poor
human rights record (ref. USA State Department annual report on human rights)

RESOURCES MONOPOLIZED
BY THE AUTOCRAT

In fact, the country is
victim of a severe ill-governance because of a corrupt and autocratic system.
Most of national economy is in the hands of the regime and its few faithful.
While the head of state is in control of the private sector through his family
members and friends, the national treasury, public services and state owned
companies are managed like his own private business. Let us cite, for instance,
the port and airport of Djibouti that are key part of the national economy.
In a secret contract, only known by the head of state, his friend and businessman
Mr Abdourahman Boreh and their foreign partners, port and airport have been
put under DPI (Dubai Ports International) management. No other Djiboutian
know what has been agreed in the deal whereas it is about two highly national
properties and, as such, constitutionally submitted to national control.

UNIQUE PARTY SYSTEM

We have to remind that
Djibouti has been ruled since its independence in June 1977 by the same party
(People rally for progress). The head of this party is currently Ismael Omar
Guelleh, former chief security under his uncle and predecessor Hassan Gouled
Aptidon who chose him as his successor in 1999. Since then, he’s been
the president of the Republic, head of state, head of government but also
chief of public administration, armed forces, police, justice, intelligence
and political security, state owned companies, etc. The 65-seats national
assembly has always belonged 100% to same the party and Djibouti is a country
with only two elections: -Presidential elections every six years, -Legislative
polling every five years. For the parliament election, one round and one list
first-past-the-post (scrutin de liste majoritaire à un tour) has always
been in force! This is one of the main reasons why the parliament seats were
always taken by the same and only party (RPP) .On the last polling in January
10/2003, the opposition coalition (Union for alternative democracy)has won
officially almost 40% of the seats. It seems that the opposition then led
by the late Ahmed Dini Ahmed won the elections but the regime rigged them
once again. In Djibouti, no decentralization, no elected local authorities,
although it was scheduled by the constitution since September 1992 (the first
of the post-colonial era ) and by the peace accord signed on may 12/ 2001
between the regime and the armed opposition called Front for the restoration
of unity and democracy (FRUD). As another proof of his deliberate and permanent
refusal, the head of state didn’t keep his promise for holding regional
elections by the end of 2004. Broken Promises without any explanation. Neither,
as we’ve mentioned there is no free and fair elections in Djibouti, and
Mr Ismael Omar Guelleh is preparing to self-elect for another mandate on April
8/2005, despite the popular inspirations of fundamental democratic rules.
The regime is for its own benefit, in complete control of electoral process.
All the democratization agreements with opposition through its armed components
are not yet implemented, the regime simply ignores its. The last one, is the
peace and democratization agreement it has signed with the late Ahmed Dini
Ahmed president of FRUD on may 12, 2001. Despite its promises to the Djiboutian
people and international community (United States of America, European Union,
France, etc.) to respect the agreements, Mr Ismael Omar Guelleh has introduced
a veiled multiparty system. In practice, there is no change and the one party
system totally continues to function.

A MUZZLED OPPOSITION

Opposition is constantly
victim of persecutions from the regime and its members are often thrown in
prison. Every opposition movement has seen some of its members imprisoned
in the terrible prison of Gabode located in the capital, in conditions that
International federation for human rights (FIDH) and International observatory
of prisons have condemned in 1999. It is not rare for an opposition party,
despite being legal, to be stripped of its legal recognition and to see its
name and attributes going to a few agents of the regime. The Party for democratic
renewal (PRD) was one of the parties that experienced this practice in 1997,
since then it has changed its name for MDR (Movement for democratic renewal
and development) in November 2002 after the unlimited multiparty was introduced
in May 12/2001 agreements. The democratic national party (PND) of Mr Aden
Robleh Awaleh, who has joined the regime since then, met also this sort of
elimination.

NEITHER TRADE UNIONS
NOR INDEPENDENT PRESS

As mentioned above, civil
liberties are only written in the books. The trade unions have simply been
declared illegal as have been opposition parties. None of the two central
unions (Djiboutian union of labour and general union of Djiboutian workers),
any individual one has been spared by the arbitrary outlaw to the benefit
of regime structures. Unionism fate in our country, with the refusal of union
freedom and leaders redundancies along with other persecutions, is well known
by the world labour community (International labour organization (OIT), International
labour bureau (BIT), free unions international confederation (CISL), International
of education, etc. Clubs and associations are also recognized only if they
belong to what the regime calls “Djiboutian national associations network
(RENAD in French)”. This is an instrument through which it controls clubs
and associations. Freedom of speech is not more respected. No free radio and
television, and the state owned media are the voice of their master. The independents
press comes down to two small bulletins of opposition ( Le Renouveau of MRD
and Realité of ARD). They are constantly harassed. Le Renouveau chief
editor and director Mr Daher Ahmed Farah, for instance is often victim of
imprisonment and the news paper is continuously suspended, seized and fined.

GREAT RISKS

This situation leads of
course to many popular frustrations and is likely to result in a desperate
and dangerous reaction. Popular resistance, rather pacific till now, may turn
violent. The case of FRUD (it has still armed presence in bushes), that started
armed struggle in 1991, testifies to the way things turn out. This time, as
it seems, the majority of all national communities are united and seeking
freedom

AND YET …

Still, Djibouti has so
many advantages that it can be an example of functioning democracy and harmonious
development for the rest of the region. Its small size, and manageable population
inter-related, a pastoral culture which gets it willing to dialogue and democratic
compromise, a national unity renewed thanks to the popular awareness of the
regime long used “divide and rule” and to opposition unity, qualified
women and men who only wish to be valued and to serve their beloved country,
a genuine economic potential…all these are factors in a position to make
the Republic of Djibouti function. That is why Djiboutian people turn to the
democratic world, in particular to the US whose values of democracy and humanism
they share. They believe US, through its world influence and its aid to Djibouti
could help democratize this small country. They strongly believe it because
they know the regime, which is aware of its illegitimacy, could not afford
not to pay attention to Mr Bush pro-democracy commitment. Here is the speech
president bush gave in November 2003 at American Heritage foundation “Our
mission in Iraq and Afghanistan is clear to our service members — and clear
to our enemies. Our men and women are fighting to secure the freedom of more
than 50 million people who recently lived under two of the cruellest dictatorships
on Earth. Our men and women are fighting to help democracy and peace and justice
rise in a troubled and violent region. Our men and women are fighting terrorist
enemies thousands of miles away in the heart and center of their power, so
that we do not face those enemies in the heart of America. Our men and women
are fighting for the security of America and for the advance of freedom, and
that is a cause worth fighting for”

DEMANDING THE IMPLEMENTATION
OF THE 12 MAY 2001 PEACE AND CONCORD AGREEMENT

What Djiboutian people
expect from their Americans friends is to demand Ismael Omar Guelleh’s
regime to implement the 12 may 2001 peace and concord agreement it signed
up to with FRUD then led by the late Ahmed Dini Ahmed, agreement in which
it solemnly committed to some democratic reforms, in particular : 1- To implement
a full multiparty system (this is the sole item applied but with administrative
and political hindrances); 2-Decentralization of regions other than the capital
Djibouti city: this item is the subject of a major bill joint to the agreement;
3-An independent justice and the revival of the court for administration linked
cases which has not been –deliberately- working since 1996; 4- Joint
decision (Opposition/Government) on the special status of Djibouti city. Currently
the capital, which is home to about 80% of the population, is run by an appointed
district commissioner and his assistants! 5- Revision of the constitutional
council in its status and constituents: like the rest of state institutions
it’s just an instrument for the regime which appoints its members; 6-
Setting up of a national independent electoral commission in charge of the
entire electoral process from revising lists to the proclamation of the polling
results. It is to be made up –to parity (fifty and fifty)- of government
and opposition representatives under the chairmanship of an independent personality
accepted by the two sides. 7-Respect of civil liberties (trade union, speech,
press, etc.) and human rights; 8-Free and equal access to state owned Media
by all political parties (radio, television, newspaper, etc.)

This is how American
author, Blaine Harden, in his book, “Africa: Dispatches from a Fragile
Continent,” sees African leaders and Mr. Guelleh is no exception: “If
you took a quarter century of his excellencies the African leaders and tossed
them in a blender, you would come up with a Big Man who looks like this: His
face is on the money. His photograph hangs in every office in his realm. His
ministers wear gold pins with tiny photographs of Him on the lapels of their
tailored pin-stripped suits. “He names streets, football stadiums, hospitals
and universities after himself. He carries a silver inlaid ivory mace or a
fly whisk or a chiefly stool.

“He insists on being
called ‘ doctor’ or ‘conqueror’, or ‘teacher of the
revolution’, or the ‘big elephant’ or ‘the number one
peasant’ or ‘the national miracle’…

“His every pronouncement
is reported on the front page. He sleeps with the wives and daughters of powerful
men in his government.

“He shuffles ministers
without warning, paralyzing policy decisions as he undercuts pretenders to
his throne. He scapegoats minorities to shore up support.

“He rigs elections.
He emasculates the courts. He cows the Press. He stifles academia. He goes
to church.

“His off- the-cuff
remarks have the power of law. He demands thunderous applause from the legislatures
when ordering far-reaching changes in the constitution.

“He blesses his home
region with highways, schools, hospitals, housing projects, irrigation schemes
and Presidential mansion. “He awards competitive, overprized contracts
to foreign companies which grant him…large kickbacks.

“He manipulates price
and import controls to weaken profitable businesses and leave them vulnerable
to take over at bargain prices by his business associates. “He affects
a commitment to free-market economic reforms to secure multi-million dollar
loans and grants from the World Bank and International Monetary Fund. He espouses
the political philosophy of whatever foreign government gives him the most
money.

“He is –and
makes sure that he is known to be—the richest in the country. He buys
off rivals by passing out envelopes of cash or import licenses or government
land. “He questions the patriotism of those he cannot buy, accusing them
of corruption or charging them of serving with foreign masters. His enemies
are “harassed” by “ youth wingers” from the ruling party.

“His enemies are
detained or exiled, humiliated or bankrupted, or tortured or killed. He uses
the resources of the state to feed a cult of personality that defines him
as incorruptible, all-knowing, physically strong, and kind to children. “His
cult equates his personal well-being with the well-being of the state.”

Djiboutian people are
looking forward to the democratic help of United States.

Djibwatch

09/04/05 (B293) Revue de presse complète (Compilation préparée par un lecteur que nous remercions vivement) Nouvel Obs – Le Figaro – Le Monde – AFP – PANA – France Info

Nouvel
Obs

Une élection
présidentielle gagnée d’avance

Les Djiboutiens sont appelés
aux urnes depuis vendredi matin pour élire leur président. Le
chef de l’Etat sortant, seul candidat, est assuré de l’emporter.


Des électeurs attendent devant un bureau de vote à Djibouti
(AP)

L es opérations
de vote pour l’élection présidentielle à Djibouti, où
se présente seulement le chef de l’Etat sortant Ismaïl Omar Guelleh,
ont débuté timidement dans la capitale Djibouti-ville vendredi
8 avril peu après 06h45 (03h45 GMT). L’opposition, qui manque de leader
charismatique, a appelé au boycottage, estimant que les conditions
n’étaient pas réunies pour des élections libres et démocratiques.
A la mi-journée, la police djiboutienne a dispersé, à
l’aide de gaz lacrymogènes, entre 300 et 500 sympathisants de l’opposition
qui s’étaient réunis devant le siège de l’un des partis
de l’opposition, l’Union pour la démocratie et la justice (UDJ), à
Djibouti-ville. « On boycotte car les dernières élections
(législatives en 2003) étaient truquées. Ca ne sert à
rien de voter. Nos voix ne sont pas considérées », a expliqué
un militant, Ali Guedda Boulsa, 30 ans.

Aucun quorum de participation

L’issue du vote ne fait
aucun doute, car aucun quorum de participation n’est
requis. Publicité


Le président Ismaïl Omar Guelleh, 57 ans, va donc enchaîner
un second mandat
consécutif de six ans dans ce petit pays de la Corne de l’Afrique,
qui
abrite d’importantes bases militaires française et américaine.
Les seules inconnues du scrutin résident dans le taux de participation
et la
proportion de bulletins nuls.
« Pour exprimer leur mécontentement, les électeurs peuvent
laisser
l’enveloppe vide », a estimé un président de bureau de vote
à l’école du
Château d’eau dans la capitale, Abdallah Mohamed Hersi.
Les opérations de vote dans la capitale ont commencé avec environ
45 minutes
de retard, en raison de l’arrivée tardive du matériel et des
assesseurs. Les
Djiboutiens se présentaient au compte-gouttes pour voter.
« Vendredi est férié, les gens se reposent. Jeudi soir,
ils ont fait la fête
et khaté (‘brouté’ du khat, une plante euphorisante) »,
a expliqué Abdallah
Mohamed Hersi.
« Je suis venu voter parce que je suis un bon citoyen. Je trouve que c’est

normal qu’il y ait un seul candidat car il est le seul à avoir un
programme », a estimé Kaissali, un étudiant de 18 ans.
Les bureaux de vote doivent fermer à 18h00 (15h00 GMT). Les premiers

résultats sont attendus dans la nuit de vendredi à samedi.

—————————————————————————————————–

Le
Figaro

Guelleh réélu président de la République

Le chef de l’Etat sortant
djiboutien, Ismaël Omar Guelleh, seul candidat à
la présidentielle de vendredi, a été réélu
avec un taux de participation de
78,9%, alors que l’opposition avait appelé au boycott, a annoncé
samedi le
ministère djiboutien de l’Intérieur.
Le taux de participation est de 78,9% « grâce à la sensibilisation
très forte
du gouvernement, aux enjeux très importants et à une campagne
électorale
active », a déclaré le ministre de l’Intérieur, Abdoulkader
Doualeh Wais, à
la Radio-Télévision de Djibouti (RTD). Le taux de participation
était la
seule inconnue du scrutin de vendredi.

En l’absence d’adversaire
et de quorum de participation requis, le président
était en effet assuré d’enchaîner un second mandat de
six ans. Il a obtenu,
comme il se doit, 100% des suffrages exprimés. Le pourcentage de bulletins

nuls est de 5,7%, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur
qui portent
sur la totalité des bulletins dépouillés.

Le président du
bureau de vote fait de son mieux pour se montrer
enthousiaste. «Tout se passe bien. Beaucoup de gens sont venus»,

annonce-t-il, l’oeil fatigué, la joue gonflée par une grosse
boule de qat.
Une copieuse botte de cet euphorisant s’étale entre lui et la pile
de
bulletins verts au nom d’Ismaël Omar Guelleh, l’actuel président
et le seul
candidat en lice. Affirmant que les conditions de transparence n’étaient
pas
réunies, l’opposition boycotte le scrutin.

L’enjeu de cette élection
à l’issue connue d’avance est pour ainsi dire inexistant. Il n’y a
guère que le taux de participation à même de susciter
quelque intérêt. Selon le ministre de l’Intérieur, Adbelkader
Boualeh-Wais, 39% des Djiboutiens s’étaient exprimés à
midi. Le chiffre, élevé au regard des critères locaux,
exaspère Souleiman Ahmed Mohammed. «C’est ridicule, lors du scrutin
présidentiel de 1999, auquel plusieurs candidats participaient, le
taux de participation n’avait été que de 55% », souligne
ce militant de la Ligue djiboutienne des droits de l’homme.
D’un geste,
il pointe le bureau de vote six, une cour d’école poudreuse du quartier
pauvre d’Arahiba, à l’est de la ville de Djibouti, réputé
acquis à l’opposition. «Ici il n’y a personne, aucune file d’attente,
comme dans tout le reste de la ville», note-t-il.


Dès hier soir, l’opposition criait à la fraude. «Le gouvernement
peut dire
ce qu’il veut, mais en réalité il n’y a pas eu de vote»,
affirme Ismaël
Guedi Hared, le président de l’Union pour une alternance démocratique
(UAD),
une coalition de trois partis d’opposants. Mais l’UAD manque d’argument et

de repère. La mort en novembre dernier de son chef charismatique, Ahmed

Dini, lui a ôté tout espoir de remporter l’élection. Elle
a donc durci son
discours, exigeant le départ du président «pour faute
lourde».


A L’Union pour une majorité présidentielle (UMP), les militants
haussent les
épaules. «Comment peuvent-ils prétendre que le scrutin
est faussé alors ; ne
présentant aucun candidat, ils n’avaient pas un scrutateur»,
réplique un
militant qui, d’ores et déjà, prédit un nouveau mandat
tranquille à Ismaël
Omar Guelleh.


Pour le président, élu en 1999, le score affiché n’est
pas anecdotique. A
travers le pays, la grogne monte avec l’augmentation de la misère.
De 1996 à
2002, le nombre de djiboutiens vivant avec 1,8 dollar par jour a augmenté
de
près de 10% . Et, selon plusieurs observateurs, la tendance s’affirme.
Dans
le même temps, Djibouti a pourtant augmenté ses ressources. En
guerre contre
le terrorisme, les Etats-Unis ont installé au pays des Afars et des
Issas
une base militaire au loyer annuel de 15 millions de dollars. La France a,

elle, dû doubler le loyer (30 millions d’euros aujourd’hui) payé
en
contrepartie de la présence de ses forces à Djibouti.


Pour la population, le pouvoir s’est empressé d’accaparer ces crédits

inespérés. Conscient du mécontentement, le président
djiboutien a axé toute
sa campagne sur le projet portuaire de Doraleh, présenté comme
une future
mine d’emplois. Financé par Dubaï, ce port ultramoderne devrait
entrer en
fonctionnement à partir de juillet. Mais les experts sont sceptiques.


Chômeur comme tant d’autres, Ali Aden se moque de cette querelle. Tout
ce
qu’il espère, c’est un travail. «Si les choses ne changent pas,
on va devoir
aller chercher l’argent dans les maisons où il se trouve », dit-il,

désespéré.
Djibouti : de notre envoyé spécial Tanguy Berthemet

© Copyright Le Figaro

————————————————————————

Le
Monde

Guelleh réélu président de Djibouti


Scrutin sans enjeu, le président sortant Guelleh a été
réélu à la tête de
l’Etat de Djibouti, vendredi 8 avril. Le taux de participation est de 78,9
%
« grâce à la sensibilisation très forte du gouvernement,
aux enjeux très
importants et à une campagne électorale active », a déclaré
le ministre de
l’intérieur, Abdoulkader Doualeh Wais, à la Radio-Télévision
de Djibouti
(RTD).

Le taux de participation
restait la seule inconnue du scrutin de vendredi.
En l’absence d’adversaire et de quorum de participation requis, le président

était en effet assuré d’enchaîner un second mandat de
six ans.

Il a obtenu, comme il
se doit, 100 % des suffrages exprimés. Le pourcentage
de bulletins nuls est de 5,7 %, selon les chiffres du ministère de

l’intérieur qui portent sur la totalité des bulletins dépouillés.

M. Guelleh avait estimé
mercredi que sa réélection serait légitime s’il
obtenait « au moins 55 % » de taux de participation, comme lors de
la
précédente présidentielle en 1999.


PAS DE CHANGEMENT DE CONSTITUTION


Lors des dernières élections à Djibouti, les législatives
de 2003 où
l’opposition avait présenté des candidats, le taux de participation
avait
été de 48 %.Contrairement aux précédents scrutins,
les files d’attente
vendredi devant les bureaux de vote étaient extrêmement rares.

Un observateur occidental,
basé à Djibouti et qui a requis l’anonymat, avait
estimé, peu avant le scrutin, s’attendre « à des chiffres
de participation
mirobolants pour que Guelleh puisse légitimer sa réélection ».

L’opposition, qui manque
de leader charismatique depuis la mort en 2004 de
l’ancien premier ministre Ahmed Dini Ahmed, avait appelé au boycott
du
scrutin estimant que les conditions n’étaient pas réunies pour
des élections
démocratiques.Elle n’a pas réagi immédiatement aux résultats
annoncés par le
ministère de l’Intérieur dans la nuit de vendredi à samedi.

Dans une intervention
télévisée, diffusée dans la nuit, M. Guelleh,
57 ans,
a « remercié tous les électeurs pour leur confiance renouvelée ».
Mercredi, il
avait affirmé qu’il ne modifierait pas la Constitution pour pouvoir
briguer
un troisième mandat.

De son côté,
le premier ministre, Dileita Mohamed Dileita, a annoncé
vendredi qu’un remaniement gouvernemental pourrait avoir lieu prochainement

et s’est dit prêt à prendre la tête de la nouvelle équipe.
Djibouti, petit
pays de la Corne de l’Afrique, est stratégiquement situé à
l’embouchure de
la mer Rouge face à la péninsule arabique. Cette ancienne colonie
française,
l’un des seuls Etats stables dans la Corne, abrite la principale base
militaire française à l’étranger et une base militaire
américaine, qui a été
installée dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001
aux Etats-Unis.

Avec AFP

————————————————————–

AFP

DJIBOUTI : Seul candidat,
Ismail Omar Guelleh réélu de fait

Imprimer cet article |
Chercher un mot dans cet article
DJIBOUTI – Les Djiboutiens ont voté hier pour élire leur président,
un
scrutin très particulier car le chef de l’Etat sortant Ismail Omar
Guelleh
est le seul candidat et est assuré de l’emporter, l’opposition ayant
appelé
au boycott du scrutin. Aucun quorum de participation n’est requis.
L’élection de M. Guelleh pour un second mandat présidentiel
de six ans est
donc acquise.
M. Guelleh, 57 ans, est au pouvoir depuis 1999 à Djibouti, ancienne
colonie
française de quelque 600.000 habitants, située dans la Corne
de l’Afrique et
qui accueille des bases militaires française et américaine.
C’est la
première fois depuis l’introduction du multipartisme à Djibouti
en 1992
qu’un seul candidat se présente à l’élection présidentielle.

L’opposition, qui manque
cruellement de leader charismatique depuis la mort
en 2004 de l’ancien Premier ministre Ahmed Dini Ahmed, a décidé
de boycotter
le scrutin, affirmant que les élections seraient truquées.

Interrogé pour
sur ce point, le chef de l’Etat, qui a voté à Djibouti Ville,

a répondu : « ils (les membres de l’opposition) ont eu peur de
s’engager dans
la bataille. La prochaine fois, ils seront mieux organisés ».

Entre 300 et 500 partisans
de l’opposition se sont réuni hier matin dans la capitale, avant d’être
dispersés par la police à l’aide de gaz lacrymogène,
a constaté un journaliste de l’AFP.

Une centaine de personnes
ont été interpellées et plusieurs opposants blessés,
selon le leader de l’opposition, Ismaël Guedi Hared.

« La campagne électorale
a pris fin mercredi soir à minuit, les attroupements ne sont pas permis »,
a expliqué le ministre de l’Intérieur, Abdoulkader Doualeh Wais.

« Le gouvernement
a perdu le contrôle et a tiré sur ces gens car il est en
perte de vitesse électorale », a estimé M. Guedi.

La seule inconnue du scrutin,
qualifié de « mascarade » par l’opposition,
réside dans le taux de participation et dans celui de bulletins nuls
et
blancs.

Cependant, seuls des bulletins
verts au nom de M. Guelleh étaient
disponibles vendredi. « Pour exprimer leur mécontentement, les
électeurs
peuvent laisser l’enveloppe vide », a estimé un président
de bureau de vote,
Abdallah Mohamed Hersi.

À la mi-journée,
le taux de participation moyen était de 39 %, selon le
ministère de l’Intérieur. De son côté, M. Guedi
a affirmé, à une heure de la
fermeture des bureaux de vote, que le boycott était « très
bien suivi, par
environ 80 % des électeurs ». L’Etat a affrété des
bus pour amener les
électeurs dans des bureaux de vote et avait prévu de livrer
de la nourriture
aux électeurs, a constaté l’AFP.

(AFP)

——————————————————————————

PANA

Manifestation à
Paris contre la présidentielle à Djibouti

Paris, France, 09/04
– Plusieurs dizaines de personnes ont manifesté vendredi à Paris
contre le scrutin présidentiel à Djibouti, accusant le président
sortant et candidat unique Ismaël Omar Guelleh de préparer « une
mascarade électorale », a constaté sur place, la PANA.

Les manifestants avaient
commencé dès le début de la journée à se
rassembler devant l`ambassade de Djibouti à Paris où ils ont
dénoncé la dictature rampante à Djibouti.

« Nous sommes réunis
ici pour dénoncer la mascarade électorale perpétrée
par
le président Omar Guelleh ce 08 avril. La consultation d`aujourd`hui
est
tout sauf un scrutin électoral », a déclaré à
la PANA, le Djiboutien Mohamed
Kadami, un des organisateurs de la manifestation.

Il a en outre estimé
que la situation politique à Djibouti n`est pas
l`affaire des seuls démocrates de son pays, soulignant la présence
à la
manifestation d`autres Africains et des Français.

« Nous avons reçu
pour cette manifestation le soutien des démocrates
africains et français, militants politiques ou associatifs. Tous sont
venus
dénoncer la mascarade électorale et réclamer la démocratie
à Djibouti », a
ajouté M. Kadami.

Seul candidat à
sa succession, le président Ismaël Omar Guelleh dont les
relations avec Paris se sont dégradées, se prépare à
rempiler pour un
nouveau mandat.

source: http://www.angolapress-angop.ao

——————————————————-

France
Info

Présidentielle
à Djibouti :

Ismaïl Omar Guelleh,
seul candidat à sa succession France Info – 08 Avr. 00:28 Les opérations
de vote pour l’élection présidentielle à Djibouti, où
se présente seulement le chef de l’Etat sortant Ismaïl Omar Guelleh,
ont débuté timidement dans la capitale Djibouti-ville vendredi
peu après 06h45 (03h45 GMT).

09/04/05 (B293) Compte-rendu extraits sonores et premières photos de la manifestation d’Ottawa (Comité organisateur)(Crédit Photo : Djiwatch)

Le vendredi 8 avril 2005,
Ottawa à l’instar de Djibouti, de Paris et d’autres villes
à travers le monde, a célébré l’auto proclamation
du dictateur par une manifestation devant l’ambassade Américaine.

Pour écouter des extraits
sonores :

Pour
obtenir les photos en taille originale (250 Ko) –
cliquez
ici

Un flot humain ininterrompu
commence à s’écouler dès le début du rassemblement.
L’événement est une réussite, toute la communauté
Djiboutienne était représentée.

« J’ai espoir
d’un changement de régime, je vous encourage à continuer
votre combat»
insiste un vieux monsieur, avant d’ajouter «Vous
savez, aujourd’hui, je me sens fier de mon pays, et ma présence
ici est une réconciliation avec moi. »

Nous apprenons par la
suite, que ce monsieur a changé de nom dès son arrivée
au Canada, Ofleh Farah de son vrai nom.

Ce monsieur, a-t-il réalisé
qu’avec la fin de la dictature, il pourrait retourner au pays et retrouver
son nom et sa dignité ?

Comme lui, chacun de nos
compatriotes d’ici a sa propre histoire. Les plus chanceux, sont les
«Immigrants reçus », suivent les réfugiés
acceptés et enfin ceux qui ont patienté de très longues
années avant d’avoir un statut.

Aujourd’hui, ils
sont venus manifester contre le dictateur et sa mafia qui a poussé
tous ces citoyens loin de leur pays.

« Qui n’a
pas rêvé un jour de retourner vivre dans son pays, avec un projet
en tête. Ce rêve peut devenir réalité, il ne dépend
que de nous. Notre ami Omar Ali nous a montré la voie.

En manifestant, et
en relayant l’appel de détresse de notre peuple, il est certain
que nous montrerons la vraie image de notre pays au monde entier, et non celle
que le dictateur souhaite afficher. »
,
martèle Awaleh.

 

Les banderoles sont visibles
de loin, et on peut lire entre autres ceci : « Guelleh = Saddam»,
«USA, we need your help».

Guelleh est constamment
malmené avec des slogans très hostiles. La foule a très
vite trouvé de mots proches de Guelleh : Assassin, suceur de sang.

Les mégaphones
font tourner plus qu’une personne vers la manifestation.

« Why are you
here, against what demonstrating ? »
demande un Canadien impressionné
par le rassemblement.

Les passants se posent
des questions, et à chaque fois des Djiboutiens très instruits
et langues apportent les réponses.

Les manifestants reprennent
à cœur joie les slogans, après Omar Ali, Houmed, Mohamed
et les autres orateurs.

Tant dit que d’autres
distribuent le mémorandum aux passants. Chacun a un rôle précis,
personne n’est venu sans rien faire. Une preuve de plus de maturité
de la Communauté.

Une leçon a été
tirée de cette manifestation, suite aux va et viens des personnes.
En effet, les membres de la Communauté venaient et repartaient, et
pour cause vendredi n’est pas férié au Canada. Désormais,
afin de faire participer au plus grand nombre, les manifestations futures
se dérouleront les samedis ou les dimanches.

Les moyens de répression
mis en place par Guelleh pour maintenir la population dans la peur risquent
fort de ne pas être suffisants pour résoudre des problèmes
récurrents dûs à l’injustice et aux inégalités
sociales engendrées par la mal gouvernance.

Le seul remède
à la souffrance du peuple est la fin du régime de Guelleh et
l’instauration de la démocratie. C’est le message que les
manifestants ont passé aux Américains, aux Canadiens et au monde
libre.

Les Djiboutiens encouragent
les leaders de l’opposition à ne pas relâcher la pression,
et d’emboîter les pas aux peuples ayant vaincu de dictatures :
Ukraine, Géorgie, Serbie Monténégro, Liban …etc.

Les manifestations doivent
absolument continuer à Djibouti, non se limiter à un jour.

Souvenons-nous du cas
malgache, avec la formation de deux gouvernements : celui du dictateur, et
celui du peuple. Au final, le peuple l’a emporté malgré
le soutien honteux de la France à la tyrannie.

Nous sommes certains que
l’opposition sera à la hauteur du défi pour l’instauration
de la démocratie au pays.

La manifestation se termine
avec le devoir accompli et la conscience tranquille, conscience qui a déplacé
tout ce monde suite à l’appel lancé par Omar Ali de Djibwatch.

Nous remercions tous ceux
et toutes celles qui se sont déplacés ainsi que ceux et celles
qui nous ont encouragés.

Comité
organisateur de la manifestation.

09/04/05 (B293) DJIBOUTI / UAD : Témoignage photographique de l’importante manifestation de l’UAD à Djibouti, contre Guelleh, qui a rassemblé des centaines de personnes, en dépit des menaces prononcées par la dictature (correpondant)

Ces photos ont été
prises lors du rassenblement de l’UAD le mercredi 6 avril 2005 dans l’après
midi – Avenue 13.

1 – Tous ceux qui le désirent
peuvent télécharger les originaux :
photo
1 (1,3 Mo) …… photo
2 (1,4 Mo)

2 – Pour obtenir les photos
en format agrandi :
cliquez ici (150 Ko env)